C’est horrible ! De l’extrême droite partout !

Selon Libération, ça y est, la droite et l’extrême droite est partout alors qu’en réalité, l’ultra-gauchisme règne incontestablement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est horrible ! De l’extrême droite partout !

Publié le 18 juin 2021
- A +

par h16

Immense surprise dans le Landernau informationnel et le microcosme journalistique des journalistes professionnels du journalisme de journal : il semblerait qu’une chaîne de télévision offre une part non négligeable de ses plateaux politiques à l’extrême droite. C’est donc l’horreur. Pensez donc : les cris de toute la classe jacassante sont quasiment couverts par les bruits de bottes !

L’enquête de Libération ne laisse aucun doute. Les petits graphiques illustratifs de la rédaction du journal fondé par Sartre et positionné à l’extrême gauche ne permettent aucune interprétation à cette abominable vérité vraie : CNews (car c’est d’elle qu’il s’agit) se vautre dans la facilité d’inviter jusqu’à 36 % de politiciens d’extrême droite. Selon les comptes méticuleux de toute l’équipe de Libération qui s’est consacrée à éplucher les programmes de cette abomination télévisuelle entre juin 2020 et juin 2021, la chaîne de Bolloré a par exemple osé recevoir plus de 130 fois Jean Messiha ce qui est évidemment troporibl.

Le travail était dur, la tâche ingrate et obligeait à manipuler des miasmes nauséabonds d’une beuhête immonheudeu mais les zanalystes de Libération n’ont cependant pas hésité à s’y coller avec abnégation et ont même produit une petite synthèse qui, là encore, ne laisse aucune place à une interprétation aimable : quand on fait bien tous les petits calculs, les politiciens du Rassemblement National sont très très invités par CNews (jusqu’à 26,5 % du temps d’antenne consacré à la politique). Quelle abomination !

Quand on voit tout ça, difficile de retenir un haut-le-cœur : malgré les efforts incommensurables déployés par toute la rédaction de Libération depuis des décennies pour repousser toujours plus loin, plus fort les relents du fascisme et des pires extrêmes à savoir ceux de droite, il semble bien que la leçon ne parvienne pas à porter partout, que la Bonne Parole ne réussisse pas à atteindre les moindres recoins de certaines chaînes de télévision.

La situation est grave. Que dis-je, elle est terrible !

Il faut en effet comprendre que si le quotidien (et tous les journalistes derrière cette rédaction et bien au-delà) a produit tel article, c’est bien parce qu’une chaîne vient de briser un tabou français : donner la parole aux gens de droite et, notamment à ceux d’extrême droite non pas à proportion de ce que la rédaction estime qu’ils méritent, mais à celle que leur donne leur représentation dans la politique nationale. Et si on commence à laisser les gens de droite (et a fortiori d’extrême droite) s’exprimer ainsi dans les médias un média à proportion de ce que le public veut entendre, c’en est fini du discours actuellement dominant de la Belle Gauche Humaniste, Universaliste et Inclusive dont cette rédaction (et tant d’autres) se veut l’étendard.

En réalité, il est particulièrement intéressant de voir que, au sein même de CNews, les journalistes émettent des petits couinements plaintifs à l’idée que certains, comme Zemmour ou Praud, puissent ainsi trouver un temps d’antenne pour y exprimer leurs opinions : comme ces dernières sont officiellement estampillées nauséabondes, il est inconcevable qu’on puisse les laisser parler. La démocratie, la liberté d’expression, ça va pour la météo et les idées de gauche, mais pas pour les idées de droite et les sujets qui fâchent. Et puis quoi encore ?

Ce qui explique sans doute le détachement voire la gourmandise de ces mêmes journalistes et des autres rédactions à inviter, tendre le micro, analyser et recueillir les paroles d’un nombre dodu de partisans de l’extrême gauche, et ce absolument sans aucun rapport avec le poids réel de ces idées et de ces gens dans la politique nationale.

Et là apparaît toute l’hypocrisie dégoulinante de ces distributeurs automatiques de morale de synthèse : lorsqu’on prend un court temps de réflexion, on s’aperçoit assez vite que les quelques heures d’antennes supplémentaires que l’extrême droite et la droite ont grapillées sur CNews ne permettent même pas d’équilibrer le temps global de ces représentations politiques dans les médias.

Non seulement CNews, avec 36 % consacrés à l’extrême droite ne fait que s’approcher de la proportion de ces opinions dans l’électorat comme en témoigne la dernière élection présidentielle de 2017, mais en plus la dominance des idées de toutes les gauches sur les services publics laisse carrément songeur lorsqu’on se rappelle qu’il s’agit là d’argent pris de force à des contribuables qui, de fait, voient leurs contributions utilisées pour diffuser des idées avec lesquelles ils ne sont pas majoritairement d’accord… Au contraire de CNews qui, chaîne privée, se doit donc de coller aux désirs de ses spectateurs.

L’équilibre qu’on serait en droit d’attendre du service public n’existe pas et c’est finalement le privé qui montre l’exemple, ce qui déclenche l’urticaire journaliste de façon prévisible.

Le décalage est encore plus violent lorsqu’on tient compte des parts d’audience comme ne le font surtout pas les petits hypocrites de Libération et leurs inénarrables Décodeurs, véritables montres arrêtées qui indiquent le sud : l’abominable équilibrage de CNews avec 2,2 % de part d’audience prend alors une autre tournure devant les 12,3 % réalisés par France Inter et son gauchisme quasiment institutionnel. Autant dire que les gesticulations des journaleux militants de Libération se basent essentiellement sur un gros fantasme de sur-représentation, ce qui leur permet d’oublier complètement la sous-représentation de la droite dans absolument tous les autres médias.

En tenant compte de ces éléments, l’article de Libération montre en réalité par contraste toute l’étendue de la médiocrité du service public et des médias sur-subventionnés par l’État : loin des contingences du marché et donc loin des opinions réelles des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs, ces productions fonctionnent maintenant en vase clos, recrutant leurs équipes dans les mêmes viviers tous orientés politiquement de la même façon, avec un rapport de plus en plus ténu avec la réalité, le terrain et les problèmes réels du pays.

Ceci explique à la fois le décalage croissant des sujets politiques abordés avec ceux que la majorité des Français désirerait effectivement voir traités (ce qui aboutit aux dernières constatations de la Fondapol qui remarque dans une récente étude que plus de 60 % des gens ne s’estiment pas représentés par les médias dominants) et le décalage des politiciens avec les Français, les premiers croyant niaisement que la presse rapporte ce que pensent les seconds, ce qui permet au passage à ces médias d’orienter plus ou moins lourdement ces politiciens dans leur sens.

En fait, l’orientation actuelle de CNews et ses excellents résultats d’audience sonnent comme un véritable avertissement à tous les autres médias actuellement confits de leurs certitudes et de leur hypocrisie dans l’argent gratuit des autres : vous êtes moins que médiocres, vous êtes nuls, et vous allez périr minablement.

Et quelque part, ce sera ni surprenant, ni même triste.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Fondapol qui remarque dans une récente étude que plus de 60 % des gens ne s’estiment pas représentés par les médias dominants »

    Attention… Il y a des gauchistes qui semblent sincèrement persuadés que les médias penchent à droite. Je ne serais pas étonné que bon nombre d’entre eux s’incluent dans les 60%.

    • Il y a plein de gens qui pensent (sincèrement) que ceux qui ne pensent pas comme eux sont trop nombreux…

    • Bof, 1% de gauchistes de plus ou de moins, ça ne va pas beaucoup fausser les résultats.

      • Libé se fiche de ce qui est dit sur Cnews. D’ailleurs, ils en ont besoin pour pouvoir faire leur numéro qui quinquennal de “ moi ou le diable”
        Ce qui les offusque vraiment, c’est que Cnews fasse de l’audience -beaucoup plus que Libé- et donc les oblige a remettre en question l’image qu’ils ont d’eux mêmes, de porteurs de la vérité révélée.

        En somme, ils sont vexés.

    • ils pensent? ils pensent faux alors

    • Privatisation totale de Radio France et France Télévision, sauf les chaines d’info continues obéissant à un devoir de neutralité strict et d’équilibre renforcé, pénalement sanctionné si dérive. Transfert des locaux de ces entités du 16e vers St Denis. Zéro publicité.

  • Libération étant d’extrême gauche c’est donc un torchon qui ne fait que mentir et désinformer les débiles qui le lisent !

    • Vous faites la même erreur que Libe qui pense que Cnews est une chaîne d’extrême droite.
      Ce genre de jugement n’honore pas les gens qui le portent…

    • Moi je lis LIBÉ. Non que j’adhère à leurs idées mais pour mieux les combattre.

  • Cela me rappelle un débat sur Arte il y a quelques années au cours duquel les « journalistes » invités se désolaient que la presse française soit très majoritairement à gauche (dont eux !) et qu’il n’y avait donc quasiment pas d’opposition d’idées…
    Même eux l’avouaient donc déjà

    • Incroyable aveu. Les temps ont changé.

    • Il faut faire une distinction entre la presse, qui est libre et qui donc en théorie pourrait être entièrement d’un seul bord politique et les médias télévisuels qui sont sous contrôle du CSA et qui ne peuvent pas faire n’importe quoi (cf plus bas).

      • Si être lourdement subventionné par l’Etat est synonyme « d’être libre », alors la presse est effectivement encore « libre »…

    • Même la rédaction du figaro serait parait-il très encartée à gauche…

      • J’ai ouï dire qu’il y avait des « mock elections » à la rédaction pour chaque scrutin national… Depuis 1981, le PS et ses avatars divers gagne systématiquement, souvent à la majorité absolue. Mais ça n’est que du ouï dire…

  • Un constat parfaitement juste. Penser différemment des media publics devient presque une infraction et se résume à une mise au pilori.

  • Eh oui, la France est victime de l’ultra libéralisme, qui est la pensée dominante, c’est évident, et qui est partout…

  • En France, il vaut mieux être pédo que facho.

    • C’est sûr d’autant plus que « facho » est un terme fourre-tout dans lequel on met tous ceux qui ne pensent pas comme le discours officiel !

      • t’aimes pas les éoliennes, t’aimes pas les voitures électriques, t’aimes pas larem, t’aimes pas les vaccins anti covid, t’aimes pas la météo bah t’es un gros facho …ça c’est la France..quel pays de dégénérés quand même.

      • Un facho, c’est quelqu’un qui n’est pas d’accord avec une personne de gauche.

      • Tout dans l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État !

        N’importe quel etatiste de droite comme de gauche peut se réclamer de Mussolini qui a été une grande source d’inspiration pour la gauche française d’avant guerre. .

  • Cnews, pour moi le seul média audiovisuel que je connais qui propose des débats d’idée avec sur un même plateau des gens de gauche et de droite.
    Par ailleurs, j’en ai marre de tous ces média payés avec mes impôts qui veulent m’imposer leur « bien pensence » ecolo gaucho. Ce serait bien un jour qu’ils apprennent à faire leur travail et soient capables de se remettre en cause. Doux rêve…

    • « pour moi le seul média audiovisuel que je connais qui propose des débats d’idée avec sur un même plateau des gens de gauche et de droite »

      Vraiment pour vous alors ! Car ils le font tous… C’est une obligation du CSA !

      • @Jerémy Lapurée – Habituellement je partage vos opinions mais caujourd’hui je diverge. Je n’écoute que France Inter (n’ayant plus la télévision) parfois je regarde des débats sur Cnews via mon ordi – Mais France Inter m’accompagne dès le matin. J’entends en cette période pré-électorale des journalistes biaisant les interviews par des questions fermées, essayant à tout prix de faire entendre leur opinion (théoriquement leur job c’est de faire entendre l’opinion des invités et de rester neutre), allant même jusqu’à contester des prises de position. « mais de quoi je me mêle ?! » alors qu’ils appuieront, confirmeront les thèses d’un parti de gauche sans chercher les moindres erreurs dans ce discours !
        Parfois je pense qu’ils sont hors sol ! (voir Demorand et Salamé, par exemple tombant de la lune lorsqu’un intervenant leur explique que l’éolien ne peut fonctionner 100 % du temps ou que notre électricité est déjà décarbonée !) et ainsi de tous les sujets dont les réponses ne correspondant pas à la doxa peuvent être émises ! Soit ils contestent (de quoi je me mêle ?! (re) ou alors ils doivent apporter des preuves, – soit ils ramènent le débat dans leur sens par un commentaire que l’on pourrait qualifier « d’inapproprié », car le viol des consciences existe aussi.

        • Si vous m’avez bien lu je ne dis pas forcement le contraire.
          A la question : les médias sont-ils obligés d’inviter des représentants de plusieurs courants politiques ?
          La réponse est oui.
          Que ce soit France info ou Cnews.
          A la question : la sensibilité politique des animateurs/intervieweurs est-elle susceptible d’orienter les débats dans un sens ou l’autre la réponse est également oui.
          Il semble que mes contradicteurs aient du mal à comprendre un message un peu nuancé dès lors qu’il entre en contradiction avec leurs a priori…

          • oui….parce que le pluralisme en tant que tel, c’est comme la croissance, ça ne découle pas nécessairement de la liberté des gens.

            le CSA impose un pluralisme..

            imaginez vous qu’on vous impose d’etre libre?

            et c’ets pour ça d’ailleurs que ceux qui affirment que « les « médias sont sous controle font une petite erreur…la majeure partie des média ..

            la simple existence du CSA est un très mauvais signe…

            on ne peut pas imposer l’objectivité..on peut par contre dénoncer le parti pris..

            le CSA impose des quotas partisans…UNE pluralité..

            Pour digresser, ce qui pêche doit se situer au niveau constitutionnel, car on peut imaginer qu’à un moment un peuple soit en décalage avec l’esprit des sa constitution et donc l’esprit général de ses lois. Il est légitime du point de vue démocratique que le peuple ait un moyen d’affirmer qu’il souhaite une modification constitutionnelle me semble t il..

            melenchon bien entendu voudrait une VIeme pour mettre bas la liberté économique et donc la liberté de parole..
            il s’accomoderait très bien d’un CSA !!!! et même le CSA serait partout!!! et on pourrait aussi avoir une pluralité partisanne..melenchon et mechanlon…

            quand je parle à des gens je suis effaré du peu d’attachement qu’ils ont pour les libertés individuelles ..je pense que la constitution est une protection.. mais je souhaiterais pourtant sa réforme…

  • L’étude de Libe et tous les commentaires qui s’y rapportent sont à hurler de rire.
    Comment des journalistes, des gens qui prétendent l’être et des gens un peu au courant du fonctionnement des médias peuvent se laisser berner de la sorte ?
    Incompétence ou mauvaise foi ?
    Le CSA impose le pluralisme politique à la télévision et il ne saurait y avoir de déséquilibre durable en la matière. Trop de gens à droite invités (ou trop de gens à gauche idem) et le CSA cogne.
    Reste ensuite la ligne éditoriale, les opinions plus ou moins connues, plus ou moins affichées des animateurs et les sujets abordés (on parlera certes plus de sécurité à Cnews que d’écologie et inversement à France Info mais c’est parfaitement autorisé)…

    • Je vous retourne le compliment. Vous ne devez pas avoir la TV ni même jamais avoir lu un JO pour proférer de telles âneries.
      Juste un exemple : Menard a depuis longtemps son rond de serviette chez Pujadas sur LCI. Donc CNews la seule télé qui… ouarf !
      CNews ne fait pas râler l’oligarchie juste deux ou trois imbéciles de gauche qui se la pètent. Vous devriez savoir si vous aviez une télé parfois allumée sur CNews que bon nombre de ministres de Macron sont déjà allés débattre chez Kelly-Zemmour, entre autres.

    • pas le pluralisme!!!! UN pluralisme…. ce que le CSA conçoit comme pluralisme..

      le CSA ne fixe’t-il pas aussi des interdictions et des obligations..????

      donner du temps de parole n’est pas permettre de s’exprimer..tiens ajoutez de la musique…ajoutez des plans de coupe…

  • Le microcosme journalistique des journalistes professionnels du journalisme de journal ! Quel charabia .

  • Il faut ajouter que, selon plusieurs témoignages, les médias bien-pensants boycottent les personnes qui acceptent d’intervenir sur CNews. Le narratif officiel ne doit pas être parasité…
    Par ailleurs, comme par hasard, des enquêtes judiciaires sont lancées régulièrement à propos de certaines paroles parfois tenues sur CNews. Ces enquêtes sont bien entendu copieusement relayées dans la presse bien-pensante. La police de la pensée n’est plus une formule: c’est une réalité.

  • le dessin est excellent!!!

  • Bien dit et bien écrit….. enfin!!!!
    « En fait, l’orientation actuelle de CNews et ses excellents résultats d’audience sonnent comme un véritable avertissement à tous les autres médias actuellement confits de leurs certitudes et de leur hypocrisie dans l’argent gratuit des autres : vous êtes moins que médiocres, vous êtes nuls, et vous allez périr minablement. »
    Et cet autre extrait: encore mieux….’

    « l’article de Libération montre en réalité par contraste toute l’étendue de la médiocrité du service public et des médias sur-subventionnés par l’État : loin des contingences du marché et donc loin des opinions réelles des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs, ces productions fonctionnent maintenant en vase clos, recrutant leurs équipes dans les mêmes viviers tous orientés politiquement de la même façon, avec un rapport de plus en plus ténu avec la réalité, le terrain et les problèmes réels du pays. »

    Et avec ça on s’étonne qu’il y ait une abstention massive !!!!!
    Beurkkkkk!

    • mais la question est pourquoi l’abstention n’a pas pour « réponse  » l’emergence de partis différents..
      pourquoi la méfiance pour les médias n’a pas pour effet de faire émerger des médias alternatifs..en fait c’est un peu le cas.. les médias classique persistent juste à dire qu’ils sont la référence de l’info..

  • Si nous comptons bien reste que 64% des invités de Cnews ne sont pas d’une supposée « extrême droite facho et nasillarde » comme voudrait le faire croire le torchon des bobos.

  • L’article porte sur libé, mais il aurait également pu évoquer le figaro, succursale de journalistes boboides

  •  » ni surprenant , ni même triste  » ajoutons ni injuste car on récolte ce que l’on sème !!!!

  • Bon, le maître d’école nous a convié à une leçon de chose de fin d’année – juin oblige en CM2…
    On sentirait ainsi que pas mal d’élèves ont beaucoup baillé et certains d’ordinaire éloquents durant l’année ne se sont fendus que de quelques dix lignes..
    Faudrait stimuler en rétablissant l’examen d’entrée en 6eme…

  • De toute façon, aujourd’hui, la vraie droite n’est même plus représentée.

    Le parti décrit « d’extrême droite » est est factuellement de gauche, si on s’en tient au clivage:
    Gauche = Tendance communiste
    Droite = Tendance libérale.

    Le choix se situe généralement entre le vin rouge et le rosé, (avec plus ou moins de piment). Pour celui qui veut du blanc, faudra se contenter du rosé…

  • Maintenant que le RN ne fait pas les scores attendus. Pourrions nous avoir une politique basée sur des idées, et non une politique qui n’a de programme que de faire barrage au RN

    • Aucune chance. Regardez les livres de science-fiction. Là où autrefois les auteurs imaginaient d’autres mondes, les succès aujourd’hui sont ceux de descriptions d’univers de magouilles et de connivences. Voilà ce qui plaît aux lecteurs.

    • Bien trop ambitieux ! Ceci impliquerait de discuter, échanger, débattre, présenter des arguments, réfuter ceux des autres parties/candidats, etc.

      Il est beaucoup plus facile, et vendeur, de revenir sur des anathèmes, des choses simplistes et biaisées, des petites phrases ou autres. Je dirais que les réseaux sociaux ont accentué ce phénomène en tuant toute possibilité de débattre sereinement, quelque soit le sujet.

  • Libé? LE Libé qui m’a invité a me casser, sale riche?
    Un haut parleur de haine et de violence, qui ne tient debout que par la violence légale.

    Nuls? Z’etes gentil, H16.
    OBSCENES.
    Comme tous ceux qui sous le cache sexe de la vertu apparente appellent a égorger les patrons qui couinent comme des cochons, a les y pendre sous les ponts d’Avignon, etc etc etc.

    Ces nazillons en culottes courtes ne méritent le moindre article. Que notre mépris.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don