Pourquoi étudier l’économie du développement ? (1)

Un peu de culture économique en moins de 3 minutes. Découvrez notre nouvelle série dominicale sur l’économie du développement. Une vidéo d’Emmanuel Martin pour l’Académie libre des Sciences humaines.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi étudier l’économie du développement ? (1)

Publié le 14 février 2021
- A +

Par Emmanuel Martin.

Emmanuel Martin introduit son cours de l’économie du développement. Il rappelle que la misère est la condition originelle de l’humanité et qu’elle ne s’explique pas contrairement à la prospérité. C’est tout l’objet de ce cours que de comprendre les mécanismes qui permettent le développement économique.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Attention la condition naturelle est un grande pauvreté matérielle, mais pas une absence de bonheur.., le risque de mourir d’etre malade est beaucoup plus élevé.. mais psychologiquement ça blinde, ça rend insouciant car nulle besoin de penser trop avant,

    La richesse peut introduire des causes de souffrances morales..

    On peut même se poser la question de savoir si souffrir au moins un peu n’est pas « vital » au moins pour le ciboulot..

    nous sommes des machines biologiques complexes douées d’intelligence, c’est à dire la capacité à résoudre des problèmes.. or la vie moderne a juste changé la nature des problèmes à affronter, à l’instar du système immunitaire, notre intelligence semble parfois se retourner contre nous faute d’ennemie extérieur à combattre…

    Ceci étant dit juste pour préciser que un objectif de développement économique ne sera jamais une raison indiscutable pour priver des gens de leur liberté…
    vive les ventres pleins et surtout à bas la mortalité infantile..

    le vrai but est le bonheur, la prospérité est un moyen.. pas un but..

    Il ne faut jamais oublier cela ..

    • @jacques ce que vous dites est très juste mais ce n’est pas le sujet de l’article . Ici il est question de prospérité matérielle. Le sujet du bonheur est autre. Je vous rejoins que le fait que l’étude du bonheur par rapport au développement d’une société serait intéressante. Mais on pourrait aussi aborder liberté/bonheur, sécurité physique/bonheur .

    • Je vous rappelle qu’à l’origine l’espérance de vie des hommes était de 25 ans et qu’ils devaient se battre tous les jours pour se procurer de quoi manger! Ils n’avaient pas le temps de profiter du bonheur. Les pauvres n’en ont guère l’occasion!

  • Marre de ces videos enregistrées avec une voix monocorde qui me donnent l’impression sonore d’être au fond d’une salle et qui me font décrocher au bout de 30 secondes…

    Si vous voulez faire des ‘podcasts’, mettez y les moyens techniques ou laissez tomber…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
1
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

La mode a été lancée à la chute du communisme au début des années 1990 lorsqu’une partie de la population des pays de l’Est (en particulier les plus âgés) affirmait regretter la période où tous étaient pris en charge par l’État et le Parti, qui leur assuraient le minimum pour vivre.

La faillite de l’économie marxiste, les règles nouvelles du marché, le fait de devoir beaucoup chercher pour trouver un emploi, tout cela a découragé à l’époque beaucoup de gens et leur a fait regret... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

Cette question cruciale est à nouveau au cœur du débat public avec pour beaucoup la conviction que la colonisation a été un facteur décisif de l'enrichissement de l'Occident qui de ce fait doit réparation aux peuples anciennement colonisés.

Un mythe dénoncé par l'histoire économique

Pour y voir plus clair il n'est pas inutile de se référer aux travaux des historiens de l'économie et en particulier à ceux de Paul Bairoch, qui font autorité. Dans Mythes et Paradoxes de l'Histoire Économique (1994), il établit cl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles