Birmanie : l’Occident a tout faux

OPINION : personne ne parle de la Chine, car plus personne ne peut plus rien à sa colonisation de la Birmanie qui est effective.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
burmese by Syed Shameel (creative commons) (domaine public)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Birmanie : l’Occident a tout faux

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 février 2021
- A +

Par Gilles Della Guardia.

Le coup militaire récent en Myanmar a montré, une fois encore, la faiblesse de l’analyse médiatique occidentale, pour ne pas dire même son aveuglement et ses biais idéologiques.

On s’est excités chez nous sur les droits de l’Homme dans le nord-ouest du pays et maintenant on va s’obnubiler sur le respect du suffrage populaire à Naypyidaw (prononcer népido, Rangoon demeurant le centre économique et social). Mais, en réalité, depuis une bonne dizaine d’années, le sujet n’est plus vraiment là  : le sage s’occupe de coloniser la lune, tandis que l’occidental s’énerve sur le doigt qui la désigne…

Ainsi, personne ne parle du fond des choses qui est l’emprise entière de la Chine sur ce pays, laquelle a permis à l’Empire du milieu de devenir de facto un riverain majeur de l’Océan indien. Mais, personne ne parle de la Chine, car plus personne ne peut plus rien à sa colonisation de la Birmanie qui est effective.

Or, c’est à l’évidence un point important, car ce pays magnifique, mais tenu par des mafias anciennes et puissantes utilisant de longue date d’une part la religion pour maintenir leur asservissement des populations et d’autre part la production de drogues1 pour perpétuer guérillas et instabilités internes, est stratégique dans le conflit sino-indien. Et même plus largement dans la puissante percée engagée méthodiquement par la Chine vers l’Océan indien. Son succès, probable, scellerait sa victoire sur l’Occident qui tente encore de s’y opposer avec son alliance « indo-pacifique »…

Mais il est bien tard : ceux qui ne réfléchissent qu’à court terme, se sont ainsi condamnés à être en retard pour les échéances décisives. La Birmanie et l’Océan indien en sont assurément bien une…

Pendant ce temps-là, la Chine a engagé une accélération intense du développement de sa marine, avec entre autres trois porte-hélicoptères mis à l’eau en moins d’un an et demi2 : de 35 000 tonnes chacun, donc près de deux fois plus lourds que nos Mistral. Huit unités similaires auraient été commandées au total pour mise en service d’ici 2027.

La Chine qui absorbe 30 % des exportations répertoriées de la Birmanie et lui fournit 40 % de ses importations, y est véritablement « chez elle » : en effet, même si la Chine n’affiche pas de revendication de principe vis-à-vis de la Birmanie, elle en a déjà acquis les principaux actifs géographiques, notamment en matière logistique avec l’axe Kummin-Kyaukpyu et d’exploitation offshore.

Sans compter aussi le très discret côté financier, ni en outre tout ce que l’on ne sait pas, mais que l’immensité de la puissance financière chinoise étatique oblige quand même l’analyse réaliste à prendre en compte, s’agissant d’un enjeu si stratégique… Sans surprise, les chiffres publiés des IDEs montrent la domination de l’investissement chinois en Birmanie, direct et indirect

La chaîne stratégique chinoise s’étend depuis la Birmanie et la Thaïlande jusqu’à Djibouti, en s’appuyant désormais solidement aussi sur l’Iran. Que ce grand pays, et sa dictature, ait récemment repris aussi ouvertement le développement de son nucléaire militaire, ne peut vraiment s’expliquer que par l’alliance chinoise discrètement conclue récemment, dont l’accord de troc « pétrole contre produits manufacturés » qui a été publié, est une indication claire de sa réalité, tout autant que l’existence d’un volet militaire ne fait plus aucun doute, à constater les commentaires à ce sujet en Israël.

Et chacun comprend combien cela arrange hautement le PC chinois que l’Occident s’évertue à affaiblir les dirigeants birmans, les militaires comme madame Aung-San-Suu-Kyi… L’état d’urgence a été imposé pour un an ; un an : le temps nécessaire aux maîtres pour boucler méthodiquement et sans tapage tous les élus et sympathisants démocrates…

Alors que la normalisation de Hong kong est désormais une affaire actée, l’attention de tous les Occidentaux, mais aussi de toute l’Asie, Japon et Corée en tête, ainsi que des Australiens, des Indiens, des Français, est focalisée sur Taïwan. Mais le front ouvert est bien plus large… Et au même moment, l’OTAN sans rire, fait de grandes manœuvres agressives à la frontière russe…

Continuerons-nous longtemps à ne regarder que le doigt ?

  1. Opium (état Shan au NE, à la frontière chinoise), amphétamines, héroïne.
  2. Par le chantier naval de Hudong Zhonghua à Shanghai.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • J’ai bien peur que vous ayez raison, et en même temps la Chine a mis la main sur une partie de l’Afrique, achetant des millions d’hectares, avec la complicité des dirigeants, et y mettant des ouvriers chinois. La tenaille se resserre.

  • Je plussoie d’autant plus l’article que la Chine vient de s’opposer, à l’ONU, à la motion de censure du coup d’état.

    J’avais eu l’occasion de passer deux semaines dans ce magnifique pays du temps des sanctions européennes et pu constater la main-mise chinoise sur le commerce ( y compris sur la réexportation par la Chine au Myanmar de produits achetés en Europe )

    Quant à l’aveuglement européen concernant Aung San Suu Chi, prix Nobel et parangon de la liberté, il faut rappeler qu’avant sa première mise en résidence forcée, elle voulait établir un régime à parti unique, ce qui lui avait valu le poste de vice-présidente de l’internationale socialiste.

    Si les « petits hommes verts », comme les Birmans appelaient avec dérision les généraux, ne l’avaient pas éliminée, c’était surtout en raison de sa filiation, son père étant le héros assassiné de l’indépendance de la Birmanie qui lui avait valu, et lui vaut encore, le respect du peuple birman, même si son extrême rigidité était critiquée.

  • Comment des politicards incapable de gouverner la France, Chômage, Ecolo-démagogie, Dette, Terrorisme, … Peuvent prétendre donner des conseils a d’autres pays ?

  • Je suis en effet surpris de ne pas entendre beaucoup parler de la Chine sur le sujet.

    • Je pense que ‘est parce que tous nos medias sont classiquement aveugles par la junte militaire birmane(=fascisme de droite, donc Hitler, Pinochet, Argentine , Chili) sans essayer de comprendre que la Chine est derriere.

  • Du moment que les Birmans ne subissent ni taxes ni réglementations et qu’ils peuvent échanger et se déplacer librement, ils n’ont pas de problème.

  • Des manoeuvres agressives? Des manoeuvres tout court, comme la Russie en fait sur les frontières des pays Baltes!

  • Taiwan devrait commencer par faire ce que les dictatures detestent: legaliser le port d’arme sans registre et mettre les armes en vente libre pour tous les citoyens. Quand les chinois debarqueront, ca risque de leur faire tout drôle.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
la Chine
11
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Dans un entretien donné à Politico, Bill Nelson, administrateur à la NASA, fait part de son inquiétude quant à l’entrée de la Chine dans la compétition spatiale pour aller sur la Lune. Pour lui, la Chine pourrait rapidement trouver un moyen d’alunir pour tenter de s’approprier les ressources les plus riches du satellite naturel. Nelson cite en exemple -plus terre à terre oserions-nous dire- l’attitude de Pékin en mer de Chine méridionale, qui a étendu sa domination militaire sur certaines îles au statut contesté : « Si vous en doutez, regarde... Poursuivre la lecture

Par le Club Influence de l’AEGE. Un article de Conflits

Depuis la Seconde Guerre mondiale et a fortiori au cours de la dernière décennie, le sujet de l’intelligence artificielle s’est véritablement imposé comme un enjeu technologique clé, conduisant à une course à l’innovation entre acteurs mondiaux.

Mais plus encore que de simplement réveiller l’intérêt des startups, des chercheurs, des fonds d’investissement ou des écrivains de science-fiction, l’IA s’impose aussi comme un véritable enjeu de souveraineté politique et géopoliti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles