L’analyse de l’ONU sur les désastres naturels : un désastre intellectuel

Selon la préface de la publication intitulée « Le Coût des désastres » : « ce travail donne du poids à la justification de l’action sur le climat ». Elle comporte néanmoins de nombreuses erreurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Lucy Chian on Unsplash - https://unsplash.com/photos/LYq7W1lRal4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’analyse de l’ONU sur les désastres naturels : un désastre intellectuel

Publié le 19 novembre 2020
- A +

Par Rémy Prud’homme.

Il y a quelques mois, The Lancet, la « revue médicale de référence », publiait un article sur les méfaits de l’hydroxychloroquine, repris par l’ensemble des médias et des politiciens. L’article était totalement bidon. Il fut assez rapidement reconnu comme tel, et finalement rétracté par la revue elle-même.

Le coût des désastres naturels

The Lancet fait des émules. Le 12 octobre, l’UNDRR, l’organisation des Nations-Unies en charge de prévenir les désastres naturels publie un petit opuscule intitulé : Le Coût des désastres. Dans la préface, le patron de l’UNDRR présente ces désastres comme : en augmentation très rapide, et causés par le changement climatique.

Tous les médias, en particulier en France, reprennent en chœur ce message.

Citons, par exemple, Le Figaro : « le changement climatique est le principal responsable du doublement des catastrophes naturelles ». Ces deux affirmations sont bidons comme l’article du Lancet. Il est facile de le montrer – en s’appuyant notamment sur le texte même de l’opuscule, qui fournit sans le vouloir des données à cet effet.

Pour analyser l’évolution des désastres naturels, l’opuscule présente, pour deux périodes de 20 ans consécutives, deux types de chiffres : le nombre de « désastres », et le nombre des morts qu’ils ont causés, comme le montre le tableau 1.

Le tour de passe-passe de l’étude onusienne consiste à ne considérer que la première ligne du tableau. Elle montre en effet que le nombre de désastres a augmenté de 74 % (doublé) entre les deux périodes.

Une quadruple erreur

Cette façon de faire implique une quadruple erreur, pour ne pas dire une quadruple faute.

1) Elle s’appuie sur le concept de nombre de désastres, qui est très peu significatif. Tous les désastres ne se valent pas. Considérer le tremblement de terre de Haiti (220 000 morts) et un glissement de terrain (100 morts) et parler de deux désastres n’a pratiquement aucun sens.

2) La méthodologie utilisée suppose que le recensement annuel des désastres a été aussi bon dans la première période que dans la deuxième. On a des raisons d’en douter. Collationner des informations sur tous les désastres qui interviennent dans tous les pays du monde est une opération difficile et coûteuse. Pour les tremblements de terre, on a un indicateur de gravité : l’échelle de Richter.

Mais il pose un problème à savoir à partir de quelle magnitude (4, 5, 6 ?) un tremblement de terre devient-il un désastre ? Pour d’autres types de désastres, disposons-nous d’indicateurs comparables ?  Comment être informé des petits désastres (si l’on ose s’exprimer ainsi) qui surviennent dans les forêts du Congo ou dans le désert de Gobi ?

Avec le temps, et l’argent, les trous de la raquette se raréfient, le système d’information s’améliore, et le nombre de désastres enregistrés augmente, même si le nombre de désastres effectifs reste constant.

Les auteurs font semblant de ne pas comprendre cette évidence. Les 4212 désastres des années 1980-99 sont les désastres survenus dans environ 90 pays. Les 7348 des années 2000-19 sont les désastres survenus dans environ 120 pays. Il n’est pas surprenant, et pas significatif, que le premier chiffre soit inférieur au second. Dans toutes les universités du monde, un étudiant de deuxième année coupable d’un biais aussi grossier se ferait sérieusement tirer les oreilles.

Les chiffres du rapport de l’UNDRR lui-même confirment doublement ce biais.

D’une part, durant la deuxième période (par rapport à la première période), le nombre de morts par désastre a diminué de plus de 40 %, ce qui est difficile à expliquer autrement que par une meilleure collecte de l’information sur le nombre des désastres.

D’autre part le rapport (Figure 5) donne le nombre des désastres pour chacune des vingt dernières années : loin d’augmenter dramatiquement, ce nombre a stagné, et il a même eu tendance à diminuer. Pour faire dire à l’étude citée qu’elle montre « deux fois plus de catastrophes naturelles en 20 ans » (Le Nouvel Observateur) il faut n’avoir même pas avoir ouvert ladite étude et regardé cette Figure 5.

3) Le nombre des morts est un meilleur (ou un moins mauvais) indicateur que le nombre des désastres : plus additif, et plus facile à connaître. Comme le montre la deuxième ligne du tableau ci-dessus, le nombre des tués par des désastres naturels est resté pratiquement le même pour les deux périodes (+3 %). Comme on l’a vu ci-dessus, cette stagnation cache une importante diminution.

Mais il y a plus. Le bon sens impose de rapporter cette évolution à l’évolution de la population (+31 %). Pour un désastre donné, davantage de personnes égale davantage de morts. On voit alors que la gravité des désastres naturels, mesurée en morts par habitant, n’a pas doublé, mais au contraire diminué de 20 % de la première à la deuxième période. Il est difficile d’imaginer que les experts bien payés des Nations-Unies ne comprennent pas cela. C’est donc consciemment qu’ils transforment ce -20 % en un +100 % (le doublement). Le lecteur mettra le mot qui convient sur cette opération.

4) En ce qui concerne la prétendue cause de la prétendue augmentation massive des désastres naturels (« Principal responsable : le changement climatique » titre Le Monde), la soi-disant étude est muette. Elle ne propose aucun chiffre (même biaisé) et aucun argument (même fallacieux).

On y trouve même (Figure 10) un contre-argument : les tremblements de terre et les tsunamis ont été responsables de 58 % du total des tués par les désastres naturels. Déjà, en 2015, le président Hollande, en voyage aux Philippines, s’était signalé en expliquant que les tsunamis qui avaient dévasté ce pays étaient la preuve du réchauffement climatique. Il l’avait même fait dire par deux actrices, plus connues par leurs charmes que par leurs publications scientifiques.

Tous les géologues du monde, qui savent évidemment que les tremblements de terre viennent de la terre et non pas du ciel, avaient bien rigolé. Pour au moins 58 % des tués, le changement climatique ne peut absolument pas être un facteur explicatif, encore moins le  principal responsable.

Est-il un facteur explicatif pour les 42 % des tués restant ? Même pas. Le GIEC – qui n’est pas précisément un repaire de climato-sceptiques – a publié en 2012 un rapport sur les événements climatiques extrêmes. Il reconnaît explicitement (pp. 119-120) avoir, pour les évolutions passées, une « confiance faible » dans l’hypothèse d’une aggravation : des vents, des moussons, des cyclones tropicaux, des inondations, des glissements de terrain, des sécheresses (plus intenses dans certaines régions, moins intense dans d’autres), et des fortes pluies (un peu plus d’augmentations que de diminutions).

Cette affaire est comparable à l’affaire de l’article du Lancet – en pire. La prestigieuse revue britannique s’est lamentablement plantée, mais elle l’a reconnu, et a retiré son article. Les Nations-Unies ne reconnaitront pas le caractère bidon de leurs affirmations sur les désastres naturels.

Les journaux qui les ont reproduites encore moins. Le haut-fonctionnaire onusien mange le morceau dans sa préface : « ce travail donne du poids à la justification de l’action sur le climat ». Peu lui importe qu’il soit bidon. Comme disait à peu près Orwell dans 1984, mentir pour la bonne cause, c’est dire la vérité.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • La majeure partie des journalistes qui relaie de genre de machin comprend les fautes logiques.. tous les scientifiques qui ont participé aussi.. c’est dire si on est parti loin dans l’idéologie …

    Les chercheurs jouent à un jeu dangereux..
    Que les journalistes ne se plaignent pas d’être méprisés.

    Et j’imagine les profs de math ou de sciences amenés à parler de ce genre d’études devant des élèves, ou tout éducateur prétendant développer l’esprit critique des mômes..ça doit gratter quelque part..

    En quelques années on a vu la chute de la liberté d’expression, de l’esprit critique et même le retour d’une forme de lyssenkisme soft …

    • « La majeure partie des journalistes qui relaie de genre de machin comprend les fautes logiques »
      Pas sûr. Les journalistes vont rarement plus loin que le seul relai de la parole de l’autorité publique. Je ne crois pas qu’ils cherchent à comprendre. Je ne crois pas qu’ils comprennent. Ils n’en ont pas le temps. A peine ce sujet est-il évoqué qu’ils passent à autre chose.

    • Excellentes remarques, notamment la complicité et la corruption des journalistes qui ne peuvent trouver d’excuse dans l’incompréhension des absurdités qu’ils recopient complaisamment. On a toutefois du mal à imaginer ce que pourrait être le « lyssenkisme soft », pas plus que le meurtre gentil, la torture amicale, le viol tendre, les impôts pour notre bien…

  • Très bon.
    L’ONU n’est pas plus que le GIEC un repaire de climato-sceptiques. C’est un repaire d’escrocqs.

    • Le Machin est devenue l’internationale islamo-gauchiste en roue libre. On y apprécie notamment les droits de l’homme mis sous la coupe de pays éminemment tortionnaires. Alors, les histoires de climats, c’est pour la bonne bouche.

      Sévère reprise en main nécessaire.

  • Comment ça, la faute du changement climatique ?

    Tous les scientifiques savent que c’est l’immoralité des femmes qui est en cause !

    ( ou les mâles colonialistes blancs ou Donald Trump ou … )

    • Surtout pour les tremblements de terre! Un « savant » les expliquait d’ailleurs par l’homosexualité masculine… 😉

      • lier les seismes majeurs et le CO2 humain est assez ridicule…mais en tant que telle, l’hypothèse d’interaction climat séisme est acceptable.. il semble assez acceptable que lors d’un âge glaciaire la croute terrestre soient souse à des contraintes différentes des actuelles conduisant à une activité séismique différente ..

        • Dans ce cas-là, c’est le changement de température qui est cause de tremblements de terre. Un refroidissement du climat pourrait induire les mêmes désordres. Lier réchauffement et désordre reste une arnaque intellectuelle.
          Soit dit en passant, les périodes glaciaires (y compris le petit âge glaciaire des 15eme-19eme siècle) ont été bien plus préjudiciables à l’humanité, et à la vie elle-même, que les périodes chaudes…

        • Exact : la Scandinavie en particulier a des mouvements d’ascenseur au gré des glaciations (poids des glaces) et des déglaciations. Il en résulte que le socle granitique est très fracturé. Mais c’est peut être finalement un bien pour le risque de séismes car les contraintes peuvent se relâcher plus facilement au lieu de s’accumuler jusqu’à un séisme vraiment monstrueux.

    • Faites pénitence vils ultra-libéraux, voici venir Sodome-et-Gomorrhe 2.0!

  • Réchauffement climatique et désastres. Ce lien, pourtant absolument pas fondé, montre à lui seul que les autorités publiques tendent une nième variante de Gouvernance par la Peur !

  • Article excellent, comme toutes les analyses de R Prudhomme.
    Il me navre et réjouit à la fois.
    Il me réjouit car il y a encore des gens qui réfléchissent malgré le matraquage politico-médiatique.
    Il me navre car les courants idéologiques en action, relayés par la finance pour des logiques financières à court et moyen terme, sont tellement indestructibles qu’un article simple, clair, compréhensible par tous comme celui là ne change rien à la situation.

    • Il faut être optimiste et patient. Ils peuvent gagner quelques batailles mais pas la guerre. La réalité est trop forte pour leurs mensonges.

    • @Michel Negymas = même constat. R. Prudhomme excellent et toujours ce petit truc pour nous égayer malgré la stricte rigueur des chiffres et de l’analyse ! On en redemande ! Dommage que les perroquets-journaleux ne puisent pas leurs infos aux bonnes sources !

  • Tout article tamponné RCA ne doit pas être lu et doit être mis directement à la poubelle.

  • Jacques, je crains que vous soyez un peu optimiste quant à la capacité des journalistes à comprendre les fautes logiques.
    La vérité sur le changement climatique est malheureusement tellement diffusée qu’elle est majoritairement admise, même par des personnes très intelligentes.
    La religion du climat ne fait que reprendre les vieilles ficelles des religions traditionnelles, l’homme est né coupable et doit passer sa vie à se repentir.
    Certains opportunistes ont rapidement pris le train en marche, les politiques qui sont bien contents d’être nommés président d’un observatoire ou ambassadeur des pôles, des industriels qui ramassent les subventions, des entreprises qui sont prêtes à installer des panneaux solaires orientés au Nord.
    Cet article de Rémy Prud’homme est d’autant plus remarquable qu’il n’est pas évident de s’opposer à la vérité officielle en prenant le risque d’être catalogué dans le camp des ennemis de la planète.

    • Changement climatique qui ne peut pas adhérer à cette idée, personne, le climat change tout le temps.. Ils ont abandonné le réchauffement climatique…. Trop risqué. Puisqu’on va vers plus de froid.. Grâce à eux… Et avec la pénurie énergétique qui vient…. On aura vraiment froid l’hiver.

  • « mentir pour la bonne cause, c’est dire la vérité. »
    Autrement dit :
    On ne peut pas avoir raison pour de mauvaises raisons.

  • Il y a tout de même un indice de désastre qui semble doubler tous les vingt ans: le taux de billevesées consternantes que produisent les œuvres du « Machin », la palme revenant à l’IPCC (alias GIEC) si est en train ni plus ni moins de réduire l’espèce humaine à un ramassis de zombies.

  • « Dans toutes les universités du monde, un étudiant de deuxième année coupable d’un biais aussi grossier se ferait sérieusement tirer les oreilles. »

    De moins en moins, j’ai une fille en mathématique, ça va, j’ai un garçon en biologie et il voit passer un certain nombre d’imbécilités douteuses dès que ça touche des sujets « sensibles ».

  • Depuis des années, est insufflée de façon perverse la peur, toutes sortes de peurs. Et parallèlement, que les causes de ces peurs ne sont pas « normales ». D’où d’ailleurs, le stupide principe de précaution.
    Je ne peux pas m’empécher de penser que cela a bien préparé la panique actuelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

C’est avec stupeur que les visiteurs du musée du Louvre ont assisté ce dimanche à une scène hors du commun. Les différents témoins de celle-ci rapportent qu’un homme en fauteuil roulant et portant une perruque s’est levé, a tenté de briser la vitre de protection du tableau de La Joconde - installée après un premier incident en 1956 -, avant de jeter sur l'œuvre de De Vinci un gâteau à la crème. Il n’en fallait pas plus pour que cet étrange événement fasse la Une des médias et passionne les réseaux sociaux.

 

https://twitter... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles