Convention citoyenne pour le climat : la dérive autoritaire citoyenne

Selon les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, nos libertés publiques deviendraient intégralement soumis à la préoccupation écologique.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Elena Mozhvilo on Unsplash - https://unsplash.com/photos/eA32JIBsSu8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Convention citoyenne pour le climat : la dérive autoritaire citoyenne

Publié le 23 juin 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Les craintes que j’exprimais récemment sur les manœuvres de différents partis ou groupes d’opinion dans le but de faire prévaloir leur point de vue en essayant de le forcer dans le marbre réputé inaltérable de la Constitution n’ont rien de théoriques. La preuve par la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui adoptait ce week-end son rapport final dans lequel elle préconise notamment d’inscrire les impératifs climatique et écologique dans le texte fondateur de notre République.

Voilà qui devrait enchanter Emmanuel Macron car selon son propre projet de réforme constitutionnelle (qui attend toujours d’être débattu au Parlement), l’article 1er qui a pour objet de définir les contours fondamentaux de notre République serait complété de la façon suivante :

La République française « agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre les changements climatiques. »

La CCC reprend la même idée à son compte dans une formulation très semblable pour l’article 1er :

La République garantit la préservation de la biodiversité, de l’environnement et lutte contre le dérèglement climatique.

Mais elle va encore plus loin dans la place fondamentale donnée à la protection de la planète. Voici le texte du préambule et de l’article 1er de la Constitution de 1958 en vigueur actuellement (cliquer pour agrandir) :

La CCC propose d’insérer entre les deux paragraphes actuels du Préambule la précision suivante :

La conciliation des droits, libertés et principes qui en résultent ne saurait compromettre la préservation de l’environnement, patrimoine commun de l’humanité.

La planète d’abord, l’Homme ensuite

Autrement dit, nos libertés publiques et nos droits civils deviendraient intégralement soumis à la préoccupation écologique. La planète d’abord, l’homme ensuite : c’est le renversement du siècle.

L’évolution naturelle de la conscience écologique qui consiste à inscrire le développement de l’Homme de façon aussi harmonieuse que possible dans son environnement sans le ramener aux époques de l’insécurité vivrière est battue en brèche par l’écologie radicale, décroissante et anticapitaliste au nom de la culpabilité initiale et inexpiable de l’Homme : la maîtrise du feu, et par extension, la maîtrise progressive de l’énergie qui lui a permis de sortir peu à peu d’une trop courte vie de trop durs labeurs.

La culpabilité n’allant pas sans ses punitions et repentances, nous voilà maintenant avec les 149 propositions la CCC sur les bras – des propositions qui ne parlent que de punir, contraindre, taxer et interdire.

Mais comment aurait-il pu en être autrement ? Cette Convention a été imaginée par Emmanuel Macron à l’issue du grand débat national pour se sortir de la crise des Gilets jaunes. Ces derniers se sont mobilisés d’abord contre l’augmentation prévue (et annulée ensuite) des taxes sur les carburants et ils ont fini par réclamer le retour de l’ISF et une meilleure prise en compte des initiatives dites « citoyennes ».

Avec la Convention citoyenne pour le Climat constituée de 150 citoyens tirés au sort et largement cornaqués par un comité de gouvernance très écolo-compatible, sans doute Macron pensait-il se donner un peu de répit aussi bien du côté des revendications d’inspiration « citoyennes » que du côté des revendications climatiques qui font la une de nos journaux pratiquement tous les jours sous la photo de jolies actrices engagées ou d’adolescentes en colère.

Et ce d’autant plus qu’une sorte de convergence des luttes a fini par s’opérer entre ceux qui pensent à leurs fins de mois et ceux qui pensent à la fin du monde.

Il était dès lors évident que l’influence anticapitaliste serait à son comble au sein de la CCC, d’où la demande de taxation des dividendes (qui ont déjà subi l’impôt sur les sociétés) et la proposition de reconnaissance du crime d’écocide qui en pratique ne pourrait s’appliquer qu’aux entreprises.

De plus, la formulation de la mission confiée à la CCC par le président de la République ne pouvait que déboucher sur un catalogue de restrictions économiques et comportementales. Il s’agissait en effet de :

Définir une série de mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale.

Un tel énoncé pousse évidemment à s’en remettre intégralement aux revendications de l’écologisme radical dont l’opinion publique est abreuvée sans répit depuis les conclusions alarmistes du Club de Rome sur The Limits to Growth (Les limites à la croissance, 1972) et surtout depuis que Paris a hébergé la fameuse Conférence climat qui a accouché de l’objectif de limitation du réchauffement global à 1,5 °C depuis l’ère pré-industrielle (2015).

C’est ainsi que nos conventionnels demandent par exemple l’interdiction des semences OGM selon le politiquement correct écologique en vogue chez les émules de José Bové. Une jolie façon de fermer le débat sur un sujet prometteur de progrès pour l’Homme alors que les affolantes élucubrations de l’étude de Gilles-Éric Séralini sur des rats nourris avec du maïs transgénique NK603 de Monsanto ont été complètement et définitivement invalidées.

Sans compter que le GIEC lui-même reconnaît des avantages aux pratiques d’amélioration génétique des plantes, notamment pour leur permettre de s’adapter à la chaleur et à la sécheresse. Et sans compter qu’au sein du parti Vert allemand, plusieurs élus de premier plan ont publié récemment une tribune commentée par la Süddeutsche Zeitung demandant à leur parti de repenser son attitude « trop bloquée » vis-à-vis du génie génétique et aussi en ce qui concerne l’interprétation du principe de précaution.

Faute de quoi, disent-ils, « l’avenir sera discuté sans nous. »

L’avenir sera discuté sans nous

Exactement ce qui nous attend si l’idéologie écolo-décroissante continue à bénéficier plus longtemps de la présomption de vertu dont elle est actuellement auréolée grâce à l’aimable façade présentée par les carottes bio et les gentilles Amap.

Alors que le président de la République s’était engagé dès le départ « à reprendre sans filtre » les propositions qui émergeraient de la Convention et alors qu’il était question depuis plusieurs jours d’y faire participer les Français via un référendum à questions multiples, les membres de la CCC ont finalement décidé de ne soumettre à référendum que les deux points de modification de la Constitution et le crime d’écocide.

« Pour le reste, que le pouvoir prenne ses responsabilités ! » ont décrété les conventionnels. Autrement dit, qu’Emmanuel Macron trouve un moyen de tout reprendre sans en passer par le choix des Français. Selon Le Figaro,  les « citoyens » craignaient – tenez-vous bien ! – que les propositions en rapport direct avec la vie quotidienne (limitation de vitesse à 110 km/h sur autoroute, fin des vols intérieurs, etc.) ne soient rejetées !

Il est toujours tristement instructif de voir combien toutes ces personnes « engagées » qui revendiquent hautement de faire valoir leurs droits de citoyen via des assises de démocratie participative les plus fréquentes et les plus larges possibles se transforment instantanément en idéologues beaucoup plus soucieux de faire triompher leurs idées que de demander leur avis à ceux qui sont concernés.

Démocratie participative ou autoritarisme ?

Résumons : soumission de notre Constitution à l’impératif écologique et climatique, fin de non recevoir sur la question des OGM, déni de référendum par crainte que certaines propositions soient rejetées – nos « citoyens » tout émoustillés de faire vivre la démocratie participative n’ont pas mis longtemps à sombrer dans l’autoritarisme de qui sait mieux que vous ce qu’il vous faut et ce que vous devez faire.

D’ailleurs, à votre avis, pourquoi demandent-ils une régulation générale de la publicité ? « Pour limiter fortement les incitations quotidiennes et non-choisies à la consommation ». Eh oui, chers lecteurs ! Sachez que vous, moi et tous les autres, à l’exception des 150 esprits libres et citoyens de la CCC, sommes absolument incapables de faire nous-mêmes nos choix de vie. Nous sommes des imbéciles facilement impressionnables et influençables qu’il faut impérativement encadrer du matin au soir et de la naissance à la mort.

De ce point de vue, une vraie réussite, la Convention citoyenne pour le climat. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Merci à Nathalie pour ces révélations de vérités citoyennes.
    Donc, la République Française « agit », « garantit »…; BOF!.
    La République Française définit une série de mesures…. dans un esprit de justice sociale. là par contre on nous prend vraiment pour des cons!!.
    En réalité le Républicain – qui incarne la République – agit uniquement pour proroger son mandat jusqu’en 2027 et, il y croit!…
    Sa véritable stratégie écologique de circonstance: prôner le travailler moins pour glander plus! Cela permettra de réindustrialiser la France et de résorber le chômage!…

  • Préserver l’environnement.. Ça fait des siècles et des siècles que l’homme préserve son environnement et l’adapte pour y vivre le mieux possible, pas besoin d’ecolos pour ça, surtout pas… Quant au réchauffement catastrophique qui est assez benet pour croire une telle ânerie, vaut mieux ça que l’inverse, la stabilité est inconnue dans l’univers.

  • Tous ces délires sont alimentés par par des experts dont on a vu leur clones au cour de la crise sanitaire, qui au mieux s’étaient éternellement trompés (Nigel Ferguson et ses millions de morts SRAS, H1N1 et covid 19, le confinement pour tous sauf lui et sa maitresse, nos experts de plateaux tele payés par Gilead et consorts, les revues scientifiques aux articles « foireux »). Ces « experts » du climat, GIEC, Mann, Jouzel, tous dépendants des subventions publiques pour alimenter leur instituts de recherche sont tous autant dévoyés, et pourtant on continue d’embrayer sur leurs prédictions et recommandations, avec la bénédiction des médias, tout aussi veules et partiaux que pendant la crise du covid. Je songe à ne plus jamais voter, ou alors voter blanc.

  • Le petit prince
    23 juin 2020 at 13 h 17 min

    Devant l’imbecilisme de cette convention, nous aurons toujours une bonne bouffée de gas oil pour nous réjouir.

  • La petite bête
    23 juin 2020 at 14 h 32 min

    Il faut rappeler que le mouvement écologiste est fondamentalement eugéniste et malthusien. D’où le renversement évoqué dans cet article. Les cerveaux lavés par la propagande ne se rendent pas compte des conséquences de ce renversement civilisationnel.
    Nous venons de vivre un autre renversement majeur avec la « crise sanitaire »: la santé physique a été placée au-dessus de tout.
    La civilisation occidentale était basée sur la prééminence de l’homme dans la Création et sur le fait que, si la vie est sacrée, elle peut aussi être sacrifiée pour des valeurs supérieures.
    Toutes les ingénieies sociales auxquelles nous assistons actuellement, et savamment orchestrées par les médias, n’ont qu’un but: détruire la civilisation occidentale.
    Chez mon beau-père, engagé à 18 ans dans la Résistance, figurait cette maxime sur le mur de la cuisine: « vivre libre ou mourir »… C’était une autre époque.

  • Malheur au peuple dont le roi est un enfant.

  • jacques lemiere
    23 juin 2020 at 20 h 33 min

    l’écologisme..surtout rester ambigu… sinon..

  • « La planète d’abord, l’homme ensuite : c’est le renversement du siècle. »
    Excellent !
    Demandez à 150 type de convaincre le « peuple » d’abandonner sa souveraineté, qu’il délègue via la constitution, pour que soit souverain cette constitution elle même ; c’est bien le renversement du siècle.

  • Mais qui sont donc ces 150 guguss capables de s’extraire à temps complet de toute vie active et métier pendant 10 mois pour phosphorer sur ce qui sera définitivement et obligatoirement bon pour nous et la planète selon leurs injonctions ?
    Probablement des gens qui créent déjà beaucoup de richesses et de valeur ajoutée ?
    Non, j’déconne…

  • Quand l’autocratie se déguise en démocratie en fabricant une fausse assemblée de 150 personnes prises au hasard et démunie de tout pouvoir, elle se pare d’une fausse légitimité et s’inscrit dans la démagogie parfaite.
    Quelqu’un peut dire au petit coq que nous avons un Parlement ?
    Ah excusez-moi, j’avais oublié qu’il risquerait de voter, un risque que Macron ne prend même plus : se pourrait-t-il que ses godillots soient défaillants ?
    Moralité : les 150 bien-pensants décident d’une mesure phare, la baisse de la vitesse sur les autoroutes, le Président doit rire  » jaune », il va être obligé de filtrer leurs conclusions, contrairement à son engagement, s’il ne veut pas revoir les gilets et se prendre une veste…

  • C’est un cas… Rappelez vous, elle ne savait pas non plus comment mettre un masque. C’est bug vivant…

  • Écologie ou comment imposer une dictature stricte en l’habillant d’oripeaux humanitaires…

  • Nous avons le seul gouvernement au monde qui sponsorise ces délires, tout cela pour gratter quelques % en 2022.
    La France va en crever.

  • Esprit critique
    24 juin 2020 at 11 h 25 min

    Le texte proposé est suffisamment vague, pour que, au nom de « L’Effet Papillon » n’importe quel malade mental demande que l’humanité arrête de respirer !
    Dois je rappeler que nous dégageons en permanence du CO2.
    L’interdiction des exercices physiques ne serait-elle pas envisageable un jour, constitutionnellement ! ?

  • Je m’étonne du peu de réprobation contre ce comité populaire digne de la grande époque communiste.
    Donc tous en vélo, col Mao, végan, avec la menace de l’écocide pour les déviants et les apostats du programme vert, et la Traban électrique pour tous.
    Voilà où on en arrive si l’on donne le pouvoir au petit peuple.

    • Je plussoie, on a l’impression que si on dit quelque chose de raisonnable, on fait partie des rétrogrades, des pollueurs impénitents.
      La proposition de modification de loi concernant la publicité est absolument un monument d’extrême gauche : la publicité manipule les êtres simples que nous sommes, dès lors, il faut la réduire au minimum : informer sur les bonnes choses…
      Exemples :
      – PROPOSITION C2.2 : RÉGULER LA PUBLICITÉ POUR LIMITER FORTEMENT LES INCITATIONS QUOTIDIENNES ET NON-CHOISIES À LA CONSOMMATION…
      – Interdire les panneaux publicitaires dans les espaces publics extérieurs.
      – Limiter les publicités sur l’espace numérique : imposer les bloqueurs de publicité sur les navigateurs.
      – Le consommateur doit avoir expressément signifié au préalable son accord pour la réception de ces publicités ou pour leur visionnage sur un service de communication public en ligne : ce qui revient à détruire tous les formats Display.

  • A propos de l’autoritarisme et de la mainmise sur nos vies par l’état. Un humoriste belge, dessinateur dans les journaux vient de sortir un nouveau livre de 200 dessins à propos de la pandémie . Voici la préface de ce livre. « C’est un édito de Marc Moulin qui date de 2003 qui dit « Je nous vois déjà dans vingt ans tous enfermés chez nous. Les épidémies se seront multipliées et l’unique manière d’y échapper sera de rester chez soi. Grâce à Internet, le télétravail, la télévision. D’autres vont s’occuper de la livraison de notre caddie, des commandes à domicile. Nous serons des citoyens disciplinés, inoffensifs, confinés. »

  • La meilleure, retirée (au dernier moment ?) :la semaine de 28 h !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Il y a quelques jours, un article publié dans le quotidien Les Échos relayait une étude du Crédit Suisse qui présentait les principales mesures à prendre pour adopter un « mode de vie durable ». Parmi les changements, l’étude préconise de limiter le nombre de déplacement en avion à un par an, la quantité de poulet consommé à 100 grammes par semaine et le nombre de jeans achetés à deux par an.

L’ écologisme politique : aveuglement et haine du capitalisme

J’épargne au lecteur les mesures les plus loufoques concerna... Poursuivre la lecture

Par Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation of Economic Education.

L'un des arguments les plus fréquemment avancés contre le capitalisme est qu'il est le principal moteur de la pollution environnementale et du changement climatique.

Mais si l'on compare le classement des pays les plus performants en matière d'environnement établi par l'université de Yale avec l'indice de liberté économique de l'Heritage Foundation, une corrélation très différente apparaît.

Le classement de performance environnementale

Depuis plus de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles