Georges Lane est mort

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Georges Lane est mort

Publié le 7 janvier 2020
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

C’est avec tristesse que nous apprenons la mort de Georges Lane, qui fut pendant toute sa vie un défenseur acharné de la liberté et un économiste dans l’âme. Cet ancien collaborateur et exécuteur testamentaire de Jacques Rueff, impliqué depuis des années dans le mouvement libéral auprès de ses amis de l’Aleps, s’est attaché à défendre les principes du droit naturel, tout comme les préceptes de Frédéric Bastiat et de Ludwig von Mises.

Georges Lane a obtenu son doctorat en économie sous la direction de Pascal Salin. Il a été maître de conférences à l’Université Paris Dauphine, membre du Centre de recherche de théorie économique Jean-Baptiste Say dirigé par Pascal Salin, et a enseigné à l’Institut Catholique d’études supérieures à La Roche-sur-Yon.

Il a notamment travaillé sur l’économie de la Sécurité sociale. En 2007, il signe aux éditions du Trident La sécurité sociale… et comment s’en sortir ou encore, avec Jacques Garello en 2010 Réforme des retraites : un approche scientifique (éditions IREF).

Militant libertarien infatigable, il a écrit pour Le Québécois Libre, dirigé avec Jacques Garello le libre Journal des économistes sur Radio Courtoisie jusqu’en 2008 puis participé avec François Guillaumat à Radio Lumière 101. D’un tempérament discret, il n’a jamais hésité à mettre en danger sa carrière pour défendre ses convictions contre les manœuvres d’une gauche universitaire fort peu tolérante à l’endroit des idées libérales.

Ses derniers travaux portaient sur les cybermonnaies, toujours analysées du point de vue de l’école autrichienne d’économie.

En octobre 2009, il a reçu un « prix spécial 2008 pour l’ensemble de son œuvre ».

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès de Georges Lane. J’avais découvert cet infatigable défenseur de la liberté au travers de ses caustiques entretiens avec François Guillaumat (et que j’invite chacun à réécouter http://liberpedia.net/l101/). Il m’avait toujours paru doté d’une grande patience et humilité – qualités que nous autres, libéraux, oublions trop souvent d’exercer. Que son âme repose en paix.

  • Aucun communiqué de presse ni gouvernemental pour ce grand économiste, que je vais personnellement regretter pour ses études sur la monnaie et la sécurité sociale… Paix à son âme

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles