Georges Lane est mort

L’économiste libéral Georges Lane est mort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Georges Lane est mort

Publié le 7 janvier 2020
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

C’est avec tristesse que nous apprenons la mort de Georges Lane, qui fut pendant toute sa vie un défenseur acharné de la liberté et un économiste dans l’âme. Cet ancien collaborateur et exécuteur testamentaire de Jacques Rueff, impliqué depuis des années dans le mouvement libéral auprès de ses amis de l’Aleps, s’est attaché à défendre les principes du droit naturel, tout comme les préceptes de Frédéric Bastiat et de Ludwig von Mises.

Georges Lane a obtenu son doctorat en économie sous la direction de Pascal Salin. Il a été maître de conférences à l’Université Paris Dauphine, membre du Centre de recherche de théorie économique Jean-Baptiste Say dirigé par Pascal Salin, et a enseigné à l’Institut Catholique d’études supérieures à La Roche-sur-Yon.

Il a notamment travaillé sur l’économie de la Sécurité sociale. En 2007, il signe aux éditions du Trident La sécurité sociale… et comment s’en sortir ou encore, avec Jacques Garello en 2010 Réforme des retraites : un approche scientifique (éditions IREF).

Militant libertarien infatigable, il a écrit pour Le Québécois Libre, dirigé avec Jacques Garello le libre Journal des économistes sur Radio Courtoisie jusqu’en 2008 puis participé avec François Guillaumat à Radio Lumière 101. D’un tempérament discret, il n’a jamais hésité à mettre en danger sa carrière pour défendre ses convictions contre les manœuvres d’une gauche universitaire fort peu tolérante à l’endroit des idées libérales.

Ses derniers travaux portaient sur les cybermonnaies, toujours analysées du point de vue de l’école autrichienne d’économie.

En octobre 2009, il a reçu un « prix spécial 2008 pour l’ensemble de son œuvre ».

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est avec une profonde tristesse que j’apprends le décès de Georges Lane. J’avais découvert cet infatigable défenseur de la liberté au travers de ses caustiques entretiens avec François Guillaumat (et que j’invite chacun à réécouter http://liberpedia.net/l101/). Il m’avait toujours paru doté d’une grande patience et humilité – qualités que nous autres, libéraux, oublions trop souvent d’exercer. Que son âme repose en paix.

  • Aucun communiqué de presse ni gouvernemental pour ce grand économiste, que je vais personnellement regretter pour ses études sur la monnaie et la sécurité sociale… Paix à son âme

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Nous célébrons aujourd'hui les 141 ans de Ludwig von Mises, l'un des leaders intellectuels de l'école autrichienne. Son influence sur la promotion des idées libérales classiques au cours du XXe siècle est impressionnante.

Né dans une famille aisée dans une province de l'empire austro-hongrois qui fait maintenant partie de l'Ukraine, Mises a démontré son intelligence très jeune : il maîtrisait le français, l'allemand et le polonais et lisait le latin dès l'âge de 12 an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles