Georges Lane est mort

L’économiste libéral Georges Lane est mort.

Par la rédaction de Contrepoints.

C’est avec tristesse que nous apprenons la mort de Georges Lane, qui fut pendant toute sa vie un défenseur acharné de la liberté et un économiste dans l’âme. Cet ancien collaborateur et exécuteur testamentaire de Jacques Rueff, impliqué depuis des années dans le mouvement libéral auprès de ses amis de l’Aleps, s’est attaché à défendre les principes du droit naturel, tout comme les préceptes de Frédéric Bastiat et de Ludwig von Mises.

Georges Lane a obtenu son doctorat en économie sous la direction de Pascal Salin. Il a été maître de conférences à l’Université Paris Dauphine, membre du Centre de recherche de théorie économique Jean-Baptiste Say dirigé par Pascal Salin, et a enseigné à l’Institut Catholique d’études supérieures à La Roche-sur-Yon.

Il a notamment travaillé sur l’économie de la Sécurité sociale. En 2007, il signe aux éditions du Trident La sécurité sociale… et comment s’en sortir ou encore, avec Jacques Garello en 2010 Réforme des retraites : un approche scientifique (éditions IREF).

Militant libertarien infatigable, il a écrit pour Le Québécois Libre, dirigé avec Jacques Garello le libre Journal des économistes sur Radio Courtoisie jusqu’en 2008 puis participé avec François Guillaumat à Radio Lumière 101. D’un tempérament discret, il n’a jamais hésité à mettre en danger sa carrière pour défendre ses convictions contre les manœuvres d’une gauche universitaire fort peu tolérante à l’endroit des idées libérales.

Ses derniers travaux portaient sur les cybermonnaies, toujours analysées du point de vue de l’école autrichienne d’économie.

En octobre 2009, il a reçu un « prix spécial 2008 pour l’ensemble de son œuvre ».

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.