Bertrand Lemennicier : l’hommage de Pascal Salin

Pascal Salin salue la mémoire de Bertrand Lemennicier, disparu dimanche dernier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bertrand Lemennicier (Source collection personnelle P Garello)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bertrand Lemennicier : l’hommage de Pascal Salin

Publié le 21 décembre 2019
- A +

Par Pascal Salin.

J’ai été très heureux de cotoyer pendant plus de cinquante ans cet être exceptionnel qu’était Bertrand Lemennicier. En effet il a été mon étudiant à Nantes au début de ma carrière d’enseignant. J’avais été surpris que l’étudiant qu’il était vienne discuter avec moi de théorie économique à la fin de chacun de mes cours. J’avais admiré sa motivation et son intelligence. Et je suis ensuite toujours resté en contact avec lui. J’éprouve donc maintenant une grande tristesse du fait de son décès.

Bertrand Lemennicier a été maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, où j’étais professeur, puis enseignant à Lille, avant d’être nommé à l’Université Paris-2 qui a été le lieu essentiel de sa carrière professorale. Je me souviens particulièrement, pour ma part, des nombreux et intéressants séminaires intitulés « éthique et liberté » qu’il a organisés à l’Université Paris-2 et à l’Université Paris-Dauphine. Ceci me parait caractéristique de l’importance que l’éthique et la défense de la liberté avaient pour Bertrand Lemennicier.

Un économiste compétent et rigoureux

Bertrand était un économiste extrêmement compétent et rigoureux. Ses démonstrations reposaient à juste titre sur des analyses du comportement individuel. Dans ses nombreux livres et articles il a traité un grand nombre de sujets différents et a, en particulier, analysé des thèmes très originaux mais importants, par exemple le rôle de la morale en économie, la privatisation de la justice, le comportement familial des individus, l’analyse économique du droit et de la politique, la critique des limitations de vitesse, etc.

Je suis persuadé que tous ces travaux exceptionnels seront lus pendant longtemps et contribueront à la formation intellectuelle de beaucoup de personnes.

Il a par ailleurs été membre d’associations spécialisées dans la défense de la liberté, par exemple la Société du Mont Pèlerin ou l’ALEPS, et récemment il a contribué au lancement du Journal des Libertés.

Ces derniers jours, j’ai reçu un nombre considérable de messages de personnes qu’il avait connues et toutes soulignaient non seulement ses qualités intellectuelles exceptionnelles, l’originalité de ses travaux, mais aussi sa gentillesse et l’attention qu’il portait à autrui. Son décès est une très grande tristesse pour nous tous. Mais il restera toujours proche de nous.

Voir le commentaire (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stéphanie Slade.

Les temps sont durs pour le partenariat conservateur-libertarien qui a caractérisé la politique américaine de centre-droit dans la seconde moitié du XXe siècle.

Une attention considérable a récemment été accordée à la montée du post-libéralisme : les populistes de droite, les nationalistes et les intégristes catholiques adoptent pleinement un gouvernement musclé comme force du bien tel qu'ils le définissent. Mais rien ne prouve encore que la plupart des conservateurs partagent une telle affinité pour l’État.... Poursuivre la lecture

La première partie de l'entretien avec Gloria Alvarez (dirigé par Raphael Krivine) est ici/The first part of the interview with Gloria Alvarez is here

En France, il y a un débat sur le protectionnisme. Dans les années 1990, au siècle dernier, nous étions en faveur du marché libre, de la loi de Ricardo. Mais aujourd'hui, notre industrie ne représente plus que 12 % de l'économie. Sommes-nous allés trop loin, en faisant le choix d'acheter des produits industriels à des pays qui n'utilisent pas les mêmes règles ? Quelle est votre position ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Harry Browne

1. Je m’engage à promouvoir la liberté en faisant appel à l'intérêt personnel de chacun, plutôt qu’en essayant de convaincre d’adopter ma conception du bien et du mal.

2. Je m’engage à éviter d’entrer dans des polémiques. Mon but est d'inciter certains à désirer la liberté, pas de leur prouver qu'ils ont tort.

3. Je m’engage à écouter quand des personnes me parlent de leurs désirs et de leurs besoins. Ainsi, je peux les aider à comprendre comment une société libre peut les satisfaire.

4. Je m’engag... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles