Bertrand Lemennicier : l’hommage de Pascal Salin

Bertrand Lemennicier (Source collection personnelle P Garello)

Pascal Salin salue la mémoire de Bertrand Lemennicier, disparu dimanche dernier.

Par Pascal Salin.

J’ai été très heureux de cotoyer pendant plus de cinquante ans cet être exceptionnel qu’était Bertrand Lemennicier. En effet il a été mon étudiant à Nantes au début de ma carrière d’enseignant. J’avais été surpris que l’étudiant qu’il était vienne discuter avec moi de théorie économique à la fin de chacun de mes cours. J’avais admiré sa motivation et son intelligence. Et je suis ensuite toujours resté en contact avec lui. J’éprouve donc maintenant une grande tristesse du fait de son décès.

Bertrand Lemennicier a été maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, où j’étais professeur, puis enseignant à Lille, avant d’être nommé à l’Université Paris-2 qui a été le lieu essentiel de sa carrière professorale. Je me souviens particulièrement, pour ma part, des nombreux et intéressants séminaires intitulés « éthique et liberté » qu’il a organisés à l’Université Paris-2 et à l’Université Paris-Dauphine. Ceci me parait caractéristique de l’importance que l’éthique et la défense de la liberté avaient pour Bertrand Lemennicier.

Un économiste compétent et rigoureux

Bertrand était un économiste extrêmement compétent et rigoureux. Ses démonstrations reposaient à juste titre sur des analyses du comportement individuel. Dans ses nombreux livres et articles il a traité un grand nombre de sujets différents et a, en particulier, analysé des thèmes très originaux mais importants, par exemple le rôle de la morale en économie, la privatisation de la justice, le comportement familial des individus, l’analyse économique du droit et de la politique, la critique des limitations de vitesse, etc.

Je suis persuadé que tous ces travaux exceptionnels seront lus pendant longtemps et contribueront à la formation intellectuelle de beaucoup de personnes.

Il a par ailleurs été membre d’associations spécialisées dans la défense de la liberté, par exemple la Société du Mont Pèlerin ou l’ALEPS, et récemment il a contribué au lancement du Journal des Libertés.

Ces derniers jours, j’ai reçu un nombre considérable de messages de personnes qu’il avait connues et toutes soulignaient non seulement ses qualités intellectuelles exceptionnelles, l’originalité de ses travaux, mais aussi sa gentillesse et l’attention qu’il portait à autrui. Son décès est une très grande tristesse pour nous tous. Mais il restera toujours proche de nous.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.