Repose en paix, Justin Raimondo

Justin_Raimondo by Robert Bruce Linvingston at Wikipedia-Domaine public — Robert Bruce Linvingston ,

Justin Raimondo, rédacteur en chef d’AntiWar.com et grand ami du Mises Institute, est décédé.

Par Jeff Deist.
Un article du Mises Institute

Justin Raimondo, rédacteur en chef de longue date d’AntiWar.com et grand ami du Mises Institute, est décédé.

On pourrait ajouter qu’il est parti bien trop tôt, à l’âge de 67 ans. On ne peut que pleurer l’extinction de sa voix, et le reconnaître comme peut-être l’auteur libertarien spécialiste de la politique étrangère le plus important de ces dernières décennies.

Pourtant, contrairement à de nombreux partisans de la paix, Justin lisait et comprenait l’économie – sans parler de l’Histoire et de la théorie politique.

Justin était bien connu de nombreux lecteurs de mises.org. Il est l’auteur de deux livres majeurs du genre paléolibertarien : Reclaiming the American Right: the Lost Legacy of Conservative Movement, où il appelait à un retour aux principes non-interventionnistes de la « vieille droite » de Taft et Garret, ainsi que An enemy of the State, sa biographie sur son grand ami Murray N. Rothbard. Il partageait un lien spécial et une amitié particulière avec Rothbard, et tous deux passaient d’innombrables heures à travailler et interagir ensemble.

D’année en année, j’ai eu le plaisir de le contacter par mail et de lui téléphoner de temps à autre, ainsi que de l’avoir interviewé ici. J’en ressortais toujours en riant, avec son approche « Pas de prisonniers », et fortifié par sa détermination implacable.

Justin Raimondo prit vraiment son essor au moment de la guerre du Kosovo menée par Bill Clinton, où il critiqua sans merci l’ancien président (et sa femme). Le Kosovo mit AntiWar.com sur le devant de la scène, et fit de Justin une star des cercles libertariens. Sa langue et sa plume acérées se ressentaient bien au-delà de son clavier. Et son style acerbe, couplé à une véritable recherche et à une vaste connaissance des affaires mondiales, créa une toute nouvelle forme de journalisme en ligne. Assurément, beaucoup d’entre nous se souviennent avec émotion avoir mis en favoris Antiwar.com dans les années 90 et 2000, attendant impatiemment la dernière invective de Justin envers des tyrans blâmables ou des profiteurs de guerre.

Voici un échantillon de sa manière de tacler des politiciens vaniteux, datant d’il y a à peine quelques années :

« La Libye, la Syrie, l’Irak, le Kosovo – ces pays en ruines, sont des monuments grotesques à la criminalité des opérations américaines de « changement de régime », qui firent des ravages partout où elles réussirent. Avec un tel bilan, il est incroyable que la même bande de triples buses à Washington puisse poursuivre gaiement son chemin, sans avoir à répondre de ses crimes devant qui que ce soit. Les deux principaux candidats pour la nomination à la tête des Démocrates pour les présidentielles, Mme Clinton et le Sénateur Bernie Sanders, ont, en effet, tous deux soutenu ce désastreux “guerre à guerre”. »

Et bien sûr, il n’était jamais à court de guerre à couvrir. Tu nous manqueras, vieil ami.

Traduction par Sabine Lula pour Contrepoints de Rest Easy, Justin.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.