« Rivales » de Fabrice Brunon

Un roman d’une grande force et d’une très belle écriture. Sur un sujet grave : la schizophrénie. Traité avec une subtilité et une maîtrise époustouflantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Rivales » de Fabrice Brunon

Publié le 20 avril 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

J’ai découvert ce roman tout à fait par hasard et ne m’attendais vraiment pas à une si belle surprise.

Le thème développé peut être assez dérangeant. Il est ici maîtrisé de main de maître par un auteur, Fabrice Brunon, que je ne demande à présent qu’à découvrir.

L’histoire est très subtile, servie par une écriture d’une finesse incroyable et un vocabulaire riche, qui sonnent terriblement juste.

Par chapitres très courts, alternant pour l’essentiel entre trois dates clés pour le personnage principal, le puzzle se forme peu à peu. Et on comprend petit à petit ce qui se cache derrière la psychologie particulièrement complexe du personnage (et à la fin celle des autres protagonistes centraux). Les rebondissements sont nombreux et l’auteur parvient à nous captiver totalement, à ne pouvoir lâcher le livre.

 

Une atmosphère oppressante, un rythme enlevé

 

Lénore, violoniste réputée âgée de 35 ans, se trouve seule dans l’imposante demeure familiale isolée dans la campagne lorsque, ce jour-là, son mari et son fils sont en retard. Ce qui n’arrive jamais.

Sujette à de terribles angoisses et partiellement guérie d’une enfance perturbée par des troubles psychologiques, Lénore a retrouvé un certain équilibre autour de cette vie familiale. Aussi, son mari est-il toujours ponctuel afin de ne pas perturber cette quiétude retrouvée. D’autant que sa propre mère était morte dans un accident de la route quelques années auparavant. Ce qui renforce son inquiétude, alors que ce jour-là les éléments sont déchaînés et qu’une tempête fait rage. C’est pourquoi elle est très inquiète, de plus en plus au fur et à mesure que les minutes s’égrènent…

C’est ainsi que nous allons découvrir peu à peu l’univers qui est celui de Lénore, les troubles obsessionnels dont elle est ou a été l’objet, à travers les réminiscences de son passé. Dans une atmosphère oppressante qui va nous mener de surprise en surprise, dans un scénario d’une grande finesse et justesse qui vous laisseront stupéfait.

Une superbe découverte. Un roman que je conseille fortement. Probablement le meilleur que j’ai lu ces deux ou trois dernières années. Et il s’agit d’un premier roman ! Écrit, au départ, pour son épouse, puis édité librement sur Amazon, le livre a trouvé son public (même s’il n’a pas touché tout le monde de la même manière, comme c’est souvent le cas).

 

Fabrice Brunon, Rivales, CreateSpace Independent Publishing Platform, juin 2016, 178 pages.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Ce fichu Covid a tout bouleversé : même la quinzaine de la Pléiade en a été retardée. Cette année la collection rend hommage à Joseph Kessel dont romans et récits viennent d’être publiés en deux volumes sous la direction de Serge Linkès. Ce joli cadeau, offert pour l’achat de trois volumes de la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, offre comme à l’ordinaire une biographie richement illustrée de l’écrivain retenu. Gilles Heuré a ainsi signé cet album Joseph Kessel.

Peut-être un peu oublié, cet écri... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce roman de la japonaise Ito Ogawa, tout en simplicité, délicatesse et élégance, dresse le portrait d’une jeune femme de 25 ans, Hatoko, de retour à Kamakura après quelques années passées à l’étranger. Elle revient s’installer dans la papeterie familiale, qui appartenait à sa grand-mère et dont elle va à présent reprendre le flambeau.

Un métier un peu oublié

Riche de tous les enseignements reçus de sa grand-mère – l’Aînée, comme elle la nomme – Hatoko s’apprête à mener à son tour l’activité d’écrivain public. Un métier un peu oublié, m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles