Grand débat : le gouvernement se plante sur Twitch

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grand débat : le gouvernement se plante sur Twitch

Publié le 26 février 2019
- A +

Par Dern.

Le gouvernement a donné ce 18 février une conférence en direct sur Twitch, dans un exercice convenu, mal ajusté et fade.

Après la découverte des logiciels de traitement de texte il y a dix ans, celle d’internet il y a huit ans et celle des réseaux sociaux il y a beaucoup trop longtemps, le gouvernement vient d’apprendre, probablement au hasard des confidences d’un stagiaire, qu’il existait d’autres canaux d’information que la RTBF télévision nationale.

Tout à leur enthousiasme, ils se sont empressés d’ignorer leurs retentissants échecs passés (le site internet de Ségolène Royal ou le fil Twitter de Marlène Schiappa, par exemple) et se sont bousculés pour prendre la parole sur cette “nouvelle” plateforme.

Une plateforme à succès

Pour ceux qui vivent dans une grotte, Twitch existe depuis bientôt huit ans. Cette plateforme est issue de Justin.tv, un service de streaming et VOD avec live chat. Chaque utilisateur peut créer sa chaîne, sur laquelle il diffuse (ou stream) des images en direct, et n’importe quel utilisateur peut intervenir sur une boîte de dialogue (ou chat) ouverte en permanence.

En d’autres termes, c’est comme si Pujadas avait créé sa propre chaîne, se filmait en train de présenter le JT et répondait en direct aux questions posées par les spectateurs, dits viewers. Twitch est le secteur de ce service dédié aux jeux vidéo et à l’eSport en général.  

Ce vent de liberté dans une industrie media peu accessible a fait de Twitch un succès. Le segment fut racheté par Amazon pour la coquette somme de 970 millions de dollars en août 2014.

Si tout le monde peut créer sa chaîne ou juste interagir sur Twitch, les 35 millions de visiteurs uniques par mois appartiennent principalement au fourre-tout de la catégorie jeunes : entre 15 et 35 ans, baignés de culture geek, ultra réactifs et maniant au moins un minimum les codes de communication d’Internet.

Très exactement le public que Macron et son équipe peinent à amener dans leur fameux Débat national. Selon le New York Times, la population touchée et impliquée est celle des retraités.

Plutôt que de pousser ces jeunes récalcitrants à se joindre aux assemblées du troisième âge, l’équipe gouvernementale a pris le pari d’aller chercher les jeunes là où ils se trouvent. Sur Twitch, donc.

Quand plein d’entrain, ils vont sur Internet, et que Internet.

Mais ce qui aurait pu être une bonne idée s’est transformé en ce genre de soirées d’où on se débrouille pour partir tôt.

À 28 pour servir la soupe

Dix ministres, deux présentateurs, onze modérateurs, trois plateformes de diffusion, pendant onze heures non-stop, en direct, sur n’importe quel terminal doté d’une connexion.

Pour un peu, on croirait la bande-annonce d’un reality show à la mode.

Le Grand Débathon a été coorganisé par la chaîne Accropolis de Twitch en partenariat avec le gouvernement.

Les ministres et présentateurs se sont relayés pendant onze tours de cadran pour évoquer cinq thèmes ; la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, l’organisation de l’État et des services publics, et les jeunes et la politique. En guise de Grand Débathon, on a droit à Grand Oral de l’ENA Simulator 2019.

Grand Oral de l’ENA Simulator, aussi rasoir que le vrai concours !

Premier décalage : les préoccupations principales de cette tranche d’âge sont, dans le tiercé dans l’ordre, le terrorisme (à 55 % contre 45 % dans la population totale), l’immigration et le chômage.

Pendant onze heures, les modérateurs trient les questions postées en direct dans le chat pour rendre l’interactivité de la plateforme. Les ministres, eux, bavardent avec ce qu’on peut difficilement nommer des contradicteurs : Usul, le Youtuber larbin de Médiapart, Marinette, une Youtubeuse (ne dépassant pas les 25 000 abonnés) qui aime se répandre sur les poils des femmes et à quel point elles sont oppressées, des représentant.e.s du collectif On Est Prêts, fervents partisans de taxes vexatoires pour sauver les marsouins arboricoles de Lautréanie du Sud, des jeunes invités on ne sait sur quel algorithme d’aléatoire… Rien de représentatif, que du consensuel. Les préoccupations d’un autre âge sont égrenées sur un ton lénifiant faussement enjoué. C’est La Chaîne Parlementaire sans vieux.

Pour le débat d’idées, on repassera.

Jeans et costumes cravate

On peut raffoler du navarin d’agneau, baver devant une tarte aux fraises, et pourtant grimacer à l’idée de mélanger ces deux plats.

C’est un peu le sentiment qui ressort de ce mariage raté de deux univers. Malgré le choix de média jeune et de format a priori interactif, la sauce n’a pas pris. En premier, les thématiques ne collaient pas avec les attentes de la cible. Ensuite, les attachés presse avaient fourni un bingo de mots djeunss à placer : combo, fake, y’a pas de lézard (expression déjà grossièrement ringarde en 1980)…

« À l’aise, Blaise ! Relax, Max ! »

On avait l’impression d’assister à un double jeu de dupes, où les ministres faisaient semblant d’être cools, et les modérateurs prétendaient ne pas voir les commentaires à haute teneur en n’importe quoi des quelques curieux venus voir l’OVNI.

L’écran affichant le chat était placé derrière les invités, les isolant de ce qui était censé être le cœur de la démarche : la confrontation en direct avec une bonne dose de réalité web.

Uninstall plz

Au final, l’exercice aura rassemblé en tout environ 100 000 spectateurs (Joséphine Ange Gardien n’a pas encore de soucis à se faire), avec une moyenne de 7000 viewers en direct. À titre de comparaison, un match hors compétition de Starcraft II compte environ le double de viewers en moyenne.

Trop chers membres du gouvernement, Internet est un espace libre, où il ne suffit pas de s’afficher avec un Lego de R2D2 pour être pris au sérieux. Certains l’ont compris (on pensera à Joachim Son-Forget ou Henry de Lesquen) et ont pris le train en marche plutôt que de pédaler derrière deux fois plus fort. Beaucoup de médias traditionnels sont aussi largués que vous, comme en témoigne le hashtag #journalistscantcode.

Espérons que ce choc des cultures vous aura au moins fait prendre conscience d’une chose : l’anonymat et la liberté sur Internet sont rigoureusement non-négociables.

___

Sur le web (Titre original : « Ministers cant code »)

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Comment ce cirque va-t-il être imputé aux comptes de campagne de LREM pour les européennes? (ce qui doit être le cas à partir du 1er jour du 6e mois avabt le scrutin)

  • Débattre avec des amateurs egocentriques de bastons digitales qui perdent leur temps a jouer plutôt que de profiter des merveilles de ce monde ….leur sujet favori ,le terrorisme…côté terroriste évidement…les autres se contentent de jouer au foot sans crampons
    Le monde virtuel , un monde totalement adapté a nos politiques , dommage qu’ils en sortent pour nous emmener jouer avec eux.

    • Excluez-vous également tous les amateurs de foot, de rugby, de Tour de France ? Ou ceux qui regardent des parties d’échecs ? Ou les tournois de poker ? Ou les obsédés des musées qui se perdent dans les chefs-d’oeuvre de la Renaissance ou de l’Art Brut ?
      Vous vous prenez pour mieux qu’eux ? Votre passion ou hobby est « mieux » que le leur ? Attention Réactitude ! Ce n’est pas libertarien ce que vous dites ! Au bûcher !!!!

      • J’ai sans doute un peu abuse mais sans doute que j’ai honte d’avoir fait partie de ces gens là..enfin , avant de me soigner !

        • ah oui.. il n’y a pas plus extrémiste sur la cigarette que les anciens fumeurs. C’est sans doute le cas pour d’autres choses. Sauf que la cigarette est nocive. Pas l’utilisation de Twitch.

  • ces ministres croient qu’en se cachant derrière un masque de carnaval et en faisant les clowns, leur incompréhension des problèmes et leur refus de parler de certaines choses passera ,
    décidément ils sont sur Mars !
    il devrait déjà se renseigner sur ce que l’on nomme en commercial une « étude de marché », la ils se rendraient compte que le produit qu’il proposent est invendable , et que la clientèle qu’ils ciblent n’est pas acheteuse !

  • Si je comprends bien Macron n’apparaît pas dans ces débats.

    Nul !

    Qu’est-ce qu’un débat sans Macron en manche de chemise qui agite les bras !

    C’est comme une campagne sans éolienne !

  • Je n’ai pas vu ce débat sur Twitch (je n’ai même jamais regardé Twitch, ça ne m’intéresse pas). Ce fut un exercice difficile et maladroit apparemment, mais on ne peut pas reprocher aux politiques de ne pas essayer de communiquer avec tout le monde. Ceux qui disent : « tiens ils ne maitrisent pas les codes de la jeunesse, ils essayent de faire genre, et se ridiculisent »; ben imaginez à l’inverse qu’ils aient convié 30 jeunes qui n’ont jamais mis un costume cravate et vu de près quelqu’un de plus « haut » que le maire du village à une réunion à l’Elysée avec repas 5 services. Je ne suis pas convaincu que ces jeunes auraient été brillantes, à l’aise, et maniant les codes de ce milieu inconnu.
    Les politiques doivent pouvoir parler et se faire comprendre de tout le monde, et là faut être fort. Certains citoyens ne jurent que par des débats télévisés, d’autres par de loooongs articles, d’autres par le livre du politique, blabla. Parler avec Jean-Hector de Montmirail et avec Kévin de Bully-les-Mines, c’est pas pareil.
    Bref…
    (pour info, la RTBF citée en début d’article est la télévision francophone belge du service public)

    • surtout communiquer avec des gens qui sont hors du système de taxation français..je doute que celles et ceux qui sont sur twitch régulièrement soient aptes à payer des impôts ..et c’est tellement plus facle de formater des gens qui n’y connaissent rien en politique ou qui se foutent comme de l’an 40 de problèmes de la société actuelle..

      • doutez donc, mais chiffres et preuves à l’appui svp. C’est tellement plus facile cataloguer des gens. Twitch = pauvre, chômeur, inculte de la politique, etc etc.. Et s’ils viennent du Nord, ce sont des pédos consanguins ?
        Personne n’a été forcé de suivre ce truc sur Twitch. Pas de formatage.

        • je ne voyais pas ça dans ce sens, étant moi-même gamer, force est de constater que les périodes fastes de gaming, sont situées lorsqu’on est dans le giron de ses parents ou lorsqu’on a beaucoup de temps à tuer.(et oui par contre ça inclut les périodes de chômage quoique vous pensiez)

    • Ils ne cherchent pas à se faire comprendre, mais à séduire des électeurs

  • Les politiques paniquent. Ils se rendent compte qu’ils ont perdu le lien avec les jeunes. Impossible de les brainwasher comme les papy-mamies des 30 glorieuses à coup de grand messe du 20:00 cathodique. Et les vieux ne vont pas tarder à clamser aaaarrrrrggggglllll . Bon ils vont apprendre, ils vont aller en cours de marketing numérique et se payer des influenceurs . Ca va leur coûter cher et pas sûr que ça marche, ils sont rétifs nos jeunes et désabusés .

  • « le gouvernement vient d’apprendre, probablement au hasard des confidences d’un stagiaire, qu’il existait d’autres canaux d’information que la RTBF télévision nationale. »

    Erratum, vous vouliez certainement parler de l’ORTF.
    La RTBF est la télévision belge

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles