Game of Thrones, la nouvelle guerre des étoiles diplomatique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Game of Thrones, la nouvelle guerre des étoiles diplomatique

Publié le 7 novembre 2018
- A +

Par Charles Bwele.

Plusieurs mois après le retrait de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (au grand dam de l’Union Européenne, de la Russie et de la Chine qui respectent leur engagement), le président américain Donald Trump – ou plus probablement son équipe de communication – annonçait un durcissement des sanctions dès le 5 novembre…
… En tweetant, au soir du 2 novembre, une infographie directement inspirée de la série télévisée Game of Thrones avec l’accroche « Sanctions are coming » (Les sanctions arrivent) en référence au célèbre « Winter is coming » (L’hiver approche).
Ce teaser, littéralement digne de HBO avant la diffusion d’un épisode de sa cultissime série, aurait pu en rester là… jusqu’à ce que le général iranien Qassem Suleimani – commandant de la Force Al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique (GRI) – poste une infographie « gameofthronesque » sur son compte Instagram avec l’accroche « I will stand against you » (Je me tiendrai contre toi).
Entre-temps, ce détournement de l’iconographie Game of Thrones avait quelque peu agacé la chaîne HBO qui le fit savoir à la Maison Blanche avec un tweet mi-figue mi-raisin :
« Comment dit-on utilisation illégale de marque déposée en Dothraki1 ? »
L’ambiance surréaliste fut couronnée d’abord par l’actrice Maisie Williams alias Arya Stark, en réponse au « Sanctions are coming » du président américain :
« Not Today » (Pas aujourd’hui)
Puis, ce fut le tour de l’actrice Sophie Turner alias Sansa Stark, toujours en réponse à « OncDo » :
« Ew » (Beurk!)
Last but not least. John Cooper, président de la coalition des Démocrates, ajouta son grain de sel en tweetant un photomontage représentant le procureur spécial Robert Mueller — qui enquête sur Donald Trump, dans la peau du très gameofthronesque John Snow, avec là : « Mueller is coming ».
Tout semble indiquer que les chancelleries de part et d’autre, disposent de brigades de communicants et d’infographistes prêtes à en découdre avec des punchlines hautes en couleurs et pixels sur les réseaux sociaux. Bienvenue dans les relations internationales pour Android/iPhone ?
___
Sur le web.
  1.  Le dothraki est la langue des Dothraki, un peuple de la série télévisée Game of Thrones.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Sauf que l’Iranien ne peut rien contre les USA, alors que ceux-ci ont des moyens considérables de pression!

  • Au-delà de ces sottises qui témoignent de l’inculture de certain dirigeant, il faut se rappeler que l’empire étasunien veut interdire aux autres pays de commercer à leur guise, en l’espèce avec l’Iran. Ceci va nous coûter des centaines de millions, voire des milliards, tant en ventes perdues qu’en sanctions que le rapace fisc étasunien (ne pas oublier que c’est le pays de Picsou) ne se gênera pas de prononcer, tel un Ubu prédateur lorsqu’il arrive au pouvoir.

    Sur quelle base juridique cette interdiction aussi brutale qu’unilatérale repose-t-elle ? En particulier, ceci est-il conforme aux règles de l’OMC ? Sinon, il devrait être possible (rêvons en ce qui concerne le courage nécessaire !) d’entamer une procédure à l’encontre des États-Unis pour violation – une fois de plus : c’est la spécialité et la volupté de l’Empire du Parjure qui profite de la faiblesse et de la servilité des autres pays – des accords internationaux qu’ils ont signés ?

    Voilà des questions autrement intéressantes que de s’amuser de joutes infantiles via les réseaux sociaux sur fond d’inculture et de crétinisation télévisuelles… étasuniennes, comme toujours.

  • Hum, c’est pas Jon Snow pour l’image avec Muller, c’est Ned Stark, joué par Sean Bean, et pour le coup ça a pas bien tourné pour ce personnage, on va voir si ça porte chance à Muller 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles