À parts entières, de Jacques Tornay

Pour Jacques Tornay, la vraie vie, À parts entières, est poétique et le mot de sa fin ne peut qu’être gagnant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À parts entières, de Jacques Tornay

Publié le 2 juin 2018
- A +

Par Francis Richard.

Bien sûr, ce n’est pas dit explicitement, mais ce recueil de poèmes en prose parcourt une année, comme une vie, et, mieux, se poursuit au-delà…

Le poète observe le monde qui l’entoure, et, de ces observations, il le recrée comme il le sent, sans chercher à comprendre, en s’en imprégnant, tout simplement : que du bonheur.

Dans un de ses poèmes, il dit en effet :

C’est un bienfait de ne rien comprendre à l’existence.

Un espace plus loin, il ajoute :

Heureusement les détails nous soutiennent.

Alors le lecteur lit et relit, éclairé par ces deux phrases glissées en douce dans un même poème qui se trouve presque à la fin du recueil.

Dans le premier poème le cycle annuel commence :

Mai arrive en avance. Je n’éprouve plus aucun désert en moi

et chaque visage que je croise m’en rappelle aussitôt un autre.

Dans un des derniers ce cycle semble se refermer :

Tôt ce vendredi de mai, le soleil empourpré d’un rosé de Provence

pris d’ivresse ou de vertige bascule pile sur notre ville.

Le recueil ne s’arrête pourtant pas en si bon cycle ; il se termine par un poème où se profile l’espoir d’une autre saison :

L’été pointe au contour de la forêt, prodigue en talus herbeux

qui invite à s’allonger sur eux…

Entre le début et la fin, au rythme des saisons, le poète aura eu tout loisir de s’émerveiller de ce qu’il voit et d’en noter la circonstance :

Le ciel est mélodieux

quand les nuages lui font de la place.

[…]

J’apprécie le jour parce qu’il tombe

et bravement se relève.

[…]

Même sans vent les feuilles s’en vont

vives dans la saison soi-disant morte.

[…]

Si nous aimions le brouillard au lieu de le maudire

il nous guiderait au lieu de nous égarer…

Il ne se limite pas à la première impression qu’il a. Certes, elle est bonne, mais elle en suscite bien d’autres chez lui.

Pour ne pas les perdre il a sa méthode :

Je note des phrases, en effet, et elles vont leur itinéraire

bras dessus bras dessous en trébuchant dans mon calepin.

De ces notes surgissent des images. Sans doute en a-t-il été ainsi pour ces deux-ci :

Vers minuit, au carrefour, un point d’interrogation

fait les cent pas sans aucune phrase qui le précède.

[…]

Ce trente juillet à minuit les grillons saluent la récolte des prunes

      déclarée officiellement close.

Pour Jacques Tornay, la vraie vie, À parts entières, est donc poétique et le mot de sa fin ne peut qu’être gagnant, du moins le souhaite-t-il :

Si la fin dernière me réclame

j’aimerais qu’elle s’apparente à un glissement de terrain

en douceur donnant sur un décor jamais vu auparavant.

Jacques Tornay, À parts entières, 64 pages, Éditions de l’Aire

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles