Commonwealth Games : 3 leçons pour les JO 2024 à Paris

Quelles leçons peut-on tirer pour les JO de Paris 2024, des Commonwealth Games qui se sont déroulés en Australie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Commonwealth Games : 3 leçons pour les JO 2024 à Paris

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 mai 2018
- A +

Par Karine Dupré1.
Un article de The Conversation

À l’instar de la Francophonie qui lie entre eux tous les pays francophones, souvent en lien à un passé colonial commun, le Commonwealth est une association internationale qui regroupe le Royaume-Uni et la plupart des pays anglophones qui faisaient partie de l’ancien empire britannique.

L’un des événements majeurs qui réunit ces pays tous les 4 ans sont les Commonwealth Games, équivalents des Jeux Olympiques mais uniquement pour ces pays anglophones. Alors que les 21e Commonwealth Games viennent de se clôturer (mi-avril), quelles leçons peut-on tirer, en vue de la préparation des Jeux 2024 à Paris ?

1. Parité, égalité : Paris saura faire

Tout d’abord, avec plus de 6600 athlètes et officiels et 71 pays participants, l’événement est important, mais c’est surtout la promotion de l’ambition sociale que l’on retiendra.

Au cours de ces Commonwealth Games, pour la première fois les organisateurs ont décidé de médailler également hommes et femmes, ce qui n’est pas anodin quand on sait qu’encore aujourd’hui la parité dans le sport fait cruellement défaut à tous les niveaux.

Une autre première fois tout aussi forte concerne le choix de faire concourir tous les athlètes en même temps, avec et sans handicap, sans écart temps entre les jeux. C’est aussi un choix fort et volontaire dans nos sociétés qui se disent inclusives mais qui, en pratique, ne le sont pas vraiment.

Choix qui s’est aussi trouvé renforcé dans toutes les activités festives annexes qui incluaient accessibilité pour tous et traducteur en langue des signes. La soirée thématique LGTBIQ, avec des athlètes témoignant de la difficulté d’être homosexuel dans un milieu qui ne le reconnaît que peu ou prou, a aussi participé à ce refus de la discrimination, quelle qu’elle soit.

Cependant, les manifestations aborigènes qui ont eu lieu lors des cérémonies d’ouverture et de clôture démontrent bien que certains problèmes historiques sont loin d’être résolus.

Gageons que l’organisation des Jeux à Paris, en 2024, saura aussi se positionner en faveur de l’inclusion.

2. Des infrastructures prêtes et testées bien avant l’heure

Dans un autre registre, l’une des autres grandes caractéristiques de ces Commonwealth Games est que la principale ville hôte, Gold Coast, s’est largement appuyée sur son infrastructure et ses équipements sportifs existants. Sur les 13 équipements de la ville qui ont accueilli sportifs et spectateurs, seulement deux ont été nouvellement construits.

Cependant, neufs ou rénovés, ce qu’il importe de retenir est que tous ces bâtiments étaient ouverts au public, utilisés par le public, bref testés bien avant l’ouverture des Commonwealth Games. La palme revient peut-être au centre aquatique de Gold Coast, qui a été transformé : la piscine municipale construite dans les années 1960 est devenue un équipement olympique, achevé et réouvert en 2014 pour les Pan Pacific Swimming Championship, soit 4 ans avant les Commonwealth Games.

Le pari – audacieux pour une ville australienne – de miser sur les transports publics (gratuits avec tickets pour aller voir un événement sportif) a non seulement participé à la bonne ambiance générale mais aussi permis de tester des situations d’urgence future avec des voies routières uniquement dédiées à la circulation pour les jeux. Hormis les quelques resquilleurs habituels, tout le système a profondément été respecté.

3. Une population accueillante

Et c’est peut-être ce qui nous amène aux derniers constats concernant ces Commonwealth Games. Avec plus de 15 000 bénévoles – soit près de 3% de la population de la ville ! – tout de bleu et jaune vêtus à chaque coin de rue, guidant, souriant, ramassant le moindre déchet (les poubelles étant condamnées pour raison de sécurité), des commerçants et hôteliers qui ont suivi des séminaires d’accueil, il est facile d’affirmer que l’expérience des visiteurs a certainement été majoritairement positive, c’est-à-dire qu’ils se sont sentis les bienvenus et en sécurité.

Les Parisiens sauront-ils relever le défi, eux qui sont toujours aussi mal notés par les touristes ?

Sur le web-Article publié sous licence Creative CommonsThe Conversation

  1.  Associate Professor in Architecture, Griffith University.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ah un article plein de vivre ensemble et inclusif 😉
    Sur le fond, comparer les JO et ces Commonwealth game, c est comme comparer une coupe du monde de foot et le championnat departemental de correze 😉
    Pas vraiment les meme enjeux

    Quant a l accueil, le parisien n est deja pas tres accueillant en temps normal, mais comme les JO ont ete decide contre sa volonté, il va surement pas travailler gratuitement pour que le CIO se fasse du beurre (et qu Hidalgo soit réelue)

  • Paris 2024….bien sur que tout va bien se passer ; il faut juste éradiquer la délinquance , chasser les rats qui deviennent envahissants , idem avec les gangs , remettre à neuf les banlieux ( grâce au plan borloo ) , rendre le sourire et l’envie de travailler aux parisiens qui en ont marre de bosser pour l’état , faire en sorte qu’il n’y ai pas de grève …………

  • Parité, égalité, … Et si pour les Jeux on revenait plutôt à « que le meilleur gagne ! » ?

    • @ MichelO
      Difficile d’organiser la compétition des pays candidats sur la réalité des événements de 2024, pour « que le meilleur gagne »!

      Pour « Paris », c’est un pari aussi cher que risqué! Il s’agit aussi d’une opération de « prestige » alors que la situation économique nationale ne justifie pas trop ce risque financier avec investissements premiers dans l’organisation et les infrastructures, dès maintenant, en tenant compte que la vie continue pendant les jeux!

      Mais peut-être, le projet va-t-il enflammer les Parisiens d’enthousiasme, vont-ils vouloir devenir au moins bilingues Français-Anglais, d’ici 2024, agréables et accueillants avec les étrangers, pleins d’une bonne volonté souriante pour leur faciliter leur séjour et le rendre plus agréable: ce serait un bel objectif dont on ne peut interdire de rêver!!!

      • Pour Paris, c’est d’abord une opération de connivence. Les JO sont une très bonne excuse pour passer des contrats qui mèneraient devant le juge en temps normal.
        Et quand on voit les images de Paris, on comprend un peu la mauvaise humeur des Parisiens…

  • On est le 1er mai, pas le 1er avril … hein!?

  • « les organisateurs ont décidé de médailler également hommes et femmes » -> désolé mais moi pas comprendre la phrase

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Charles de Gaulle express
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Negynas.

La desserte de Charles de Gaulle

Lorsqu’on voyage dans le monde, on constate que tous les aéroports des grandes métropoles sont reliés au centre-ville par ce que le pays peut offrir de plus impressionnant en termes de transport : efficacité, confort, ultra rapidité, et même luxe dans certains cas.

C’est tout à fait logique. L’entrée dans un pays se fait par les grandes plateformes aéroportuaires ; c’est une vitrine technologique incontournable. Aéroports de Paris est un opérateur reconnu dans le monde entier... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Selon le journal Les Échos du 19 novembre 2019, EDF s'engagerait à respecter un objectif « zéro carbone » émis et à « fournir 100 % » de ses sites en électricité renouvelable afin que les Jeux Olympiques Paris 2024 soient « les plus responsables de l'histoire ».

Le Président de ces JO, l’ex champion olympique de canoë Tony Estanguet, cité dans l'article, a-t-il mal compris et transformé "électricité zéro carbone" (qui inclut le nucléaire) en "électricité renouvelable", ou EDF s'est-elle prêtée à cette mascarade ?... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Être encore maire de Paris pour les JO de 2024, montrer au monde entier comment la capitale s’est débarrassée de ses habitants – pardon, lapsus – s’est débarrassée des voitures, de leur cortège de polluants maléfiques et de leurs immondes volutes de CO2 pour les remplacer par des petits oiseaux qui vivent d’air pur et d’eau fraîche – pardon, lapsus – par des habitants heureux à vélo et en roller, quelle merveilleuse consécration ce serait pour Anne Hidalgo, grande prêtresse mondiale de l’ère urbaine post COP21 !

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles