La Terre tremblante, de Marie-Jeanne Urech

La terre tremblante, une fable poétique et humaniste sous des dehors de réflexion écologique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Terre tremblante, de Marie-Jeanne Urech

Publié le 27 avril 2018
- A +

Par Francis Richard.

Bartholomé de Ménibus n’a pas tué le père, mais il l’a enterré. Après quoi il est parti du village. Il a gravi la montagne pour aller voir ce qu’il y avait derrière. Et il a vu que, de l’autre côté de la montagne, s’en cachait une autre, et, derrière celle-ci, une autre encore, et ainsi de suite.

Cela ne l’a pas découragé. L’homme est ainsi fait qu’il a soif de connaissances, depuis le pommier d’Eden, et qu’une déception, si grande soit-elle, ne suffit pas à le faire renoncer. Derrière chaque montagne Bartholomé fait des rencontres, qui ne laissent pas de le surprendre.

Derrière la première montagne il rencontre des vieillards abandonnés par leurs familles qui partaient en vacances : on n’abandonne pas seulement des chiens au bord de la route. Pour attirer le touriste, les vaches y sont pourvues de hublots, fenêtres sur leur panse, pour y voir leur lait…

Un ange boiteux

Rose Slatter s’inquiète pour Bartholomé de Ménibus. Elle a un physique disgracieux : elle boite. Mais elle a un cœur d’ange, un cœur sincèrement épris de Bartholomé. C’est un ange boiteux. Rose et Bartholomé, avant qu’il ne parte, aimaient s’asseoir sur un banc, côte à côte.

Après avoir attendu Bartholomé quarante jours sans qu’il revienne, elle part en claudiquant à sa recherche, en quête de traces qu’il aurait laissées derrière lui. Chemin faisant elle lui écrit une longue lettre affectueuse, tandis que, parallèlement, il fait le récit discontinu de son errance.

Le monde qu’ils décrivent l’un et l’autre n’a rien de réjouissant : c’est le monde cauchemardesque de La Terre tremblante, préfiguration de ce que le monde d’aujourd’hui pourrait bien être demain, faute non pas de prises de conscience, mais de responsabilités bien définies.

Les êtres et les choses s’adaptent pourtant aux nouvelles conditions auxquelles ce monde les soumet, comme si la vie devait toujours l’emporter sur la mort, ce qui ne veut pas dire que ce soit merveilleux pour autant. La merveille reste cet amour à distance de Rose et de Bartholomé…

Marie-Jeanne Urech, La terre tremblante, Hélice Hélas, 128 pages.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles