Les banques centrales ont réinventé la pierre philosophale

Petite histoire de la monnaie et du rôle des banques centrales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les banques centrales ont réinventé la pierre philosophale

Publié le 18 avril 2018
- A +

Par Dominique Philos.
Un article de Témoignage fiscal

Pendant toute la durée du Moyen Âge, des personnages illustres ont cherché la pierre philosophale ; cette hypothétique substance alchimique qui permettrait de provoquer la transmutation du plomb en or.

À cette époque, la richesse était directement liée à la détention de métal précieux et, de ce fait, la possibilité de transformer le plomb en or signifiait une richesse assurée et, pour certains princes surendettés, la possibilité de résoudre d’un seul coup tous leurs problèmes chroniques de dettes.

On dit que Philippe IV le Bel (1268-1314) s’y serait intéressé mais que, devant la « lenteur des progrès » il ait trouvé finalement plus simple de s’attaquer directement au trésor des Templiers.

[related-post id=306654 mode=ModeSquare]

La monnaie métallique en circulation étant rare, elle avait une valeur intrinsèque ce qui n’empêchait pas une certaine inflation ; surtout lorsque les monarques (Philippe le Bel notamment) réduisaient la quantité d’or dans les pièces.

La monnaie perdant de sa valeur, il en fallait davantage pour acheter les mêmes biens.

Un pas en avant

Au 18° siècle, on a fait un « pas en avant » avec l’invention du billet de banque directement issu de la lettre de change inventée par les banquiers italiens du Moyen Âge. Le billet de banque portait une valeur faciale et était gagé sur un stock d’or correspondant ; le porteur d’un tel billet  pouvait en obtenir la contrepartie en or. Le billet était convertible.

La France manquait alors cruellement de monnaie métallique avec une crise monétaire remontant à Louis XIV qui avait dû faire fondre sa vaisselle d’argent pour s’acquitter partiellement de ses dettes énormes.

La première « expérience » eut lieu avec le système de Law sous la régence (1716-1720). Des billets étaient émis en portant intérêt au taux de 7.5%. Ils étaient convertibles en or et gagés sur la compagnie du Mississipi (à l’époque la Louisiane était française) et la compagnie des Indes orientales.

Pour Law « une monnaie abondante est un gage de prospérité » car pour lui « l’économie dépend du commerce et celui-ci dépend du numéraire ». Dès lors, si l’on émet des billets avec garantie publique gagés sur les disponibilités en or, on acquiert un certain levier, une masse monétaire rendue tout aussi solide fiduciairement que le stock d’or initial.

La monnaie fiduciaire

Ce faisant, il venait d’inventer la monnaie fiduciaire. Il avait bien vu l’inflation mais la percevait juste comme un phénomène régulateur de la masse monétaire.

Cela a fini par la faillite de Law et de la banque royale émettrice car le montant total des billets émis dépassait de beaucoup le montant de l’encaisse or. La leçon résultant de cette expérience est qu’une monnaie qui n’est plus étalonnée sur le métal précieux voit son sort fondamentalement lié à celui de l’endettement public.

Les graves problèmes financiers de la France ont perduré sous Louis XV et Louis XVI et ont continué sous la Révolution Française.

Les révolutionnaires, qui étaient tout sauf des rêveurs et des idéalistes, eurent l’idée, sur proposition de Talleyrand, d’augmenter le crédit de l’État en s’accaparant les biens du clergé (grosso modo 1.000 ans de dîme prélevée sur le peuple par l’Église) par le biais de leur confiscation, et d’émettre une nouvelle monnaie papier gagée sur ces biens devenus « nationaux » : les fameux assignats.

Néanmoins, les révolutionnaires ont commis une grave erreur :

La monnaie papier était gagée sur des biens réels (biens confisqués à l’Église) dans l’attente de leur vente. Or, pour trouver des liquidités, ils ont émis de la monnaie papier « en fonction des besoins » c’est-à-dire que lorsqu’ils avaient des fournitures à payer, notamment pour financer la guerre, ils imprimaient des assignats provoquant, en raison d’une augmentation rapide de la masse monétaire, un phénomène inflationniste qui a atteint des sommets. En 1796, il y avait pour 45 milliards de livres d’assignats en circulation alors que la valeur des biens du clergé ne s’élevait qu’à 3 milliards.

Or, il existe un adage selon lequel la mauvaise monnaie chasse la bonne, et évidemment toutes les pièces métalliques se sont cachées dans les murs, les greniers ou les caves de leurs détenteurs pendant que les révolutionnaires confrontés au manque de crédibilité de leur monnaie en ont imposé le cours forcé.

L’échec des assignats

Les assignats sont devenus une monnaie à cours forcé et le refus de paiement en assignats était, à partir de 1793, puni de mort car on ne plaisantait déjà pas avec le crédit de l’État qui … n’en avait aucun.

Devant l’échec (à la mi-août 1796, les prix avaient grimpé de 304%), les planches à billets, les matrices et les plaques finirent brûlées solennellement en public place Vendôme, le 19 février 1796.

L’assignat fut remplacé par le « mandat territorial », autre monnaie de singe, qui fut retiré de la circulation le 04 février 1797.

L’expérience se termina lamentablement le 30 septembre 1797 avec la banqueroute des deux tiers sous le Directoire ; c’est-à-dire avec l’annulation des 2/3 des dettes colossales de l’État … non sans qu’une certaine catégorie de personnes aient pu auparavant s’enrichir par le biais du trafic sur les biens nationaux. Les détenteurs d’assignats convertissaient leur monnaie papier en biens réels (immeubles) et échangeaient donc des bouts de papier contre des immeubles à la valeur intangible et négociables ultérieurement en bonne monnaie métallique.

À l’époque on n’avait pas encore bien compris que la monnaie (surtout papier) n’était pas la richesse mais juste du papier imprimé et que la monnaie est avant tout un moyen d’échange et d’acquisition des biens.

Le Franc germinal

Nous sommes sagement revenus au Franc germinal, encore appelé aujourd’hui Napoléon, le 04 avril 1803 c’est-à-dire à la monnaie-or qui a permis la stabilité monétaire jusqu’à la première guerre mondiale.

L’étalon or était alors redevenu la norme, et d’ailleurs la plupart des monnaies étaient convertibles en or.

Ce système a évidemment été pulvérisé avec la 1ère guerre mondiale qui a entraîné une explosion des dépenses, de l’endettement des États et une forte inflation.

En 1918, la plupart des pays européens n’avaient plus d’or et étaient ruinés.

Néanmoins, les alliés, en fait surtout les Français (gouvernement Clémenceau) ont décidé, à la signature du traité de Versailles, que les Allemands paieraient les conséquences de la guerre et des destructions. Il faut dire qu’en 1871, la France avait payé à l’Allemagne une énorme indemnité de 5 Md de francs or.

Le slogan de l’époque était : « l’Allemagne paiera » !

Des indemnités colossales ont donc été imputées à l’Allemagne au mépris d’un quelconque réalisme. Elles se montaient à 132 Md de marks or ; ce qui représente, au cours d’avril 2014, environ 1 420 Md€ ou encore 1 960 Md$.

Hyper-inflation sous la république de Weimar

La République de Weimar, qui s’est instaurée en Allemagne de 1919 à 1933 a vite compris, alors qu’elle faisait face à des amputations de territoires et à des réquisitions de matériels ainsi qu’à une véritable guerre civile (tentative de prise de pouvoir par les communistes), qu’elle ne pourrait jamais payer de telles indemnités car elle n’avait pratiquement pas d’or et pas de réserves de change (dollars ou livres GB).

Pour payer ses frais courants, le gouvernement allemand s’est alors lancé dans l’émission monétaire massive aboutissant inéluctablement à l’épisode d’hyper inflation des années 1923-1924 au cours duquel la valeur de la RM décline de 4,2 RM par dollar à 1 000 000 RM par US$ en août 1923 puis à 4 200 Md RM par US$ le 20 novembre 1923.

Les prix changeaient d’heure en heure, les ouvriers étaient payés deux fois par jour pour pouvoir percevoir un salaire ayant une quelconque valeur.

Les conséquences de cet épisode d’hyper inflation ont été dramatiques : faillite généralisée du pays, des banques, des entreprises, et des particuliers avec une très forte augmentation du chômage et, à la fin, malgré un redressement économique à partir de 1924, stoppé net avec la crise de 1929, la prise du pouvoir par Adolf Hitler puis la deuxième guerre mondiale.

Le record mondial en la matière appartient néanmoins à la Hongrie, entre 1945 et 1946, puisque le forint, introduit le 1er août 1946, a remplacé le pengö au taux de 1 forint pour 4×1029 (quatre cents quadrillards) pengő ; la valeur nominale de l’ensemble des billets en pengő alors en circulation atteignait à peine un millième de forint.

Les accords de Bretton Woods

En 1944, les accords de Bretton Woods ont entériné le fait que les USA étaient devenus la première puissance économique et militaire du monde et institué un taux de change fixe des monnaies par rapport à l’US$. L’US$, devenu monnaie de référence et de réserve des autres monnaies était lui-même gagé sur l’or et convertible à hauteur de 35$ l’once d’or (les USA détenaient alors les 2/3 des réserves en or du monde).

Cet accord supposait évidemment une stabilité absolue de la masse monétaire américaine.

Ce système a prévalu jusqu’en 1971, date à laquelle le président Nixon a annoncé la fin de la convertibilité du dollar en or (le franc français n’était plus convertible depuis octobre 1936) notamment parce que plusieurs pays, dont l’Allemagne, se sont mis à demander le remboursement de leurs dollars américains en or !

Les taux de change des monnaies sont alors devenus flottants (elles variaient les unes par rapport aux autres)  et sans qu’on s’en rende compte nous avions alors changé de paradigme. La monnaie papier fiduciaire à cours forcé basée sur la valeur économique du pays émetteur (exportations, qualité des comptes publics) devenait le standard mondial.

La référence à l’or était supprimée.

Les États se sont alors lancés dans l’émission monétaire systématique ; laquelle a entraîné l’inflation bien connue des années 70-80.

Les règles nouvelles étaient que la stabilité de la monnaie n’était assurée que tant que l’endettement du pays émetteur restait raisonnable ; ce qui explique que la France, qui finançait son expansion économique par la dette et l’émission monétaire, ait procédé à 17 dévaluations entre 1928 et 1983.

La règle incontournable est qu’un pays avec de mauvais comptes publics et un fort endettement a une mauvaise monnaie ; ce qui limite ses possibilités d’emprunt puisque, au-delà d’un certain seuil d’endettement, les taux d’intérêts montent à des niveaux insoutenables ! On avait aussi très clairement compris le lien entre émission monétaire excessive et inflation.

L’adoption de l’Euro

L’adoption de l’Euro a apporté une certaine stabilité monétaire puisque la France, perdant son privilège d’émission, a du renoncer à l’inflation. Pour financer des dépenses supérieures à ses revenus, elle a donc dû se limiter à l’augmentation à la fois de la dette par l’emprunt en bénéficiant de la crédibilité de l’économie allemande et de la pression fiscale !

Parallèlement, la monnaie en tant que telle s’est dématérialisée et se résume désormais à des lignes informatiques, nommée monnaie scripturale. En France, le billet de banque ne représente plus que 10% des transactions.

Or, aujourd’hui nous avons encore une fois changé de paradigme à la suite de la crise de 2007-2008 issue en ligne droite de la crise des subprimes US et des produits dérivés côtés AAA par les agences de notation alors qu’ils ne valaient rien.

Il s’est alors produit alors un credit crunch c’est-à-dire que la méfiance généralisée s’est instaurée et que plus personne ne prêtait à personne par peur de perdre sa créance !

Par crainte de la déflation (les prix baissent et la consommation se contracte entrainant faillites d’entreprises et chômage), les banques centrales des grandes unités économiques (Fed US, BCE, BOE, BOJapan) se sont alors lancées dans des émissions monétaires massives ; à seule fin de sauver les banques surendettées mais aussi et surtout des États au bord de la faillite.

La faillite de la banque Lehman brothers avait fait l’effet d’un coup de semonce.

Assouplissement quantitatif

Ce procédé a été appelé « assouplissement quantitatif » ou son équivalent anglo-saxon quantitative easing ou encore QE.

Le QE vise à inciter les banques à faire plus facilement crédit – la banque centrale assumant les risques en leur rachetant leurs créances – pour relancer ainsi la production et l’emploi. Le QE accroît ainsi la quantité de monnaie en circulation ce qui a pour effet « en théorie » de relancer l’économie et de maintenir l’inflation à un niveau correct afin d’éviter tout risque de déflation.

Le but était de stimuler le crédit… et d’éviter l’effet domino, à savoir que la faillite de plusieurs grandes banques n’entraîne des faillites en cascade et une implosion du système mondial !

Ce procédé monétaire avait été testé par le Japon entre 2001 et 2006 alors que le pays se trouvait depuis plus de 10 ans (la décennie perdue) dans un cycle de déflation dont il n’arrivait pas à se sortir. On avait appelé ça les abenomics (du nom du Premier ministre Shinzo Abe) qui avait doublé la masse monétaire ; sans résultat significatif.

On imprime de la monnaie à volonté, à la demande, et cet argent est prêté à un taux défiant toute concurrence : 0% !

Ce QE mondial a permis de sauver un certain nombre de banques au bord de la faillite, too big to fail, trop grosses pour faire faillite, mais aussi certains États surendettés dont la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie.

Cette politique « non conventionnelle », assez controversée quant à ses effets, a réussi au-delà de toute espérance au moins sur un point : la dette mondiale a bondi à 237.000 Md$ soit 320% du PIB mondial.

C’est-à-dire que, pour sauver des banques et des États surendettés, on a augmenté l’endettement de tout le monde. En ce qui concerne les dettes transmises aux banques centrales, voici le total arrêté fin 2017 :

  • Le bilan de la Fed est passé à 4.500 Md$ (900 Md avant la crise).
  • Le bilan de la BCE est passé à 3.250 Md€
  • Le bilan de la BOJ est passé à 500.000 Md de yen (3.992 Md€)

Autrement dit, nous vivons dans un monde de dettes !

Or, phénomène tout à fait surprenant : malgré cette émission monétaire massive, et à la différence des épisodes précédents, il n’y a pas d’inflation !

Les banques centrales ont donc bien découvert la pierre philosophale et nul besoin de plomb : elles créent de l’argent virtuel par centaines de milliards sans que cela ait les conséquences négatives rencontrées par le passé, et cela fait désormais 10 ans que cela dure.

Pour la première fois dans l’histoire du monde, l’impression massive de monnaie papier ou scripturale a lieu sans hyperinflation ni même inflation.

L’astuce, car il y en a une, est que cette création massive de monnaie n’inonde que le secteur financier, elle n’atteint pas le consommateur comme cela avait été le cas en France en 1981 avec la désastreuse politique de relance budgétaire prônée par Mitterrand ; avant l’obligatoire tournant de la rigueur de 1983, la France étant déjà au bord de la faillite.

Néanmoins, cette politique d’argent gratuit a eu deux effets collatéraux :

  • cette émission massive de monnaie a permis aux banques, inondées d’argent gratuit ou presque, de spéculer sur les marchés jusqu’à faire monter les cours des valeurs à des niveaux complètement délirants ! Il y a formation d’une bulle spéculative sur les marchés actions (Cf. le dow jones US s’est envolé bien au-delà des 20.000 points alors que les entreprises cotées n’augmentaient pas leurs bénéfices).
  • les États, au lieu de faire des efforts de gestion, ont continué à dépenser sans compter cet argent gratuit ; leur taux d’endettement apparaît à ce jour extrêmement préoccupant.

Voici un tableau pour quelques pays

PAYS                                      PIB                                          DETTE/PIB (en US$)

– USA                                                 19.000                                                104%

– Japon                                               5.000                                                  246%

– Chine                                               12.000                                                200%

– Allemagne                                       3.700                                                    75%

– France                                               2.600                                                    97%

– RU                                                       2.600                                                    90%

 

Toute cette monnaie ne correspond en fait qu’à des dettes puisque, aujourd’hui, nous sommes dans un système de leur auto validation par des actifs surévalués financés par ces mêmes dettes.

Toute cette richesse n’est finalement basée que sur la dette… comme si vous aviez un château fort construit sur du sable.

Évidemment, tout cela est extrêmement malsain ; il faut s’attendre à une sévère correction et une chute des bourses de valeur (NY Stock Exchange) aux conséquences non mesurables en l’état (certains évoquent -40%) ce qui risque d’en ruiner plus d’un.

Les banques centrales sont en fait sorties de leur mission de prêteur en dernier ressort avec le risque qu’en cas de crise, toute action demeure totalement inefficace. Elles sont devenues, pour l’heure, des bad banks, des institutions permettant de loger dans des structures adéquates de mauvaises dettes.

Et ces mêmes banques centrales, par peur de provoquer à nouveau une crise mondiale, ne savent plus si il conviendrait de revenir à des conditions de taux d’intérêt plus normales.

Finalement, la seule question qui reste posée est de savoir qui, à la fin, va payer tout ça ?

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « Des indemnités colossales ont donc été imputées à l’Allemagne au mépris d’un quelconque réalisme. Elles se montaient à 132 Md de marks or ; ce qui représente, au cours d’avril 2014, environ 1 420 Md€ ou encore 1 960 Md$. »
    Mais je trouve cela excellent : tout juste dimensionné à notre dette. On peut donc exiger des allemands le paiement prévu dans le traité, comme la France a payé en son temps et sans rechigner, comme le rappelle justement l’article, le paiement prévu dans le traité de Francfort.

  • L’absence d’inflation ne doit pas surprendre. La création monétaire par la banque centrale devient inflationniste à la double condition que l’argent sorte du secteur financier pour irriguer les secteurs non financiers et que cette injection soit supérieure à la croissance en volume. Or, les banques s’empressent de déposer dans les banques centrales l’essentiel de l’argent reçu suite aux QE, et ne libèrent en direction des secteurs non financiers que la fraction résiduelle des « facilités », d’abord aux Etats et accessoirement à quelques entreprises dont la surface financière est suffisante pour apporter une illusion de garantie. Comme la majeure partie de l’économie ne voit pas la couleur des QE, elle ne voit pas l’inflation non plus. Au contraire, l’excès de concurrence non rentable nourri par l’argent « gratuit » a un effet plutôt déflationniste, même s’il est marginal, du moins dans un premier temps. Nous y sommes.

    Le monde a été temporairement sauvé de la crise de 2008 au prix d’une croissance économique sans rapport avec la croissance beaucoup plus rapide de la dette globale. Pour schématiser ces 10 dernières années, on a créé en moyenne 1 unité de croissance pour 3 ou 4 unités de dette. C’est évidemment intenable sur le long terme. Pire, les banques centrales n »ont fait que reporter à plus tard la nécessaire correction (crise) indispensable pour purger l’économie de ses erreurs passées.

    L’inflation, bel et bien présente, est pour l’instant cantonnée aux actifs (obligations, actions, immobiliers) dont la valeur n’a plus qu’un rapport lointain avec une quelconque réalité économique. Quand la valeur de ces actifs reviendra à la norme, leur contrepartie monétaire restera présente parce que les banques centrales seront incapables de détruire l’excédent de monnaie qu’elles ont injecté. A croissance égale, ce sera la courroie de transmission d’une inflation généralisée qui conclura immanquablement ce cycle d’impression monétaire. Grâce aux QE, les banques sont apparemment en bonne santé : elles vont mourir en bonne santé à la tête d’actifs sans valeur, notamment les créances publiques.

    On observe ces trois dernières années une hausse spectaculaire des taux courts qui semblent échapper au contrôle des banques centrales. La courbe des taux, pour l’instant aplatie, menace désormais de s’inverser (taux courts plus élevés que les taux longs), signe du manque de confiance dans l’avenir des acteurs économiques. Ainsi, les marchés montrent qu’ils ne sont pas dupes de la réalité de la situation maintenue artificiellement par des masses monétaires créées ex nihilo.

    http://stockcharts.com/c-sc/sc?s=$UST1Y:$UST10Y&p=W&b=3&g=0&i=t64664583319&a=309540155&r=1391796418201

    http://stockcharts.com/c-sc/sc?s=$UST10Y:$UST30Y&p=W&b=3&g=0&i=t64664583319&a=309540155&r=1391796418201

    La bonne nouvelle, c’est que l’économie, celle qui n’a pas vu la couleur des QE, ne souffrira pas directement de la fin du cycle. La disparition de ce que vous n’avez pas reçu pas ne pourra pas vous manquer. La mauvaise, c’est que les Etats seront en faillite et qu’ils seront tentés de la faire payer aux populations pour survivre à tout prix. Forte instabilité politique à prévoir, pour savoir qui va payer la note de l’irresponsabilité des Etats obèses et des banquiers centraux.

    • Excellent commentaire. Merci.
      Oui, il y aura une grande instabilité politique.
      Et une pluie de nouvelles taxes.

    • Je dis peut être n’importe quoi mais les crypto-monnaies pourraient-elles absorber ces excédents de monnaie en faisant évoluer progressivement le paradigme actuel ?

  • @Cavaignac
    Merci pour ce commentaire très éclairant qui constitue évidemment la suite non évoquée de la petite histoire que je vous ai racontée.
    J’en partage tous les termes en ce compris la conclusion.
    Le jour à tout ça va partir de travers, rien ni personne ne pourra plus rien contrôler.
    Vous connaissez l’aphorisme : le pire n’est pas toujours sur …

  • « Ce QE mondial a permis de sauver un certain nombre de banques au bord de la faillite, too big to fail, trop grosses pour faire faillite, mais aussi certains États surendettés dont la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie ».

    Il me semble qu’il manque un pays ami dans l’énumération ci-dessus ?
    Très cher ami !!!
    Oubli certainement involontaire de l’auteur !

  • Précisez …
    La liste n’était pas limitative …
    On peut y ajouter les USA, le Portugal, la Belgique …
    Mais peut-être faites vous allusion à la Grèce ?
    Elle, elle n’a pas été sauvée par le QE mais la caution des autres pays de l’UE et à l’échelle des dettes mondiales … elle ne représente pas grand-chose.

    • Un argument auquel je n’avais pas pensé. Moi qui suis contre la limitation de vitesse à 80 km/heure ; à l’échelle mondiale, le nombre de morts sur les routes en France ne représente pas grand-chose.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho.

 

L'inflation, et plus précisément l'inflation monétaire, est aussi souhaitée et nécessaire à l'État que la nourriture est nécessaire à l'alimentation humaine. Plus que la fiscalité, elle est le principal aliment qui permet à l'État de lentement mais sûrement se transformer en un appareil bureaucratique vaste et étendu qui intervient dans presque tous les aspects des affaires sociales et économiques.

Sans inflation, l'État se retrouve enfermé dans les limites de ce qu'il peut confisquer par le bia... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles