De rage et d’eau, d’Anne-Sophie Dubosson

Un second recueil de poésie signé Anne-Sophie Dubosson.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De rage et d’eau, d’Anne-Sophie Dubosson

Publié le 3 mars 2018
- A +

Par Francis Richard.

Dans ce recueil, Anne-Sophie Dubosson parle effectivement De rage et d’eau. Et elle ne se contente pas de les avoir à la bouche, elle les fait apparaître sous sa plume.

La rage est dans les mots, dans les cris :

le cri sous l’échine le faire mûrir

alors d’un large couteau                                               blanc la petite incision

                                            sur le langage cru

ce sera pour nous

le bassin du mot âcre

celui prêté le décharné

                                                                        une parole dérisoire essentielle

à se mettre sous l’aube et la dent

 

Et ces mots – est-ce voulu? – peuvent avoir un double sens, un second aquatique…

 

De toute façon l’eau, particulièrement celle du lac, y suinte de partout:

 

happée par le lac

[…]

méditer me dit-il

c’est observer le lac

un oeil fermé l’autre ouvert

[…]

s’estompe le trait

retenu du lac

[…]

le torse enfumé tu parles haut de cette lumière sur le lac

[…]

de cette forme et cette perte privilégier le mirage assonant l’alliance impossible avec ce qui aurait dû être les nervures du lac données et recueillies…

[…]

les marécages sont des champs de blé la boue déliée au fond vestige de courants malheureux le lac dressé nappé et son marécage bleu parfois si le vent souffle sa petite écume

 

Toute cette eau, celle du lac, de la pluie, de la neige, des névés, c’est la vie, notamment de la flore:

 

l’être en douce des hêtres

                                                                                en étage l’eau ressource

[…]

trouver le long des gouttes les lèvres d’un été d’ancolies

 

Et de la faune qui lui est liée:

 

mon saule roux

                                                                                                          toujours

petit poumon embrasé

où quelques mouettes

se reposent

 

C’est aussi le décor des corps, du désir :

 

bouche montée en neige

[…]

l’orange ouverte du désir

 

Pour goûter cette poétique, en fait, il faut suivre, avec modestie, le conseil de la jeune poétesse :

prendre les choses

comme elles viennent

C’est-à-dire trouver son rythme de lecture, la ponctuation de sa propre chair… et se laisser porter simplement par la musique des mots et ce qu’elle peut évoquer en nous…

De rage et d’eau, Anne-Sophie Dubosson, 68 pages, Torticolis et frères

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J’ai découvert il y a maintenant une dizaine d’années, en lisant Le passeur de Lois Lowri, ce que je croyais être une trilogie jusqu’à ce que je découvre très récemment qu’un quatrième volume était sorti, dont je viens d’achever la lecture.

Une quadrilogie captivante et passionnante dont le premier tome a donné lieu à un film à succès que nous avions déjà eu l’occasion ici-même de présenter.

Une société insipide

Dans une société à la « Anthem », telle que pouvait l’imaginer Ayn Rand, nous voilà plongé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles