Suisse : pourquoi il faut voter « oui » à l’initiative No Billag

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Télévision (Crédits : Flash-pro, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suisse : pourquoi il faut voter « oui » à l’initiative No Billag

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 février 2018
- A +

Par Adrien Faure.

Supprimer la taxe Billag est d’abord une question de principe qui nous interroge sur l’importance que nous souhaitons donner à la liberté dans l’organisation de notre société.

En effet, si nous avons vraiment à cœur de défendre et favoriser la liberté individuelle, alors nous devons respecter la liberté de chaque individu à choisir s’il souhaite ou non s’abonner à un média, et, s’il le souhaite, à choisir le ou les médias de son choix.

C’est ensuite une question de pouvoir d’achat, puisque la suppression de la taxe permettrait une économie bienvenue pour les ménages modestes et la classe moyenne, qui pourraient employer les 450 francs de la taxe comme bon leur semble.

Par ailleurs, il s’agit d’une question de redistribution des richesses et de justice sociale entre les générations. En effet, du fait notamment de leur moindre expérience professionnelle, comparativement aux autres classes d’âge, les jeunes ont en moyenne un niveau de revenu et de fortune inférieur au reste de la population, mais comme ils sont aussi la classe d’âge qui consomme en moyenne le moins la SSR, nous nous retrouvons dans la situation où la classe d’âge la moins fortunée de la société finance les goûts de classes d’âge davantage aisées. Supprimer la taxe Billag c’est donc aussi mettre fin à une redistribution des richesses qui se fait au détriment des plus jeunes.

En outre, c’est aussi anticiper un déplacement de nos modes de consommation audiovisuelles et médiatiques vers internet et le cyberespace, une tendance décentralisatrice en cours qui devrait s’accentuer durant les vingt prochaines années.

Cette mutation des habitudes de consommation s’accompagne d’ores et déjà d’une transformation et d’une diversification des modes de production médiatiques et audiovisuelles, que ce soit en ce qui concerne les formats produits ou les modalités de financement (notamment avec le financement participatif).

Enfin, la suppression de la taxe Billag représente une amélioration de la qualité de nos institutions démocratiques, en rendant davantage indépendants nos médias de l’influence des autorités politiques et étatiques.

Contrairement à ce qu’affirment nos détracteurs, il est faux de dire que sans la taxe Billag les Romanches, les Italophones et les Romands se retrouveraient sans chaîne de télévision. L’existence d’une chaîne de télévision sans financement public au Liechtenstein, pays peuplé de seulement 38’000 habitants, est bien la preuve que l’offre audiovisuelle peut s’adapter à une demande de taille réduite.

Il est tout aussi faux d’affirmer que les médias privés seraient moins aptes et moins efficaces à fournir un journalisme et une information de qualité que les médias sous perfusion publique. Il me semble que la presse écrite suisse en fait quotidiennement la démonstration.

Pour toutes ces raisons, je vous invite à voter, et à faire voter, oui à l’initiative No Billag.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Si l’on pouvait avoir cela en France !

  • À 450 fr par an les chaînes publiques doivent avoir bcp de qualites..notamment d’être multilingues.. m’étonnerait que les suisses acceptent la fin de ce service publique !
    De plus il y a un aspect politique, la fin de ce service signifierait la fin du lien entre régions ,les français aurait FT les italiens la RAI les germaniques les chaîne allemandes…..plus rien de vraiment suisse.

    • Et alors ? Je ne regarde plus la télévision suisse romande depuis longtemps. Bcp trop penchée à gauche. Il y a bien quelques émissions de bonne qualité, en particulier celles traitant de la défense du consommateur (ABE) ou sur la santé (36.9). Mais les débats sont biaisés (Infrarouge) par une journaliste coupant la parole à ses « adversaires » et laissant un boulevard à ses « amis ».

      Mais tout ça ne vaut pas 450 francs/mois. Quant aux chaînes de langue allemande ou italienne, ne comprenant que pouic à leurs dialectes, je ne regarde jamais.

      Mais vous avez raison sur un point : les cons(tribuables) vont refuser la fin de la redevance. Malheureusement.

  • Si seulement cela pouvait encourager la France à faire de même!

  • La Suisse est la seule démocratie au monde!

  • Vive la démocratie directe mais si elle a des aspects vertueux l’affaire Billag en démontre ses limites

    Je suis outré de tant de démagogie pour une taxe à 1 chf par jour

    Du clochemerle chez les Helvetes

    Même Don Camillo doit être mort de rire

    Il y a tellement d’autres sujets plus sérieux et surtout importants

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Baptiste Vigouroux.

Remercions le système suisse de démocratie directe : c'est peut-être une première mondiale, les citoyens d'un pays libre vont se prononcer sur le changement climatique !

En Suisse, le peuple tout entier participe à l'élaboration des lois

Car ne nous y trompons pas, en France, la Convention citoyenne pour le climat, promue comme un exercice de démocratie participative, n'en avait que l'apparence. Ce n'est pas en prenant 150 citoyens au sort, et en leur demandant de dresser une liste de mesures contrai... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

Personne n’y croit plus. La politique ne recueille désormais que scepticisme. La haine entre factions rivales passe parfois des paroles aux actes. La sociologie politique va plus loin et constate l’émergence d’un archipel français[1. Jérôme Fourquet. L’archipel français. Seuil.]. Le pays ne serait plus une entité politique, couramment appelée État-nation, mais un ensemble de communautés juxtaposées. Ce constat ne se limite pas à la France puisque des oppositions radicales émergent dans les démocraties anglo-saxonnes... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Votre colère et votre courage ont étonné. Vous n’étiez pas attendus, vous vous êtes imposés. Mais pourquoi solliciter sans cesse les politiciens ? Pourquoi vous, femmes et hommes libres de France, réduisez-vous à ce point votre liberté sans même en avoir conscience ?

Démocratie représentative ou démocratie directe ? Croyez-vous vraiment que le problème soit là ? Même si vous êtes entendus, les référendums resteront rares et ne résoudront rien. Ils ne changeront pas l’accaparement par l’État du produit de votr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles