La bulle obligataire va-t-elle éclater ?

Nous pressentons un immense bouleversement et l’éclatement de la plus grosse bulle de toutes et de tous les temps : la bulle obligataire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
JMM_2009 by mertonium(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bulle obligataire va-t-elle éclater ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 décembre 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Janet Yellen a admis que les marchés étaient surévalués et que la Fed ne comprenait rien à l’inflation. Mais le bitcoin ne l’effraie pas.

Janet Yellen, présidente de la Federal Reserve, présumée maîtresse de la destinée du dollar et de la plus grosse bulle financière de tous les temps, s’est exprimée mercredi dernier.

A propos du bitcoin, elle a dit « même pas peur d’abord » ou quelque chose comme ça mais en plus alambiqué.

Je voudrais simplement dire que le bitcoin joue pour le moment un rôle mineur dans le système de paiement. Ce n’est pas une source de valeur refuge stable et il ne constitue pas une devise officielle.

Figurez-vous qu’il se peut que Janet ait raison. Gérard Dréan vous explique dans sa dernière chronique pourquoi il est improbable qu’une seule cryptomonnaie ait un jour un usage dominant :

Tous les systèmes qui connaîtront le succès en tant que système de paiement généraliste toucheront tôt ou tard leurs limites et rencontreront des conflits quant à la bonne façon de les franchir, d’où éclatement et coexistence de variantes.

Janet Yellen a également avoué qu’elle ne comprenait rien à l’inflation :

La compréhension du FOMC (Comité fédéral de l’open market) des facteurs d’inflation est imparfaite.1 Mon oeil devient humide de tendresse. Janet Yellen avoue enfin qu’elle ne sait rien… Il est temps qu’elle prenne sa retraite et qu’un prétentieux personnage la remplace dont je pourrai me moquer facilement.

La Fed triche sur les indices d’inflation

En réalité, la Fed a tellement triché sur ses indices d’inflation depuis presque quatre décennies que les statistiques ne veulent plus rien dire. Parmi les manipulations :

  • le retrait des indices de prix de l’immobilier pour les remplacer par « un loyer propriétaire équivalent » ;
  • la recherche d’un équilibre entre les forces inflationnistes et déflationnistes, ce qui conduit à surpondérer les dépenses comportant de l’électronique et de la technologie dont les prix baissent face aux dépenses en énergie et alimentation dont les prix augmentent ;
  • enfin en 1999, l’idée de la « substitution » : si les consommateurs ne peuvent plus se payer un steak dans le faux-filet et achètent de la viande hachée, la viande hachée intègre l’indice d’inflation et le faux-filet en sort…

Avec tous ces petits arrangements, l’inflation a effectivement peu de chance d’être mesurée de façon réaliste.

En résumé, Janet Yellen n’a pas peur et la Fed ne comprend rien. Nous voilà bien avancés.

La bulle obligataire va-t-elle éclater ?

Mieux vaut se raccrocher à ce que nous percevons plutôt qu’à ces discours verbeux.

Première certitude : le bilan de la Fed baisse. Il y a moins de crédit inondant les marchés (moins de 80 Mds$ en trois ans). C’est certes, petit mais c’est visible et c’est surtout un renversement de tendance.

Deuxième quasi-certitude : les rendements obligataires commencent à monter aux Etats-Unis. Il semble que le point bas ait déjà été touché comme nous l’écrivions le 8 décembre.

Cher lecteur, le retournement d’une tendance qui dure depuis 36 ans n’est pas une paille.

Nous pressentons un immense bouleversement et l’éclatement de la plus grosse bulle de toutes et de tous les temps : la bulle obligataire.

Et voici encore une supputation gratuite…

Nous pressentons que ce retournement sera favorable aux actifs « hors-système » que sont l’or et éventuellement les cryptomonnaies, mais nous pensons que l’or est plus robuste et universel que les cryptomonnaies.

Pour plus d’informations, c’est ici.

  1. FOMC’s understanding of what’s driving inflation is imperfect.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • si le bitcoin n’affole pas la yellen , ça en affole d’autres comme Axel Weber , le président de la banque suisse UBS ( la tribune ) ;

  • Ben voyons … avant c’était les taux directeurs qui étaient en cause, maintenant c’est les taux obligataires. Ca va être l’apocalypse, on va tous mourir !

  • Ca fait au moins dix ans que j’entends Simone Wapler nous mettre en garde contre la prochaine crise, qui sera celles des obligations et des dettes souveraines ; dix ans qu’elle prophétise que l’or est le seul véritable refuge pour tous… Elle finira peut-être un jour à avoir raison, dans cent ans, mille ans,, un million d’années, qui sait ?…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Hügli. Un article de Mises.org

60 % d'actions, 40 % d'obligations. Ce qui a été considéré comme la règle d'or de la théorie du portefeuille pendant des décennies a de moins en moins de valeur pour les investisseurs aujourd'hui. Parce que les banques centrales ont soutenu presque tous les marchés, imitant essentiellement le créateur de marché de dernier et de premier recours, les rendements ont été faibles, les corrélations ont augmenté et les valorisations sont privées de leur sens.

Pour agir en tant que créateur de m... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Stéphane Geyres.

Obligation, interdiction ou pas, tout n’est apparemment pas toujours clair pour ceux qui critiquent ou tentent d’assimiler la logique libertarienne en matière d’autorité, d’interdit et d’autorisation. Il me semble que c’est souvent dû à une compréhension imparfaite de l’organisation et du mode de gouvernance au sein d’une société libérale ou libertarienne. Je vais donc tenter de l’éclaircir ici.

La société libre pour les libertariens

La société libre, ou Libertalie, repose sur la propriété privée du sol, exc... Poursuivre la lecture

Par Andrew Lockley.

Les obligations sont l’une des plus vieilles inventions au monde, plus vieilles que la monnaie ; plus vieilles que les plus grandes religions ; et même plus vieilles que la langue la plus ancienne qui existe encore aujourd’hui, le sanskrit.

Les premières obligations dont on ait gardé la trace remontent à 2 400 ans avant Jésus-Christ.

Elles forment le socle de tout notre système financier… et elles sont sur le point de connaître leur plus grand changement en plus de 4 000 ans.

[related-post id=29... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles