Avec le Padre, de Berteloot et de Peyret

Un album de BD qui raconte l’histoire de ces religieux qui ont accompagné combattants et armées depuis 13 siècles, avant de se voir reconnaître un statut et l’uniforme.

Par René Le Honzec.

Que voilà le genre d’ouvrage qu’on a un plaisir gourmand à lire pour en faire la critique dans Contrepoints. Il cumule de nombreux handicaps et emporte l’adhésion justement grâce à ces contradictions. Non pas en interne, mais vis-à-vis du mainstream omniprésent dans les médias. Avec les sujets qu’il aborde.

Voici donc un Padre, affectueuse dénomination des aumôniers catholiques de l’Armée de Terre, et pas n’importe lequel, le Père de Peyret, Padre des Écoles de Saint-Cyr, licencié en théologie dogmatique, engagé depuis 2002, nombreuses missions en extérieur et… fana de bandes dessinées dont il possède une collection qui tapisse les murs du presbytère (avec des originaux… souvent originaux !).

Son compère, Guillaume Berteloot, est un vieux routier de BD historiques (Cadets de Saumur, De Lattre de Tassigny, la Gendarmerie, Elie de Saint Marc, les Tranchées, Verdun, etc…) qui se distinguent par leur rigueur dans les reconstitutions scrupuleuses  à travers les siècles.

Histoire des aumôniers militaires

Avec le Padre, les aumôniers catholiques dans l’Armée française est un album qui raconte l’histoire méconnue de ces religieux qui ont accompagné combattants et armées depuis 13 siècles, avant de se voir reconnaître un statut (Il existe aussi des Aumôneries  protestante, juive, musulmane) et l’uniforme.

Je suis moi-même de la partie, et j’apprécie : l’historien y apprend une foule de choses, en révise d’autres, apprécie les subtilités entre les lignes et le courage de certains passages accusateurs. On apprécie le courage de l’auteur sur certaines questions historiques, à l’occasion de la Commune de Paris, de la Guerre d’Indochine comme en Algérie.

Le texte est un peu dense, le dessin un peu chargé par le talent de Berteloot qui met en scène sans lésiner sur les hommes et les décors mais cela en vaut la peine car cet ouvrage, unique en son genre, en apprend beaucoup, et les amateurs d’Histoire y trouveront leur compte, y compris en flânant dans les décors documentés.

L’Histoire de France sous nos yeux

À travers les portraits marquants de Padre c’est l’Histoire de France qui défile sous nos yeux du Moyen-Âge ( Entre autres, les Grandes Compagnies, Jeanne D’Arc) aux actuelles opérations (Afghanistan, Mali…) en passant par Richelieu, Napoléon, la Guerre de Crimée…) Michel de Peyret a eu la bonne idée d’illustrer diverses époques importantes avec les figures d’Aumôniers devenus légendaires.

Avec l’Abbé Lanusse, on va au secours des âmes et des blessés à Magenta, Solférino, au Mexique, à la Guerre de 1870, La Commune et surtout Saint-Cyr qu’il marquera définitivement de son empreinte (Sa statue y est à côté du presbytère), couvert de décorations.

Avec le Père Doncoeur, c’est la Grande Guerre, les Poilus, les blessures et aussi les décorations : les Aumôniers vont au feu pour être au plus près de leurs ouailles. (Aumônier au 35ème RI, clin d’œil, j’y fis mon service 60 ans plus tard).

Un scénario de qualité

Avec le Père Casta, on se rapproche de nos jours, engagé en novembre 44, blessé en Alsace, puis volontaire en Indochine, blessé, ensuite l’Algérie malgré son taux d’invalidité et les problèmes de conscience d’un prêtre dans cette guerre révolutionnaire.

Et les arbres ne cachent pas la forêt des 1500 séminaristes appelés qui servirent en ce long conflit. Le Père Lallemand, lui, a « fait » Kolwezi, le Liban, le Tchad. D’autres figures sont bien sûr évoquées. Discret, le Padre de Peyret n’apparaît que pour les initiés mais la qualité de son scénario fera de lui un repère pour tous ceux qui seront ses lecteurs.

Et il finit magnifiquement en évoquant a dessein le Saint Patron  des Aumôniers depuis 1984, Jean de Capistran, franciscain du XVème siècle, dont les prêches ont un étonnant écho d’actualité…

Guillaume Berteloot, Michel de Peyret, Avec le Padre, les aumôniers catholiques dans l’Armée française, Éd. du Triomphe, 2017.