Quand les mouettes ont pied, de Pierre de Grandi

Un roman qui met le lecteur face à ses propres indécisions. Il impose une impression diffuse de catastrophe et pousse à une réflexion sur les conséquences de la procrastination.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les mouettes ont pied, de Pierre de Grandi

Publié le 4 octobre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer (proverbe de marins bretons).

Ce qui veut dire qu’il est un moment où, à l’évidence, il faut changer de cap… et que, si on ne le fait pas, on se heurte aux pires écueils.

Le héros de Pierre de Grandi, Georges, est le petit dernier de la famille d’Elorac. C’est le genre, à 18 ans, à déconstruire… pour refaire ensuite à l’identique et s’assurer que rien ne change. 

Dans la famille d’Elorac, je demande le père : Paul est un expert en énergies renouvelables qui fait partie du GIERC, Groupe International d’Études du Réchauffement climatique.

Je demande la mère : Madeleine est une infirmière, qui s’occupe des mourants dans une unité de soins palliatifs. Elle a repris ce métier après que ses deux aînés ont quitté la maison.

Je demande la fille : Judith, 28 ans, est une secouriste dans les sapeurs-pompiers, qui a obtenu son brevet de pilote d’hélicoptère.

Je demande le fils : Julien, 26 ans, est un novice dans une congrégation de franciscains, qui s’occupe avec bonheur de SDF. Car il est convaincu de perdre sa vie, s’il ne la donne pas à autrui.

Georges n’est rien de tout ça. Il est en quelque sorte le vilain petit canard de la famille. L’auteur le décrit en ces termes résumant par anticipation ce roman qui se passe en avril 2019 :

Irrésistiblement irrésolu, ce garçon trouvera pourtant sa voie lorsqu’il aura été happé par une cause embrassée comme l’antidote à son désarroi.

Son désarroi, il le doit à la découverte d’un secret de famille, bien gardé par ses parents. Même sa sœur et son frère n’étaient pas au courant… Cette découverte va le mettre en rage.

La cause qu’il embrasse est en accord avec cette polarité qui pourrait mobiliser les humains déboussolés : Défaire pour mieux faire. Vrai pour lui. Vrai pour chacun. Vrai pour tout.

Ce roman multiforme – récits à la première et à la troisième personne, blog, journal, échanges de mails… – montre, dans un futur proche, ce qu’une telle devise, appliquée, pourrait avoir pour conséquences.

C’est une autre manière de dire que vouloir défaire pour ne pas changer le monde, en procrastinant, ou pour le changer, en virant de bord, peut aboutir à seulement défaire…

Quand les mouettes ont pied, Pierre de Grandi, 214 pages Plaisir de lire

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles