Quand les mouettes ont pied, de Pierre de Grandi

Un roman qui met le lecteur face à ses propres indécisions. Il impose une impression diffuse de catastrophe et pousse à une réflexion sur les conséquences de la procrastination.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quand les mouettes ont pied, de Pierre de Grandi

Publié le 4 octobre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer (proverbe de marins bretons).

Ce qui veut dire qu’il est un moment où, à l’évidence, il faut changer de cap… et que, si on ne le fait pas, on se heurte aux pires écueils.

Le héros de Pierre de Grandi, Georges, est le petit dernier de la famille d’Elorac. C’est le genre, à 18 ans, à déconstruire… pour refaire ensuite à l’identique et s’assurer que rien ne change. 

Dans la famille d’Elorac, je demande le père : Paul est un expert en énergies renouvelables qui fait partie du GIERC, Groupe International d’Études du Réchauffement climatique.

Je demande la mère : Madeleine est une infirmière, qui s’occupe des mourants dans une unité de soins palliatifs. Elle a repris ce métier après que ses deux aînés ont quitté la maison.

Je demande la fille : Judith, 28 ans, est une secouriste dans les sapeurs-pompiers, qui a obtenu son brevet de pilote d’hélicoptère.

Je demande le fils : Julien, 26 ans, est un novice dans une congrégation de franciscains, qui s’occupe avec bonheur de SDF. Car il est convaincu de perdre sa vie, s’il ne la donne pas à autrui.

Georges n’est rien de tout ça. Il est en quelque sorte le vilain petit canard de la famille. L’auteur le décrit en ces termes résumant par anticipation ce roman qui se passe en avril 2019 :

Irrésistiblement irrésolu, ce garçon trouvera pourtant sa voie lorsqu’il aura été happé par une cause embrassée comme l’antidote à son désarroi.

Son désarroi, il le doit à la découverte d’un secret de famille, bien gardé par ses parents. Même sa sœur et son frère n’étaient pas au courant… Cette découverte va le mettre en rage.

La cause qu’il embrasse est en accord avec cette polarité qui pourrait mobiliser les humains déboussolés : Défaire pour mieux faire. Vrai pour lui. Vrai pour chacun. Vrai pour tout.

Ce roman multiforme – récits à la première et à la troisième personne, blog, journal, échanges de mails… – montre, dans un futur proche, ce qu’une telle devise, appliquée, pourrait avoir pour conséquences.

C’est une autre manière de dire que vouloir défaire pour ne pas changer le monde, en procrastinant, ou pour le changer, en virant de bord, peut aboutir à seulement défaire…

Quand les mouettes ont pied, Pierre de Grandi, 214 pages Plaisir de lire

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Christophe Jacobs[1. Christophe Jacobs vit en France et travaille comme consultant en communication pour des entreprises commerciales et culturelles. Il est l’auteur de traductions de textes d’inspiration libérale (Garet Garrett) et amateur de sculpture. Il a été durant plusieurs années agent pour l’artiste allemand E. Engelbrecht dont l’œuvre monumentale s’est inspirée largement de la philosophie Jungienne.]

Le but de ce compte rendu n’est pas de dévoiler tous les détails de l’œuvre mais suffisamment pour montrer en quoi des inqui... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles