Nigeria : les droits de propriété pour stimuler la croissance

Pour que le Nigeria atteigne un état où la liberté est à l’ordre du jour, les droits de propriété ne peuvent et ne doivent pas être ignorés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Propriété privée-Audesou- (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nigeria : les droits de propriété pour stimuler la croissance

Publié le 28 septembre 2017
- A +

Par Oyinkan.
Un article de Libre Afrique

Hayek disait que « La loi, la liberté et la propriété sont un trio inséparable ». Il existe trois dimensions relatives aux droits de propriété : 1) l’environnement juridique et politique, 2) les droits de propriété physique, 3) les droits de propriété intellectuelle. La dimension traitée dans cet article concerne les droits de propriété physique.

Ici les droits de propriété peuvent être définis comme l’ensemble des lois créées par le gouvernement d’un pays pour définir comment les individus peuvent posséder, faire fructifier et aliéner les biens. Un droit de propriété est le droit définitif et inaliénable de contrôler l’usage des ressources d’une propriété.

En plus du droit d’utiliser et de contrôler l’usage des ressources dérivées d’une propriété, le concept de droit de propriété comprend également le droit de déléguer le droit d’utiliser des ressources, le droit de vendre, de louer ou autrement aliéner la propriété. Là où les droits de propriété privée ne sont pas respectés, il y a un manque général d’incitation à préserver la terre, la propriété ou ses ressources.

Contre la surexploitation des ressources

Dans ce cas, l’individu ne voit pas l’intérêt de rationaliser sa gestion de la terre ou de créer de la valeur, car justement il n’a pas de droit de propriété sur les fruits de ses efforts. Cette apathie conduit finalement à la surexploitation des ressources, aux gaspillages, à la mauvaise gestion et in fine au sous-développement.

Le déficit de droits de propriété peut également entraîner une course destructrice, entre les individus dans la communauté, pour le contrôle des ressources économiques disponibles sur ces propriétés.

À la lumière de ce qui précède, il devient évident que les droits de propriété privée sont des institutions indispensables dans un pays. Il existe plusieurs avantages liés aux droits de propriété privée.

Mauvais score IPRI de l’Afrique

Cette vue est étayée par les résultats de l’indice international des droits de propriété (IPRI) 2014. Selon l’IPRI, les pays ayant un score IPRI élevé enregistrent des niveaux élevés de revenu par habitant, reçoivent plus d’investissements directs étrangers et affichent des taux supérieurs de croissance du PIB par rapport aux pays à faible score.

Malheureusement, les pays africains ont de mauvais scores sur l’indice international des droits de propriété avec une moyenne de 4,8 sur 10 ; bien que des pays comme l’Afrique du Sud (6,7), le Botswana (6,3) et l’île Maurice (6,3) se soient bien comportés ; sur les dix derniers pays du classement de l’IPRI, sept étaient africains.

Selon une enquête de la Banque mondiale, si les pays africains peuvent simplifier les procédures complexes entourant la propriété et la gestion des terres sur le continent, il y aura une augmentation significative de la quantité de nourriture produite dans la région et une transformation structurelle vers plus de développement.

Qui possède quoi ?

L’un des plus grands défis des droits de propriété en Afrique subsaharienne est que la plupart des terres ne sont pas immatriculées, ce qui fait que l’on ne sait pas exactement pas qui les possède ou qui a le droit de les utiliser.

Selon le rapport de la Banque mondiale, on estime que jusqu’à 90% des terres rurales de l’Afrique sont sans titres fonciers. Au Nigeria, la position sur les droits de propriété privée est tout à fait claire.

Elle est fermement ancrée dans la section 1 de la Loi sur l’utilisation des terres. Cette section attribue la propriété de toutes les terres situées dans un État au gouverneur de l’État. Toutes les terres urbaines sont la propriété, sous le contrôle et la gestion du gouverneur, tandis que la propriété, le contrôle et la gestion des terres rurales sont conférés au gouvernement local.

Les avantages de la protection de la propriété

Sur l’Indice de l’IPRI, le Nigeria affiche un score de 30/100 étant le plus haut score possible. Cet index des droits de propriété mesure le degré de protection des droits de propriété privée par les lois d’un pays et indique dans quelle mesure son gouvernement applique ces lois. Des scores plus élevés signifient que les droits de propriété dans ce pays sont mieux protégés.

On ne soulignera jamais assez les avantages que procure la protection des droits de propriété. Elle entraîne une transformation radicale du niveau et de la qualité de la croissance économique. Afin d’assurer la protection des droits de propriété privée, le Nigeria doit :

– appeler à une réforme législative visant à modifier la première section de la Loi sur l’utilisation des terres qui attribue la responsabilité du contrôle et de la gestion de tous les biens situés dans un État au gouvernement d’un tel État.

– s’efforcer d’implémenter de meilleures politiques et règlementations relatives à l’immatriculation foncière. L’enregistrement des terres doit être réalisable vite et moins cher.

– éduquer et sensibiliser la population rurale au sujet du régime foncier, l’immatriculation et les droits de propriété privée.

Ce que le Nigéria pourrait gagner

Si ces recommandations sont mises en œuvre, le Nigeria sera sûr de bénéficier de :

– une stimulation de la croissance économique et de l’esprit d’entreprise. Lorsque les politiques d’immatriculation foncière appropriées sont mises en place, les individus auront un meilleur accès aux titres de propriété pouvant être utilisés comme garantie pour obtenir des prêts auprès des banques et d’autres institutions financières. De tels prêts peuvent alors être investis dans des projets et des joint-ventures.

– une augmentation de la confiance des investisseurs et in fine du niveau des investissements. Cela résulte de la confiance que les investisseurs ont quant à l’appropriation des fruits de leurs investissements car la propriété de leurs terres est sécurisée.

– une compétition saine et une bonne gestion des ressources disponibles. Contrairement au climat actuel d’apathie générale en faveur de la préservation de la terre, la réforme de l’utilisation des terres entraînera une utilisation saine de la terre par des individus qui savent pleinement qu’ils ont un intérêt à bien gérer la terre et qu’ils pourront en profiter. Ceci est contraire à la concurrence destructrice pour les terres et les ressources qui se produit quand il n’y a pas de propriétaires bien désignés.

Pour que le Nigeria atteigne un état où la liberté est à l’ordre du jour, les droits de propriété ne peuvent et ne doivent pas être ignorés. Les paroles de Friedrich Hayek sonnent vrai.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

Il est difficile de rester impassible face aux restrictions sanitaires, aux verbalisations, et aux contrôles qui ont lieu en France en ce moment, au nom de la lutte anti-Covid. On ne peut qu’être choqué d’apprendre, par Le Figaro, que :

Pas moins de 5 181 361 contrôles ont été réalisés et 528 677 procès-verbaux ont été établis depuis le 15 décembre 2020 pour non-respect des restrictions sanitaires mises en place. Sur cette même période, 6782 rassemblements interdits ont été comptabilisés par les policiers et le... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

On critique souvent les libéraux – et en particulier les économistes libéraux – sous prétexte qu’ils sont matérialistes car ils s’intéressent aux biens matériels, donc aux droits de propriété et peut-être en particulier au capital (et donc au capitalisme...). Mais c’est très à tort que l’on fait ce type de critique.

Ainsi l’économiste Julian Simon a expliqué dans son livre, L’homme, notre dernière chance, que les ressources naturelles n’existent pas ; ce qui compte c’est que des individus soient capables d’imag... Poursuivre la lecture

Par Philippe Lacoude.

Une juge de l’État de Californie vient de déclarer qu’Amazon est responsable des défauts des produits listés par des tiers sur son site. Quelles conséquences économiques ?

Weintraub vs. Amazon.com, LLC

En 2016, alors que Wendy Weintraub se préparait comme chaque matin, son sèche-cheveux a pris feu. Ce modèle lui avait coûté 200 dollars sur Amazon. Incapable d’éteindre le début de l’incendie avec son extincteur, la cliente d’Amazon appelle les pompiers qui ont du mal à venir à bout du sinistre.

Les ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles