La fin de la solitude, de Benedict Wells

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La fin de la solitude, de Benedict Wells

Publié le 12 septembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Tu sais ce que m’a dit mon père avant sa mort ? Je me triturais nerveusement les doigts. Il a dit que c’était important d’avoir un véritable ami, une âme sœur. Quelqu’un qu’on ne perdrait jamais, qui serait toujours là pour nous. Mon père trouvait ça beaucoup plus important que l’amour.

Dans leurs circonstances, ces propos que Stéphane Moreau a tenus à son fils Jules, juste avant de disparaître avec sa mère, ont marqué ce dernier pour toujours. Et il lui faudra du temps pour s’en affranchir. Parce qu’il n’a que dix ans et que ce sont parmi les derniers qu’il aura reçus de lui.

Liz et Marty

Sa soeur Liz, son frère Marty et lui ont été placés dans un internat après la mort accidentelle, sur la route, de leurs parents en 1983. Plus âgés – Liz a trois ans de plus, Marty deux – son frère et sa soeur occupent un autre bâtiment de l’institution et ils sont en conséquence séparés.

À l’internat, Jules, garçon de la ville, fait la connaissance d’Alva, fille de la campagne, qui a le même âge que lui. C’est la seule enfant avec laquelle il se lie d’amitié. Semble alors se vérifier le précepte paternel : son amie Alva est bien la personne qui compte le plus pour lui.

Occasion manquée

Neuf ans plus tard, quand l’occasion se présente à Jules de déclarer sa flamme à Alva, il n’est pas prêt, du coup il n’est littéralement pas au rendez-vous. Aussi se méprennent-ils tous deux sur le sentiment qu’il a pour elle, si bien que l’occasion sera manquée pour eux deux.

Quelques années plus tard, alors qu’ils ont trente ans, ils se revoient une seule fois dans un bar. Jules confie à Alva, comme à une amie, qu’être seul tout le temps le tue. À quoi elle lui répond que l’antidote à la solitude ce n’est pas chercher au hasard la compagnie de n’importe qui :

L’antidote à la solitude, c’est un sentiment de sécurité.

Même si, pendant les années suivantes, les membres de la fratrie Moreau restent liés peu ou prou les uns aux autres, tous dissemblables qu’ils sont – Benedict Wells raconte comment chacun mène, ou pas, son existence – La fin de la solitude n’est pas encore pour Jules.

Jules ne mettra fin à la solitude que lorsqu’il comprendra qu’il est architecte de [sa] propre vie : Je suis moi quand je laisse mon passé me déterminer et je le suis tout autant quand je m’oppose à lui. Alors il pourra enfin dire : Je suis prêt. Même si cela paraît bien tard, voire trop tard…

Benedict Wells, La fin de la solitudeSlatkine & Cie (traduit de l’allemand par Juliette Aubert), 288 pages.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Christophe Jacobs[1. Christophe Jacobs vit en France et travaille comme consultant en communication pour des entreprises commerciales et culturelles. Il est l’auteur de traductions de textes d’inspiration libérale (Garet Garrett) et amateur de sculpture. Il a été durant plusieurs années agent pour l’artiste allemand E. Engelbrecht dont l’œuvre monumentale s’est inspirée largement de la philosophie Jungienne.]

Le but de ce compte rendu n’est pas de dévoiler tous les détails de l’œuvre mais suffisamment pour montrer en quoi des inqui... Poursuivre la lecture

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles