Qu’est ce que la praxéologie ? Ni naturalisme, ni interprétationalisme

Poursuite de la découverte de la philosophie de Ludwig von Mises, la praxéologie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Luwig von Mises

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est ce que la praxéologie ? Ni naturalisme, ni interprétationalisme

Publié le 30 juillet 2017
- A +

Par Adrien Faure.

Pour poursuivre ma réflexion sur la praxéologie de Ludwig von Mises, je vais à présent la comparer avec les deux approches principales des sciences sociales, telles que définies par le philosophe des sciences Alexander Rosenberg : (1) le naturalisme, qui considère que la méthode des sciences naturelles peut être employée pour étudier les phénomènes sociaux, et (2) l’interprétationalisme, qui considère que la méthode des sciences sociales doit diverger de celle employée dans les sciences naturelles. J’essayerai ainsi de déterminer si la praxéologie tombe sous la définition de l’une de ces deux approches.

Praxéologie et naturalisme

Le naturalisme est l’approche des sciences sociales qui défend et prône l’utilisation de la méthode des sciences naturelles, l’hypothético-déductivisme (ou logico-positivisme, ou simplement positivisme), pour l’étude des phénomènes sociaux. L’hypothético-déductivisme prend la forme d’un protocole de recherche composé des étapes suivantes1 : l’observation empirique (c’est-à-dire le recueil de données brutes), l’induction d’hypothèses à partir des données empiriques recueillies, la déduction de tests empiriques (de prédictions empiriques), l’expérimentation pour vérification des prédictions empiriques, et, finalement, la constatation de la corroboration ou de l’infirmation de l’hypothèse testée. En cas d’infirmation, l’hypothèse peut être modifiée ou rejetée, partiellement ou entièrement. En cas de corroboration, de nouveaux tests, sous de nouvelles conditions, doivent en général être expérimentés, pour renforcer la corroboration de l’hypothèse. Il me semble plutôt évident que la praxéologie de Ludwig von Mises n’est pas un hypothético-déductivisme puisqu’elle ne prend pas la forme d’une telle méthode : il n’y a pas de recueil de données empiriques brutes, il n’y a pas d’induction mais de l’introspection, il n’y a pas d’hypothèses à tester empiriquement mais des axiomes universellement valables, il n’y a pas de prédictions empiriques testables mais des déductions logiques à partir des axiomes, etc. Je me contenterai par conséquent de mentionner le rejet explicite de Mises de la validité de cette méthode en ce qui concerne le domaine de l’action humaine :

Aucune expérimentation de laboratoire ne peut être exécutée en ce qui concerne l’action de l’homme. Nous ne sommes jamais en mesure d’observer le changement d’un seul élément, toutes les autres circonstances impliquées dans l’événement restant inchangées. L’expérience historique, expérience de phénomènes complexes, ne nous présente pas des faits au sens où les sciences naturelles emploient ce terme pour désigner des événements isolés éprouvés par expérimentation. L’information fournie par l’expérience historique ne peut être employée comme matériau pour construire des théories et prédire des événements futurs. Chaque expérience historique est susceptible d’interprétations diverses, et en fait elle est interprétée de différentes manières.

Ce rejet du naturalisme implique un rejet de la conception du progrès scientifique, tel que défendu par un logico-positiviste comme le philosophe des sciences Karl Popper, comme falsification d’un nombre croissant de théories et d’hypothèses, où l’on se rapproche de la vérité en réduisant le nombre d’explications potentiellement valables. La conception du progrès selon la praxéologie de Mises réside, quant à elle, dans l’affinement et le raffinement de ce que sont ou ne sont pas les implications de l’axiome fondamental de l’action humaine et de ses axiomes secondaires (c’est-à-dire dans la meilleure compréhension de ce qu’est l’agir humain et ses caractéristiques fondamentales). Ceci étant posé, c’est à présent la question de savoir si la praxéologie est un interprétationalisme ou non qui va nous intéresser.

Praxéologie et interprétationalisme

Alexander Rosenberg définit l’interprétationalisme comme l’approche suivante en sciences sociales : « The social sciences seek to explain behavior by rendering it meaningful or intelligible. They uncover its meaning, or significance, by interpreting what people do2. » Nous allons voir ci-dessous comment Mises affirme se démarquer d’une telle approche.

Mises considère qu’il y a deux sciences de l’action humaine : la praxéologie et l’histoire. Par ailleurs, toutes les sciences sociales3, en dehors de la praxéologie, sont selon lui de l’histoire. Voici comment il définit l’histoire :

L’histoire est le rassemblement et l’arrangement systématique de toutes les données d’expérience concernant les actions des hommes. Elle traite du contenu concret de l’agir humain. Elle étudie toutes les entreprises humaines dans leur multiplicité et leur variété infinies, et toutes les actions individuelles avec leurs implications accidentelles, spéciales, particulières.

Mises réduit donc toute l’approche interprétationaliste à l’histoire, et s’en démarque en mettant en évidence que l’histoire étudie des contextes particuliers, tandis que sa méthode correspond à l’étude des caractéristiques universellement présentes de l’action humaine. Il affirme ainsi :

La praxéologie est une science théorique et systématique, non une science historique. Son champ d’observation est l’agir de l’homme en soi, indépendamment de toutes les circonstances de l’acte concret, qu’il s’agisse de cadre, de temps ou d’acteur. Son mode de cognition est purement formel et général, sans référence au contenu matériel ni aux aspects particuliers du cas qui se présente.

Autrement dit, l’histoire est particulariste et contextuelle tandis que la praxéologie est universelle et a-contextuelle.

Une telle démarcation entre la praxéologie et les sciences sociales semble correcte, pour autant qu’on admette (1) que l’histoire est étude de contextes particuliers et non recherche de tendances historiques probabilistes et (2) que toutes les sciences sociales sont réductibles à l’histoire. Comme le premier point me semble plausible je ne m’y attarderai pas4. C’est le second point que j’aborderai dans mon prochain article, en étudiant le cas de la théorie du choix rationnel à laquelle la praxéologie semble s’apparenter et qui n’est, elle-aussi, ni une approche naturaliste, ni une approche interprétationaliste.

  1.  Le philosophe Alan Chalmers a détaillé et discuté les méthodes de recherche dans les sciences naturelles dans l’ouvrage suivant : CHALMERS F. Alan, Qu’est ce que la science ?, Éditions La Découverte, Paris, 1987.
  2.  ROSENBERG Alexander, Philosophy of Social Science, ed. cit., p.27.
  3. « Il y a l’histoire de l’activité politique et militaire, des idées et de la philosophie, des activités économiques, de la technologie, de la littérature, de l’art, de la science, de la religion, des mœurs et coutumes, et de bien d’autres domaines de la vie des hommes. Il y a l’ethnologie et l’anthropologie, dans la mesure où elles ne font pas partie de la biologie, et il y a la psychologie dans la mesure où elle n’est ni physiologie, ni épistémologie, ni philosophie. Il y a la linguistique dans la mesure où ce n’est ni la logique ni la physiologie du langage. (…) L’histoire économique, l’économie descriptive, et la statistique économique sont, bien entendu, de l’histoire. Le terme sociologie est employé dans deux sens différents. La sociologie descriptive s’occupe de ceux des phénomènes historiques de l’activité humaine qui ne sont pas envisagés par l’économie descriptive ; elle chevauche dans une certaine mesure les domaines revendiqués par l’ethnologie et l’anthropologie. La sociologie générale, d’autre part, envisage l’expérience historique d’une façon plus proche d’un point de vue général que ne le font les autres branches de l’Histoire. »
  4. Pour une critique de cette conception de l’histoire, je renvoie le lecteur à l’ouvrage La société ouverte et ses ennemis de Karl Popper. Pour une défense d’une telle conception, je renvoie le lecteur à l’ouvrage Histoire du siècle à venir : où va le monde selon les lois de l’Histoire ? de Philippe Fabry.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il est toujours périlleux d’utiliser des mots savants car ils véhiculent souvent simplement l’idée que leur auteur affirme avoir eu une idée.

    La praxis c’est l’action, l’expérience, en opposition à gnosis qui est la connaissance, l’histoire. Dans un cas on vit, dans l’autre on raconte la vie.

    La difficulté est que l’expérience est par définition personnelle. Dès qu’on la raconte cela devient de la connaissance. Etudier la praxis ce ne peut-être que s’étudier soi-même.

    • @Marc Dugois

      N’est-il pas question de croyance?

      Ludwig Von Mises reste sur une position conceptuelle basée sur des

      axiomes , ce qui lui permet de faire l’économie de l’avance

      d’hypothèses à tester empiriquement ou d’expérimentations de laboratoires,

      à l’inverse , de la conception plus constructive de Karl Popper du progrès

      scientifique signifié comme falsification d’un nombre croissant d’hypothèses

      en vue de se rapprocher asymptotiquement de la vérité ;

      car la praxéologie a la prétention d’étudier le phénomène de la praxis

      sans passer par l’expérimentation : il n’est même pas nécessaire à l’observateur

      de s’appréhender de l’extérieur pour émettre des hypothèses : il utilise simplement

      sa faculté d’introspection autrement dit le rapport privilégié qu’il entretient avec

      lui-même , ce qui lui permet en vertu de son observation qui se veut objective

      mais qui relève de la pure croyance d’établir des axiomes à caractère universels,

      ce qui aboutit en définitive à des concepts de rejets sans rapport avec la méthode

      scientifique et même avec un relativisme conceptuel.

      Cordialement

  • J’aurais préféré que l’auteur remplace le mot falsification, traduction littérale du mot anglais utilisé par Popper, par le mot « réfutation », qui a du sens pour un lecteur français. Il permet de distinguer les sciences « dures », de démonstrations, réfutables, des sciences humaines, d’interprétations, ni démontrables, ni réfutables.

    • @ Pyrrhon
      Dans l’université que j’ai fréquentée, les « sciences humaines » se déclinaient en « sciences politique, économique et sociale », clairement « sciences humaines », sans commune mesure avec les sciences « pures » ou « dures »: mathématiques, physique, chimie, biologie et, par extension justifiées par l’utilisation des premières comme bases fondamentales, le « génie civil » (ingénieurs), la médecine humaine ou vétérinaire et les spécialité annexes. Entre les deux pourrait se trouver le statisticien, apte au calcul de probabilité, moins apte à l’interprétation des résultats d’un sondage, hors la descriptions des données brutes!

      Même dans les « sciences d’application des sciences dures » (Ingénieur, médecin, vétérinaire), il apparait les « vérités statistiques », ce qui est vrai à X %, X devant être compris entre 51 et 100 pour être +/- significatif: sous 51%, on tombe dans l’improbable, plus ou moins profondément.

      Un ingénieur construisant un pont prendra une marge d’erreur parfois importante pour répondre aux aléas de la construction, malgré sa surveillance, ou des phénomènes naturels à la limite du normal, ou à un usage au-delà du délai déterminé: raison pour laquelle le Pont du Gard est toujours debout, 20 siècles après sa construction!

      Je ne suis pas sûr que la praxéologie survivra au-delà de 2100! Déjà, elle apparait ici sans répondre à un véritable besoin autre que celui de son inventeur et l’hyper-diplômé qui désire en partager sa connaissance!

  • Je suis toujours sceptique face à tous ceux qui prétendent créer du savoir sans utiliser la méthode scientifique (ou hypothético-déductive). Quel que soit le domaine, il y a toujours un moment où il faut choisir entre deux théories… et il faudra alors choisir celle qui aura fait les meilleurs prédictions, ou aura été le moins réfutée. C’est évidemment plus incertain dans les sciences sociales où les lois générales (ex: « si le prix augmente, vous vendez moins ») peuvent difficilement être étudiées isolément de tout autre facteur éventuellement perturbateur (ex: l’effet « snob », plus c’est cher plus j’en veux…). Il n’en reste pas moins qu’à défaut d’une possibilité de réfutation et de prédiction, vous ne produisez que du bavardage, car il sera alors impossible de discriminer entre votre théorie et celle du voisin…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

Dans un article récent du Wall Street Journal intitulé "Inflation Surge Earns Monetarism Another Look", Greg Ip écrit qu'une récente poussée d'inflation n'est pas susceptible d'amener les autorités à réapprendre le monétarisme. Selon Greg Ip, la masse monétaire n'a pas réussi à prédire l'inflation américaine en raison de problèmes conceptuels et de définition qui n'ont pas disparu.

Le chef de file de l'école monétariste, feu Milton Friedman, soutenait que l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire. Friedman et d'autres ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Bidault. Extrait de Si l’argent m’était conté…, 2012.

À Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Étoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tô... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles