Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (7)

Une série destinée à vous faire découvrir ou redécouvrir l’œuvre de l’auteur autrichien Stefan Zweig. Aujourd’hui, présentation de « Le bouquiniste Mendel » et de « La collection invisible ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si on (re)lisait Stefan Zweig cet été ? (7)

Publié le 11 juillet 2017
- A +

Par Johan Rivalland.

Le bouquiniste Mendel

Quel plaisir de découvrir cette nouvelle pleine de force (ou plutôt de la redécouvrir, car ma mémoire ne m’avait pas permis de me souvenir de cet excellent texte édité dans le recueil La peur, que j’ai pourtant lu il y a plus d’une vingtaine d’années). Tant mieux, d’une certaine manière, puisqu’ainsi le plaisir demeure intact.

Une histoire qui sonne vrai, qui semble surgie de notre passé comme pour porter témoignage de la vie de certains personnages tout droit sortis d’une époque que l’on peut considérer comme révolue, surtout à l’ère du livre électronique.

Celle d’un bouquiniste hors pair, doté d’une mémoire exceptionnelle lui permettant de retenir des milliers de titres de livres, parmi les plus introuvables, accompagnés des noms de leur auteur, du nombre de pages, l’année d’édition, le prix de vente et force détails supplémentaires, comme l’endroit où les dénicher. Et le tout sans prise de notes. Absolument prodigieux.

Un personnage rare et, c’est certain, comme on n’en fait plus.

Un personnage d’autant plus singulier et unique, tellement absorbé dans son univers livresque et occupé à rendre service pour presque rien, lui qui ne vit que de peu, en renseignant ceux qui le veulent sur les ouvrages vers lesquels les guider pour une recherche, qu’il ne va même pas se rendre compte de l’apparition de la première guerre mondiale emportant pourtant le monde, et en particulier l’Europe, dans les tourments les plus cataclysmiques.

Mais il se pourrait bien, qu’à son corps défendant, les événements le rattrapent, à sa grande stupéfaction, lui qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, ne s’était vraiment rendu compte de rien, tant il ne faisait pas partie de ce monde.

Passionnant. À découvrir.
Du grand Zweig, comme toujours.

La collection invisible

Cette histoire est bien triste, car parfaitement évocatrice d’une certaine réalité : celle qu’ont connu les Allemands lors de la terrible période de l’hyper-inflation dans les années 1920.

C’est donc une excellente idée de la part de Stefan Zweig que de s’être intéressé à ce sujet et d’avoir rendu ainsi hommage à tous ceux qui ont souffert terriblement de cet épisode peu glorieux de notre histoire.

Le point de départ : un antiquaire, au cours d’un voyage en train, narre à l’un de ses clients occasionnels la plus extraordinaire des expériences qui lui soit arrivée au cours de ses trente-sept années de carrière dans son métier.

La nouvelle étant courte, je n’en dirai pas plus…

Stefan Zweig, La collection invisibleLes éditions du Cénacle, août 2015, 48 pages.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • j’ai beaucoup aimé la collection invisible également.. admirablement écrite, belle et triste histoire, sujet inédit… et effectivement, plongée dans l’allemagne d’aprés guerre…étonnant… texte court, mais j’y ai appris énormement.
    ce sont mes 2 nouvelles préférées de ce livre  » la peur »…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

L’Amérique Empire
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse aux affaires internationales ne peut rester indifférent au rôle des États-Unis dans le monde. Certains voient la politique étrangère américaine comme une aubaine, les États-Unis ont assuré une paix globale, une pax americana, depuis 1945 et de surcroît depuis 1991. D’autres voient plutôt la politique étrangère américaine comme néfaste pour le monde et pour les Américains eux-mêmes, comme un véritable obstacle à la paix et à l’harmonie entre les nations.

Nikola Mirković, analyste en géopolitique, appartient clairem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles