Augmenter les taxes sur le tabac stimule la contrebande et le crime organisé

Une cigarette sur six vient de la contrebande et de la contrefaçon selon une étude KPMG, ce qui réduit les rentrées des taxes sur le tabac.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cigarette (Crédits Static Photo, licence creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Augmenter les taxes sur le tabac stimule la contrebande et le crime organisé

Publié le 16 juin 2017
- A +

Une cigarette sur six fumée en France est issue de la contrebande et de la contrefaçon selon une étude du cabinet KPMG à la demande de Philip Morris, publiée le 10 juillet 2012. Plus de 20 % des cigarettes fumées ne sont pas achetées chez les buralistes si on inclut les achats faits légalement à l’étranger par les fumeurs.

Par Alexis Vintray.

Une pierre blanche dans le jardin de ceux qui veulent augmenter les taxes sur le tabac. Voilà comment on pourrait résumer les conclusions d’une étude du cabinet KPMG faite à la demande de Philip Morris.

Selon le cabinet, 21,1 % des cigarettes fumées en France n’ont pas été achetées dans le réseau officiel des débitants de tabac. Ces achats autres se décomposent en achats de produits de contrebande ou de contrefaçon (15,8 %) ou achats faits légalement par les fumeurs à l’étranger (Duty Free, Andorre, Espagne, Europe de l’Est, etc.) pour 5,3 %.

Le chiffre des achats hors buralistes est cohérent avec celui des autres études menées sur le sujet, que ce soit par des fabricants ou par le service des Douanes.

Surtout, à mesure que les taxes sur le tabac augmentent, l’incitation à acheter des produits de contrebande ou à l’étranger se renforce. Ainsi, KPMG estime qu’entre 2010 et 2011, la proportion d’achats effectués hors buralistes a « légèrement augmenté ». Autrement dit, comme pour les impôts, les taxes sur le tabac souffrent d’un effet Laffer. Trop de taxes tuent la taxe, au détriment des comptes publics.

Par ailleurs, la hausse des prix du tabac stimule la contrebande et offre au crime organisé des revenus extrêmement conséquents. Alors que le gouvernement vient d’annoncer une hausse de 6 % du prix du tabac à l’automne, Renaud Gaillard, directeur des affaires publiques de Philip Morris France, a souligné la nécessité d’évaluer « les conséquences en matière de développement du commerce illicite de produits du tabac » d’une telle hausse.

Cet article a été publié une première fois le 10 mars 2017.

Lire nos articles sur la cigarette

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La contrebande de tabac est constamment en hausse. Celle-ci est probablement dû aux redondantes augmentations du prix du tabac qui apparaît comme un produit réservé aux personnes aisées. Je me permets de mentionner ce très simple article à ce sujet :
    http://www.breizh-e-cig.fr/article-17–l-evolution-du-prix-des-cigarettes.html
    Le graphique met en évidence le fait que le prix du tabac a été multiplié par 3 ces 2 dernières décennies ce qui heureusement a provoqué une baisse de la consommation de cigarettes mais par la même occasion une hausse du nombre de contrebandiers.

    • Si on suit cette logique, il a peut-être juste une baisse de la consommation du tabac dans le circuit légal, et du coup aucune baisse réelle de la consommation de tabac.
      (consommation dure à mesurer si une grosse partie est de la contrebande)

      • Oui Chk, c’est aussi assez drôle de mesurer la contrefaçon avec 1 chiffre après la virgule, ça fait sérieux et ça doit donner l’impression qu’on maîtrise le truc

        Pour la communication de l’état sur l’évasion fiscale, je leur propose d’écrire 81 275 543 845.10€…

  • Évidemment, mais si le but est d’esclavagiser les populations, c’est important de créer des crimes de toutes nature pour justifier les mesures coercitives destinées à les réprimer ou les contrôler.
    Dans le genre, voyez le triomphe de l’interdiction de la drogue, qui sera bientôt suspendue puisque tous les outils qu’elle a initiée peuvent maintenant être justifiés au nom de la « guerre contre le terrorisme »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

tabac
0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

Tout le monde le sait dorénavant, le tabac est un produit toxique, extrêmement addictif, dont la consommation provoque et aggrave un grand nombre de maladies, tuant 73 000 personnes par an en France, à comparer aux 3500 décès annuels par accidents de voiture ou aux 950 morts par… homicide. La cigarette tue par cancers,  par étouffement progressif, par maladies cardiaques, par accidents vasculaires cérébraux, par mort subite, etc.

L’État, incarné par les ministres de la Santé successifs, les responsables de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles