Baisse du pouvoir d’achat de ceux qui paient des impôts

Le pouvoir d’achat est une notion très complexe et il n’augmente ou ne stagne pas pour tout le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Empty pockets By: Dan Moyle - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Baisse du pouvoir d’achat de ceux qui paient des impôts

Publié le 23 avril 2017
- A +

Par Simone Wapler.

« Ah, c’est gratuit ? Alors vous m’en mettrez 10… Euh, non 100 plutôt ! »

Ce qui est gratuit, ce que vous obtenez sans avoir rien donné ou produit en échange, n’a pas de valeur. Le revenu universel ne redonnera pas de pouvoir d’achat, il ne fera qu’accélérer notre déclassement.

La question du « pouvoir d’achat » préoccupe les Français paraît-il. Les Échos du 16 avril sur « ces trois grands sujets qui se sont imposés dans les débats » :

Le pouvoir d’achat par unité de consommation, tel que le mesure l’INSEE, n’a pas baissé dans le pays mais aurait plutôt stagné durant la dernière décennie. Mais le sentiment de perte de pouvoir d’achat est pourtant très fort dans l’opinion. Parce que le quinquennat a été marqué par des hausses d’impôts importantes pour les ménages, même si elles ont largement compensé les classes populaires. Par ailleurs, les dépenses contraintes, telles que le logement, mais aussi les assurances diverses, ont, elles, eu tendance à augmenter. Tous les candidats ont donc bien compris la nécessité d’être présent sur le sujet.

Dans un style étrange et jargonneux, Les Échos admet que depuis 10 ans notre pouvoir d’achat stagne.

Les statistiques sont d’ailleurs contradictoires, voici deux exemples.

D’abord l’INSEE pour qui tout va bien de ce côté :

Puis l’OFCE, organisme dit indépendant mais très proche de l’État :

Source OFCE « austérité et pouvoir d’achat en France », Mathieu Plane

En réalité, le pouvoir d’achat est une notion très complexe, et je vous assure que le coût de la vie est différent en Corse ou dans l’agglomération lilloise.

Mais remarquez le lambeau de phrase concernant les hausses d’impôts. Bien que mal écrite, elle signifie que les hausses des impôts directs ont profité au pouvoir d’achat de ceux qui ne paient pas ces impôts. En 2014, seulement 45,6% des Français s’acquittaient de l’impôt sur le revenu…

Le pouvoir d’achat de ceux qui paient des impôts directs s’érode

Donc, ceux qui ne paient pas d’impôts directs ont eu un gain de pouvoir d’achat mais pas les autres.

La phrase sur les dépenses contraintes est, quant à elle, assez claire : elles augmentent. Ces dépenses contraintes, ce sont le logement, l’électricité, le gaz, nos assurances, notre mutuelle santé, les diverses « mises aux normes » qu’on nous fait subir… Bref, tout ce que nous ne mettons pas dans notre caddie (version urbaine mondialisée) ou notre filet à provisions (version rurale, sans-dents).

C’est surtout en raison de ces dépenses contraintes que nous perdons du pouvoir d’achat et que nous avons l’impression que tout nous échappe.

Bien sûr, il y a le logement. L’INSEE estime qu’il ne représente que 6% de nos dépenses.

L’indice des prix ne retient pas les remboursements des emprunts liés à l’achat d’un logement. (…) car les remboursements d’emprunt relèvent d’opérations financières.

La part des loyers dans l’indice de prix est de 6%. Cela représente actuellement la part de ces dépenses dans l’ensemble de la consommation des ménages. Il s’agit d’un taux moyen, calculé pour l’ensemble des ménages, qu’ils soient locataires ou propriétaires.

Nos dépenses contraintes sont à la merci de décrets

Ensuite, notre facture EDF, par exemple, devient insidieusement une feuille d’impôt supplémentaire.

De multiples autres exemples nous montrent que nous avons de moins en moins de prise sur ces « dépenses contraintes ».

  • Le diesel était bon pour nous mais il n’est plus bon, il faut changer de voiture…
  • L’isolation de notre logement n’est plus « aux normes »…
  • En tant que copropriétaires, nous sommes trop bêtes pour planifier nous-mêmes nos travaux, il va falloir approvisionner un compte bloqué…

De tout cela, nos chers candidats n’ont cure. Ce qu’ils veulent, c’est une mainmise totale sur nos dépenses.

La dernière chimère du revenu universel

À l’autre bout, on trouve les récipiendaires du « revenu universel ». Qui déciderait du montant de ce revenu, sur quelles bases ?

Mais ceux qui le reçoivent, pardi, car ils seront évidemment plus nombreux que ceux qui le financent. Comme c’est gratuit, eh bien, pourquoi pas 900 € ou 1 000 €, ou même 2 000 € pour ce revenu universel ? Il est bien normal que ceux qui reçoivent en veuillent toujours plus…

D’un côté ceux qui perdent du pouvoir d’achat et de l’autre ceux qui reçoivent quelque chose contre rien. Pour être élu, il suffit simplement que la seconde catégorie soit plus nombreuse. C’est cette farce qu’on appelle, de nos jours en France, la démocratie.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • je ne paie pas d’impot , je suis en dessous du seuil de pauvreté bien que travaillant , mais je peux vous garantir que mon pouvoir d’achat a pris une sacré claque ,surtout depuis 2012 ;

  • Pas vraiment d’accord avec l’article. SImone W, etes-vous pour la suppression du rsa (= revenu gratuit)?
    Le revenu universel de benoit hamon est en effet stupide (en tout cas pas raisonnable). Mais il y à d’autres formes de revenus universels qui s’inscrivent dans une tradition libérale. (Ceci implique évidemment une baisse du smic équivalente). L’objectif est une simplification de l’état: supprimer toutes ces caisses de redistribution, amies de la bureaucratie galopante.

  • …Il faudrait donc un revenu universel plus faible que celui de hamon. (Antimisere) et donnés aux enfants (on peut ainsi supprimer les caf.

  • – Le revenu universel est 1 idée de Milton Friedman : j’en reviens pas !
    – Ils ne savent plus quoi faire pour gérer 1 Dette qui ne s’est jamais dégonflée depuis.. D’après Olivier Perrin : » grâce à la politique de « taux négatifs » de la Banque Centrale Européenne, la France a pu doubler sa dette en 7 ans sans que cela ne lui coûte quoi que ce soit jusqu’à présent… Mais c’est une bombe à retardement car le jour où les taux remontent vous devez alors refinancer votre dette à ces nouveaux taux plus élevés… Avant même d’envisager de rembourser la dette de l’État, il faudrait commencer par arrêter de l’augmenter, c’est-à-dire équilibrer le budget, ce que nous n’avons pas été capable de faire depuis un demi siècle.
    Une fois le budget équilibré, il faudrait encore consacrer 3% dudit budget au désendettement… pendant environ 170 ans d’affilée » (sic)… C’est sans solution : on comprend certains qui prêchent le Frexit ! Ce sont les classes moyennes qui seront sacrifiées en premier.. et la fracture devient abyssale entre très riches # très pauvres… donc apprenez à diversifier vos économies en vous protégeant des spéculations bancaires et : https://pro.vbn-edi.com/p/LDM01/ELDMT408/?email=%7Bemailaddress%7D&utm_source=$$$GOOGLE-SOURCE&utm_medium=$$$GOOGLE-MEDIUM&utm_campaign=$$$GOOGLE-CAMPAIGN&h=true

    • L’idée de Milton Friedman était de consacrer toute l’augmentation de ma masse monétaire à un RU, ce qui permet de maitriser complètement l’inflation en ajustant le montant.
      Ce qui suppose que l’état ne fasse pas d’augmentation de masse monétaire, donc 0 dette, 0 déficits. Et ce dernier point ne rentre pas dans l’entendement des Schtroumpfs Frondeurs.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Au cours des neuf derniers mois, Jerome Powell (président de la Fed, la banque centrale américaine) a monté les taux d’intérêt de la façon la plus rapide depuis les années 1980. En effet, l’inflation atteignant les niveaux les plus élevés depuis 40 ans, les officiels de la Fed étaient unanimes sur le fait qu’ils devaient monter les taux de manière agressive. Ce fût la première étape, de loin la plus facile.

Car maintenant que l’inflation semble montrer des signes de ralentissement, la question concernant la hausse des taux directeurs e... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles