L’Arizona veut utiliser l’or et l’argent comme monnaies complémentaires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Sprott Money - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Arizona veut utiliser l’or et l’argent comme monnaies complémentaires

Publié le 20 mars 2017
- A +

Par Jean-François Faure.
Un article de l’Or et l’Argent.com

Le 9 mars dernier, le Comité Sénatorial de l’Arizona a adopté un projet de loi supprimant l’imposition sur l’or et l’argent et encourageant leur utilisation comme « monnaie complémentaire » ayant cours légal.

Actuellement, en Arizona comme dans de nombreux États américains, l’or et l’argent sont assujettis à l’impôt sur les gains en capital lorsqu’ils sont échangés contre des billets de la Réserve fédérale ou lorsqu’ils sont utilisés dans des transactions, qui sont alors considérées comme des opérations de troc.

Quand Ron Paul préfère l’or et l’argent aux billets

Or, selon l’ancien représentant Ron Paul, qui défend le projet et l’a soutenu auprès du Comité des finances du Sénat :

Les billets ne sont pas de l’argent, c’est un substitut qui pourrait s’apparenter à de la fausse monnaie.

Seuls l’or et l’argent « sont des monnaies honnêtes » a-t-il poursuivi « et ça n’a aucun sens de taxer la monnaie ».

Finalement, le Comité des finances du Sénat a adopté le projet de loi par 4 voix contre 3. Dès lors, si cette loi devait être votée, toute personne qui achèterait de l’or ou de l’argent, ou encore qui utiliserait de l’or ou de l’argent pour régler une transaction, quelle qu’elle soit, serait considérée comme ayant utilisé une monnaie officielle et ne serait donc plus soumise aux taxes sur les plus-values ou l’échange.

Une telle loi marquerait une étape décisive dans le retour en grâce des métaux précieux en les mettant sur un pied d’égalité avec les billets de la Réserve fédérale.

Mieux encore, dans un climat de suspicion croissante envers la monnaie-dette, les gens seraient désormais en mesure de lui préférer la stabilité éprouvée de l’or et de l’argent sans être pénalisés.

Un risque de dépréciation des billets de banque

Évidemment, le risque existe de voir la monnaie papier se déprécier rapidement, surtout si l’exemple de l’Arizona devait s’étendre à d’autre États. Mais il faut savoir que la Constitution et le Congrès américain autorisent déjà l’utilisation de l’or et de l’argent pour payer certaines taxes ou même des dettes envers l’administration.

En effet, si la loi stipule que toutes les dettes et impôts en Arizona doivent être payés soit avec des billets de la Réserve fédérale (dollars), autorisés comme monnaie légale par le Congrès, soit avec des pièces émises par le Trésor américain (dont quelques unes sont composées d’or ou d’argent), l’article I-10 de la Constitution des États-Unis précise quant à lui « qu’aucun État ne peut accepter autre chose que des pièces d’or ou d’argent pour payer une dette. »

C’est en s’appuyant sur cette exigence constitutionnelle, ignorée pendant des décennies, que les défenseurs du projet de loi ont rendu leur argumentaire inattaquable, car on ne conteste pas la Constitution aux États-Unis. Mais du même coup, certains y voient la fin du monopole de la Réserve fédérale par le biais d’une concurrence monétaire totalement inédite dans l’histoire du pays.

Et beaucoup s’en réjouissent car, si les gens utiliseront d’abord simultanément les billets de banque et les pièces d’argent et d’or, il arrivera un moment où la valeur intrinsèque des pièces les rendra plus attractives par rapport au papier. Et très vite, « la bonne monnaie chassera la mauvaise ».

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La bonne monnaie ne chasse pas la mauvaise, c’est le contraire: la mauvaise monnaie est utilisée pour les transactions au jour le jour alors que la bonne est utilisée pour l’épargne, ce qui est parfaitement logique puisque la caractéristique d’une mauvaise monnaie est la perte de sa valeur. On voit donc diparaitre la bonne monnaie dans les bas de laine alors que seule la mauvaise est disponible pour les transactions.

  • Une très bonne idée ! dans ce cas, il faudra partager « tout l’or du monde » entre tous les citoyens du monde, histoire de commencer un Monopoly pas trop injuste (et si possible avec la banque sur la table). Car les réserves d’or ont disparu, en particulier celle des Trésors Publics (français, américain, DSK en sait quelque chose).

    • Partager en raison de quoi ? Rien ne vous empêche des aujourd’hui d’acheter quelques grammes ou quelques onces d’or et de les garder sous une lame de parquet, dans un mur ou dans un coffre loué à cet effet.
      Partager est un non-sens : le Monopoly en question a commencé depuis des milliers d’années. On ne redistribue jamais les cartes en cours de partie…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici Douzième partie de la série ici

On peut appeler seigneuriage le profit obtenu dans la production de monnaie. Mais on parle aussi souvent de l’imp... Poursuivre la lecture

Par Etienne Chaumeton. Un article de l'Iref-Europe

Record des prélèvements obligatoires, record des dépenses publiques, inflation en hausse… l’État doit trouver de l’argent et c’est l’épargne des Français qui est menacée.

Le ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a récemment confié au journal Le Figaro que la crise du Covid-19 allait coûter 424 milliards d’euros aux finances publiques sur trois ans, en 2020, 2021 et 2022. Ces sommes comprennent des baisses de recettes fiscales et les dépenses exceptionn... Poursuivre la lecture

Par Christophe Romani.

Doit-on se résigner devant la dépréciation de nos monnaies papier ? Peut-on raisonnablement créer une monnaie virtuelle ex nihilo ? Ou bien un retour à l’étalon-or est-il souhaitable ? Existe-t-il d’autres possibilités ? Un panier de titres de propriété pourrait-il faire office de monnaie ?

La dépréciation de nos monnaies papier, la flambée du cours de l’or, ou encore l’apparition de devises virtuelles nous invitent à étudier les questions de l’origine et des fonctions de la monnaie. La théorie économique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles