Mieux comprendre les liens entre Donald Trump et Wall Street

Donald Trump veut « détacher la laisse » de Wall Street. Mais à quoi cela peut-il servir si le système reste corrompu ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wall Street subway station By: Michael Daddino - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mieux comprendre les liens entre Donald Trump et Wall Street

Publié le 27 février 2017
- A +

Par Bill Bonner.

Les résultats des entreprises baissent depuis près de trois ans. Actuellement, ils ont baissé de 10% par rapport au niveau enregistré en fin d’été 2014. Pourquoi les actions seraient-elles si chères ?

Ah oui : c’est parce que la Team Trump va stimuler Wall Street. Mais les investisseurs doivent s’interroger, également.

Faire grimper le cours des actions – comme nous l’avons constaté au cours de ces huit dernières années – ce n’est pas pareil que relancer la croissance économique et le revenu des ménages.

Or chaque jour, la liste des probabilités jouant contre l’une et l’autre s’allonge un peu plus. Plus les luttes mesquines, querelles stupides et tempêtes de tweets s’intensifient, moins le gouvernement dispose de munitions pour se battre réellement avec le Congrès ou le Deep State.

Mais « l’action de Goldman a atteint un record sur des paris selon lesquels Trump détacherait la laisse de Wall Street  » annonce Bloomberg, en gros titre.

Goldman Sachs est l’un des piliers de l’Establishment, son représentant, Steve Mnuchin, est à la tête du Département du Trésor. Alors un gain pour Goldman ne constitue pas forcément un gain pour nous.

« Détacher la laisse » sous-entend un accord gagnant-gagnant, comme si on laissait le secteur financier mener ses affaires. Mais il existe différentes façons de « détacher la laisse ».

Certaines créatures – comme les Dobermans – sont tenues en laisse pour une bonne raison. De la même façon, laisser se déchaîner une émeute ou une guerre, ce n’est peut-être pas une bonne idée, non plus.

Libérer Wall Street de ses règles bureaucratiques, cela va au moins dans la bonne direction. Mais ce n’est bon pour l’économie du quotidien que si Wall Street mène ses affaires honnêtement, et facilite les accords gagnant-gagnant en finançant avec de véritables capitaux des projets qui en valent la peine.

L’injustice du capital frauduleux de Wall Street

Mais, bien entendu, c’est exactement ce que ne fait pas Wall Street. C’est un secteur du Deep State bénéficiant de la complicité de l’argent falsifié de la Fed.

Le « capital » (en réalité, de l’argent sorti de nulle part) qu’il contribue à allouer est frauduleux, fourni à l’élite par le cartel bancaire de la Fed à un taux préférentiel. Cela donne lieu à une multitude de transactions frauduleuses, de causes perdues et d’accords gagnant-perdant.

Les citoyens doivent emprunter de l’argent à des taux deux fois supérieurs à ceux de l’élite des entreprises, du secteur financier et du gouvernement. Pourquoi ? Le risque de ces derniers est plus faible.

Si Goldman ou GM rencontrent des difficultés financières – même avec des taux d’emprunt préférentiels – l’État les renfloue. Si un citoyen ordinaire est incapable de rembourser son crédit, il perd sa maison.

Cette injustice est au coeur du système économique actuel. Elle est également à l’origine du mécontentement ressenti – mais pas totalement bien compris – par les masses et le gouvernement actuel.

Plus de capitaux mais moins de revenus pour les gens

Un ménage moyen gagne moins d’argent à l’heure actuelle qu’à la fin du siècle dernier. Or cette période aurait dû être la plus porteuse de toute l’Histoire de l’humanité.

Pourquoi les salaires américains baissent-ils ? Après tout, le nombre de brevets déposés a explosé, de même que le rythme de l’innovation technologique et le nombre de personnes titulaires d’un diplôme d’études supérieures.

Parallèlement, au cours de ces 30 dernières années, l’État a injecté dans le système 37 000 milliards de dollars de crédits supplémentaires, ce qui dépasse de loin le ratio dette/PIB historique.

Les entreprises ont plus de trésorerie que jamais auparavant. Alors, comment une économie disposant plus que jamais auparavant de technologies, de travailleurs qualifiés, et de « capitaux » peut-elle faire baisser le revenu des ménages, enregistrer un taux de croissance inférieur de moitié à celui des années 1960 et 1970 et afficher la plus faible « relance » de l’histoire ? Comment est-ce possible ?

On rejette la responsabilité, pêle-mêle, sur la mondialisation, le Mexique, la réglementation, la Chine, l’automatisation, les inégalités, la financiarisation. Mais vous connaissez la véritable réponse : le système monétaire est falsifié.

Ce système bénéficie à l’élite de Washington et de Wall Street mais pas au reste d’entre nous. Et si l’on « détache la laisse » de Wall Street sans revenir à l’argent honnête, cela signifie que l’on va permettre au monstre qu’est le Deep State de s’en prendre encore plus aux Américains moyens.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles