Cap Kalafatis, de Patrick Besson

Le nouveau roman de Patrick Besson met en scène trois personnages dont la plage n’est que le décor sublime.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cap Kalafatis, de Patrick Besson

Publié le 25 février 2017
- A +

Par Francis Richard.

Nicolas a l’impression d’être non dans un ménage à trois mais dans une équipe sportive, handball ou escrime.

Nicolas, 23 ans, rencontre José, 54 ans, et Barbara, 23 ans, à Cap Kalafatis, au sud-est de l’île de Mykonos, à Pâques 1991, c’est-à-dire il y a quelque vingt-cinq ans. José, en le quittant, lui a dit: Tu écriras des livres où tu raconteras ce que je te disais.

Ce qui est important dans le roman de Patrick Besson, ce sont effectivement ce que ces trois personnes se disent et disent de l’existence. Car tout le reste n’est que décor, sublime : une plage de sable fin quasi déserte, la mer et le ciel qui, le soir, se retrouvent en tête-à-tête.

Nicolas, étudiant en sciences politiques, est venu à Cap Kalafatis en vélomoteur. Il a eu l’œil naturellement attiré par une belle fille de son âge, Barbara, qui est allongée sur le sable, qui vient de se mettre sur le dos et de lui révéler ses seins nus.

Propos de séduction

Nicolas a l’habitude de plaire car il est beau, pas aussi beau que Barbara mais presque. Il cherche donc à lui plaire et ils sont en train d’échanger des propos de séduction, à fleurets mouchetés, lorsque survient José, avec lequel Barbara est en couple.

Les choses ne tournent pas mal, au contraire. José vient de faire de la planche à voile. Il est d’humeur joviale et invite Nicolas à déjeuner avec eux. Mais, auparavant, José et Barbara lui racontent sans pudeur dans quelles circonstances ils ont fait connaissance quatre ans plus tôt.

Nicolas, à deux reprises, cherche à s’éclipser, mais son vélomoteur ne démarre pas et force lui est de rester avec eux, qui ne laissent pas de le surprendre par leur attitude envers lui et par le bonheur qu’ils connaissent ensemble depuis quatre ans, en dépit de la différence d’âge.

Nicolas se sent manipulé, comme disent les filles, par ce couple qui s’est échappé pour du neuf et du pur: il devient une fille entre Barbara et José. Peu à peu ses yeux se dessillent: il apprend le rôle qu’ils attendent de lui et accepte ce qu’ils lui demandent, sans être jamais sûr du jeu qu’ils jouent.

Ce qui est sûr, c’est que José veut réussir au moins une dernière chose dans sa vie, le bonheur de Barbara :

Les filles comme toi sont la lumière du monde. Sans vous, la terre serait une prison. Il faut vous protéger de tous les gens qui ont une bonne raison de vous détruire : vos vieilles mères, nos vieilles épouses, les hommes qui ne vous ont pas et ceux qui ne vous ont plus.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans l’avant-propos de ce texte qui fit polémique, Tzvetan Todorov retrace de manière fort intéressante son itinéraire depuis Sofia, sous l’ère soviétique.

Fils de bibliothécaires, ayant vécu depuis toujours au beau milieu de tonnes de livres, qui le passionnent dès le plus jeune âge, il suit des études de lettres ; études de fait sous l’emprise de l’idéologie officielle, qu’il parvient à contourner discrètement en orientant son mémoire de fin d’études vers l’étude des formes linguistiques.

 

Quand littérature rime avec... Poursuivre la lecture
Alexandrie
4
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre huitième Centre du progrès est Alexandrie aux troisième et deuxième siècles avant J.-C., lorsque la Grande Bibliothèque a fait de la ville la capitale intellectuelle du monde. Au cours du IIIe siècle avant J.-C., une institution d'enseignement et de recherche appelée Musaeum (littéralement, "sanctuaire des Muses"), d'où nous tirons le mot musée, a été construite à Alexandrie. La Grande Bibliothèque d'Alexandrie faisait partie du Musaeum. Bien que les estimations varient considérablement, la bibl... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles