Michaëlle Jean parle des chantiers entrepris à la Francophonie

En exclusivité la Secrétaire générale de la Francophonie Michaelle Jean a réagi à un article publié dernièrement sur son bilan de mi-mandat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Michaëlle Jean parle des chantiers entrepris à la Francophonie

Publié le 19 janvier 2017
- A +

Par Isidore Kwandja Ngembo.

Michaëlle Jean parle des chantiers entrepris à la Francophonie
By: HeatherCC BY 2.0

Réagissant à nos deux derniers articles publiés sur le 16e Sommet d’Antananarivo et sur le bilan de mi-mandat de Michaëlle Jean à la Francophonie, la secrétaire générale de l’OIF m’a ainsi confié, en toute franchise, que mes récents textes l’ont laissée quelque peu perplexe.

« Je connais suffisamment les médias pour savoir qu’ils sont vite preneurs de titres qui frappent et font vendre. J’estime cependant certains jugements trop étroits et l’évocation d’un « bilan » plutôt hâtive, sautant vite à des conclusions, sans tenir compte du travail abattu, de l’ensemble des chantiers entrepris, des faits et des circonstances, des enjeux considérables et des objectifs à atteindre. Je me concentre sur l’œuvre à accomplir dans l’immédiat et dans la durée. Il n’y a pas de panacée, mais du travail. »

La secrétaire générale a tenu à brosser, à l’intention du public francophone, un tableau de certains des travaux accomplis stratégiquement ces deux dernières années notamment dans le secteur économique. Travaux qui commencent à porter et porteront davantage leurs fruits, pour faire face aux défis colossaux auxquels les pays de l’espace francophone sont confrontés.

Son souci constant est « d’accompagner les pays dans leurs efforts, leurs désirs d’émergence, leur volonté d’une coopération plus conséquente, de tirer vigoureusement vers l’avant la Francophonie comme force de proposition, d’actions et de solutions ».

Voici in extenso la réaction vibrante de Michaëlle Jean :

« Il nous apparaît assez étrange que vous fassiez fi de l’urgence, de la calamité du chômage chronique qui, chaque année, guette des millions de jeunes, rien qu’en Afrique subsaharienne et en Haïti par exemple, facteur de risque considérable, sur les plans individuel et collectif. La féminisation de la pauvreté est aussi un non-sens absolu, alors que sans les jeunes, sans les femmes, rien n’est possible.

Aujourd’hui, qu’on se souvienne du thème même du Sommet de Dakar en 2014, tous en conviennent. La feuille de route dont j’ai hérité en fait foi. Voilà ce qui motive le travail que nous entreprenons à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avec le concours de tous les opérateurs et de tous les organes subsidiaires de la Francophonie – AUF, APF, AIMF, Université Senghor, TV5 Monde, tous nos réseaux institutionnels, d’experts, d’organisations de la société civile, de jeunes et de femmes plus rassemblés que jamais.

Nous agissons avec méthode autrement que dans la précipitation. Tel est notre choix, avec le souci d’une minutieuse prise en compte des initiatives en cours, des programmes existants, de la bonne évaluation des actions et des objectifs des États eux-mêmes, ainsi que des acteurs sociaux et économiques sur le terrain. Tous sont concernés et l’approche multi-partenariale que j’encourage permet d’accomplir davantage.

Comment nous reprocher d’être aux côtés des pays en développement, alors qu’ils demandent eux-mêmes d’être accompagnés dans la réalisation de leurs plans d’émergence et de croissance? Nos destinées sont liées et aucun appui n’est jamais à sens unique. Ce dont il s’agit est de mettre en œuvre une coopération renforcée et que tous les pays de l’espace francophone veulent plus efficiente. 

Voilà qui explique la façon dont nous déclinons la stratégie économique, en mettant davantage nos expériences et nos meilleures pratiques en commun. Pour sortir de l’assistanat, il faut penser une coopération mieux arrimée, des investissements garantis, des conditions gagnantes de part et d’autre. Pour libérer la croissance, il faut des choix solidement adossés aux perspectives, aux attentes et aux besoins réels qui sont considérables dans les pays plus vulnérables. Or, ce qui change, c’est que les pays mieux pourvus acceptent de venir en renfort, mais pas dans un esprit de charité mal ordonnée, de préférence dans un réel partenariat.

Ce qui me conforte, c’est qu’au 16e Sommet des Chefs d’État et de gouvernement à Antananarivo, tous et d’un commun accord, l’ont estimé ainsi et ont salué le rapport détaillé que je leur ai présenté de tous les chantiers engagés avec leur concours et leur assentiment. J’en veux pour preuve le programme que nous lançons, dans une première phase, dans 12 pays africains et qui consiste à déployer et consolider des incubateurs et des accélérateurs de petites et moyennes entreprises et industries initiées par des femmes et des jeunes, dans des filières ciblées, sur des approches innovantes, créatrices de chaînes de valeurs, de richesses et d’emplois, et qui est fortement applaudi.

Nul n’ignore que les TPE, TPI, PME, PMI sont des moteurs qui permettent de tirer vers le haut le PIB. Il ressort de ce programme une approche intégrée, un travail qui rassemble toutes nos forces vers une croissance partagée, un développement humain, inclusif, responsable et durable, pour plus de stabilité dans le monde et dans l’espace francophone.

Nous sommes tous également déterminés à reconnaître le rôle pivot des populations, l’apport inestimable des collectivités. Tout l’exige et tout nous donne raison, y compris pour lutter à la fois contre les forces de déstabilisation et de destruction, agir à la source des exodes massifs et de la crise migratoire.

Il n’y a pas de stabilité sans confiance ni raison d’espérer. Il ne s’agit pas non plus de doubler les efforts existants, mais d’y contribuer. Tout partenariat suppose aussi une vraie implication, une réelle appropriation pour une pérennisation économique et sociale à long terme.

Oui, cela requiert du temps, mais c’est de responsabilité partagée dont il s’agit, de juste collaboration et de complémentarité. Nous devons être tous comptables des processus et des résultats, dans l’exécution de la tâche ambitieuse que les Chefs d’État et de gouvernement nous ont assignée.

L’ambition est légitime et les équipes à pied d’œuvre sont totalement dédiées. Ne sous-estimez ni les compétences ni la volonté, là où nous agissons avec les acteurs mêmes de l’écosystème économique. Rien, dans tout ce que nous entreprenons, n’est accessoire, mais totalement intégré. Le kit à monter et appliquer, le concept du « ready made » comme disent nos amis anglophones, n’est pas acceptable.

Nous optons davantage pour un processus de co-construction, qui consiste à amener et à associer des partenaires, impulser les synergies nécessaires en établissant des passerelles, des liens, des maillages dans tout l’espace francophone, pour une coopération robuste et durable.

Déjà nous amenons le Vietnam, des pays d’Europe centrale et orientale, comme des Amériques et des pays africains, Sud-Sud, Nord-Sud, à s’associer sur des projets dans des filières porteuses, avec volonté et dans une éthique de partage.

Le secteur privé que nous impliquons aussi activement et stratégiquement répond avec enthousiasme et trouve une Francophonie le pied solidement à l’étrier de la monture économique. Nous rassemblons les ministres par secteurs, pour plus de partage et pour l’amélioration notamment du processus décisionnel, de la gouvernance et de l’environnement des affaires.

La stabilité politique étant une condition indispensable du développement économique, nous avons su exiger des partenaires internationaux plus de cohérence, de concertation, de complémentarité et de coordination au fil de plus de 50 missions d’accompagnement technique en amont des processus électoraux ou encore en prévention et en sortie de crise, que j’ai déployées dans un nombre record de pays de l’espace francophone.

Il arrive que la démarche soit ardue là où certains interlocuteurs sont rétifs, mais ce travail constant de diplomatie qui réclame une infinie persévérance avec les politiques comme avec la société civile porte aussi ses fruits. »

Michaëlle Jean y croit dur comme fer et veut que toutes et tous en soient conscients. C’est pourquoi elle a estimé important de répondre, point par point, aux observations formulées dans nos articles et qui sont régulièrement soulevées par certains observateurs.

 

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • L’art de parler pour ne rien dire ☺

  • Comme je dirai, Elle a du s’écouter parler.

  • Je ne savais même pas que ce poste bidon existait … Il a fallut en créer des postes bidons pour pouvoir caser les copains tout en faisant la parité dans ce gouvernement …

  • Tout cela non seulement n’est pas concret, mais Illustre une dispersion des forces qui devraient être concentrées sur la langue française. J’aurais préféré une priorité à la formation en français dans les pays partiellement francophones pour illustrer l’utilité professionnelle nous notre langue. C’est en effet la première motivation des apprenants avant la motivation culturelle. Corrélativement je voudrais savoir en quelle langue se fais la formation dans les pays non francophones évoqués dans cet article. Enfin, que vient faire « ready made » dans un discours ? Non seulement ce n’est pas un mot français, mais on ne sait pas exactement ce que ça veut dire !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Isidore Kwandja Ngembo.

Depuis l’arrivée de Louise Mushikiwabo, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) vit des changements à la fois brutaux et radicaux qui ont des incidences considérables et affectent tant les ressources humaines que la mémoire organisationnelle, ainsi que les finances de l'organisation.

Point n'est besoin de rappeler ici le grand coup de balai sous le tapis de l'organisation qui a vu partir brutalement plusieurs directeurs alors que leurs contrats de travail étaient encore valides. La purg... Poursuivre la lecture

Par Isidore Kwandja.

Voilà exactement un an, le 3 janvier 2019, Louise Mushikiwabo prenait fonction comme Secrétaire générale de la Francophonie. Cette première année de son mandat sera jugée à l’aune d’un événement fondateur. 2020 marque en effet les cinquante ans de la création de l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) en 1970 devenue par la suite l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Aux origines de l'Organisation internationale de la francophonie

L’idée est de l’homme politique nigérien, Ham... Poursuivre la lecture

Jeux Olympiques
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

La semaine de la francophonie est l’occasion de faire le point de la situation du français dans le monde. Ses points forts et ses points faibles sont exposés par la grande presse qui les puise directement dans le dernier rapport de l’OIF.

Rappelons-les brièvement, avant de passer à la question : pourquoi la francophonie ?

Que pèse la francophonie ?

Depuis des décennies, les sources internationales réputées sérieuses donnaient autour de 80 millions de francophones de langue maternelle. Ce chiffre corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles