Achat d’or : c’est le bon moment

Nous arrivons à un moment particulièrement propice pour l’achat d’or.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gold coins By: motoyen - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Achat d’or : c’est le bon moment

Publié le 23 octobre 2016
- A +

Par Anthony Alberti.
Un article de L’Or et l’Argent.com

Achat d'or
Gold coins By: motoyenCC BY 2.0

Ces dernières semaines, le cours de l’or a été quelque peu malmené, ce qui, comme nous le disions il y a quelques mois déjà, n’est pas forcément une mauvaise chose. Certes, la correction peut sembler avoir été sévère mais elle n’a finalement pas excédé les 5%, ce qui reste très raisonnable. D’autant plus que l’or a repris des couleurs depuis. Néanmoins, certains signaux semblent indiquer que l’or devrait encore subir une baisse technique ou deux d’ici la fin de l’année, ce qui pourrait constituer une excellente opportunité d’achat pour des épargnants avisés.

Les signes d’un resserrement des cours

Tout d’abord, les atermoiements de la banque fédérale américaine au sujet de la remontée (ou non !) de ses taux d’intérêt ont, pour l’instant, plutôt bien réussi aux marchés financiers traditionnels, entraînant mécaniquement une légère contraction de la demande en or (les gens reprenant confiance dans les valeurs boursières, et bancaires notamment).

Ensuite, dans un contexte d’endettement massif de plus en plus incontrôlable, quelques institutions d’importance majeure, des banques dites systémiques par exemple, envisageraient de se débarrasser de certaines de leurs positions sur le métal jaune afin de réduire leur exposition au risque. On parle ici notamment de la Deutsche Bank qui, en plus de la situation délicate qu’elle partage avec toutes les autres banques, doit également faire face à plusieurs sanctions judiciaires particulièrement coûteuses qui nuisent directement au maintien de ses réserves prudentielles.

Alors, ne nous leurrons pas, il y a peu de chances que la banque allemande (toujours pour ne parler que d’elle) cède une partie de son stock physique sonnant et trébuchant ; il y aura plus vraisemblablement une petite hémorragie d’or-papier venant à la fois solder une partie de ses dettes… et faire baisser là encore le cours de l’or dans son ensemble.

Enfin, et c’est peut-être le facteur le plus déterminant qui pourrait entraîner une future baisse des cours, la production d’or semble être repartie à la hausse. On cite par exemple le troisième producteur d’or d’Afrique du Sud, Harmony Gold, qui a indiqué en début de semaine que sa production avait progressé de 10% depuis juin. On parlait il y a quelques jours de l’ouverture prochaine d’une mine gigantesque au Canada dont la production devrait représenter plus de 2% de la production mondiale chaque année.

Le moment pour l’achat d’or avant la remontée du cours

Au final, sauf mauvaise surprises des marchés (dont un éventuel krach qui pousserait massivement les investisseurs à se précipiter sur les valeurs refuges), l’or devrait au mieux se stabiliser à son niveau actuel pour les 2 ou ou 3 mois à venir, à plus ou moins 5%. C’est donc un moment particulièrement propice à l’achat d’or, sachant que d’autres signaux à plus long terme laissent présager une remontée des cours assez brutale dans le courant de l’année 2017.

En effet, selon le World Gold Council (WGC), la demande en métal jaune reste particulièrement ferme (elle se situe même bien au-dessus des niveaux qui ont précédé l’envolée des cours en 2011), mais surtout l’appétit des Chinois devrait se confirmer pour l’or en 2017, avec une demande du secteur privé estimée à 1350 tonnes l’an prochain, en augmentation de 20% par rapport à 2016. Pour rappel, depuis 2013, en plus d’être le premier producteur d’or au monde, la Chine en est également devenue le plus gros acheteur, et le poids de sa demande sur ce marché pourrait bien propulser le cours de l’or aux alentours de 1900 dollars l’once dans les 2 ans à venir.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

Par Etienne Chaumeton. Un article de l'Iref-Europe

Record des prélèvements obligatoires, record des dépenses publiques, inflation en hausse… l’État doit trouver de l’argent et c’est l’épargne des Français qui est menacée.

Le ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a récemment confié au journal Le Figaro que la crise du Covid-19 allait coûter 424 milliards d’euros aux finances publiques sur trois ans, en 2020, 2021 et 2022. Ces sommes comprennent des baisses de recettes fiscales et les dépenses exceptionn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles