Les 4 risques du crowdfunding [Replay]

Les atouts du crowdfunding sont nombreux, mais il doit s'envisager avec prudence. Tour d'horizon des 4 risques du crowdfunding.

Par Alexis Vintray.

4 risques du crowdfunding menacent son avenir
Crowdfunding (Crédits : Rocio Lara, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

Nos lecteurs l’auront remarqué, nous sommes convaincus de l’intérêt du crowdfunding (financement participatif) pour faire évoluer le financement des entreprises en particulier et pallier les limites du système financier actuel. Nous ne sommes pas les seuls, vu le succès croissant du crowdfunding ou crowdlending en France : 152 millions € tous financements participatifs confondus en 2014 contre 78 millions en 2013. Pourtant, ses développements récents en France doivent inviter à la prudence, en particulier pour les investisseurs individuels. Tour d’horizon des 4 risques du crowdfunding aujourd’hui, pour investir en toute prudence.

1er risque du crowdfunding : des taux de défaut élevés

Les taux de défaut du crowdfunding se révèlent pour l’heure supérieurs aux anticipations. Interrogé par Contrepoints, le patron du leader du marché Unilend, Nicolas Lesur, estimait fin 2014 à 2% le risque de défaut sur sa plate-forme. Ce taux est déjà dépassé en un an à peine1 avec :

  • 2 entreprises en procédure collective (Smok-It en retard de paiement dès la première mensualité, en redressement judiciaire moins de 3 mois après le prêt et depuis passée en liquidation judiciaire, et Bio-Froid en redressement judiciaire au 10 mai 2015),
  • une troisième en défaut de paiement (Shala Sarl) et en procédure de recouvrement,
  • tandis qu’au moins une autre est en retard au 11 mai 2015.

Unilend annonce avoir financé 127 projets à ce jour, depuis un peu plus d’un an.

De même, Isodev, une plateforme qui a jeté l’éponge, avait en deux ans un taux de défaut de 5% (96 sur 1917 prêts), bien supérieur aux 2% annoncés par exemple par le leader britannique Funding Circle. (Edit : comme le signale un lecteur, Isodev n’est pas stricto sensu du financement participatif).

2e risque du crowdfunding : un contrôle des projets à améliorer

Cela pose la question de la responsabilité des plate-formes de crowdfunding : sont-elles responsables de la sélection des projets, en particulier en cas de fraude manifeste ou de défaut quasi immédiat après l’emprunt, ou peuvent-elles complètement s’en exonérer ? Quid des demandes de financement faites en arguant d’un projet et qui se révèlent a posteriori n’être que des prêts de trésorerie d’urgence, auxquels les prêteurs n’auraient jamais souscrits en connaissance de cause ? Si la loi ne donne pas la réponse, les différents sites seront obligés de s’améliorer, faute de quoi ils perdront tout financement des investisseurs.

Les prêteurs finaux n’ont accès qu’à des informations très limitées dans le crowdlending (voir ci-dessous un exemple de compte de résultat, chez Lendopolis2 3) :

Informations financières d'un projet standard chez Lendopolis (Crédits Lendopolis, tous droits réservés)

Il est dès lors extrêmement difficile pour les prêteurs de mener un contrôle rigoureux des finances de l’entreprise à laquelle ils envisagent de prêter, et plus encore de vérifier l’usage réel des fonds. Les contrats de prêt ne spécifient pas en particulier cet usage. Les informations sont plus riches dans l’equity funding (par prise de participation et non par emprunt) mais les risques plus élevés, les actionnaires passant après les prêteurs et les entreprises étant souvent plus jeunes. Ainsi de Green and Blue Veda, une entreprise qui a mené une levée de fonds sur le site SmartAngels en mai 2014 alors qu’elle était en redressement judiciaire depuis octobre 20134. Une situation critique dont les investisseurs potentiels étaient toutefois (et heureusement) informés comme nous l’a confirmé Benoît Bazzochi, président de la plateforme. Et le Benoît Bazzochi d’ajouter que « The Green & Blue Veda est la première et seule entreprise [sur SmartAngels] qui connaît des difficultés, ce qui constitue un ratio particulièrement faible au regard des statistiques nationales ». Chez Unilend, après le signalement par des internautes que le gérant d’une SARL (Transport Opigez) qui demandait des fonds avait déjà connu un redressement judiciaire, le projet concerné a été purement et simplement supprimé du site.

Au vu de ces risques potentiels, il est important pour les plateformes de renforcer leurs contrôles ou de donner aux investisseurs de meilleurs outils de décision. Face à ce risque croissant pour l’industrie, les acteurs ont commencé à s’adapter : ainsi Prêtgo, une autre plateforme, a annoncé un partenariat avec l’Ordre des experts-comptables pour « promouvoir cette nouvelle forme de financement tout en la sécurisant : l’expert-comptable atteste, en amont, les informations financières prévisionnelles des projets proposés sur Prêtgo, et en aval, la conformité de l’utilisation des fonds levés au projet présenté ». De son côté Unilend a déjà commencé à changer sa procédure en cas de défaut, imposant désormais une procédure collective de recouvrement à tous les créanciers au lieu de les laisser se débrouiller par eux-mêmes en cas de défaut.

3e risque du crowdfunding : une fiscalité punitive

Nous abordions déjà ce point dans un précédent article, la fiscalité punitive du crowdfunding rend très précaire sa rentabilité pour l’investisseur individuel, malgré la réforme inaboutie menée par Fleur Pellerin en 2014 (comme nous le soulignions déjà à l’époque). Impossible pour les petits investisseurs qui perdent leur mise, quand une entreprise fait défaut, d’imputer ces pertes sur les intérêts d’emprunts des autres prêts qu’ils auraient fait. Même si le défaut leur fait faire des pertes, ils paient des impôts sur leurs revenus du crowdfunding. Un comble.

Couplé avec une fiscalité des revenus du capital qui prend déjà quasiment la moitié des intérêts perçus pour un ménage imposé à 30% (impôt sur le revenu), ce cadre défavorable risque bien de freiner le crowdunding, alors que la France affirme vouloir en devenir un leader. Toutefois, selon Nicolas Lesur, on peut se montrer optimiste : « La déductibilité des pertes des intérêts est une mesure que nous portons auprès des autorités à Financement Participatif France, de même que pour un statut fiscal spécifique : le crowdfunding a une utilité sociale, ses revenus ne devraient pas être fiscalisés comme ceux des livrets. » (NdR : à savoir actuellement au barème progressif de l’impôt sur le revenu auquel s’ajoute les prélèvements sociaux, soient 45,5% pour un ménage imposé à 30% de Taux Marginal d’Imposition)

Heureusement, des améliorations à la marge ont été votées depuis la première version de cet article, mais une partie importante du problème fiscal reste présent.

4e risque du crowdfunding : des acteurs peu pérennes

Comme tout marché en cours de structuration, les acteurs du crowdfunding sont nombreux et souvent peu durables. Pour se partager les 150 millions € levés en 2014, ce sont ainsi 46 plateformes qui se sont fait concurrence, soit 3,3 millions € chacune. Sur ce montant, elles ne gardent qu’une commission variant selon les plateformes et qui tourne autour des 4%. Soit guère plus de 130k€ de revenu net par plateforme et par an. Un revenu très modeste encore et avec lequel peu survivront.

Cela se manifeste sans surprise dans les faillites/abandons de certaines plateformes, dont Isodev début 2015, constatant justement que le marché était trop petit, que le taux de défaut des PME a fortement augmenté et que le crowdfunding est difficilement compétitif face aux banques dans un monde de taux bas. La concentration a commencé d’ailleurs mi 2016, avec la fusion Finsquare Lendix.

Pour le prêteur qui a prêté via une plateforme en faillite, le risque est de lui aussi tout perdre. Les plateformes comme Lendix se veulent rassurantes : « [En cas de faillite de Lendix], la continuation des remboursements est assurée par nos partenaires prélèvements (Slimpay) et Flux (Ingenico). Les prêts accordés par les clients ne sont pas perdus. » Mais dur d’imaginer que tout serait aussi idyllique et continuerait ainsi sans accrocs ni conséquences pour le prêteur quand viendra l’orage. Méfiance donc envers ces risques du crowdfunding…

À lire aussi :

  1. en nombre de défauts rapporté au total des dossiers. Le résultat peut être différent en pourcentage du capital prêté
  2. Les prêteurs ont également accès à des informations sur le bilan
  3. Lendopolis est juste un exemple ici, ses informations ne sont ni plus limités ni plus développées que la moyenne
  4. et qui a été liquidée en février 2015