Taklamakan, de Dominique Laugé et Laurent Gayard

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taklamakan, de Dominique Laugé et Laurent Gayard

Publié le 5 août 2016
- A +

Par Frédéric Mas.

Connaissez-vous Taklamakan ? En ouïgour, cela signifie le désert « où on entre mais d’où on ne revient pas ». Situé dans la province chinoise du Xinjiang, coincé entre le Kazakhstan, l’Inde ou encore le Tibet ce désert de 220 000 kilomètres carrés a pendant des siècles suscité la convoitise, notamment à cause de ses villes étapes dans la route de la soie, mais plus généralement au sein de l’histoire longue de la Chine impériale. Aujourd’hui, la région est devenue un nouvel Eldorado, mais pour ses richesses en gaz, pétrole et même uranium.

Un lieu paradoxal

taklamakan Dominique laugé Laurent GayardLes traces d’un passé millénaire, des paysages désertiques côtoyant des villes ouvrières et des cités fantômes : pour rendre compte de la beauté mais aussi de l’étrangeté de ce pays gigantesque à la fois perdu, hors du temps et désormais essentiel pour comprendre les enjeux politiques internationaux politiques contemporains, il fallait à la fois raconter son histoire et témoigner par l’image. C’est désormais chose faite grâce au très beau livre de Dominique Laugé et Laurent Gayard. Sous forme d’une excursion commentée et illustrée par des photos saisissantes, les deux auteurs ont traversé le désert et se sont intéressés à la fois à l’histoire longue de Taklamakan et à sa vie présente. En ressort un livre à la fois esthétiquement magnifique, jonglant entre les photos couleurs et en noir et blanc, entre les déserts, l’histoire ancienne et la Chine post-maoïste d’aujourd’hui, et un vrai travail de recherche historique et de sociologue du quotidien sur cette partie de la Chine inconnue en Europe.

En plus d’être un bel objet, Taklamakan vous offrira donc une analyse sérieuse sur le fond et simple d’accès sur la forme pour vous familiariser avec cette partie du monde où désormais, l’avenir de l’Humanité est en train de se jouer.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • 220.000m2 ? C’est la surface de ma ferme en Australie… Sur Wiki ils disent plutot 337.000km2…

  • petite correction à faire : « mètres carrés » -> « kilomètres carrés »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles