Les banques baissent, l’or monte : tout est normal ?

Ce n’est pas une surprise : tandis que les actions bancaires plongent, l’or décolle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les banques baissent, l’or monte : tout est normal ?

Publié le 4 juillet 2016
- A +

Par Simone Wapler.

Gold bar by Sprott Money
Gold bar by Sprott Money (CC BY 2.0)

Pourquoi les gens veulent-ils payer pour prêter à des gouvernements majoritairement insolvables ?

On lit et entend beaucoup d’idioties sur les taux négatifs dans les grands médias. La réponse convenue est en général : « c’est parce que les gens ont peur de l’avenir mais s’ils dépensaient leur argent tout irait bien ».

En réalité, oui, certaines personnes ont peur. Mais pas de l’avenir. Elles ont peur des banques.

Et elles ont moins peur des gouvernements insolvables que des banques insolvables.

Ces personnes pensent simplement que c’est plus sûr de confier son argent à un gouvernement que de le laisser dans une banque. C’est un choix par défaut. Comme un supplicié qui choisirait entre l’écartèlement, le garrot et le bûcher. Si le supplicié choisit l’écartèlement, cela ne veut pas dire qu’il meurt d’envie d’avoir les membres arrachés…

Mais il y a beaucoup de suppliciés de la répression financière actuellement. Et tous n’ont pas les mêmes goûts. Certains vont vers l’immobilier, d’autres vers les investissements dans les entreprises non cotées…

Migrations financières

Les bulles immobilières enflent en Europe du nord et nos bienveillantes et omniscientes « autorités » s’inquiètent de ce qu’elles provoquent. C’est normal, c’est leur pain quotidien : nous les payons pour faire et défaire.

sw
L’Agefi Hebdo

 

Les assureurs et les fonds de pension se bousculent aux portillons des investissements dans le private equity (les entreprises non cotées) et de l’immobilier commercial ; le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF, des gens payés par vos impôts pour surveiller les dégâts que d’autres gens payés par vos impôts commettent à cause d’un système monétaire et financier stupide) dit « maintenir sa vigilance ».

Pour résumer, la fuite hors des marchés, hors des banques et vers les actifs réels a commencé chez les institutionnels : + 11% dans l’immobilier, +6% pour le non coté, +22% dans les infrastructures et +78% dans les obligations privées (non cotées).

sw2
L’Agefi Hebdo

 

La fuite hors des actifs financiers et vers les actifs réels, cela signifie moins d’argent dans les banques donc des difficultés en vue puisque les banques ont du mal à gagner de l’argent en empruntant à court terme pour rien pour prêter à long terme pour moins que rien.

Optima, une petite banque belge, vient de faire faillite. La butée des 100 000 euros serait appliquée aux déposants qui se heurteront à ce plafond. Tant pis pour celui qui avait vendu un bien immobilier ou son entreprise et avait parqué là, en attente, les économies d’une vie de labeur.

Ce n’est pas une surprise : tandis que les actions bancaires plongent, l’or décolle.

Or : La vengeance de la relique barbare

Lorsque les cours des plus grandes banques baissent (en noir) l’or monte (en bleu) :

sw3

 

Eh oui, les « actifs tangibles », c’est aussi l’or. Et cette fois, les investisseurs institutionnels n’y sont pas encore.

Les débuts de bulle sont aussi délicieux que les fins de bulles sont tragiques. Je pense vraiment que l’or est à nouveau en début de bulle et que le crédit adossé à du vent est en fin de bulle.

Entre le délice et la tragédie, je choisis allégrement… le délice !

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Désolé, mais il y a une erreur dans ce qui est dit sur la banque Optima: c’était pourtant dans la presse.

    « La butée des 100 000 euros serait appliquée aux déposants qui se heurteront à ce plafond. Tant pis pour celui qui avait vendu un bien immobilier ou son entreprise et avait parqué là, en attente, les économies d’une vie de labeur. »

    Des mesures sont prévues pour protéger les capitaux déposés et provenant d’un revenu exceptionnel (un héritage aussi, par exemple), en attente d’une nouvelle affectation. La banque avait, par ailleurs, réduit volontairement la voilure et donc le risque-client.

    • Oui peut être mais, « des mesures sont prévues » ne veut pas dire qu’ils garderont l’intégralité de leurs dépots non plus. Ca veut aussi dire que cet argent sera au moins indisponible pendant un certain temps et que ‘l’on ne paiera pas d’intérêts sur ce fric indisponible Or quand on parle de plus de 100 000EUR les intérêts c’est pas que des cacahuètes. Croyez moi ils vont se faire enfler.

      Le leçon est claire: Plus de 100 000EUR en banque c’est dangereux et je dirai même que plus de 50 000EUR en banque c’est dangereux…

  • Je confirme l’erreur dans l’article concernant le plafond. Une transaction professionnelle peut aussi être l’objet d’une indemnisation sans application du plafond. Il faut se rapprocher du Fond de garantie des Dépôts et de résolution. Ce genre d’institution privée existe dans tous les pays d’Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles