Augmenter les taux d’intérêts, mission impossible pour Janet Yellen ?

Janet Yellen, présidente de la Fed, pourra-t-elle vraiment augmenter les taux d’intérêts ou est-elle coincée ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Janet Yellen, économiste et présidente de la Fed (Crédits : FMI, CC-BY-ND-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Augmenter les taux d’intérêts, mission impossible pour Janet Yellen ?

Publié le 10 avril 2016
- A +

Par Bill Bonner.

Janet Yellen, économiste et présidente de la Fed
Janet Yellen, économiste et présidente de la Fed (Crédits : FMI, CC-BY-ND-ND 2.0)

Ces derniers jours, nous essayons de préciser une théorie.

Elle concerne le fait de savoir si la présidente de la Fed, Janet Yellen, soutient vraiment les investisseurs — non que nous ayons le moindre doute quant à ses intentions.

Janet Yellen partage les intérêts des banquiers

Sa carrière a été financée et nourrie par le crédit et ceux qui le fournissent — les compères du capitalisme de connivence, les politiciens corrompus et les brasseurs d’argent du Deep State. Ils n’ont pas regardé à la dépense… et Janet Yellen fera tout ce qu’elle peut pour éviter de les décevoir.

Mais quelque chose ne fonctionne pas. Ni pour elle… ni pour le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda. Ni pour le président de la BCE, Mario Draghi… ni pour le gouverneur de la Banque populaire de Chine, Zhou Xiaochuan.

Leurs ruses ne fonctionnent plus.

Nous avons fait une prédiction hardie : la Fed ne normalisera jamais les taux d’intérêt.

Vous vous demandez peut-être si tout ça est bien cohérent avec une autre de nos idées : personne ne sait rien.

Bien entendu, nous ne savons pas si la Fed normalisera ou pas. Mais permettez-nous d’expliquer notre raisonnement — ensuite, décidez où vous voulez placer votre pari.

La version courte : ces huit dernières années, la Fed a tenté de stimuler l’économie avec des taux ultra-bas. Les entreprises, les consommateurs et le gouvernement dépendent désormais quasiment tous du crédit… et la plupart ont besoin de taux ultra-bas pour joindre les deux bouts.

Les consommateurs sont en meilleure forme, d’une manière générale, qu’ils ne l’étaient en 2008. Les entreprises et les gouvernements, en revanche, vont plus mal. Augmentez le coût du financement, et nombre d’entre eux basculent dans le vide.

Les banques, les fonds de pension et les compagnies d’assurance sont particulièrement vulnérables. Tous ont désormais des obligations gouvernementales à bas rendement dans leurs stocks. Si les taux d’intérêt grimpent, le prix de ces obligations baissera.

En d’autres termes, augmenter les taux provoquera la calamité même que la Fed tentait d’éviter : la banqueroute du secteur financier.

Le triomphe de la politique

Mais attendez…

Comment Bernanke, Yellen, Kuroda, Draghi et Al pensaient pouvoir s’en tirer ?

Comment ont-ils pu penser ne serait-ce qu’une minute qu’un problème de dette pouvait être résolu en ajoutant plus de dette ?

Pourtant, ils s’en sont toujours tirés auparavant.

Après la Deuxième Guerre mondiale, par exemple, les autorités US avaient un ratio dette/PIB plus élevé qu’aujourd’hui. Mais après la guerre, l’économie connut un boom, l’inflation grimpa… et la dette cessa rapidement d’être un problème.

Au début du premier mandat de Ronald Reagan, à nouveau, les économistes s’inquiétaient des profonds déficits gouvernementaux.

La tâche de notre collègue David Stockman — directeur de l’équipe budgétaire de Reagan — était de reprendre le contrôle de ces déficits. Il échoua.

Les économistes conservateurs pensaient que les États-Unis s’enliseraient dans une mare visqueuse de déficits et de dette. Mais à nouveau, une poussée de croissance (avec des déficits limités) durant les années Clinton réduisit la dette à un niveau plus gérable.

Alors pourquoi s’inquiéter ?

La croissance réelle a disparu

Parce que cette fois-ci, ça ne fonctionne pas. La croissance ralentit. La productivité a calé.

Comme le formule Gavyn Davis, ancien de Goldman Sachs, dans le Financial Times : « le ralentissement de la productivité de la main d’oeuvre explique l’énorme déception au sujet de la croissance de la production mondiale depuis la veille du krach de 2008 ».

Le professeur Robert Gordon, de la Northwestern Université, pense qu’il y a là plus qu’un retournement cyclique. Il affirme que la croissance extraordinaire de la Révolution industrielle avait pris fin dès les années 1980, et ne peut être reproduite.

Nous avons une autre hypothèse : quoi qu’il arrive, la dette ne peut jamais être volontairement mise sous contrôle. Et la Fed ne peut jamais « normaliser » les taux.

Plus d’explications dès la semaine prochaine.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Bénard. Un article de l'IREF Europe.

La remontée des taux d’intérêts initiée par les banques centrales a suscité quelques articles de presse évoquant la possibilité d’un éclatement prochain de la bulle immobilière, laquelle atteint des sommets à Paris et à Lyon, et retrouve de la vigueur en province, comme en témoigne la dernière mise à jour des statistiques officielles du ministère du Logement :

Les conditions d’un éclatement ne sont pas réunies

Mais douchons l’enthousiasme de ceux qui souhaitent un tel écla... Poursuivre la lecture

La théorie du taux d’intérêt naturel trouve ses fondements dans les travaux de l’économiste Knut Wicksell, un économiste suédois (1851-1926). Il est un des fondateurs de la macro-économie moderne.

Sa théorie inspira les premiers travaux de Lord Keynes, des économistes autrichiens et de certains théoriciens du déséquilibre monétaire. Comprendre la théorie du taux d’intérêt est important pour saisir les cycles monétaires inflationnistes et déflationnistes.

Description de la théorie du taux d’intérêt naturel

Avant Knut Wicksell, le... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Les États ayant une forte propension à s’endetter, ils n’apprécient pas le prêt à intérêt. Lorsque les dettes s’accumulent, les intérêts à payer augmentent fortement et constituent une charge importante.

Aussi, les gouvernants, aidés par la technocratie publique, ont-ils depuis toujours cherché à réduire les intérêts à verser, voire à les supprimer. La situation présente, avec des taux d’intérêt négatifs pour certains États, dont l’Allemagne et la France, n’est qu’un épisode supplémentaire dans une saga histo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles