Le Canada peut-il vraiment s’endetter encore davantage ?

La marge de manœuvre d’endettement du Canada est une fiction comptable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada peut-il vraiment s’endetter encore davantage ?

Publié le 26 mars 2016
- A +

Par Mathieu Bédard
Un article de l’Institut économique de Montréal

Oh canada credits Ankakay (CC BY 2.0)Dans l’Introduction à son plan budgétaire déposé plus tôt cette semaine, le ministre canadien des Finances Bill Morneau annonçait un déficit de 29,4 milliards de dollars pour l’année 2016-2017, soit 1631 $ par contribuable imposable, et des déficits totalisant 113 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années1.

L’un des arguments évoqués par le document en faveur de cet endettement important est que la dette totale du Canada est aujourd’hui bien plus faible que celle des autres pays du G7, ce qui donne une marge de manœuvre au gouvernement fédéral pour s’endetter davantage. Cette comparaison se base cependant sur la dette nette (voir Figure 1, qui reproduit le graphique du document budgétaire), ce qui fausse le portrait. L’utilisation d’une autre mesure, celle de la dette brute, montre un paysage fiscal bien différent.

Pourquoi il faut plutôt utiliser la dette brute

L’utilisation de la dette nette ne traduit pas la réalité budgétaire des gouvernements. La dette nette est une mesure où les actifs financiers ont été retranchés de la dette brute2. Dans le cas du Canada, la dette nette est la dette à laquelle ont été soustraits, par exemple, les actifs des régimes de retraite de la fonction publique, ou encore les liquidités que détient le gouvernement sous forme de dépôts, de dollars, ou tout autre actif financier monnayable.

L’hypothèse qui mène à utiliser la dette nette plutôt que la dette brute est que si le gouvernement devait un jour faire face à une crise de l’endettement, chose qui n’est pas à l’horizon du Canada, il pourrait vendre ces actifs pour rembourser sa dette. Cette vision, défendue par le précédent gouvernement dans son budget 20153, s’appuie sur le fait que la mesure de la dette brute désavantage le Canada dans les comparaisons internationales. Ceci est dû au fait que le Canada a beaucoup plus d’actifs financiers que la plupart des autres pays pour provisionner les retraites de ses fonctionnaires, ce qui implique un plus gros montant à soustraire de sa dette brute.

Le problème avec l’utilisation de cette mesure vient du fait qu’elle est essentiellement une fiction comptable. L’État, même en période de crise, ne pourrait pas se défaire de ses actifs financiers pour rembourser sa dette puisqu’il a toujours besoin de liquidités pour ses opérations normales et il a toujours besoin de provisionner les retraites futures de ses fonctionnaires. On imagine mal un gouvernement se rendre volontairement incapable d’assurer sa propre gestion pour cause de manque de liquidités et vendre les actifs des retraites de ses fonctionnaires afin de rembourser ses créanciers.

De plus, ce n’est pas sur la dette publique nette que le gouvernement paie des intérêts, mais bien sur la dette brute. Selon le plus récent budget, les frais de dette publique brute s’élèvent aujourd’hui à 25,7 milliards de dollars et s’élèveront à 35,5 milliards de dollars en 2020-20214. Ce sont ces paiements d’intérêts qui empêchent les baisses d’impôts et limitent la marge de manœuvre du gouvernement, ce qui n’a rien à voir avec la dette nette5.

Lorsqu’on compare la dette publique brute du Canada à celle d’autres pays, le portrait est sensiblement différent. En utilisant la dette brute au lieu de la dette nette, l’endettement du Canada en pourcentage du PIB passe de 38 % à 90 %. Comme on peut le voir sur la Figure 2, le Canada se retrouve alors très près de la moyenne des autres pays du G7. La marge de manœuvre importante que prétend avoir le gouvernement fédéral lorsqu’il compare le Canada aux autres pays n’existe donc pas et ne permet pas de justifier les importants déficits à venir annoncés dans le budget.

Sur le web

  1. Gouvernement du Canada, Budget 2016, déposé à la Chambre des communes par le ministre des Finances, 22 mars 2016, p. 270.
  2. Fonds monétaire international, Perspectives de l’économie mondiale : Croissance inégale Facteurs à court et long terme, avril 2015, p. 171.
  3. Gouvernement du Canada, Budget 2015, Annexe 2 – Comparaisons internationales de la dette, 21 mars 2015.
  4. Gouvernement du Canada, op. cit., note 1, p. 278.
  5. Pour un argument similaire au sujet de la dette nette et la dette brute du Québec, voir Francis Vailles, « Bonnes et mauvaises nouvelles sur la dette », La Presse, 29 mai 2015.​

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles