Classement économique et financier de 14 pays d’Afrique

L’API 2015 évalue pour la première fois le rôle des ministères de l’Économie et des finances dans le développement de l’Afrique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Africa_(orthographic_projection)(CC BY-SA 3.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Classement économique et financier de 14 pays d’Afrique

Publié le 3 janvier 2016
- A +

Par Imani Francophone

API 2015 : Quel rôle pour les ministères de l’économie et des finances dans la planification et le développement économique de l’Afrique ? » data-link= »http://www.imanifrancophone.org/fr/api-2015-quel-role-pour-les-ministeres-de-leconomie-et-des-finances-dans-la-planification-et-le-developpement-economique-de-lafrique/ » data-summary= » »>

Africa_(orthographic_projection)(CC BY-SA 3.0)
Africa_(orthographic_projection)(CC BY-SA 3.0)

 

Le Africa Performance Index (API) est un outil de recherche, d’évaluation, de notation et de classement des institutions du secteur public en Afrique à base d’une gamme d’indicateurs quantitatifs. Développé par IMANI Francophone, le projet s’effectue dans un cadre sectoriel avec pour objectif de susciter des réformes dans des domaines bien précis en matière de gestion des institutions du secteur public au profit du développement du secteur privé et de l’efficacité des prestations. Les domaines de réformes visés par l’étude sont entre autres : la réorganisation et le fusionnement de certaines institutions publiques (ministères), l’amélioration des systèmes de contrôle des comptes, la transparence et la responsabilisation dans la gestion administrative,  le renforcement des instruments de planification économique, les réformes de la gestion fiscale, la formation du personnel, l’adoption des nouvelles technologies (réseaux sociaux, site web, applications web et mobiles), la réduction des masses salariales.

Le API 2015, la toute première édition, en collaboration avec le magazine panafricain Financial Afrik dont le thème est « Quel rôle pour les ministères de l’Économie et des finances dans la planification et le développement économique de l’Afrique »  s’est limité aux ministères de l’Économie et des finances des quatorze pays Africains membres de la zone franc : le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Tchad.

Le ministère de l’Économie et des Finances de la Côte d’Ivoire affiche une performance nettement au-dessus de celle des ministères des autres pays avec un score de 74%. Ce résultat est dû à une distinction au niveau du cadre institutionnel où le corpus chargé de la politique économique et financière totalise 90%. Il faut  noter que cette performance est imputable à une vision économique clairement articulée et communiquée, notamment par le ministère auprès du Premier ministre chargé du budget du pays.

Le Sénégal doit sa seconde place à un mix au niveau des trois dimensions avec 60% au niveau du cadre institutionnel, 30% au niveau de la gouvernance fiscale et une influence de 67% des facteurs endogènes.

Le Tchad justifie sa troisième place dans le classement par le poids des facteurs endogènes qui cumulent à 93%. En effet, l’amélioration de l’orientation budgétaire du pays et les mesures significatives de réduction de la dette qu’elle maintient en dessous du tiers de son Produit Intérieur Brut depuis 2012 ont permis à la machine économique et financière du Tchad d’opérer dans le bon sens.

Les ministères de l’Économie et des Finances de la République du Congo, de la Guinée-Bissau et de la Guinée équatoriale occupent les dernières places en raison de l’opacité dans la gestion publique, du mauvais climat économique et surtout d’un cadre institutionnel de pauvre qualité.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Avec un PIB par habitant de 1606 dollars début 2022, le Sénégal, pays du train le plus rapide d’Afrique subsaharienne, affiche désormais un niveau de richesse par habitant près de deux fois supérieur à celui du Rwanda, parfois surnommé le « Singapour africain ». Le dynamisme sénégalais s’accompagne d’une modernisation rapide du pays, qui maîtrise dans le même temps sa dépendance aux aides publiques étrangères au développement et démontre par ailleurs que progrès et démocratie ne sont pas incompatibles.

Selon les dernières données pu... Poursuivre la lecture

Kenya OGM
1
Sauvegarder cet article
La voie est libre pour des maïs génétiquement modifiés

Le président nouvellement élu William Ruto (et ancien ministre de l'Agriculture) a convoqué son cabinet le 3 octobre 2022 pour examiner principalement les progrès réalisés dans la réponse à la sécheresse en cours. Celle-ci affecte 23 comtés du Kenya sur 47 et a touché au moins 3,1 millions de Kenyans (sur quelque 54 millions) ; c'est la pire sécheresse depuis 40 ans dans la Corne de l'Afrique.

Lors de cette réunion, il a été décidé de lever l'interdiction de la culture et des impor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles