COP21 : les émissions canadiennes de GES en hausse de 24%

La Conférence de Paris sur le climat fera-t-elle mieux que le Protocole de Kyoto ? Les leçons du cas canadien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réchauffement climatique (public domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 : les émissions canadiennes de GES en hausse de 24%

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 novembre 2015
- A +

Par Youri Chassin, depuis Montréal, Québec
Un article de l’Institut économique de Montréal.

Réchauffement climatique (public domain)

La Conférence de Paris s’ouvre dans 20 jours. Pour mesurer l’ampleur du défi de cette négociation internationale sur les changements climatiques, le Canada représente un cas instructif.

Il y a pratiquement 13 ans, en décembre 2002, le gouvernement canadien ratifiait le Protocole de Kyoto et s’imposait une réduction équivalente à 6% de ses GES par rapport à l’année 1990. À Paris, on négociera justement un accord qui fera suite à Kyoto. Il semble pertinent de revenir sur les résultats obtenus.

Pour remettre les choses en contexte, le Protocole de Kyoto avait pour objectif de contraindre 37 pays développés et en transition à réduire leurs émissions de GES. Ces pays devaient réduire en moyenne leurs émissions de GES de 5,2% par rapport à leurs niveaux de 1990. L’objectif du Canada, à 6%, était donc un peu plus élevé.

Non seulement le Canada n’a pas réduit ses émissions de 6%, mais celles-ci ont plutôt augmenté. Les émissions enregistrées entre 2008 et 2012 dépassaient la cible de Kyoto de 24%. En appliquant cette même cible à chaque province, on s’aperçoit qu’aucune d’entre elles n’aurait atteint les objectifs de réduction de GES. Comme le démontre la figure suivante, le dépassement de la cible va de 66% pour la Saskatchewan à seulement 1% pour le Québec, ce dernier ratant de peu la cible.

FIG_01_01_FR

La consommation d’énergie fossile et la croissance économique relativement élevée du Canada, notamment grâce à son secteur de l’énergie, ont fait en sorte que cette cible de réduction n’a pas été atteinte.

En dépit d’une augmentation globale des émissions, chaque province a tout de même été en mesure de diminuer ses émissions par habitant de 11% en moyenne.

Quelles leçons pour la Conférence de Paris ?

Canada ges rené le honzecLes politiciens qui prennent des engagements très fermes pour le long terme savent généralement qu’ils ne seront plus en poste le jour où les résultats concrets seront connus. La ratification du Protocole de Kyoto par le gouvernement du Parti libéral1 correspond effectivement à une stagnation des émissions canadiennes de GES, mais sans plus. Qui en tient rigueur à Jean Chrétien ?

Devant cette impasse, le gouvernement conservateur s’est retiré du Protocole de Kyoto en 2012. Cette décision a été décriée de par le monde, sans toutefois entraîner de pénalité officielle.

Les contours de deux leçons primordiales émergent de ces constats :

  1. Si la Conférence de Paris débouche sur un nouveau protocole, les engagements du Canada et de tous les pays devraient être mieux suivis et mesurés.
  2. Le caractère contraignant d’une telle entente repose sur les pénalités pour non-respect des engagements et une possibilité de retrait qui ne soit pas sans conséquence.

Ceux qui suivent les négociations qui ont eu lieu jusqu’à présent ne sont pas optimistes. La seule mention du mot « sanctions » ou « pénalité » semble bannie des discussions. Ce n’est pas étonnant, sachant que l’entente négociée à Paris devra être signée par presque tous les pays du monde. Après tout, le Protocole de Kyoto a aussi échoué à cette tâche avec beaucoup moins de participants.

Ceci dit, Kyoto n’a pas été un échec sur toute la ligne, bien au contraire, comme on le verra dans un prochain billet…


Sur le web.

  1. Rappelons que le Parti libéral du Canada est un parti social-démocrate.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « Kyoto n’a pas été un échec sur toute la ligne »

    C’est sur, les GES ont pris peur et depuis les températures stagnent.

  • A quel exercice de prosélytisme vous livrez-vous par deux articles ces dernières semaines ? Quelles sont vos lectures et sources préférées en ces matières complexe de l’immature science climatologique ?

    Si vous désirez conserver un zeste de crédibilité dans vos futurs « reportages », vous auriez intérêt à ne pas emprunter la voie du tout-le-monde-en-parle-dont-il-doit-avoir-vérité-dans ce matraquage politico-médiatique !

  • Curieuse corrélation que conservatisme et désengagement de Kyoto, sénateurs Républicain et refus de faire un accord contraignant. Toujours les même !

  • Ça rassure de savoir que tout le monde va s’asseoir sur les décisions de la prochaine cop21.

    Et puis brasser du vent c’est plutôt bien pour l’éolien , non ?

  • L’accord à été efficace au contraire, le thermageddon n’est pas arrivé même en ne faisant pratiquement rien (à part flamber des milliards en projets inutiles qui n’ont pas d’impact sur le co2).
    Peut-être qu’il faut simplement pérorer pour que ça fonctionne.

  • Pourquoi s’en prendre au CO2 alors que le méthane et les oxydes d’azotes polluent bien plus ❓

  • une petite remarque, dans ces GES il ne s’agit pas des émissions de CO2 mais seulement de celles d’origine fossile , je n’ai pas regardé pour les autres gaz.
    et les émissions de vapeur d’eau ne sont pas comptées…..tant qu’à pinailler.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles