Code du travail : réformer sans rien toucher

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Evolution du code du travail

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Code du travail : réformer sans rien toucher

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 novembre 2015
- A +

Changement. Ce mot, slogan à lui tout seul d’une campagne présidentielle vide de tout contenu politique précis, aura eu bien du mal à trouver une quelconque réalité dans les gesticulations brouillonnes du Chef de l’État et de ses gouvernements depuis mai 2012. Et s’il a pour ainsi dire complètement disparu du vocabulaire de nos dirigeants, il a en revanche été remplacé par une imposante utilisation du mot « réforme ».

Et ce mot de « réforme » est dans toutes les bouches gouvernementales, dans tous les projets que nos élus sortent dès qu’il s’agit de faire parler d’eux. On pourrait s’en réjouir : troquer un « changement », qui semblait n’exister qu’en lui-même, sans but si ce n’est le simple plaisir de changer, pour des « réformes » dont les multiples occurrences laissaient croire à une concrétisation quantifiable, c’était déjà une bonne chose.

La réalité a bien malheureusement assez vite remis les pendules à l’heure. De réformes, il n’y eut guère, ou alors pas celles qu’on aurait souhaitées, et certainement pas de cette façon-là.

mr bricolage

Dans l’éducation, la réforme des horaires des écoles fut un désastre coûteux pour bien des communes, chargées d’organiser un temps libre d’élèves devenus des poids dans une infrastructure scolaire absolument pas prévue pour ça. Cette réforme fut couplée à celle de la carte scolaire, remixante, ou celle des collèges, qui n’a pas réussi a déclencher l’enthousiasme des foules. Parents, enseignants, élèves, une majorité d’entre eux semble franchement remontée contre l’incroyable bricolage idéologique de Vallaud-Belkacem qui persiste pourtant dans une erreur de communication, de gestion, culturelle et intellectuelle qui laisseront des traces profondes pour les années à venir.

Dans l’immobilier, ce fut une succession de « réformes » là encore catastrophiques : on peut citer les infâmes usines à gaz de la loi ALUR pondues par une Duflot là encore baignée de sotte idéologie et d’une vision caricaturale du marché ; on doit y ajouter les récents couacs sur la taxe foncière, sur l’utilisation de plus en plus rocambolesque de la préemption pour les petites lubies constructivistes du gouvernement, et les dernières saillies présidentielles sur le prêt à taux zéro qui fleure bon les subprimes à la française.

Les lois Macron furent, encore une fois, un bel exemple de « réformes » qui se transformèrent essentiellement en « changement », petites bidouilles sympathiques, en marge de grands ensembles législatifs très largement intouchés et intouchables, et dont les effets furent très soigneusement amoindris dès qu’il fut possible au point de transformer les petites idées déjà timorées du ministre en baudruche plutôt embarrassante.

Je passerai pudiquement sur la réforme territoriale qui a tout d’une grande… bouffonnerie : amalgame d’idées idiotes, de pusillanimités grotesques et de dépenses somptuaires facturées au contribuable sous prétexte d’économies (plus c’est gros, plus ça passe), toute l’affaire est en train de péter au museau présidentiel avec la force d’une réaction largement méritée par l’amateurisme dans lequel a baigné toute l’opération. Et en définitive, comme prévu, la France a gagné une strate supplémentaire à son épais millefeuille, le déplacement des dates d’élections s’avère catastrophique pour le pouvoir en place, et le résultat global sera un fiasco sur tous les plans. Décidément, en Hollandie, le changement, c’est coûteux, c’est balourd, et c’est assez contre-productif.

Quant aux réformes dite « de simplification », ceux qui y sont confrontés comprennent mieux que quiconque qu’on n’a pas fini d’entendre le hurlement du Cerfa assoiffé de sang d’assujetti la pleine lune venue…

Devant toutes ces « réformes » qui se sont toutes, oui, toutes, caractérisées par une fin pathétique, on prendra avec la plus grande circonspection l’annonce d’une réforme, encore une, dans le Code du travail, par Myriam El Khomri (qui a trouvé par hasard le piteux maroquin de ministre du Travail dans ses petits souliers, un 2 septembre 2015, abandonné de tous, et a décidé de le recueillir et de s’en occuper – « il est si meugnon et ça fera plaisir à mes filles »).

Pour rappel, le Code du travail, c’est un peu le Graal, l’alpha et l’oméga du collectiviste, celui qui, s’il ne peut obtenir une dictature du prolétariat par la violence et la révolution, lui permettra d’arriver au même résultat par la loi, la coercition étatique et une bonne dose de matraquage fiscal. Dès lors, toute tentative de tripotage de ce Livre Sacré déclenchera immédiatement crispation, pleurs, grincements de dents et d’inévitables mouvements sociaux aux odeurs de saucisse grillée sans lesquels notre pays ne serait plus vraiment notre pays.

revoir le code du travail

C’est pourquoi l’annonce tonitruante deux mois après la remise du rapport de Jean-Denis Combrexelle sur « la négociation collective, le travail et l’emploi » devra se comprendre avec toute la dose indispensable de prudence. Déjà, les négociations entre leaders patronaux et syndicaux ne sont pas faites et promettent quoi qu’il arrive de raboter tous les angles les plus saillants des propositions envisagées ; comme il n’y en a pas beaucoup, le rabot sera vif, rapide et sans appel. Ensuite, le président pédaloflanbyste entend boucler l’affaire « dès le début de l’année » ce qui sous-entend encore deux mois de rebondissements sur les puissants amortisseurs du consensus mou, pour aboutir à un trajet aussi plat que possible. Autrement dit, on sent déjà que cette « réforme » ne dépassera pas l’épaisseur règlementaire d’une ou deux feuilles A4. L’alternative (l’usine à gaz immonde aux mille et une tubulures chromées) étant réservée aux cas où les fameuses négociations prendraient un tour cancéreux.

Il faut dire qu’en termes de marges de manœuvre, la pauvre Myriam devra faire preuve d’imagination, d’autant plus que le président comme le Premier ministre se sont engagés à ne toucher ni à la durée légale du travail, ni au SMIC, ni au contrat de travail, ni à la hiérarchie des normes. Quant aux syndicats, ils sont globalement opposés à toute idée de gros chantier mais accepteront volontiers de prendre un petit café avec la titulaire du maroquin, histoire de goûter aux petits fours et papoter dans un cadre sympa.

Vous l’avez compris : cette Grande Réforme Millénaire Du Code Du Travail Français Qui Tamponne Du Poney Et Du Cerfa Mignon consistera donc essentiellement, pour Myriam, à négocier les modalités des tickets restaurant, les types de remboursement des frais de déplacement (incluant le vélo, eh oui, youpi) et l’agencement des toilettes dans les entreprises de plus de 10 salariés.

Pas de doute, ça va pulser.

myriam et sa réforme qui cogne

L’effet d’annonce durera ce que durent les annonces le temps d’un matin ou deux, avant que le chariot fou de la communication hollandesque reprenne son rythme d’enfer vers de nouveaux gouffres aux odeurs âcres de la débâcle. Comme on doit déjà s’y préparer, la mirifique réforme du Code du travail va se terminer, une fois encore, en soupe clairette de petits arrangements marginaux, qui ne changera rien ni à la forme cryptique qu’a prise le Code du travail en France, ni à son fond juridique marécageux.

Ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • bah , faut pas leur en vouloir de la ramener à tout les sujets en ce moment …m’enfin quoi ! méttez vous à leur place! il y a les régionnales qui approchent à grand pas et puis les présidentielles ….la machine à promesses et à parlotte est en route ….le changement peut bien attendre….

  • Vous parlez de la dernière « conquète » (devrais-je l’écrire en deux mots?) de l’aspirant priape du Palais, celle qui est incapable de répondre à une question des plus basiques: «combien de fois un CDD est-il renouvelable?» chez l’acide Bourdin (toujours aussi amène)?
    Quant à la bonne entente dans les négociations, quel syndicat mieux placé que la CGT pour donner l’exemple, qui tonitrue devant des députés que « ce sera Spartacus » si on vire les malotrus qui ont mis en charpie la belle chemise du cadre d’Air France.

  • Ce pays est foutu…
    Vous êtes dur là !!! On a encore toujours plus de « travailleurs » que de chômeurs, non ???
    Vous verrez aux prochaines élections combien n’en n’ont pas encore pris assez dans la G… ET qui veulent que nous en prenions plus aussi, démocratiquement, malgré ce que l’on en pense !!!!
    J’étais démocrate mais quand je vois ce que je lis dans les forums… ils ont la même voix que moi ????
    quand j’entends ce que j’écoute… marque d’articles de sport la france !!!! Je me dis que j’ai raison de penser ce que j’en pense… l’âge mental d’une assemblée est inversement proportionnel au nombre de ses constituants…
    J’ai posé la question à ma petite fille qui est en 6ème « comment tu ferais pour réduire le chômage si tu était ministre » elle m’a répondu… il y a plus du double de gens qui travaillent que de gens qui ne travaillent pas… divise le temps de travail maximum par deux et tu aura encore de la place pour les enmigreux.

    • Ouai, elle est en sixième d’où son erreur de calcul. Par contre, vous auriez du la reprendre car il ne faut pas diviser le temps de travail maximum par deux mais si on suit son raisonnement mais par 1,5

      Il y a le double donc 2x + x = 3 avec x nombre de personnes au chômage ou qui peuvent travailler sachant que ceux qui travaillent (y) dans votre raisonnements valent y = 2x

      En plus de l’erreur de calcul, vous avez aussi une mauvaise appréciation des coûts. Votre raisonnement serait bon si dans ce cas, on divise d’autant les salaires, les charges et autres prestations patronales et sociales qui sont imposés aux patrons. Croyez vous vraiment vont accepter de travailler moins et de toucher moins ?

  • Vous avez oublié l’obligation de disposer d’un local ou les salariés pourront se doucher. Ainsi, cela leur évitera de sentir le fauve après avoir 20km à vélo pour venir au travail.

    • Perso, je fait mes trajet boulot/maison en vélo ! Alors une réduc d’impôt je suis pas contre.

      Cependant, après avoir un temps été voir du côté du vélo militant ( sisi ça existe version ecolo/bobo/coco ). J’en suis sacrément revenu.

      Perso je fait du vélo pour faire du sport, pour éviter les transport en collectif etc…. surement pas par militantisme vert. Les vélos sont pour nombreux d’entre eux des usagers de la route complétement imbus d’eux-même. Ah si, il y a plus fort qu’eux: le joggeur….

      J’ai participé à une vélorution… pitoyable… embêter des milliers de gens qui se déplacent avec 50 guguss…. illluminé à l’écologie etc…

      • J’habite à 650m du travail pour l’instant mais si je devais habiter à moins de 20km, il est clair que je ferai du sport quotidiennement pour aller au travail. Soit vélo, soit course à pied. La douche serait donc un plus non négligeable. Après les écolos bobo faites ce que je dis, pas ce que je fais, j’en ai plein au travail mais ils sont les premiers à utiliser la voiture pour faire 200m donc je m’en moque un peu beaucoup

      • Une réduction d’impôts, c’est normal et bénéfique au pays. Doublement, même, si elle est accompagnée d’une réduction équivalente des dépenses. Alors pourquoi faudrait-il la conditionner à un acte dit citoyen ? N’est-ce pas pour votre satisfaction personnelle, non pour celle de Ségo, que vous faites le trajet à vélo ?

  • La réforme du code du travail, c’est le début du tome 2…

  • arrêtez de cracher sur ces ‘réformes’ de l’état, ils vont ce qu’ils peuvent avec leur personnel de 3éme choix , d’ailleurs en 2016 ils vont surement racler le fond des poubelles ou vider quelques cellules du PC !

    • Il faut dire que dans la fonction publique, ils renouvellent les CDD sans fin. Alors, la pauvre ministre fonctionnaire, elle ne connaît pas trop le droit, le vrai, celui qu’elle entend définir pour les autres mais surtout pas pour elle et ses pairs de l’élite autoproclamée du Camp du Bien. Pour les socialistes, l’égalité, c’est pour tous sauf pour eux. L’élite ne va quand même pas se mélanger à la fange des sans-dents. Faudrait voir à ne pas exagérer, non mais !

  • Le code du travail va continuer à grossir inexorablement.

  • Pour réformer le code du travail, il faudrait juste aux socialistes :
    – du courage,
    – du désintéressement électoraliste,
    – de l’unité entre eux,
    – de la compétence …

    Perdu, perdu, perdu, perdu ! Caramba, encore raté.

  • Pour François c’est le changement dans la continuité, et la réforme dans le conservatisme.
    Oserais je ajouter la simplification dans la complexité ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Lors de l’Europan Liberty forum à Varsovie en mai 2022, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral européen telles que Ivan Mikloš.

Ivan Mikloš a été vice-Premier ministre et ministre des Finances de la République slovaque (2002-2006, 2010-2012), vice-Premier ministre de l’Économie (1998-2002) et ministre de la Privatisation (1991-1992). Il a cofondé et dirigé le groupe de réflexion économique MESA10 (1992-1998). Entre 2006-2010 et 2012-2016, il a été membre du Parlement. En 2014, il... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles