Réfugiés : le dangereux projet de « hotspots »

Les hotspots sont une aberration que la France devrait combattre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Camp de Shousha-Guerric(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réfugiés : le dangereux projet de « hotspots »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 septembre 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Camp de Shousha-Guerric(CC BY-NC-ND 2.0)
Camp de Shousha-Guerric(CC BY-NC-ND 2.0)

 

La création de « hotspots » devrait être confirmée par un sommet extraordinaire de l’Union mercredi prochain, le 23 septembre, dont le but est de finaliser la stratégie européenne vis-à-vis des réfugiés dans la crise des migrants. Le hotspot est la nouvelle marotte de l’Allemagne, soutenue par François Hollande. Il s’agit pourtant d’une aberration et même d’une folie que la France devrait combattre.

Qu’est-ce qu’un hotspot ?

La notion de hotspot constitue une superbe imposture sémantique, puisqu’un hotspot n’est rien d’autre qu’un camp de réfugiés. Mais il est évidemment difficile de dire aux opinions publiques : « êtes-vous d’accord pour que le pourtour méditerranéen se hérisse de camps de réfugiés ? » C’est pourtant bien ce projet ahurissant que l’Allemagne défend, et que la France promeut de son côté.

Les hotspots ne fermeront jamais

La folie du hotspot alias camp de réfugiés est évidemment qu’ils ne fermeront jamais, à moins que la guerre ne se termine en Syrie et que le pays soit de nouveau habitable. Ce qui est dit pour la Syrie vaut aussi pour les autres pays que fuient les migrants : l’Afghanistan, l’Érythrée, la Somalie. Une fois installés dans un camp où ils sont ravitaillés, soignés et protégés, mais enfermés, les migrants ont peu de chances de sortir. Autrement dit, hotspot un jour, hotspot toujours.

Le hotspot comme lieu de regroupement

Le hotspot a une première utilité fondamentale : il permet de regrouper tous les gens qui descendent d’un bateau ou tombent du camion une fois la frontière extérieure de l’Union passée. Aujourd’hui, lorsqu’une cargaison de 200 ou 300 migrants met pied à terre, seul un misérable poste de police permet de les prendre en charge. Les migrants sont alors livrés à eux-mêmes et peuvent reprendre la route.

Avec un hotspot, ils ont une destination connue : ils sont en état d’arrestation et placés dans un camp le temps que leur dossier soit traité. Voilà qui laisse beaucoup plus de temps aux autorités locales pour réagir. Quand on voit les images de la situation en Grèce, on comprend l’intérêt de cette formule :

Ajoutons qu’aujourd’hui les Grecs utilisent leurs îles comme « hotspots ». Ils prévoient d’établir un deuxième niveau de regroupement avec un camp à Lavrio, près d’Athènes, et un camp près de Salonique.

Cet « établissement » devrait permettre de fixer les flux dès leur entrée sur leur territoire de l’Union.

Le hotspot comme centre de tri

La deuxième utilité fondamentale du hotspot (une sorte de mitigeur à migrants en quelque sorte) est de permettre le tri des réfugiés qu’on veut, et de ceux qu’on ne veut pas. D’un côté, les migrants économiques, de l’autre les demandeurs d’asile en bonne et due forme. Dans tous les cas, les pays d’Europe pourront venir faire leur marché dans cette sorte de viviers d’esclaves : ce mois-ci je prendrais bien des ingénieurs informatiques syriens pour mes centres de recherche et quelques paysans pakistanais pour faire plaisir à l’industrie hôtelière. Mais non, ne me donnez pas de Somaliens, les clients n’étaient pas très contents de la dernière livraison.

Les hotspots coûteront 4 milliards d’euros

Le coût de cette politique est déjà connu. Il est de 4 milliards théoriques, correspondant aux sommes que l’Union s’était engagée à donner pour des camps de réfugiés à la frontière syrienne. Elle a financé jusqu’ici 50 millions d’euros. Plus que 3,95 milliards à trouver !

Si l’Union a pu, jusqu’ici, esquiver le juste prix de cette politique, c’est parce qu’elle n’était pas la principale organisatrice des hotspots, c’est-à-dire des camps. Dès lors que l’Union revendique la création de ces camps pour résoudre la crise migratoire, elle ne pourra évidemment se soustraire à ses obligations de nourrir, de soigner, d’éduquer tout ce petit monde parqué dans des villes artificielles et privé du droit de travailler.

On notera que notre Hollande national a plaidé la création de camps en Turquie :

« Il faut « faire en sorte que ceux qui sont en Turquie puissent y rester, puissent y travailler et puissent avoir tous les moyens pour pouvoir attendre que la situation en Syrie trouve une issue », a déclaré François Hollande devant la presse, après un bref entretien avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. »

Bref, il faudrait que les Turcs fassent ce que nous ne faisons pas ! Et on va même leur donner de l’argent pour le faire !

Toujours le mot pour rire, notre président.

Les hotspots ou la division européenne des politiques migratoires

Ce qui n’est pas dit dans cette politique, c’est le calcul caché de l’Allemagne qui vieillit et a besoin d’immigrés pour alimenter ses lignes de production. Simplement, elle veut pouvoir les choisir à moindre frais et si possible en laissant le sale boulot aux autres. Cette logique s’appelle le hotspot. Elle consiste à parquer les nouveaux arrivants dans d’immenses camps organisés où le travail de tri sera facilité. Y seront choisis ceux qui sont bons pour aller travailler en Allemagne. Les autres seront abandonnés à leur sort, sachant qu’aucun camp de regroupement ne se trouvera sur le territoire allemand.

Avec les hotspots, la Méditerranée deviendra la poubelle de l’Allemagne

On comprend immédiatement les risques de cette politique qui consiste à ouvrir régulièrement les vannes d’entrée dans les camps et à filtrer soigneusement les vannes de sortie. Dans la mesure où les réservoirs humains se trouveront sur le pourtour méditerranéen (Turquie, mais aussi Grèce, Italie, et Espagne, et pourquoi pas la France…), une logique insidieuse va se mettre en place dans le nouvel ordre européen : au sud, les ennuis et la gestion des problèmes migratoires, au nord la prospérité et l’ordre.

La folie française

Une fois de plus, la France trahit les intérêts de la Méditerranée pour suivre une politique dictée par l’Allemagne. Le suivisme français nous condamne, à long terme, à nous appauvrir, à appauvrir notre hinterland naturel qu’est la Méditerranée, au profit d’un enrichissement des contrées septentrionales.

C’est tout simplement ahurissant.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles