Or : un petit problème d’inventaire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Or : un petit problème d’inventaire

Publié le 12 septembre 2015
- A +

Par Stéphane Montabert.

Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)
Lingot d’or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Les habitués de ce site savent faire la distinction entre l’or physique, c’est-à-dire le métal jaune bien connu, et les certificats d’or, c’est-à-dire un papier qui affirme que vous possédez une certaine quantité de ce métal jaune bien connu. Vous aurez beau dire que c’est du pareil au même, un certificat inspire rarement autant confiance que le poids d’un lingot dans la main.

Je m’étais attelé à préciser cette importante distinction alors que les stocks de la COMEX – un des plus grands dépositaires d’or physique dans le monde, situé à New York – touchaient un plus bas niveau historique. C’était il y a un an et demi.

Je suppose que, depuis, beaucoup de monde attendait le moment où les choses empireraient, ou au contraire pourraient pousser un ouf de soulagement alors que les stocks « reviendraient à la normale ».

C’est par le biais de Zerohedge, toujours sur le qui-vive, que nous apprenons que les records sont faits pour être battus. Certes depuis 2013 il y a eu des hauts et des bas… Et un gros, gros plus bas en ce moment.

or,comex,faillite
Le plus bas de fin 2013 est un souvenir.

Le stock d’or enregistré de la COMEX est descendu jusqu’à un niveau de 185’315 onces, soit moins de 6 tonnes.

Les deux stocks d’or de la COMEX

Les chambres fortes de la COMEX sont-elles vides ? Non, car il faut faire la distinction entre l’or « disponible » et l’or « enregistré ». Et pour comprendre la nuance entre les deux notions, un article de BullionVault – écrit lors du plus bas historique de 2013 – s’avère particulièrement éclairant.

Pour résumer simplement, il existe un « circuit de raffinement » de l’or. L’or arrive dans le circuit à travers des producteurs officiels dûment enregistrés qui se chargent de le récupérer auprès des mines ou du recyclage de bijouterie. Il est alors refondu avec une pureté garantie. Puis, il est acheminé jusqu’à un lieu de stockage comme la COMEX à travers des transporteurs de fonds agréés. De là, il pourra continuer sa route d’un entrepôt à un autre, sans jamais sortir du système, ou en ressortir, si un détenteur d’or souhaite obtenir physiquement son bien.

Dès que l’or sort du circuit, il ne peut y retourner qu’à travers les points d’entrée que représentent les producteurs officiels, une démarche lente et contraignante. Pensez à un passager qui quitte la zone d’embarquement d’un aéroport : il devra à nouveau se soumettre aux détecteurs de métaux et autres portiques de sécurité pour y revenir.

Pour s’éviter cette peine, l’or est le plus souvent gardé au coffre et change de main à travers des « certificats », des documents établissant le droit de propriété du porteur. Les certificats sont évidemment bien plus faciles à échanger que leur équivalent en lingots, et encore plus lorsqu’ils sont comme aujourd’hui sous forme électronique.

De cette façon, la COMEX n’est rien d’autre qu’une chambre forte. Elle est utilisée comme telle par beaucoup de clients. Ils gardent leur or sur place, en sécurité, contre une certaine somme d’argent, comme n’importe quel coffre de banque. L’or ainsi stocké est qualifié de « disponible ». Il peut être directement retiré par son propriétaire du moment.

Pourtant, même là la COMEX a montré quelques signes de fébrilité les années précédentes avec des lingots dont les numéros de série ne correspondaient pas ou des soupçons de fraude sur l’état des stocks. Une ombre plane sur l’or disponible – l’est-il réellement ?

Mais les gardiens de l’or ont un autre rôle : celui de prêteur. Le deuxième stock d’or, celui correspondant au graphique ci-dessus, est l’or « enregistré ». C’est un stock d’or placé en garantie, d’un produit financier structuré par exemple. Il est là pour indiquer que si toutes les choses tournent mal le liquidateur de l’affaire pourra se retourner et récupérer au moins la valeur fournie en garantie. C’est une forme d’hypothèque.

Un graphique de ZeroHedge montre l’évolution des deux stocks :

or,comex,faillite

Comme on le voit, les entrepôts de la COMEX sont loin d’être vides. Est-ce à dire que si la quantité d’or « enregistré » tombe à zéro, il n’y aura pas de problème ?

Petite survente

Le grand public a entendu parler des produits structurés fin 2007 lorsqu’ils se sont effondrés sous le coup de la crise des subprimes. Les mécanismes découpant les hypothèques en tiers afin de les revendre ont peut-être disparu sous leur forme de l’époque mais il existe des milliers d’autres produits structurés dans les circuits économiques.

Le problème, comme en 2007 d’ailleurs, est que ces outils ont une fâcheuse tendance à s’empiler les uns sur les autres, dans un beau château de cartes qui met à mal toutes les « garanties » et les « assurances » dont on a bien voulu les affubler une fois que le tout s’effondre.

C’est un peu ce qui arrive avec les stocks enregistrés de la COMEX. S’ils s’amenuisent, c’est parce que l’or est progressivement converti en or « disponible » alors que des garanties sont activées.

Or, la COMEX tient d’autres registres – notamment l’utilisation faite de l’or « enregistré ». Et le même lingot d’or peut être nanti en garantie (mis en gage) plusieurs fois, partant du principe que normalement toutes les garanties ne devraient pas être actionnées au même moment. Combien de fois ? Deux fois ? Cinq fois ? Vingt fois ? Vous êtes loin du compte !

Nous en sommes à 207,4 garanties par once d’or enregistré.

or,comex,faillite
Autrement dit, pour chaque once d’or enregistré dans les stocks de la COMEX, il y a en moyenne 207,4 investisseurs différents qui peuvent prétendre y avoir droit. Lors du précédent pic de 2013, le rapport avait à peine dépassé un petit facteur de 120… Et la réalité pourrait être encore pire.

Il n’y a pas de limite supérieure au nombre de prétentions portées sur le même lingot, mais il arrive un moment où il n’y a plus d’or du tout pour les appuyer. Lorsque les volumes d’or enregistrés de la COMEX seront totalement vides (et nous n’en sommes plus très loin) des milliers d’engagements financiers verront le sol se dérober sous leurs pieds, reposant sur des garanties désormais vides qui ne vaudront même plus le papier sur lequel elles sont imprimées.

Ceci déclenchera une petite tempête financière, c’est à peu près certain. Et cela jettera un doute sur l’ensemble des stocks d’or détenus de par le monde – même en France où, autant que je sache, Marine Le Pen n’a jamais obtenu de réponse à sa demande d’audit des stocks d’or français – et surtout, de leur utilisation sous forme de garantie.

Car ce n’est pas tout d’avoir de l’or en stock, encore faut-il que vous en soyez le propriétaire réel.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Est-ce à dire qu’il faut se ruer sur l’or physique pendant qu’il en est encore temps ?

  • Alors c’est dire les BitCoins

  • Je dois avouer que je ne comprend pas du tout comment on peut arriver à vendre 204 fois le même produit en même temps !?

    Quelqu’un touche bien de l’argent pour un produit qu’il n’a pas et ne peut fournir, comment est ce possible puisque apparemment c’est légal ?

    • Je crois que ces gens n’ont pas acheté l’or lui même, ils l’ont comme caution, un peu comme votre banque possède votre maison en garantie. Il s’agit plus d’hypothèques qu’autre chose si j’ai bien compris. Cet or est hypothéqué 207 fois. Donc si défaut il y a, il y aura 206 cocus, ou 207 « presque totalement cocus ».

      On pourrait dire qu’à vouloir sécuriser ses investissements avec des garanties or, les financiers qui ont choisi cette option se sont tirés une balle dans le pied puisqu’ils ont acheté un actif encore plus risqué que celui qu’ils veulent garantir.

      Sauf si je me gourre et que j’ai rien compris.

  • Bien-sûr qu’il faut acheter de l’or physique actuellement
    Il n’est pas très cher et va monter très haut dans pas très longtemps vu la crise monaitaire à venir
    Les bitcoins même pas en rêve ….
    204 fois ben qui qui touche les sous ….. Les banques bien-sûr avec leurs produits dérivés
    Je vous conseille la lecture et les vidéos de Jovanovic ainsi que de Martin Prescott sur http://www.moneymakeredge.ca
    Ils sont de très bon conseils …

  • Bonjour,

    Pour éclaire votre opinion sur le métal jaune, il ne serait pas idiot de lire mon article écrit il y a environ 2 ans.

    http://www.tendance.com/10-raisons-d-etre-bullish-sur-l-or.htm

    Cordialement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-François Faure. Un article de L'Or et l'Argent.com

Cela fait plusieurs années que nous sommes prévenus : les caisses de retraite ne pourront certainement pas assurer des pensions confortables comme cela a été le cas pour les baby boomers.

Alors, même si on est encore jeune et que l’on ne pense pas à ses vieux jours, il est important d’investir petit à petit dans des placements qui pourraient se révéler indispensables pour profiter des années de retraite bien méritées.

Des investissements selon les opportunités

To... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Les hommes de l'État ont montré leur imprévoyance et leur impéritie lors de la crise sanitaire que la France vient de traverser confinée. Ces prétentieux restent convaincus qu'ils sont les mieux à même de savoir ce qu'il faudra faire à l'avenir.

L'histoire des stocks de masques en France

L'exemple des masques est à cet égard emblématique. En 2013, ces omniscients de l'État décident qu'il n'est pas nécessaire de renouveler le stock étatique constitué pour faire face aux précédentes épidémies (grippe H1N1, SRA... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Samuele Furfari.

Lorsque, régulièrement, de l’électricité d’origine éolienne ou solaire est « vendue » à un prix négatif parce que la nature produit alors que le marché n’en veut pas, personne ne s’en offusque. Pourtant ce prix contre-nature provient de la poche de tous les consommateurs. On accepte – ou plutôt on n’en parle pas – parce que c’est « vert » et donc par définition c’est bon.

Mais il suffit que le pétrole soit vendu pendant quelques minutes à un prix négatif pour que tous les médias, en particulier les médias s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles