La Chine, un « dragon de papier » ?

La Chine va-t-elle dominer le monde ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 122 Chine Mao

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Chine, un « dragon de papier » ?

Publié le 25 août 2015
- A +

Par Thierry Godefridi1

imgscan contrepoints 122 Chine MaoEncore aussi récemment qu’en juin, l’Economist Intelligence Unit prévoyait dans son rapport Long-term macroeconomic forecasts : key trends to 2050 que le PIB de la Chine progresserait de 10.335 milliards USD en 2014 à près de 106.000 milliards USD en 2050 et que la Chine détrônerait les États-Unis comme première économie mondiale en 2026. Selon le centre d’études du magazine britannique, les États-Unis verraient leur PIB passer de 17.419 milliards en 2014 à 70.913 milliards en 2050 et ils seraient talonnés par l’Inde (63.842 milliards en 2050) qui passerait de la 9e à la 3e place du classement mondial sur cette même période. Le fait pour la Chine, les États-Unis et l’Inde de se retrouver sur le podium des plus grandes économies mondiales n’effacerait certes pas les disparités entre ces trois pays mais les réduiraient considérablement : le PIB par habitant de la Chine représenterait 50% de celui des États-Unis en 2050 et celui de l’Inde, 24%.

C’est à contre-courant de ces prévisions d’une prochaine hégémonie économique de la Chine que va Johan Van Overtveldt dans son livre A Giant Reborn – Why the US Will Dominate the 21st Century qui fit l’objet d’une recension dans un article précédent consacré au turbo-changement et à la présomption qu’un mélange d’éléments historiques, institutionnels, économiques, sociologiques et culturels conférait des atouts déterminants aux États-Unis pour s’y adapter et ainsi maintenir leur prédominance économique au 21ème siècle.

Van Overtveldt se fait l’écho des opinions fort discordantes exprimées dans la presse et par des personnalités des milieux politiques et académiques, y compris en Chine, au sujet de l’avenir de cette dernière dont l’historien Angus Maddison, cité par l’auteur, a établi qu’elle a déjà constitué, au 10ème siècle, la première économie mondiale et que sa part de ladite économie s’élevait encore à 33% en 1820 ! En 1952, cette part n’était plus que de 5,2% et, malgré une industrialisation forcée sous le régime maoïste, elle était tombée sous les 5% en 1970.

À partir de 1978, sous la houlette de Deng Xiaoping, la Chine réforma son système économique, laissant plus d’espace à l’initiative individuelle, tout en maintenant la suprématie du Parti Communiste. Moyennant une mobilisation de l’épargne privée, des dévaluations de sa monnaie et l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce, elle se transforma en atelier du monde et une puissance exportatrice de premier ordre, arrachant en même temps plus de la moitié de sa population à la pauvreté.

La crise financière de 2008 et la récession économique globale qui s’ensuivit frappèrent directement les exportations de la Chine et l’amenèrent à relancer son économie avec des incitants fiscaux et par un recours massif à l’endettement dont le niveau global fut propulsé de 147% à 255% du PIB entre 2008 et 2014, largement au-dessus du niveau d’autres économies émergentes comme l’Indonésie, la Russie, l’Inde et le Brésil. De manière plus inquiétante, relève Van Overtveldt, une part importante de l’endettement est détenue en Chine par le secteur privé. Or, malgré un afflux monétaire massif, le taux de croissance de l’économie a significativement baissé, affectant la capacité de remboursement des débiteurs et induisant une spirale négative dans l’économie toute entière.

Se référant à Keyu Jin, professeur chinois d’économie à la London School of Economics, Van Overtveldt prédit que, si l’on ne laisse pas les marchés faire le ménage parmi les entreprises et les banques maintenues en vie artificiellement, l’économie chinoise se « zombifiera », la croissance y disparaîtra et cédera la place au risque de la déflation, d’autant plus que la Chine est désormais exposée à la concurrence de pays tels que l’Inde, le Vietnam, le Mexique et certains pays de l’Europe de l’Est. Tous ces éléments sont de nature à exacerber la problématique de l’endettement.

Outre le fait que le modèle économique initié en 1978 a révélé ses effets pernicieux, Van Overtveldt énumère et développe dans son ouvrage richement documenté cinq autres défis que la Chine doit relever et qui constituent autant d’obstacles par rapport aux États-Unis dans la course à l’hégémonie mondiale : la démographie, la pollution, la corruption, l’inégalité et les questions de sécurité intérieure et extérieure. D’autres pays sont aussi confrontés à ces problèmes, reconnaît l’auteur, mais la Chine doit faire face à tous les cinq et ils sont de taille.

Ministre belge des Finances depuis l’avènement du nouveau gouvernement il y a un peu plus d’un an, Johan Van Overtveldt fait désormais partie des aréopages où se prennent les décisions engageant l’avenir de l’Union européenne. Puisse-t-il s’inspirer de ses nombreuses et excellentes lectures et les partager avec ses collègues afin qu’ils libèrent les forces vives de l’économie européenne des carcans qui l’entravent et qu’ils permettent à l’Union européenne d’aborder l’ère de turbo-changement dans les meilleures conditions possibles. Car, à quoi servirait-il d’épiloguer sur la situation du monde si ce n’était pour en tirer toutes les leçons à sa propre échelle ?


Sur le web

  1. L’expression « dragon de papier » reprise dans le titre s’inspire d’une expression de Gordon Chang, avocat chinois formé aux États-Unis et auteur d’un livre à succès, The Coming Collapse of China, cité par Johan Van Overtveldt dans A Giant Reborn.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les prévisions économiques sont impossibles à faire à long terme de toute façon. Quant à la Chine je suis très déçu par The Economist, leur prévisions de croissance est basée sur les chiffres du gouvernement chinois, manipulés de bout en bout. A partir de là ce n’est pas crédible depuis le départ vu que le PIB chinois est inférieur au PIB annoncé officiellement, probablement 2000 ou 3000 milliards de $ de moins en réalité, ce qui représente une économie comme la France en moins, ce qui n’est pas négligeable. Pour la Chine elle-même son modèle s’est épuisé et est désormais dépassé

    Quant à l’Amérique certains disaient à la fin des années 80 que le Japon la dépasserait vers 2010, on sait ce qu’il en est, avec un PIB Japonais environ 4 fois supérieur. :p

    • Humour à la fin bien sûr, c’est le PIB US qui est 4 fois supérieur 😉

      • Rapporté en PIB/hab, c’est 38 000 $/an pour le Japon et 53 000$/an pour les USA.

        Le problème du Japon est surtout un vieillissement démographique et une concurrence sur leurs anciennes niches (électronique, jeux vidéo, automobile low-cost) de la part des autres pays asiatiques.

        • digression intéressante.
          il faudrait retirer les « vieux » des villes, pour que de nouveaux les familles puissent s’y développer, et concilier :
          – travail
          – loyer / transport
          – éducation
          mais alors, pour les « vieux », c’est totalement anti libéral de les virer.

          le vieillissement démographique est probablement (du moins partiellement) la conséquence d’autres problèmes économiques (il n’y a qu’en France pour faire des gamins quand ça va mal)

    • Le PIB chinois ne peut pas etre aussi « faible » que celui de la France alors que la Chine est la premiere puissance commerciale au monde, tout en etant le premier partenaire commercial de tres nombreux pays (Bresil, Japon, Coree du sud etc.)

      Si leur PIB est determine par les stats chinois, le commerce international est determine par d’autres autorites, comme celles de la Coree du sud etc.

      Si on tient compte des differents indicateurs economiques mondiaux (premiere puissance commerciale, premiere importatrice de matieres premieres), il est fort probable que le PIB de la Chine correspond aux chiffres officiels.

      • Un exemple, vous fabriquez un lotissement à 10 millions de $.

        Avec disons 100 logements.

        Vous avez 100 millions de $ de PIB au début, mais voilà que 50 % de ces logements ne trouvent preneurs et sont soldés à 50 000 $ l’unité au lieu des 100 000, vous avez donc une perte de 2 500 000 $, sauf que tant que la récession n’a pas lessivé les mauvaises dépenses, on ignore complètement la valeur de tout ça ….

        Imaginons tous les logements invendus (65 millions d’après certains chiffres), toutes les surcapacités industrielles, les banques zombies suite à la bulle boursière …

        Ca peut donner un remake du Japon 1990 à une autre échelle.

        Remarque cela est aussi valable pour les USA, la zone Euro et le reste du monde.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ce vendredi 2 février, les États membres ont unanimement approuvé le AI Act ou Loi sur l’IA, après une procédure longue et mouvementée. En tant que tout premier cadre législatif international et contraignant sur l’IA, le texte fait beaucoup parler de lui.

La commercialisation de l’IA générative a apporté son lot d’inquiétudes, notamment en matière d’atteintes aux droits fondamentaux.

Ainsi, une course à la règlementation de l’IA, dont l’issue pourrait réajuster certains rapports de force, fait rage. Parfois critiquée pour son ap... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Les milieux financiers découvrent tardivement les faiblesses du modèle chinois, pourtant perceptibles depuis une décennie. C’était prévisible pour tout observateur de la démographie, des mécanismes de développement et du communisme.

On peut penser notamment aux dettes souscrites en contrepartie de faux actifs, par exemple pour la construction de logements, alors qu’il y a de moins en moins de jeunes pour les occuper ou d’infrastructures redondantes, faisant momentanément la joie des bâtisseurs. Je me doutais bien que ces dettes sortira... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles