Hiroshima et Nagasaki : il y a 70 ans

Retour sur l’événement qui a marqué la fin de la seconde guerre mondiale dans le Pacifique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Replica of the original "Fat Man" bomb, Domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hiroshima et Nagasaki : il y a 70 ans

Publié le 6 août 2015
- A +

Par Jacques Henry.

Harold Agnew on Tinian in 1945, carrying the plutonium core of the Nagasaki Fat Man bomb, Domaine public

Il y a 70 ans presque jour pour jour Harold Agnew sortait en souriant d’un baraquement du projet Manhattan à Los Alamos avec une petite valise spéciale contenant le cœur de plutonium de la bombe « Fatman » qui allait être larguée le 9 août 1945 sur la ville de Nagasaki provoquant la mort instantanée d’environ 80 000 personnes. Triste spectacle que de voir cet homme souriant, un simple ingénieur et employé de haut rang de l’armée américaine, alors qu’il savait que ce joujou allait être utilisé contre le Japon pour détruire une ville, tuer des civils et mettre fin à la guerre tout en assurant par la suite l’emprise hégémonique des USA sur le Japon et quelques autres pays de la région qui perdurera jusqu’à nos jours. La charge de plutonium d’environ 7 kilos – la taille d’une balle de tennis – conduisit à la fission effective de moins d’un kilo en raison de la configuration loin d’être optimale des explosifs entourant cette charge. La puissance de l’explosion fut néanmoins près de deux fois plus élevée que celle d’Hiroshima, trois jours plus tôt.

Replica of the original "Fat Man" bomb, Domaine public
Replica of the original « Fat Man » bomb, Domaine public

Agnew fut récompensé pour ses bons et loyaux services ayant permis de mettre fin à la guerre et fut pour cette raison nommé directeur des laboratoires de Los Alamos, contribuant au développement de l’arsenal nucléaire américain. La bombe arriva sur l’île de Tinian dans la partie nord de l’archipel des Mariannes et ses composants y furent assemblés sous la direction d’Agnew.

Fat Man's nuclear device about to be encased, domaine public
Fat Man’s nuclear device about to be encased, domaine public

Tinian et Saipan furent prises aux Japonais en juin 1944 après ce que l’on peut appeler une extermination systématique de tous les Japonais, militaires et civils, présents sur ces îles, et Tinian en particulier devint en quelques mois la plus grande base aérienne du monde : pas moins de 1500 bombardiers B29 décollaient et atterrissaient jour et nuit pour répandre le feu et la mort sur les grandes villes japonaises dont en particulier Tokyo situé à 1500 miles de cette île d’une grande importance stratégique.

Il y a donc 70 ans, on s’affairait dans l’archipel des Mariannes pour mettre le Japon définitivement à genoux. Les Américains avaient provoqué l’attaque de Pearl Harbor en harcelant les navires commerciaux japonais dans le Pacifique nord-ouest. Ils ne voulaient déjà pas entendre parler d’une domination japonaise sur cette région. Leur stratégie n’a pas changé depuis, l’armée américaine est toujours à Guam (Mariannes du sud) et à Okinawa (Japon) ainsi que dans de nombreuses bases sur les principales îles japonaises, en Corée, aux Philippines ou encore en Thaïlande.

Mais revenons aux bombes. Il est intéressant de noter que J. Robert Oppenheimer, considéré comme le père de l’arsenal nucléaire américain, pensait en 1944 qu’il faudrait au moins 50 bombes nucléaires pour venir à bout du Japon, ce qui donne rétrospectivement une bonne image de la mentalité du complexe militaro-industriel américain qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, entretient l’attitude militariste et impérialiste des États-Unis. L’État Major américain considérait que ces bombes atomiques d’un nouveau genre ne présentaient aucune différence sinon en termes d’échelle de puissance destructrice avec les armements conventionnels de l’époque tels que les bombes Torpex dopées à la poudre d’aluminium et à la trinitro-perhydro-triazine, un explosif deux fois plus puissant que le TNT classique. Le Programme Manhattan avait donc doté l’armée américaine de ces super-bombes, la radioactivité n’étant qu’une conséquence mineure et négligeable.

Aujourd’hui, à l’occasion du 70e anniversaire de la première utilisation de bombes nucléaires au cours d’un conflit armé, il était opportun de rappeler ces faits car même si les Américains sortirent vainqueurs de ce conflit, ce n’est pas une raison pour ne pas les considérer en partie aussi comme des criminels de guerre. La mémoire ne doit pas oublier non plus qu’après les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, la ville de Koromo, alors fief de la firme Toyota – aujourd’hui renommée Toyota – fut entièrement détruite par des bombardements incessants et ce dernier fait de guerre conduisit à la capitulation sans conditions du Japon le 15 août 1945. De nombreux généraux japonais furent par la suite déclarés criminels de guerre par les États-Unis… Les vainqueurs ont toujours raison.


Source et illustrations : http://www.atomicheritage.org

Sur le web

Voir les commentaires (73)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (73)
  • « car, même si les Américains sortirent vainqueurs de ce conflit, ce n’est pas une raison pour ne pas les considérer en partie aussi comme des « criminels de guerre » »

    Non, les Japonais ont attaqué je vous signale, sournoisement et sans raison valable. Et vu l’atroce régime c’était mérité, les Coréens et les Chinois en savent quelque chose.

    • Suberbe l’attaque ad hominem donneuse de leçon !

    • Ce qu’il s’est passé côté Pacifique est certes plus complexe que ce qui eu lieu en Europe, mais le Japon s’est bel est bien rendu coupable de choses assez atroces en Asie.

    • « Non, les Japonais ont attaqué je vous signale, sournoisement et sans raison valable. Et vu l’atroce régime c’était mérité, les Coréens et les Chinois en savent quelque chose. »

      Purée ça doit être trop bien de voir les chose en noir et blanc.

    • Sans oublier qu’en larguant ces bombes les USA ont aussi bien sauvé des vie américaines que japonaises…. 70 ans après il est étrange de voir des gens qui ne pensent pas que c’était la bonne solution.

      • Tout à fait, le conflit aurait duré sans cela, de nombreux morts supplémentaires auraient été perdus et l’Union Soviétique aurait pu s’emparer de certaines parties du Japon, le Japon serait donc coupé entre Japon du Nord et Japon du Sud comme en Corée, et le Japon n’aurait pas p devenir l’économie prospère qu’elle est devenue tout en étant au bord de la guerre avec un voisin communiste, en plus de la Corée du Nord. Clairement c’était une bonne chose.

        • on est bien d’accord. Vu que l’armée japonaise, exsangue et privée de carburant, s’est fait torchée en Mandchourie en un rien de temps par les soviétiques, le message était donc surtout pour Moscou: Stop, restez là où vous êtes, pas question de prendre Hokkaido ou plus, sinon. C’est pareil pour Dresde en Allemagne, message de Churchill.

  • « la radioactivité n’étant qu’une conséquence mineure et négligeable »

    En effet, elle est, à l’échelle des destructions, un phénomène négligeable.

    Je m’étonne qu’on s’étonne qu’un pays en guerre utilise les armes dont il dispose.

    Pour préserver sa population, le Japon n’avait qu’à se rendre. Le fait qu’il ait fallu DEUX bombe pour arriver à ce résultat démontre sans contestation possible l’utilité de ces bombardements.

    • Pour rebondir encore sur : « la radioactivité n’étant qu’une conséquence mineure et négligeable »

      Hiroshima en 2010 : 1.1 millions d’habitants, la ville ayant été reconstruite peu de temps après la guerre autour de la zone d’explosion de la bombe. Gros changement pour le château de la ville, qui a été reconstruit à l’identique, qui qui n’est plus en bois mais en béton armé.
      Nagasaki en 2010 : 440000 habitants, la ville ayant été reconstruite dans les mêmes conditions.
      Où est le désert radioactif laissé par les bombes ?
      Peut-être qu’effectivement, la radioactivité n’est qu’une conséquence mineure et négligeable de ces bombardements.

      • Où est le désert radioactif laissé par les bombes ?

        Nulle part. Les deux bombes ont explosé à environ 500 m d’altitude. La chaleur de l’explosion a produit de violents courants ascendants. L’essentiel des matériaux radioactifs a été entrainé vers le haut et s’est dispersé dans l’atmosphère. Aujourd’hui le niveau de radioactivité sur place est comparable à ce qu’on trouve ailleurs sur la planète.

      • Où est le désert radioactif laissé par les bombes ?

        Nulle part en effet. Je suis allé à Hiroshima en touriste lors d’un voyage pro au Japon et j’ai été surpris qu’il y ait des habitations à moins de 50m du « point d’impact », ce point étant symbolisé par une maison détruite en partie mais coiffée d’une toiture dorée, le tout au centre d’un petit parc mémorial. C’est assez émouvant.

        Une info rappelée récemment dans Le Figaro au sujet d’un homme ayant été présent dans les deux villes au moment des bombardements et à chaque fois moins de 3km du point de largage est mort en 2011 à l’âge de 93 ans… et pour ajouter au doute il est indiqué qu’il est mort d’un cancer de l’estomac…

    • Article pour le moins étrange. Heureusement que les Japonais sont passés à autre chose, sauf pour quelques fanatiques militaristes.
      Le commerce et le libéralisme les a rendu riches, cela leur a bien mieux réussi que l’impérialisme et la guerre.

      • 100% vrai, d’ailleurs la Russie actuelle ferait bien d’en prendre de la graine.

        • La Russie, à laquelle on vient d’alléger le besoin en fonds de roulement et à qui on a filé plus d’un milliard d’euros de cash. S’ils devaient lancer une offensive pour sécuriser du pétrole bon marché, c’est aujourd’hui.

  • Ce qu’on appelle un article à charges (avec plusieurs « s »), quelques rappels sur le déclenchement de la guerre, l’attitude des militaires japonais (en Mandchourie par exemple), la volonté hégémonique du gouvernement militaire, etc… aurait été honnête. Mais non, il apparait même que ce sont les américains qui ont provoqué l’attaque de Pearl Harbor ! Être un ancien chercheur en Biologie ne fait pas de vous un historien à l’évidence.

    • les américains ont coulé sans sommation un sous-marin de poche japonais dans la rade de Pearl bien des heures avant l’attaque aérienne. Sur la notion de déclenchement des hostilités et malgré le très faible nombre des victimes, si on se met sur le plan chéri du juridisme (qui fera longtemps passer Vichy pour acceptable parce que légal aux yeux des USA) avec un bon avocat, ça se plaide.

  • Il est vrai que les vainqueurs ont toujours raison… néanmoins les américains avaient estimé que l’invasion du Japon leur coûterait au moins 1 millions de morts, le Japon malgré les bombardements quotidiens et les défaites successives ne voulait pas déposer les armes. Par ailleurs il est vrai que les américains exécutaient les civils japonnais car énormément de kamikazes de cachaient parmi eux causant la mort de nombreux de soldats. On a souvent présenté Mc Arthur comme un cow-boy à tord, les événements ne lui ont pas laissé le choix. Par ailleurs il a certainement eu l’une des plus importante côte de popularité pour un occupant dans l’histoire: il a énormément fait pour la libéralisation du Japon et les japonnais lui en sont très reconnaissants. Il se peut même qu’un tel succès ait laissé penser à tord aux américains que ce modèle était applicable dans n’importe quel pays et contexte… et je vous rejoindrais peut être sur ce point.

    • N’exagérons pas outre mesure… Le général Marshall considérait que l’invasion du Japon ferait 50 000 tués et 450 000 blessés parmi les GI’s. Pas plus. Ce n’est qu’en 1946 que le Pentagone publia le rapport de Marshall dans la presse pour se justifier, faisant passer le nombre de GI’s morts à 1 millions. Du côté japonais, le rapport US évaluait les pertes à 2 millions de militaires, plus 1 millions de civils. Pour le reste, je suis entièrement d’accord.

      •  » l’invasion du Japon ferait 50 000 tués et 450 000 blessés parmi les GI’s. Pas plus » une telle estimation est stupide. il suffit de regarder les pertes américaines subies pour conquérir quelques iles. il ne fait aucun doute que les pertes auraient été de plusieurs millions de morts
        L’estimation d’un million de morts a été avancé bien avant 46 et bcp de gens (surtout les soldats au front) disaient que cette estimation était totalement fausse, que le nombre de morts auraient été bien plus élevés

      • En plus, les estimations étaient d’un million de morts coté américains et environ dix millions coté Japonais. La géographie du Japon rendait très difficile une invasion.
        les Japonais comptaient résister non seulement avec l’armée impériale,mais aussi avec une énorme milice de civils (tous les hommes de 15 à 60 ans et les femmes non mariées de 17 à 40 ans, soit une réserve de 28 millions de personnes ), aidé par des milliers d’avions kamikazes, des centaines de sous-marins de poches, de torpilles humaines et de petits bateaux-suicides .

        Le 18 juin 1945, lors d’une réunion avec le président Truman, le général Marshall, estima que les pertes (tués, blessés, disparus) des 30 premiers jours de l’invasion de Kyūshū pourraient s’élever à 31 000. Ses estimations sont contredites par l’amiral Leahy qui fit remarquer qu’elles pourraient aussi être proportionnelles à celle de la bataille d’Okinawa, rendant le bilan bien plus coûteux. En effet, à Okinawa, 180 000 Américains affrontèrent pendant 3 mois 120 000 Japonais : les pertes américaines s’élevèrent à 48 000 (presque le tiers de l’effectif engagé).

        • « aidé par des milliers d’avions kamikazes, des centaines de sous-marins de poches, de torpilles humaines et de petits bateaux-suicides  » et mus à l’alcool de patate douce car il est évident que le Japon qui peinait à ce moment là à ramener quelques bidons d’essence sur des raffiots en bois avait une logistique de premier plan. Sans parler des femmes et des ados armés de piques et de lances en bambou, un vrai défi pour les GIs, déjà que les hommes se rendaient en masse à Okinawa lors des derniers jours de combat (en butant leur propres officiers), on imagine…

          • (…) « déjà que les hommes se rendaient en masse à Okinawa lors des derniers jours de combat (en butant leur propres officiers) » (…) : ce que vous dites là est intéressant, mais je n’ai pas connaissance de ce fait. Pourriez-vous donner l’une ou l’autre référence à ce sujet ?

            • Sur le net, vous pouvez assez facilement trouver des articles (traduits en anglais) de l’historien Hirofumi Hayashi concernant la bataille d’Okinawa, son livre le plus connu est « Japanese Deserters and Prisoners of War In the Battle of Okinawa ». Il fait partie de ces nombreux historiens japonais qui se sont évertués tout au long de leur carrière à étudier et mettre au grand jour les crimes et atrocités de l’armée impériale, il peut donc difficilement être soupçonné de révisionnisme ou de sympathie pour l’armée Showa. Il y a aussi un ouvrage des historiens américains Bob Moore et Barbara Hately-Broad. Et d’autres sources certainement

              • Bin, le livre Hirofumi Hayashi que vous citez n’est pas un livre, mais une contribution dans un ouvrage plus général. Tout cela est certes fort intéressant, mais y voir que « les hommes se rendaient en masse », c’est assez hyperbolique à mon sens.

      • Les estimations du général Marshall dont vous parlez ne sont pas les estimations globales de toute l’invasion du Japon

  • Oh le joli révisionnisme moral !

    La guerre n’admet qu’une seule et unique loi : VAE VICTIS

    Tout le reste est de la manipulation de politiciens qui veulent nous faire croire qu’ils sont capables de faire bouillir l’océan.

    Les japonais l’ont bien compris eux : au vaincu, il ne reste que l’obligation d’admettre sa défaite.

    Et de passer à autre chose …

  • Article ridicule, il faut arrêter de juger avec les valeurs du présent le passé J’ai lu dans Guerre et histoire un article très intéressant d’un membre d’équipage qui a largé une des bombes. Comme il le disait lui même, les jeunes d’aujourd’hui ne comprennent pas que l’on ait pu faire cela c’est parce qu’ils n’ont jamais participé à cette guerre. Il faut y avoir participé pour comprendre pq on a largué ces bombes.
    De nombreux japonais l’ont d’ailleurs remercié car ces bombes leur ont sauvé la vie (les soldats japonais devait se battre jusqu’au bout) et parce que cela a permis de mettre fin à la société de caste existant au Japon.
    Dans ce conflit, il n’ avait pas de civils (toute la société était préparé à se battre, les enfants devaient suivre des entrainements militaires).
    Une invasion terrestre aurait non seulement couté énormément d’hommes aux USA (1 millions et ca c’est considéré comme une estimation extrêment optimiste) mais également aux japonais (car en raison de leur fanatisme, ils se seraient battus jusqu’au bout).
    Ce n’est pas pour rien si les japonais n’en ont jamais eu de haine vis à vis des USA à cause de ces bombardements (ils savent très bien que le principal responsable de cette situation s’est le fanatisme de leur gouvernement et que ces bombardements ont sans doute sauvé de nombreuses vies japonaises)

  • « ce n’est pas une raison pour ne pas les considérer en partie aussi comme des « criminels de guerre » » tout dépent quelle définition vous prenez ? si vous prenez celle d’aujourd’hui, cela est évident que oui mais si vous prenez celle de 45 alors non. Est ce si compliquer à comprendre que les gens en 45 avaient d’autres valeurs ? qu’ils n’avaient pas une telle considération pour les droits de l’homme ?
    En suivant, votre logique, je peux déclarer criminel de guerre, tous les gens ayant participé aux guerres avant la fin du 20 siècle

  • article sans intérêt : merci de vous abstenir

    • Même opinion que vous. Je préférerais que M. Henry reste dans son domaine de prédilection qu’est la biologie.

  • Aucune partie fut exemplaire. Toutes commirent des bavures.

    Hélas, les vainqueurs écrivent l’histoire de la loi du plus fort, mais les gens avec des neurones dans la boite crânienne ne sont pas dupes.

    • Il n’y a pas de grands hommes dans l’histoire – comme les critères changent, ils apparaitront tous comme des criminels, des tyrans et des imbéciles aujourd’hui (à condition d’être honnête et objectif). Le jugement à postériori est un non-sens, une bêtise qui n’est pas flatteuse pour les admirateurs (ou même les détracteurs) et toujours une tentative de manipulation.

      Je déteste par dessus tout ceux qui font l’éloge et s’inspirent de ces hommes d’un autre temps, avec une vision partielle qui ne tient pas compte du biais de réalisation : non seulement les vainqueurs réécrivent l’histoire, mais on ne retient que ce qui a réussi sans se poser la question de la part du hasard dans cette réussite.

    • « Aucune partie fut exemplaire. Toutes commirent des bavures. »

      La guerre propre est une fiction. La convention de Genève aussi. La guerre n’a qu’une loi, celle du plus fort.
      Il faut être particulièrement naïf pour croire qu’on va un jour respecter les droits de l’homme pendant une guerre puisque justement l’agression originelle en est la première entorse. On torturera aussi toujours pendant les guerres, les méthodes seront juste plus scientifiques et le meilleur moyen de ne pas être poursuivi est comme d’hab d’éliminer les preuves.

      • et le meilleur moyen de ne pas être poursuivi est comme d’hab d’éliminer les preuves.

        Il y a de cela quand les soviétiques éliminèrent 15000 officiers polonais, c’était éliminer la preuve que la Pologne s’était battu contre l’occupant allemand, justifiant l’occupation soviétique.

  • Vous devriez mieux apprendre L’histoire. premièrement, les japonais se sont sortis forcés d’attaquer l’Amérique, car ce dernier avait mis en place un gel des exportations de pétrole. Seulement, cette disposition avait été mise en place suite aux invasions de l’Indochine par le Japon. la Japon est le seul et unique responsable de ce conflit. vous comparez deux camps incomparables… les américains n’ont pas fait preuve de cannibalisme envers leurs prisonniers. Ils respectaient bien la convention de Genève en matière de traitement de prisonniers. les américains n’ont pas affamé leurs prisonniers. certes, les marines ne faisaient pas de prisonniers, mais il y a une raison spéciale: le code d’honneur des japonais, le bushido, interdisait aux japonais de se rendre… Ils feignaient donc une redittion pour ensuite se faire exploser afin de prendre dans la mort le plus d’américains…. Le bombardement se Dresde à fait plus de morts que Hiroshima et nagazaki réunis. je n’ai jamais entendu les allemands pleurer dans les jupes des américains… il est intéressant de note que les différents rapports de l’US Army montrait que les pertes américaines auraient été colossales au Japon et il y aurait plusieurs millions de civils tués. conclusion: la bombe nucléaire à sauve des vies. il semblerait que cet auteur soit un fasciste déguisé, amoureux du temps du Japon impérial… Je trouve, pour ma part, que les ricains ont été plutôt cool avec les japs quand on voit ce qu’ils ont fait…

    •  » il semblerait que cet auteur soit un fasciste déguisé, amoureux du temps du Japon impérial » là, vous exagérez en traitant l’auteur de fasciste. cependant, il est vrai que comme j’ai pu constater par le passé (en voyant différents commentaires de l’auteur), l’auteur est profondément anti américain. cet article est un article idéologique antiaméricain

    • « Le bombardement de Dresde à fait plus de morts que Hiroshima et nagazaki réunis » ?????????

      le bombardement de Dresde, aussi horrible (et injustifié sur le plan militaire) qu’il fut a fait entre 22000 et 50000 morts. Révisionnisme ou maths-allergie?

      « je n’ai jamais entendu les allemands pleurer dans les jupes des américains… » ben dans l’environnement géopolitique dans lequel ils se trouvaient après le conflit (bien différent du Japon post-45) , on les a bien tannés niveau repentance et actes de contrition. Ils ne se sont pas plaints pour Dresde (je connais pas mal d’allemands qui n’en pensent pas moins) pas plus que les 2 ou 3 millions de femmes violées par les moujiks libérateurs de Staline, champions du monde toute catégorie du viol de masse, loin devant les troupes allemandes ou japonaises qui se sont pourtant vilainement illustrées à Nankin entre autres. Vae Victis! L’histoire est écrite, pensée et justifiée par les vainqueurs qui sont encore et toujours les seules vraies victimes. Les autres l’ont bien cherché.

  • « Les Américains avaient provoqué l’attaque de Pearl Harbor en harcelant les navires commerciaux japonais dans le Pacifique nord-ouest. » rien que cette phrase discrédite l’article. Il aurait été plus juste et plus honnête d’indiquer que l’embargo américain avait été l’une des causes qui avait décidé les Japonais a tenter d’anéantir la flotte américaine Pacifique – Yamamoto s’étant directement inspiré de l’exemple britannique lors du raid de Tarente peu auparavant. Variations: ‘Les Juifs ont provoqué leur extermination pendant la Seconde Guerre mondiale en occupant certaines des positions les plus élevées au sein de la société austro-allemande.’ ou ‘Les journalistes de Charlie ont provoqué leur assassinat en caricaturant le prophète.’

    • Faux. Les plans de Yamamoto étaient prêts dès mai 1940, avant le raid de Tarente. Il est par contre hautement probable que la lecture du livre de Bywater (The Great Pacific War) l’ait inspiré.

  • Article à charge contre les américains qui, si ils ne sont pas innocents, occulte totalement la caste arrogante des impérialiste va t’en guerre japonais qui ont fait 17 millions de morts civils en chine dont une grande partie avant Pearl-Harbour:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_sino-japonaise_%281937-1945%29

    L’armée japonais a été une des pires avec les nazis dans le domaine des atrocités et crimes de guerre:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Nankin
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Unit%C3%A9_731 etc. etc.

  • Je ne vois pas comment on peut justifier le largage de bombes sur des civils. Il faut être diminué intellectuellement

    • Ou alors se demander réellement et avec humilité comment on aurait réagi à l’époque, avec les informations dont on disposait à l’époque. Et là, brusquement, on se sent capable de justifier beaucoup de choses.
      Au passage, Hiroshima était d’après Wikipédia une des principales bases militaires japonaises et le principal centre de défense japonaise du sud du pays, il était parfaitement logique de s’attaquer à cette ville. Quant à Nagasaki la même source indique qu’il s’agissait là aussi d’un objectif militaire important, de même que Kokura si la météo avait permis son bombardement.
      On ne parle pas des bombardements (conventionnels) de Tokyo, pourtant ils auraient fait plus de victimes que celui de Nagasaki. Quid des bombardements en Allemagne, quid des bombardements de Londres…? Quant au comportement de l’armée impériale japonaise vis-à-vis de ceux qu’elle considérait comme des « sous-hommes », est-il utile de seulement le mentionner…?

      • Tout dépend de ce que vous entendez par « justifier ». Il y a toute les différences entre expliquer un événement et le cautionner.

        • « Il y a toute les différences entre expliquer un événement et le cautionner. »

          C’était le moyen le plus humaniste d’arrêter cette guerre, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

          • Vous vous basez sur quoi pour sortir pareille ânerie? Vous n’en savez rien, personne n’en savait rien.

            • L’opération Ketsugō promettait un enfer aux américains s’ils débarquaient et le quartier général impérial pensait que le seul option restante était le sacrifice des 100 millions de japonais « afin de [faire perdre à l’ennemi] la volonté de combattre ».

              Monsieur: « Vous n’en savez rien »

              Ne prend pas ton cas pour une généralité.

    • Monsieur: « Je ne vois pas comment on peut justifier le largage de bombes sur des civils. »

      Après plus de 60 millions de mort dans un conflit généralisé c’est vrai que cette notion apparait incompréhensible surtout que les mamans savent bien que leur fils soldat mérite bien de mourir contrairement aux civils d’en face.

      • Mais oui, bien sûr, un militaire et un civil c’est la même chose. Les mamans ne comprennent rien!

        • Monsieur: « un militaire et un civil c’est la même chose »

          Il parait que les soldats conscrits étaient aussi des humains, il parait que les belligérants étaient engagés dans une guerre totale sans merci et il serait même possible que ces bombes aient contribué à offrir une porte de sortie à un gouvernement japonais partagé entre différentes factions dont des faucons partisans du combat jusqu’au dernier ce qui aurait couté encore quelques millions de vies supplémentaire.

          Sinon on est tous bien d’accord avec toi: les bombes c’est pas bien et on aime tous les jolis pandas mais un moment il faut passer en CM2.

          • Donc pour la prochaine guerre on cherchera à éliminer les femmes et les enfants d’abord, puisqu’après tout ce sont des êtres humains comme les autres!

            Et bien entendu tout le monde SAVAIT qu’il n’y avait AUCUNE alternative moins barbare pour mettre fin à la guerre.

            Les belligérants des deux côtés sont d’abord des victimes de leurs gouvernements meurtriers et manipulateurs.

            • il n’y avait AUCUNE alternative moins barbare

              Une mort est une mort.

            • Monsieur : « Et bien entendu tout le monde SAVAIT qu’il n’y avait AUCUNE alternative moins barbare pour mettre fin à la guerre.  »

              Tout le monde sauf vous bien entendu, le cul sur un canapé avec le manuel du petit révisionniste et un QI d’huitre, tout parait simple une fois le match fini.

            • Je ne vois pas en quoi la mort causée par l’énergie de liaison du noyau de l’atome est plus « barbare » que la mort électromagnétique, enfin la mort conventionnelle.

              D’autant que le bilan de la première est très inférieur au bilan de la seconde.

    • Une histoire de moral de l’arrière et de complexe industriel à mettre en pièce, voilà tout. Qui plus est sur des cibles peu défendues ou avec peu de DCA efficace. Pourquoi se priver, il s’agit bien d’une guerre totale, ce qui la différencie de toutes les autres. De là à dire que c’est bien, grand dieu, non, c’est une horreur.

      • Ça a bien coupé l’herbe sous les pieds des dirigeants japonais partisans du combat jusqu’au dernier qui n’était plus justifiable du moment que 12 types dans un avion pouvaient faire autant de dégâts que des divisions entière mais sans y laisser un seul homme.

    • les civils sont ceux qui maintiennent un régime démocratioque ou dictatorial en place.
      on le voit bien lorsque le dictateur ne fait plus son boulot d’arrosage et pillle trop ses clients (comme Ben Ali).

      Bombarder les civils c’est enfin comprendre que les esclaves qu’on appelle militaires ne sont pas ceux qui décident de la guerre, mais que ce sont ceux qui les envoient, ou qui soutiennent ceux qui les envoient, en votant pour eux, en obéissant, en ne faisant pas la révolution.

      quand vous avez le choix entre le peloton et soutenir l’envoi d’esclave au front, c’est facile.
      quand vous avez le choix entre vous prendre des bombes au phosphore ou affronter la police militaire, ca devient plus discutable.

      de toute façon la guerre c’est sale, et ce qui accélère la fin est bon.

      désolé mais je nous sent tout aussi responsable de la guerre au mali que les soldats…

  • Mélenchon, je vous ai reconnu!

  • L’obsession anti-japonaise prêtée aux américains dans cet article m’étonne. Il me semblait que les chercheurs de Los Alamos, dont de nombreux juifs allemands, visaient d’abord la fin de la guerre avec l’Allemagne. La bombe devait détruire Berlin, mais elle ne fut pas prête à temps. L’utilisation sur le Japon pour mettre fin à la guerre dans le Pacifique fut un objectif second.

  • J’y fus un 9 août 1987, cela était impressionnant surtout à 11 heures 15 quand les sirènes de la ville se déclenchèrent et que tout s’arrêta

  • Bonjour,
    Afin de mieux appréhender la complexité des évènements que vous évoquez, veuillez me permettre de vous conseiller la lecture de l’ouvrage « Japon, une histoire secrète », de Jacques Sourmail, qui apporte un éclairage tout à fait singulier sur l’âme japonaise et son histoire.
    http://www.amazon.fr/Japon-histoire-secr%C3%A8te-Jacques-Sourmail/dp/2910049582

  • Mr J. Henry, si vos articles de « vulgarisation scientifique » méritent généralement l’attention, voire la surprise, vous vous mêlez ici de questions géopolitiques qui vous dépassent.
    J’ajouterai – comme le dirent bien d’autres – qu’en matière de parti-pris, vous vous comportez en (in)digne français. Volontairement ignorant du contexte de cette guerre nazie/japonaise et d’actes dignes du moyen-âge par la cruauté dont les japs firent preuve PARTOUT où ils sévirent … pendant des décennies ?
    Creusez davantage la documentation historique de cette époque !
    Abstenez-vous surtout de ces actes d’une repentance et auto-flagellation décalées, actes particulièrement prisés dans les médias de la période actuelle et par les activistes de mouvements se revendiquant de soi-disant DH … sans en situer le cadre autrement que les bornes de leur idéologie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cet article, nous allons voir ce qu’est la bourse japonaise et pourquoi il est intéressant d’investir dans l’économie de ce pays.

 

Qu’est-ce que la bourse japonaise ?

La bourse japonaise est un marché financier où les investisseurs peuvent acheter et vendre des actions. Cette bourse est la troisième la plus importante au monde, en termes de capitalisation boursière, derrière la NYSE (la bourse de New York) et le NASDAQ (une autre bourse américaine).

La bourse japonaise est gérée par l’entreprise Japan Exchange ... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond.

Voici le trente-quatrième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros de la semaine est Alan Turing, un mathématicien, informaticien et cryptologue anglais célèbre pour ses contributions au domaine de l’informatique et pour avoir développé une machine qui a cassé le code Enigma des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

La machine Enig... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles