Critique du jugement, de Pascal Quignard

Dans son dernier essai, Pascal Quignard déclare ne plus rien juger. Explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Critique du jugement, de Pascal Quignard

Publié le 31 juillet 2015
- A +

Par Francis Richard.

Pascal Quignard Critique du jugementAprès 25 ans de jugement, de 1969 à 1994, Pascal Quignard a décidé un jour de ne juger plus rien. Comme il l’écrit dans Critique du jugement, cela lui permet, depuis, de « lire vraiment » : « Je veux dire par là que je ne remplis plus un jeu de rôle ni même une fonction dans ma lecture. Ce que je perds en faculté de juger (comparer) je le gagne en capacité à penser (méditer). Il n’y a plus de point de vue dans ma vision. L’idée de tuer, ou de hiérarchiser, ou d’élire, s’est retirée.« 

Pascal Quignard définit : « En grec le mot critique désigne le juge. Le mot crise désigne le jugement. Le mot crime nomme le tri et sert à désigner le résultat de la crise (le criminel). La stasis désigne l’expérience politique, ce qui revient à dire la division à mort des individus entre eux devant laquelle le groupe cherche une solution (une bande, un roi, une cité, une divinité).« 

 C’est dans Saint Jean qu’il a trouvé le plus beau texte sur le jugement : « Nolite judicare : Judicium judicate. » (« Ne jugez pas : jugez d’abord le Jugement »). Autrement dit : « Discernez bien ce qui discerne, car le problème de la crise c’est le jugement. »

C’est le Christ qui dit, toujours dans Saint Jean : « Ego non judico quemquam. » (« Moi je ne juge personne. »). Autrement dit : « Moi je n’ai aucun droit de m’ériger en juge car quand tu juges l’autre, il ne compte pas pour toi. Et s’il compte à tes yeux, tu ne le juges plus. »

Le Christ dit encore dans Saint Jean : « Ne jugez pas ». Cela signifie, selon Pascal Quignard : « N’intériorisez pas entièrement ni le langage ni la société dans votre âme. Cessez de rivaliser dans la subordination au sens commun. Renoncez au jugement social, à la honte sociale, qui fondent la séparation du devant vivre et du devant mourir. »

Pour Pascal Quignard, « la pensée commence dans l’extinction du jugement » : « Un homme qui pense ne veut pas du fait de juger ». Pour qu’il y parvienne, « il faut rendre possible la curiosité dés-orientée, dé-missionnée, dés-engagée, dé-bridée que la pensée, c’est-à-dire l’écriture en acte, requiert. »

Les créateurs sont des solitaires, des ascètes. Leur ascétisme « est une ruse pour créer » : « Il s’agit de ne pas être observé par sa communauté, de ne pas être dérangé par personne, d’être vraiment seul, de créer, c’est-à-dire de se perdre dans son nuage gris ou noir, sa brume, son souffle, son ombre, sa chose, son rêve, son invisible. »

Ce n’est pourtant pas la pente naturelle des hommes : « Les hommes préfèrent croire à juger et juger à philosopher et philosopher à penser et penser à méditer. De là l’extrême rareté de la méditation. De là qu’elle se soit réfugiée – très tôt dans l’histoire des hommes – dans les neiges du Tibet, dans les forêts des îles fermées du Japon. »

La critique ? Elle « relève de cette instance mystérieuse qui tend à dépouiller l’homme de son aptitude à l’étonnement. » Et le surmoi susurre : « Refoule la totalité du jadis […]. Consacre-toi entièrement au passé. » Au contraire, « l’auteur est celui qui augmente le monde à partir de lui-même. L’auteur définit celui qui n’a besoin de personne pour avancer dans l’inconnu où il s’égare seul. »

Lire vraiment ? Ce « n’est jamais juger » : « Il y a quelque chose de beaucoup plus profond que juger dans le sens muet de recevoir, dans l’altération de l’âme et le remaniement total que ce qui s’y engouffre induit.[…] Il y a un sentir qui est comme une blessure. Avant le sentir au sens sublime de sentiment, il y a le sentir au sens primaire de sensation. Il y a une lésion avant le ressentiment. La faculté de juger, elle, est tout entière du côté du ressentiment. »

Pascal Quignard ajoute : « Lire vraiment, lire merveilleusement traumatise l’âme. La substance de l’âme se précède alors dans un mouvement de rétraction hors du cri. Un motus cogitationis. Un mouvement de retrait hors du monde commun, de secret, de silence, d’ombre, de premier monde. Mouvement qui vient de tout le corps, cherchant à se retrouver au stade le plus ancien, sans société, sans langage, sans jugement, grundlos. »

La publication d’un livre réveille « la peur débutante » : « L’effroi de l’arrivée dans ce monde. C’est, chaque fin septembre, se résoudre à mettre son manteau et à se montrer dans la ville, pousser la porte de la librairie après avoir lu, seul, dans un coin, les critiques du jour. S’offrir aux regards de ceux qui attendent les réactions et qui surveillent le visage et le frémissement vivant des traits. Prendre la parole plein de gêne et de silence, c’est-à-dire plein de l’impossibilité de traduire oralement ce qui a été écrit, c’est-à-dire incapable de faire signe vers ce qui a été osé en silence. »

Pascal Quignard aime ce qu’il fait et il « paie volontiers pour continuer de le faire » : « La joie de composer est supérieure au tourment qui l’efface comme une ardoise magique dont l’opération de décoloration ou le progrès de la désinscription durent un mois de temps tandis que les feuilles s’amoncellent dans la boue du sol et que les pluies augmentent en volume. »

Même si Quignard écrit : « La littérature est sans grâce. Le combat est à mort. Sine missione est litterator. L’œuvre est sans sens comme l’auteur sans défense », même si commenter et inventer, comme il le souligne, sont antinomiques, faut-il pour autant se taire ? Plutôt que de critiquer, ne faut-il pas au moins recenser ? Car, si le silence sied à la création, il nuit gravement à la publication.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Quelqu’un qui a déjà compris bien des choses mais il doit encore comprendre que nous ne pouvons pas juger de la sagesse de Grecs antiques seulement par leurs textes et phrases sans partager ni leur vie et expériences, ni leur esprit.

    Ainsi, l’évangile de Jean n’était pas écrit en latin, que je sache! Alors combien de transmetteurs-interprètes?

    Non la vérité n’est pas dans les textes mais dans « l’esprit ». Comme en mathématiques, un nombre ou deux n’ont aucun intérêt: c’est bien la relation concrète entre 2 « grandeurs » qui a un intérêt, souvent sous la forme d’une équation qui montre bien qu’on a compris. Si l’équation est respectée, c’est que les facteurs de l’équation sont là et, en théorie, tous là.

    Ainsi, avant de juger quoi et qui que ce soit, il faut comprendre l’équation ou la personne dans les circonstances. Et c’est souvent là qu’on se rend compte qu’on ignore comment, nous-mêmes, aurions réagi dans ces conditions.

    Sur le plan théologique, je ne crois pas « gratuit » la présence de l’Esprit Saint, quelle meilleure concrétisation symbolique de la relation entre le Père et le Fils d’un Dieu, pourtant « unique »!

    L’Un, le concrètement imperceptible mais aimant, l’autre, le Fils, aussi concret qu’humain, aimant et aimé. Jolie symbolique et entre les deux, l’équation, la relation, le Saint Esprit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
L’Amérique Empire
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse aux affaires internationales ne peut rester indifférent au rôle des États-Unis dans le monde. Certains voient la politique étrangère américaine comme une aubaine, les États-Unis ont assuré une paix globale, une pax americana, depuis 1945 et de surcroît depuis 1991. D’autres voient plutôt la politique étrangère américaine comme néfaste pour le monde et pour les Américains eux-mêmes, comme un véritable obstacle à la paix et à l’harmonie entre les nations.

Nikola Mirković, analyste en géopolitique, appartient clairem... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’écologie est un domaine gangrené par le poids du politique, de la démagogie, du militantisme outrancier et de l’idéologie. Difficile, trop souvent, de faire la part des choses entre ce qui relève du mythe, des préoccupations légitimes et fondées, de la bonne conscience achetée à bon compte, de la posture ou de l’imposture. Il s’agit d’une question sur laquelle il est devenu difficile de débattre, sous peine de se retrouver ostracisé. Sauf à être en phase avec ce qui, au sein de l’orthodoxie, a rang de vérité incontestable.

C’est pour... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Méfions-nous des révolutionnaires. Et de tous ceux qui entendent proclamer « la Liberté » - et non pas « les libertés » - en lui prêtant une vision qui leur est propre et est faite bien souvent de profonde intolérance, s’assimilant plutôt à des formes de totalitarisme qui cachent leur nom.

Ces révolutionnaires proclamés sont la plupart du temps des nostalgiques de la Révolution française, qui constitue leur point de référence, ainsi que pour ceux qui ont pu mener des révolutions par la suite, à l’instar de ce qui s’est produit en Russi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles