La Chine m’inquiète

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chine credits Spiff (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Chine m’inquiète

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 juin 2015
- A +

Par Guy Sorman.

Chine credits Spiff (licence creative commons)
Chine credits Spiff (licence creative commons)

Lors d’un dialogue fameux de À la recherche du temps perdu, une mondaine demande à un diplomate de caricature ce qu’il faut penser de la Chine. D’un ton pénétré et énigmatique, le personnage créé par Marcel Proust répond « La Chine m’inquiète ». Cette saynète écrite il y a un siècle m’est revenue à l’esprit cette semaine au terme d’un périple en Asie, à Séoul et Tokyo en particulier. La Chine inquiète ses voisins, à juste titre, non pas en raison d’une quelconque singularité culturelle chinoise, mais par l’opacité du régime de Pékin. La cause immédiate de cette inquiétude est la construction par les dirigeants chinois d’îlots artificiels dans l’archipel des Paracels, un vaste territoire maritime que se disputent la Chine, Taïwan, le Viet-Nam et les Philippines. Ces deux derniers pays avaient, naguère, marqué leurs revendications par des installations sommaires sur les récifs les plus proches de leurs côtes. Ce qu’actuellement fait la Chine est plus spectaculaire avec la création de toutes pièces de ports artificiels et de pistes d’atterrissage à usage militaire si besoin. Les déclarations officielles chinoises (il ne s’agirait que de faciliter d’éventuelles opérations de sauvetage maritime…) ne rassurent pas émanant d’un gouvernement qui se moque des règles du droit international, qu’il s’agisse de la définition de ses frontières à l’extérieur ou du respect des minorités à l’intérieur.

Les normes internationales qu’ânonne régulièrement le Secrétaire d’État américain, John Kerry, exigeraient que ces États en concurrence recourent à quelque forme d’arbitrage international : la Chine préfère la politique du fait accompli. Après tout, doit-on se dire à Pékin, Poutine ayant annexé la Crimée sans que les Américains ni les Européens ne réagissent à l’excès, pourquoi Xi Jinping ne profiterait pas de cette passivité occidentale pour annexer l’archipel des Paracels ? D’ici les élections américaines, qui désigneront certainement un Président plus belliqueux qu’Obama, l’instant est favorable aux dictateurs et aux aventuriers. De manière à se rassurer sur les intentions chinoises, diplomates et experts occidentaux en chambre expliquent que l’archipel serait riche en pétrole et que le conflit ne porterait que sur des vagues perspectives de forage. Mais ce pseudo-déterminisme économique de la stratégie chinoise n’est pas vécu comme tel par ses voisins mieux informés. Les dirigeants coréens, japonais, vietnamiens ou philippins savent que l’archipel est un verrou géographique : tout le commerce maritime entre l’Asie du Nord et l’Occident passe par là. Qui contrôle l’archipel contrôle l’artère de la mondialisation économique. Actuellement, sur cette voie, la liberté de passage est garantie par la Septième Flotte américaine, gendarme du Pacifique depuis 1945. Sans ce gendarme-là, il n’est pas certain que le Japon ou la Corée du Sud pourraient aisément exporter leurs automobiles et ordinateurs.

Les dirigeants communistes chinois n’ont jamais dissimulé leur intention de remplacer la puissance américaine dans cette moitié du monde ; mais, avant le régime de Xi Jinping, les chancelleries d’Asie et d’Europe estimaient qu’il s’agissait d’une ambition à long terme, de l’ordre de cinquante ans au moins et qu’il serait toujours temps de concevoir une riposte. Soudain, il apparaît que Xi Jinping est un homme pressé : c’est moins la Chine en soi qui devrait nous inquiéter que ce Président-là, dont le modèle se révèle être Mao Tsetung plutôt que le prudent Deng Xiaoping. Ce qui rend la situation périlleuse au point que le Premier ministre japonais Shinzo Abe l’aurait comparée à l’Europe à la veille de la guerre de 1914. Tandis que les Coréens restent prudemment en retrait, que les autres voisins ne disposent pas de ressources militaires significatives, l’armée japonaise, théoriquement défensive mais en réalité mieux équipée que l’armée et la flotte chinoises, est prête à l’affrontement. À suivre Abe, les Paracels seraient un détonateur équivalent à l’attentat de Sarajevo : insignifiant en apparence, mais incalculable dans ses conséquences. Comme en 1914, le jeu quasi mécanique des alliances conduirait toute la région à la guerre. Abe met aussi en garde contre la confiance excessive que l’on attache à la négociation diplomatique : en 1914, les gouvernants européens considéraient qu’autour d’une table, le pire pourrait toujours être évité : à tort. Comme en 1914 aussi, il serait illusoire de croire que l’interdépendance économique suffirait à empêcher l’affrontement armé : l’économie, en 1914, était à peu près aussi mondialisée qu’elle l’est aujourd’hui. Enfin, comme en 1914, ne négligeons pas que les armées puissent – en particulier en Chine – vouloir en découdre, passant outre les bonnes manières des gouvernements dont elles sont supposées dépendre.

Comparer les Paracels à Sarajevo n’est peut-être qu’une métaphore, mais peut-être pas. L’étouffement des dissidents démocrates en Chine, avec une violence que ceux-ci n’avaient pas subie depuis 1989 (l’année de Tian Anmen), la résurrection de l’enseignement de l’idéologie marxiste dans les écoles par Xi Jinping, son combat contre les « valeurs occidentales », la guerre interne contre les « minorités » ouighours et tibétaines, les « cyber-attaques » parties de Chine contre l’administration américaine, l’installation de premiers canons sur des îlots artificiels ne sont pas des gesticulations hasardeuses ; elles coïncident avec un ralentissement significatif de l’économie chinoise. Si la croissance flanche, le nationalisme, voire la guerre s’avéreront le recours ultime pour sauver le Parti communiste chinois. Xi Jinping, comme Poutine dans sa sphère, devraient nous inquiéter, car l’un et l’autre sont vraiment inquiétants.

Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Va falloir vous y faire… être « inquiet ».

    La Chine ne menace personne. Elle veut simplement arrêtée d’être menacée sur ses côtes… par le « gendarme » américain.

    Que diraient les USA si la flotte chinoise croisait à quelques centaines de miles de la Californie ?

    L’ambition chinoise est ainsi parfaitement rationnelle, légitime.

    Il se trouve que cette stratégie nécessite de repousser la flotte US dans le Pacifique. D’où la « prise » des ilôts. Certes ce n’est pas très bisou pour ses petits voisins…

    Quant à l’argument… « verrou »… pourquoi voulez vous que la Chine ferme la principale voie pour ses exportations ?

    Bref. Il va falloir vous y faire : la Chine c’est 1.3 milliards d’individus, la deuxième économie du monde…

    Le « gendarme » américain va devoir partager. Où est le problème ? Nous serons davantage en sécurité avec 2 gendarmes.

    Le temps de l’hégémonie totale des USA est fini.

    • +1. Je n’aurais pas dit mieux.

      On pourrait aussi ajouter que qualifier le rattachement de la Crimée à la Russie « d’annexion » paraît légèrement excessif. Cela n’a tout de même rien à voir avec l’Anschluss!

      • cela n’a rien d’excessif et oui c’est très comparable à l’Anschluss. prenez les discours des nazis (protéger les minorités allemands) et comparez avec celui de poutine (protéger les populations russes).

        • Il me semble que la différence est entre « minorité locale » et « majorité locale ».

        • Les Japonais, les Vietnamiens, les Taïwanais, les Coréens, bref, les voisins directs de la Chine ont raison de s’inquiéter et de commencer à changer de ton vis à vis du dragon.
          En tant qu’occidental, par contre, moi ça me fait une belle jambe…

    • « La Chine ne menace personne. Elle veut simplement arrêtée d’être menacée sur ses côtes… par le « gendarme » américain » n’importe quoi, la chine a clairement un objectif impérialiste, il est ridicule de dire qu’ils veulent juste se défendre alors qu’ils ont clairement pour but de gouverner le monde.
      les usa sont très imparfaits mais perso, je préfère mille fois les usa à la chine.

    • +1, j’aurais pas dit mieux

    • « La Chine ne menace personne. »

      Euh, si justement. La Chine a des revendications territoriales très précises en mer de Chine. ces revendications débordent largement sur les eaux territoriales du Viet-Nam et des Philippines. Voir la carte ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_territorial_en_mer_de_Chine_m%C3%A9ridionale

      Il y a eu des affrontements militaires avec le Viet-Nam en 1974. Le risque de conflit est réel. La Chine ne menace pas directement les USA mais ses voisins.

      « Nous serons davantage en sécurité avec 2 gendarmes. »

      La confiance que vous placez dans ces deux « gendarmes » vous honore. On aimerait parler au chef commun de ces deux gendarmes pour connaitre ses ordres 😀

      • Dans ses mémoires, feu Lee Kuan Yew ne voit pas l’affrontement sino-vietnamien comme une agression mais comme une démonstration de force pour calmer les ardeurs vietnamiennes, au grand soulagement des pays de la région, Singapour en tête.

    • Bien sûr l’attitude de la Chine est rationnelle, est elle légitime ? pas plus que celle des autres pays qu’elle inquiète ou que celle des USA qui veulent garder un pied dans le pacifique en générale et la mer de Chine en particulier.

      Ce que vous appelez « légitimité » se traduit en fait par le fait du plus fort. La Chine est redevenu une super puissance elle a donc le droit de « mater » et « dominer » son pourtour.

      C’est le même argument pour la Russie et l’Ukraine, parce qu’elle veut redevenir une puissance et qu’elle en a la possibilité aujourd’hui, il est légitime que l’Ukraine plie genou devant sa puissance régionale.

      C’est du moins comment les puissances impériales Russie, Chine et pourquoi pas USA voient les choses, pas de gentils, pas de bisounours, juste la force. Ce qui est d’ailleurs inquiétant quand on voit le choix de l’impuissance de l’Europe.

      • Le coeur du monde slave c’est Kiev. Vu pour les russes, que cette ville soit dans un autre Etat que le leur est un déchirement. A l’est du pays, les « ukrainiens » parlent russe et se revendiquent comme tel. Situation compliquée.
        Récemment les USA ont positionné des chars lourds dans l’est de l’Europe. Là aussi il y a de quoi s’inquiéter.
        Donc, Est européen, Syrie et Irak, évolution de la Turquie, Lybie et « migrants » africains.
        Les Européens font quoi par rapport à tout çà ?
        Et d’ailleurs où se situe le coeur de l’Europe ?

        • « Le coeur du monde slave c’est Kiev. Vu pour les russes, que cette ville soit dans un autre Etat que le leur est un déchirement. »

          Si les russes étaient moins agressifs et auraient seulement essayé de se faire pardonner (en bons chrétiens…) pour ce qu’ils ont fait du temps de l’URSS plutôt que de revendiquer ses « bienfait » peut être que la situation serait différente ?

    • « Nous serons davantage en sécurité avec 2 gendarmes. »

      C’est vrai que pendant la guerre froide tout le monde se sentait en sécurité…

      Je ne comprend pas pourquoi vous voulez tant qu’une situation qui marche ou l’Asie est en paix soit remplacé par une nouvelle guerre froide au mieux et des conflits réels au pire. C’est tout à fait irrationnel. Espérons que les pays d’Asie se coalisent avec la USA pour maintenir la stabilité de la région.

  • Si je rejoins tout à fait l’auteur sur l’importance stratégique de cet archipel (en relation avec le commerce maritime mondial), comparer la situation actuelle à celle de 1914 me semble hasardeux, pour deux raisons :
    – l’existence aujourd’hui d’une unique superpuissance (vs plusieurs grandes puissances en 1914)
    – l’existence de l’arme atomique.

    A cause de ces points, je ne crois pas à un conflit de grande ampleur ; mais je serais intéressé si quelqu’un a des arguments contraires.

    Par contre, que la Chine tente sa chance en mettant les autres nations devant le fait accompli et en pariant sur une complète absence de réponse de la part tant des Européens que des Américains me parait plausible ; je pense juste qu’ils feront machine arrière dans le cas contraire.

  • Sorman a envie de faire la guerre à tout le monde, c’est normal il n’ira certainement pas la faire lui-même.
    Il y a des manières plus fines de contrôler cette expansion. Pour l’instant la Chine ne menace de faire la guerre à personne, les chinois comprennent bien qu’ils ne peuvent faire la guerre à leurs principaux clients que sont les occidentaux.

    • Il me semble que Sorman veut plutôt éviter la guerre en marquant une opposition ferme dès le début aux projets chinois. La politique étrangère n’est pas l’économie, ne pas intervenir ne donne aucune garantie d’avoir le meilleur résultat possible.

    • Les Chinois ont récemment agressé le Japon par des manoeuvres aériennes et maritimes douteuses, sans doute pour tester la réaction du pays. C’est un peu comme si la France envoyait un sous marin nucléaire à l’embouchure de la Tamise en déclarant qu’elle ne l’a pas fait exprès. La Chine a objectivement mené plusieurs guerres contre le Tibet. Et ne parlons pas des nombreuses minorités chinoises malmenées pour qu’elles n’exigent pas leur indépendance. N’oublions pas non plus l’agression en Corée et le soutien à cette dictature. Il est donc très exagéré de prétendre que le gouvernement communiste chinois ne menace personne. Et puis, qui a jamais pu observer un coco ne menaçant personne ? La menace et le mépris d’autrui sont l’essence du socialisme.

      Le pouvoir chinois tente actuellement de réduire le poids du commerce extérieur dans son économie, tout en affermissant son influence sur les échanges internationaux (internationalisation de la monnaie, influence sur les routes maritimes…) C’est un équilibre subtil qui peut facilement dériver vers des attitudes plus guerrières, surtout dans un cadre de ralentissement économique et de crise financière.

  • L’autre problème de cet expansionnisme chinois, est qu’il est peut-être une façon de détourner la population chinoise des problèmes intérieurs de la Chine…

    • Les éructations nationalistes et martiales sont le signe avant-coureur du délitement des dictatures pour dissimuler leur impéritie et retarder leur fin. La dictature chinoise ne fait pas exception.

  • Tout à fait d’accord avec ces inquiétudes.

    Depuis 70 ans la Chine reproduit le schéma qui a conduit le Japon à se jeter sur l’Asie dans les années 1930. Tout comme Poutine reproduit le schéma de l’hitlérisme revanchard.

    Au total, l’axe sino-russe reproduit l’axe nippo-allemand.

    J’en ai parlé sur mon blog :

    http://www.historionomie.com/archives/2015/05/31/32147806.html

    et

    http://www.historionomie.com/archives/2015/06/03/32163733.html

  • pas d’inquiétude ! Si la chine s’intéresse à ces ilots, c’est surement pour le développement de l’énergie d’avenir: l’éolien !

  • Dans les années 1750 et parès, la Chine tenait déjà 30% du commerce mondial, sa puissance économique ne date pas d’aujourd’hui. Elle s’est amplifiée énormément, avec les transport et les besoins.
    Et aussi à cause de nos politiciens de l’Ouest : qui ont transférés toutes nos industries, vers ce pays.
    Appliquer une analyse occidentale à la Chine, c’est un peu risqué : ils ne pensent pas comme nous, ils n’avancent pas comme nous, ils n’ont pas les mêmes buts. Il faudrait pouvoir entrer dans leur tête, plutôt que de faire un copier-coller, qui n’a aucune valeur.
    On devrait aussi s’inquieter, de leur projet de dévellopper une monnaie, pendante du dollars, pour les échanges avec ses voisins : ils ont déjà commencé à échanger avec la Russie et le Japon en monnaie locales..
    Ils veulent développer au niveau régional un propre FMI…
    Pour se débarrasser de l’emprise Américaine…
    Mais bon la Chine c’est rien ; on a décidé de faire tuer le Bashar et de donner Damas à Daesh (ponte américian : en Afghanistan on pilonnais 80 fois plus les zones ennemies, dès fois on rentre sans avoir larguer un bombe ??!!)
    Damas, après quoi ??!! Beyrouth, prendre Beyrouth : c’est une balade pour eux. et après ?

    • Les chinois ont un sens stratégique et une façon de préparer leurs dirigeants que les occidentaux n’ont pas.
      19ème siècle : Angleterre et France
      20 ème : USA
      21 ème : Chine
      La roue tourne dirait-on en Inde !!!

  • En quoi ça vous étonne que la Chine veuille étendre son influence ?
    La Chine est autant impérialiste que les USA, la Russie et l’UE.
    Faut bien aller chercher des ressources naturelles et étendre sa présence dans certains endroits pour continuer à faire de la croissance.

    Et au plus ça va avancer, au plus ce genre de situation aura lieu.
    Suffit de voir ce qui se passe en Ukraine.
    Que ça soit l’UE, la Russie ou les USA, chacun veut avoir la mainmise sur ce pays.

    • « chacun veut avoir la mainmise sur ce pays. » mais chacun pour des raisons différentes. peu sont économiques, elles sont surtout géostratégiques.
      Toutefois les US ont une raison économique à faire monter la tension, elle n’aura jamais vendu autant d’armes, c’est bon pour le PIB US de faire croire que la Russie va envahir l’Europe voire plus.
      L’Allemagne y voit à la fois la suite du plan Barbarossa, et une main d’oeuvre bon marché ce dont ils ont besoin pour leur économie
      La France a tout à perdre, que fait-on dans cette galère ???
      La Russie protège ses frontières contre les agressions mondiales US.
      Bref, sans les US la planète serait bien calme, pas bon pour le commerce des armes.

      • « faire croire que la Russie va envahir l’Europe voire plus. »

        Cela n’a bien sure rien à voir avec les relents pro-soviétiques en Russie…

        « Bref, sans les US la planète serait bien calme »

        Sans le socialisme le monde serait calme et prospère et les US n’auraient jamais eu besoin d’intervenir.

        « pas bon pour le commerce des armes. »

        La Russie est plus dépendante du commerce des armes que les US.

  • et les usa qui veulent mettre des missiles en europe , soi disant pour la protéger de la russie , ce n’est pas inquiétant ça ?c’est bien beau de casser du sucre sur le dos des uns , chine , russie ….à mes yeux ce sont bien les usa qui veulent par tout les moyens garder la main mise sur le monde , et il va sans dire qu’ils feront tout pour ça ; toutes les grandes puissances sont dangeureuses , car elles veulent toutes le beurre , l’argent du beurre et le sourire de la crémière ;

    • « les usa qui veulent mettre des missiles en europe , soi disant pour la protéger de la Russie »

      C’est une bonne initiative. D’ailleurs on pourrait même les mettre sous commandement des pays de l’est. La Russie sachant que ce sont les pays qu’elle veut envahir qui peuvent prendre l’initiative de tirer et non un pays à des milliers de kilomètres cela calmerait définitivement ses envies de conquête.

  • Les US s’accaparent la planète, la Chine se fabrique une île, ils sont expansionnistes, pas les US. Ridicule, si certains préfèrent le pays qui a fait plus de guerres que nul autre depuis la fin de WWII, qui a installé le chaos partout, qui bombarde à tout va pour leur « démocratie », qui torture à loisir, qui emprisonne à tout va, qui flingue sans vergogne sur son sol, qui met à feu et à sang tout pays qui refuse leur dictact, libre à eux, ce n’est pas mon cas. Je préfère et de loin la vision Russe et Chinoise des échanges internationaux, plutôt que la dictature fasciste des US.

    • « Les US s’accaparent la planète »

      Les US ne se dont rien « accaparé » (c’est extrêmement péjoratif mais bon) depuis Hawaï.

      « Je préfère et de loin la vision Russe et Chinoise des échanges internationaux »

      Les empires socialistes ?

      « la dictature fasciste des US. »

      La paix (ce qui n’est pas l’absence de résistance au socialisme) et la défense des valeurs de notre civilisation ?

      Quand à votre diatribe, ça peut tout aussi bien définir la Chine et encore mieux la Russie, qui est le point de départ du chaos socialiste dans le monde (en excluant le fait que Karl Marx était allemand).

    •  » si certains préfèrent le pays qui a fait plus de guerres que nul autre depuis la fin de WWII,  »

      Il me font bien marrer ces gens qui prétendent sans arrêt cela. Il oublient toujours de dire qui entre 1945 et 1989 était généralement en face des USA et qui finançait et armait toutes les guérillas et autres révolutionnaires marxistes aux quatre coins de la planète dans le but de créer des régimes communistes totalitaires?

      Et je ne parle pas du soutient soviétique aux organisations terroristes en Europe comme les Brigades rouges, la Fraction armée rouge, l’IRA etc…

      Ils oublient de dire qui a détruit l’Afghanistan qui était laïc où les femmes s’habillait à l’occidentale où on les voyaient porter la minijupe à Kaboul. Hé oui les communistes afghans soutenu par Moscou on pris le pouvoir en Afghanistan par la violence en réprimant violement les imams en les massacrant et en brûlant les corans sur les places publique. Ce qui a fini par radicaliser l’islam dans ce pays avec l’émergence des talibans et d’Al Qaeda. L’Afghanistan devient ainsi le sanctuaire du terrorisme islamiste radicale grâce aux coco. Si les communistes afghans et les soviétiques n’auraient pas foutu leur bordel en Afghanistan il n’y aurait eu probablement ni le 11 septembre, ni la Guerre d’Irak et l’invasion de l’Afghanistan des talibans.

      D.J

      • Bien répondu D.J. Akpoone répète des poncifs faux et mille fois entendus. On croirait lire les perroquets ignorants de la bien-pensance gauchiste pour qui l’anathème tient lieu d’analyse, mais qui ne révèle que leur profonde ignorance de l’Histoire.

      • +1. Les gens ont vraiment la mémoire courte. Et puis en Chine, en ce moment, on est plus proche de Mao Zedong que de Sun Yat Sen. Et en Russie, c’est un peu la même.

        C’est fou de voir autant de gens sur un article de ce site poster des commentaires de soutient à des régimes communiste ou assimilés.

        En soutenant la Chine en mer de Chine, on soutient pas la Chine contre l’impérialisme U.S. bande de guignols, on soutient l’impérialisme Chinois contre le Japon, Taiwan et tout les pays de la zone.

      • +1

        ça fait longtemps que je vous ai pas vu aussi inspiré (on a tous écrit des commentaires pourris), ça fait plaisir de vous lire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles