En marche pour une zone de libre échange en Afrique

« L’Afrique s’apprête à lancer une zone de libre échange (ZLE) plus grande que l’Union Européenne ou l’ALENA » titre un magazine africain. Qu’en est-il ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lion en Afrique pouvoir (credits Anne LANDOIS-FAVRET, licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En marche pour une zone de libre échange en Afrique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 juin 2015
- A +

Par Chofor Che.
Un article de Libre Afrique

Lion en Afrique pouvoir (credits Anne LANDOIS-FAVRET, licence creative commons)
Lion en Afrique pouvoir (credits Anne LANDOIS-FAVRET, licence creative commons)

 

Fin mai 2015, le magazine How Africa a publié un article intitulé « L’Afrique s’apprête à lancer une zone de libre échange (ZLE) plus grande que l’Union Européenne ou l’ALENA ». Le lancement de ce projet est prévu lors du sommet tripartite des chefs d’État et de gouvernements le 10 juin prochain à Charm El-Cheikh en Égypte. Elle serait composée de 26 États. Ce serait le plus grand bloc économique en Afrique, ce qui ouvrirait probablement la voie à la création d’une zone de libre-échange continentale (CFTA) en 2017. Lorsque ce projet va être opérationnel, il créera un marché de plus de 600 millions de personnes. Cette grande ZLE est une idée louable, mais plusieurs défis sont à relever pour réussir l’émergence d’un si grand bloc économique.

L’Institut américain basé à Brookings soutient que 58% de l’activité économique de l’Afrique devrait être couverte par ce pacte, ce qui représente plus de 1 milliard de dollars en produit intérieur brut (PIB). En cas de succès, un tel projet permettrait la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux à travers toute l’Afrique. Perspectives très alléchantes, mais pour en profiter plusieurs obstacles doivent être surmontés.

En effet, plusieurs États de l’Afrique centrale comme le Tchad, le Cameroun et la Guinée équatoriale sont encore aux prises avec des questions telles que la protection des droits des investisseurs, l’exécution des contrats, l’opacité des marchés publics, l’État de droit et les droits de propriété. Ce sont des éléments fondamentaux à la création de marchés libres. Selon le rapport Doing Business de 2014, les États de la région de l’Afrique centrale comme le Tchad et le Cameroun sont encore en retard au niveau de ces indicateurs. Les statistiques émanant du Fonds monétaire international (FMI) indiquent que le Soudan du Sud et l’Afrique centrale enregistrent de faibles scores en matière de droits des affaires et des droits de propriété. Ces faiblesses peuvent retarder la création de la plus grande zone économique sur le continent.

Notons également que le protectionnisme commercial des États reste un handicap majeur à l’émergence de marchés libres en Afrique. Il y a encore beaucoup de barrières tarifaires et non-tarifaires qui entravent la libre circulation des biens et de services entre les États africains. Par exemple les statistiques du FMI et de la Banque mondiale montrent que les États de la région d’Afrique centrale comme le Tchad, le Cameroun, le Gabon et la Guinée Équatoriale affichent une grande rigidité commerciale au niveau des procédures douanières ainsi que des barrières élevées à l’entrée, ce qui entrave la fluidité du commerce intra-africain.

Les États en Afrique occidentale et centrale sont touchés par l’inflation. Selon le rapport Doing Business 2014, des pays comme le Tchad et la Guinée équatoriale ont encore une politique monétaire aléatoire et qui ne garantit pas l’indépendance de la banque centrale des autorités politiques. Cela bien évidemment ouvre la porte à la manipulation de la monnaie à des fins politiques, créant de l’incertitude pour les opérateurs économiques et augmentant le risque d’investissement.

Aussi, les obstacles logistiques restent un gros problème sur le continent africain qu’il va falloir résoudre pour ne pas retarder la réalisation d’une ZLE. Selon la Banque africaine de développement (BAD). De nombreux États comme le Bénin, le Mali et la Gambie ne disposent pas d’infrastructures suffisantes quantitativement et qualitativement. Ces lacunes augmentent les coûts des transactions et découragent le commerce. Les besoins en infrastructures en Afrique sont estimés à 93 milliards de dollars chaque année.

Enfin, l’absence de stabilités politique et sociale menace les flux des échanges libres. Il y a encore des conflits au Sud-Soudan, et dans certaines parties de la République démocratique du Congo et la République centrafricaine. Récemment l’Afrique du Sud a connu une vague d’attaques xénophobes. Le Burundi a récemment été plongé dans la tourmente suite à la volonté du président de briguer un nouveau mandat présidentiel contrairement aux dispositions de la constitution.

Face à tous ces défis, il est donc nécessaire d’entreprendre des réformes structurelles si l’Afrique veut réussir son défi du libre-échange. Cela passe d’abord par une réforme profonde des constitutions, de l’appareil judiciaire et des lois destinées  à protéger les droits de propriété, consolider l’État de droit et fluidifier l’exécution des contrats, ce qui rassurera davantage les ménages et les entreprises sur leurs épargnes, leurs biens et leurs investissements, les incitant ainsi à participer à la dynamique qui sera impulsée par la grande zone économique envisagée. En outre, si les droits des investisseurs sont protégés par la Constitution et une législation efficace, cela leur donnera confiance et permettra de booster les flux d’investissements et des échanges entre les pays africains.

Le protectionnisme de l’État doit être démantelé pour laisser les marchés libres fonctionner efficacement et allouer les ressources rares vers leurs meilleurs usages. Les barrières commerciales et tarifaires doivent être diminuées voire abolies, dans le cadre d’une approche de concertation et de réciprocité pour permettre aux biens « made in Africa » de retrouver leur vraie compétitivité par rapport aux produits étrangers. Parallèlement, l’intervention de l’État dans l’économie devrait être limitée en donnant plus de liberté économique aux individus de consommer, de produire, et d’échanger.

Juguler la volatilité de l’inflation est fondamentale pour préserver les termes de l’échange et sauvegarder la valeur des actifs, du patrimoine et des investissements. D’où la nécessité de mettre en place des politiques monétaires saines et garantir constitutionnellement l’indépendance de la banque centrale et donc la politique monétaire par rapport à la sphère politique. Plusieurs États africains doivent concevoir des projets communs afin d’augmenter l’offre d’infrastructures et en améliorer la qualité. La mutualisation des investissements dans des zones logistiques pourrait être une solution intéressante pour les pays africains afin de relever le défi du financement. Enfin, il est vital pour les gouvernements africains de renforcer la sécurité et la stabilité politique et sociale en luttant efficacement contre la criminalité et le terrorisme. Aujourd’hui, les conflits ont une dimension régionale, et il devient donc nécessaire de mettre en place une coopération entre les pays africains afin de juguler ces problèmes de manière plus efficace.

Somme toute, le rêve de voir l’Afrique commercer avec l’Afrique n’est pas impossible, mais il faut à la fois une volonté politique solide, une participation des entrepreneurs et de la société civile, et une coopération entre tous les États, pour réussir les réformes structurelles nécessaires à une zone de libre échange en Afrique.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Instaurer une monnaie et une fiscalité saine serait un bon point de départ .Idem par des lois anti corruption et anti bureaucratiques drastiques…

  • En premier les élites puis les classes moyennes puis les plus pauvres vont fuir vers les pays les plus riches. A moins que ce ne soit que liberté des marchandises.
    Ils vont s’échanger des produits chinois ? Du poulet congelé à un Euro en provenance de l’Europe ?
    Je suis libertaire mais il faut constater que la liberté d’échange avec les autres continents a appauvri l’Afrique. Le poulet à une Euro de l’Europe, entrave tout investissement sur des fermes avicoles et leur pendant champs de mais pour la nourriture. L'(huile de palme de Singapour en bidon de un gallon est moins chère que celle produite sur place…. Il faut fermer l’Afrique : recommencer les production et quand après plusieurs années les investissements sont amortis et que le coût redevient inférieur au coût de l’équivalent importé : alors on pourra réouvrir les frontières de l’Afrique avec le reste du monde.
    Produire tout sur place : le papier, le pétrole, le plastique, le verre, le fer, l’acier, les conserves de viande et de poisson, le sucre, le riz….. Donner les moyens de production agricoles aux femmes (ce sont elles qui cultivent, pas les hommes) à éviter de donner le tracteur au chef du village, mais plutôt à la coopérative de femmes du village… Toutes ces associations, ce n’est qu’erreur sur erreur en voulant calquer le mode de vie Européen sur les Africains.. Virer les tous, et des programmes d’aide simples appuyés sur les Églises et les communauté catholiques et protestantes. On veut les remplacer par des ONG excessivement couteuses, pour faire Laïque : des dépenses inutiles les églises sont là et connaissent les populations, leur besoins…

    • Pourquoi voulez vous que les africains perdent leur temps à réinventer la roue plutôt que de s’appuyer sur ce qui l’on a déjà fait pour augmenter leur productivité ? Vous gagnez le prix de l’idée socialiste la plus absurde du jour.

    •  » faut constater que la liberté d’échange avec les autres continents a appauvri l’Afrique » ha parce que l’afrique pratique le libre échange peut être ?? aujourd’hui, l’afrique est plutôt protectionniste tout comme elle est socialiste. cela me fait tjs marré quand je vois des africains critiqués les méfaits du libre échange ou de la liberté écononmique alors qu’il suffit de regarder les classements internationaux pour voir que l’afrique se situe en bas des classements.
      La très grande majorité des économistes sont unanimes sur les bienfaits du libre échange. Tous les pays profitent du libre échange.

  • C’est dommage que le Tchad mon pays est et serai l’obstacle de cette grand projet d’envergure quand même c’est une bonne initiative.vive l’Afrique

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Vous me connaissez peut-être déjà. Je suis un simple crayon de bois jaune. Je vous ai déjà raconté la merveille et l'étonnement de ma généalogie. Des mines du Sri Lanka aux forêts de Californie, ma lignée est tout sauf linéaire - il s'agit plutôt d'une collaboration mondiale complexe visant à réunir mes éléments constitutifs. J'espère que vous connaissez bien cette histoire et que vous n'avez pas besoin que je la répète ici aujourd'hui.

Mais j'ai réfléchi à une autre leçon qui pourrait vous intéresser. En repensant à toutes les mains q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles