Imitation Game : à côté de la plaque

Le film du norvégien Morten Tyldum avait tout pour séduire mais il échoue lamentablement. Que s’est-il passé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imitation Game : à côté de la plaque

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 mars 2015
- A +

Par Victoria Melville

the_imitation_gameLe film du norvégien Morten Tyldum avait tout pour séduire a priori. Une histoire passionnante, celle d’Alan Turing se déroule au cours d’une période aux enjeux dramatiques : la Seconde Guerre mondiale avec des acteurs reconnus pour leur talent : Benedict Cumberbatch, Keira Knightley et une flopée de seconds rôles tous plus talentueux les uns que les autres : Charles Dance, Allen Leech, Matthew Goode, que les amateurs de séries TV auront tous reconnus. Pour autant, rien ne semble fonctionner selon les projets du réalisateur. Que s’est-il passé ?

Le film se déroule sur plusieurs périodes simultanées : la fin des années 20, c’est-à-dire l’enfance de Turing, le début des années 1950 au cours desquelles le mathématicien vient de se faire cambrioler, et les années 40 qu’il raconte au policier qui l’interroge. En effet, Alan Turing a participé pendant plusieurs années aux travaux relatifs au décryptage de la machine Enigma, système de chiffrement compliqué utilisé par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Réputé inviolable, le système de chiffrement est néanmoins cassé par le travail acharné et le talent de Turing et de son équipe qui parviennent à déchiffrer par la suite les messages codés et accélérer la fin du conflit mondial. Le film se présente comme une ode au génie de Turing tout en soulignant ses difficultés sociales et les souffrances qu’il a dû endurer du fait de son homosexualité dans l’Angleterre puritaine des années 1950 qui avait encore recours à la castration chimique.

Trop d’approximations

Rien dans ce film ne sonne juste, ni artistiquement, ni historiquement. Si l’on peut admettre la nécessité de prendre quelques libertés avec la réalité historique pour en faire un objet artistique plaisant, on peut aussi regretter que l’histoire de Turing ait été à ce point réécrite et noyée dans les poncifs les plus lourds et les plus malvenus. Alan Turing était un génie. C’était aussi vraisemblablement quelqu’un de relativement déséquilibré, même si l’on n’en sait pas grand-chose.
La légende dit qu’il s’est suicidé en consommant une pomme empoisonnée au cyanure et les raisons de sa mort restent floues. Il n’était pas pour autant nécessaire d’en faire ce personnage caricatural, à la limite de l’autisme, arrogant et incapable d’avoir la moindre relation sociale, notamment avec ses collègues. Cette manière de dépeindre le scientifique tend à le rabaisser en le dépeignant comme un génie solitaire qui a réussi seul, envers et contre tous, à trouver la solution au problème posé au début du film, au mépris de toute considération pour ses proches qui se tuent à la tâche en pure perte.

Le film enchaîne poncifs et caricatures du début à la fin, dans un exercice de style lourd et à la limite de l’ennui, alors même qu’aucun sujet vraiment technique n’est abordé, ce qui est parfaitement compréhensible dans un film grand public. Les personnages secondaires sont soit inconsistants soit caricaturaux. Le sous-emploi des personnages de Matthew Goode et Allen Leech est extrêmement regrettable et la réécriture complète de leur rôle dans les opérations laisse perplexe.

Dans la réalité, rien ne s’est déroulé de cette manière. Si l’enfance de Turing est à peu près correcte, notamment ses sentiments pour son camarade de classe Christopher, la période qui se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale est absolument fausse. Turing n’a pas cassé le système tout seul dans son coin mais dans un effort collectif avec ses collègues. Quant à sa machine, il ne l’a même pas inventée lui-même mais a amélioré un système polonais préexistant. Par ailleurs, la machine ne permettait pas de déchiffrer les messages de la marine alors qu’on voit l’équipe décrypter des messages de sous-marins pendant la moitié du film. La machine ne permettait que d’aider à la traduction de communications de l’armée de l’air.

Alan Turing n’a pas non plus dissimulé le fait que John Cairncross était un espion soviétique qui l’aurait fait chanter en menaçant de divulguer le secret de son homosexualité. En réalité, les deux hommes ne se connaissaient pas le moins du monde, ils ne travaillaient pas ensemble et Alan Turing ne s’est pas rendu coupable de haute trahison en cachant une information d’une importance aussi capitale. L’outil de Turing ne s’est jamais appelé Christopher mais Victory. On s’étonne aussi de l’absence totale des Américains pendant tout le film alors qu’ils étaient présents à Bletchley Park pendant une bonne partie des opérations. Tout ceci est parfaitement ridicule.

Par la suite, s’il est vrai qu’il a été cambriolé dans les années 1950, ce qui a donné lieu à des interactions très infortunées avec la justice, tout ceci s’est déroulé en 1952 et non 1951. Était-ce si difficile de vérifier ? Par la suite, il ne fut jamais soupçonné d’être un espion soviétique non plus (c’est une obsession !) et n’a pas dû révéler de secrets à un inspecteur de police pour démontrer son innocence ou son patriotisme. C’est plus prosaïquement qu’il a été cambriolé par un homme avec lequel il avait eu une relation et c’est la découverte de sa culpabilité qui a également mis au jour son orientation sexuelle qu’il a admise sans discussion. Il fut ensuite tragiquement condamné à la castration chimique, laquelle a pu entraîner son suicide en 1954, mais rien n’est moins sûr.

Pauvres génies au cinéma

Ce film est une nouvelle illustration de la manière extrêmement caricaturale dont les scientifiques sont représentés au cinéma. Ici, nous avons affaire à un homme extrêmement intelligent mais visiblement froid, presque sans cœur, arrogant et asocial. Il ne parvient à susciter la sympathie réellement que lorsqu’il échoue ou qu’il montre ses faiblesses humaines. Le mythe du savant fou est exploité à fond, même s’il n’a véritablement aucune consistance.

À ce titre, la scène la plus ridicule est certainement celle où l’on voit Turing avec ses petits bouts de papier pleins d’équations et de graphes incompréhensibles pour le commun des mortels, qu’il accroche au mur de son coin de bureau en refusant catégoriquement la moindre discussion avec ses collègues qu’il considère comme inférieurs intellectuellement et donc inaptes au moindre échange avec lui. Sérieusement ? On parle tout de même d’un scientifique qui était aussi un sportif de haut niveau, qui a passé sa thèse aux États-Unis, avait visité de nombreux pays dans le monde, notamment la France, et était très curieux, bien au-delà des méthodes de cryptographie.

Tout dans ce film vise à rabaisser le scientifique, à montrer que dans son monde de science froide et calculée, il n’y a pas de place pour les émotions, les sentiments, comme si sa vie intérieure était nécessairement moins riche que celle de tout un chacun car pleine de chiffres. C’est intéressant. On le voit même, à la fin du film, comme enchaîné à sa machine qu’il a affublée du nom de Christopher, en souvenir de son ami d’enfance et premier amour. Totalement détaché de tout sentiment humain, Alan Turing est devenu amoureux de sa machine… Dans la mesure où l’on n’est pas capable de comprendre ce qui se passait dans la tête d’Alan Turing, le mieux est encore de le ridiculiser, afin certainement d’avoir l’air moins stupide lorsqu’on parle de lui.

Dans la réalité, Alan Turing n’était pas autiste et il s’entendait bien avec ses collègues. Il a eu des amitiés longues et solides. Par ailleurs, ses sentiments pour Joan Clarke étaient réels, même s’ils n’étaient pas d’une nature sexuelle. On dirait que le seul sujet qui intéresse vraiment le réalisateur est la sexualité d’Alan Turing. Mille excuses, j’avais cru que le film évoquait son travail sur Enigma. Mais apparemment, rien de tout cela n’a d’importance face aux tortures infligées aux homosexuels dans l’Angleterre de cette époque. Tout cela est sans le moindre doute vrai, mais c’est un autre film, une autre histoire, qui aurait nécessité des faits plus réels, plus tangibles, plus exacts. À chasser plusieurs lièvres pendant tout le film, tout est survolé, mal survolé, beaucoup trop incorrect historiquement et idéologiquement biaisé.

Le pauvre Alan Turing méritait autre chose que se faire martyriser de la même manière que John Nash dans le film de Ron Howard, Un Homme d’exception, ou Mark Zuckerberg dans celui de David Fincher, The Social Network, véritables caricatures où l’on voit les scientifiques jusqu’à écrire leurs équations sur les fenêtres et les murs et refuser toute relation sociale normale, à la différence près que le film de Fincher reste un bon divertissement, contrairement aux deux autres. Aucun de ces trois hommes n’est ou n’a été ainsi.

The Imitation Game échoue donc sur tous les plans. C’est un film démagogique, excessivement faux historiquement, qui ne permet pas de mieux cerner certains événements de la Seconde Guerre mondiale et encore moins la personnalité d’Alan Turing. Restent les acteurs dont le talent est indiscutable mais totalement gâché dans cette grande noyade cinématographique.

  • Imitation Game, drame américano-britannique, réalisé par Morten Tyldum (sortie nationale le 28 janvier 2015), avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Allen Leech, Charles Dance. Durée : 1h55mn.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Marre et plus que marre des.films éducatifs. Est-ce qu’on pourrait voir un film qui ne se passe pas pendant ou n’évoque pas la Snde guerre mondiale et où il n’y a pas d’homosexuel ni de minorité opprimée ?
    Un film qui,se passerait aujourd’hui, sans didactisme mais avec une inspiration artistique.

  • Tout à fait d’accord avec l’article. Il y avait de quoi faire bien mieux qu’une caricature avec un tel personnage. (et en tant qu’informaticien je ne parle même pas du grand n’importe quoi sur les aspects techniques)

  • Absolument pas d’accord ! Ce n’est pas un documentaire donc la vérité on s’en fout. C’est un très bon film, très prenant et très bien interprété. Il suffit de ne pas connaître la véritable histoire d’Alan Turing pour l’apprécier . Son naufrage aux Oscars vient plutôt à mon sens de la surexploitation de son homosexualité comme si ne pas voter pour le film signifiait être contre les homos, ce qui est si absurde aux EU de nos jours dans le milieu artistique que cette manoeuvre à lamentablement descendu le film.

  • Par contre, ce n’est pas le norvégien Morten Tyldum qui échoue, selon vous évidemment, mais le scénariste Graham Moore. En tant qu’amateur de cinéma, je me désole chaque jour de voir le mépris avec lequel sont considerés les scénaristes. On ne parle que du film de Mr Z ou du génie Mr X, mais jamais du type qui l’a écrit. Faut-il en effet rappeler qu’un film est un long travail d’équipe, qui comprend notamment un chef de la photographie, des lumières, de la décoration, des costumes, etc, et pas seulement l’oeuvre d’un homme unique qui se content de filmer ce qu’un autre a pensé et écrit à l’aide d’un storyboarder? Désolé pour le hors sujet, mais il fallait le souligner. Je n’ai pas vu le film. Ce qui m’a vraiment fait pitié en fait dans cette histoire, c’est de voir que beaucoup de gens n’avaient jamais entendu parler de Turing avant qu’on vienne leur servir un film grand public. Ce dernier ne va pas au fond des choses, certes, mais bon c’est malheureusement la norme dans le cinéma grand public.

  • Une véritable histoire de la mode des biopics, et même du cinéma contemporain, résumée la.

  • Je pense que vous n’avez pas vraiment compris que film restait un film et non un documentaire. Forcément la réalité a été changée sur certains fait pour rendre le film plus captivant, citez moi un réalisateur qui ne prendra pas quelques libertés quant aux fait de l’histoire. Je ne connaissais pas l’histoire d’Allan Turing avant ce film et je trouve qu’il retrace (dans les grandes lignes) bien son histoire. Si l’ont veut vraiment connaître ce génie évidement c’est à nous de nous documenter (comme je suppose vous avez dût le faire pour faire un article avec tant de comparaison du personnage dans le film à la vraie personne qu’il était) au lieu de rester sur les informations que nous donne le film. « Aucun de ces personnages n’est ou n’a été ainsi. » Les avez vous connu pour avancer cela? Vous en avez trop attendu de ce film, forcément il vous a déçu et je trouve que vous dramatisez beaucoup. Je trouve que c’est un bon film qui donnera peut être aux gens assez de curiosité pour vérifier les faits et mieux connaître Allan Turing.

    •  » citez moi un réalisateur qui ne prendra pas quelques libertés quant aux fait de l’histoire » vous avez lu l’article. l’auteur lui même reconnait qu’il est normal que le réalisateur prenne des libertés avec l’histoire mais il y a des limites à ne pas dépasser. « Si l’on peut admettre la nécessité de prendre quelques libertés avec la réalité historique pour en faire un objet artistique plaisant, on peut aussi regretter que l’histoire de Turing ait été à ce point réécrite et noyée dans les poncifs les plus lourds et les plus malvenus » ici, le film ne prend pas quelques libertés avec l’histoire mais la réécrit complétement

      • Il la réécrit complétement? Je ne trouve pas ce film parle de Turing lors de son travail sur Enigma, ne retrouvez vous pas ces éléments dans le film? (PS: l’article étant assez long désolé d’avoir oublié ce passage quant aux libertés du réalisateur)

    • « Je trouve que c’est un bon film qui donnera peut être aux gens assez de curiosité pour vérifier les faits et mieux connaître Allan Turing. » je doute fortement qu’il y ait beaucoup de gens qui vérifient les faits d’un film qu’ils ont vus

      • Vous ne cherchez donc jamais d’information sur un film que vous avez adoré ou détesté?

      • en ce qui me concerne je me suis précipité sur tout ce que j’ai pu trouver pour en apprendre plus, je ne présuppose pas de ce que les autres spectateurs ont fait ou non

        • Nous sommes déjà deux à avoir visiblement réagi de la sorte il y en a forcément d’autre (et je tient à souligner le fait que j’ai dit « peut-être », pas à coup sur).

        • Hum ceux qui cherchent après avoir vu un film sont davantage l’exception que la règle je crois.

  • Ce n’est pas le veritable histoire d’Alan turing ? Et alors ?
    Les scientifiques ne sont pas autistes? Certes non mais lui devait etre victime d’un syndrome d’Asperger et ce pb est magnifiquement bien traité et joué par un Cumbrbarth époustouflant
    On met en avant son homosexualité? Pour une fois c fait avec bcp de pudeur et non brandi comme un étendard
    Ses coequipiers ne sont pas mis en valeur? C pas le sujet
    Bref allez voir ce film ,c un tres bon moment de cinéma.

  • C’est à se demander si vous avez vu ce film avant d’écrire l’article.
    Les relations entre Turing et ses collègues et son côté autiste notamment ne concernent que le premier tiers de ce film, elles évoluent tout au long du récit et l’on comprend bien que ce sont des amitiés solides bien que particulières qui se nouent.
    De même l’homosexualité de Turing et sa place dans l’histoire (et l’Histoire) sont traités avec pudeur et discrétion, sans jamais prendre le pas sur le récit historique dont je veux bien croire qu’il reste approximatif. Le cinéma reste le cinéma, pour les cours d’Histoire il existe d’autres outils.

  • J’ai trouvé ce film absolument génial. Comme quoi les avis.

    Roger

  • C’est amusant. Ce film ne m’a pas laissé insensible, bien que conscient de ses approximations (moins bien documentées dans mon cerveau que ne le fait votre excellente critique) j’ai été ému deux ou trois fois. Pourtant, ce que vous écrivez est vrai et a beaucoup plus de fond : le rôle que les « cerveaux d’exception » tiennent dans les représentations populaires est effrayant. Il faut les priver de corps, de charme, de sociabilité pour leur consentir une intelligence exceptionnelle. Je cherche les contre-exemples et hormis un roman récent (« Cosplay », où une bande de scientifiques assez sympathiques s’associent au sein d’un jeu pour faire revivre l’héritage d’un génie défunt) je n’en trouve aucun. Quelqu’un aurait un exemple ?

  • Je suppose que tout ce qui avance par ce journaliste est vrai mais il oublie une chose : un film est un divertissement formate en 1:40 et ne peut pas etre significatif de la realite
    j’ai feuillete le bouquin correspondant a la fnac il fait au moins 500 pages !
    Pour moi il est impossible a un spectacle de 1:30 de rendre compte de la vie dun genie tel que A Turing

  • « On dirait que le seul sujet qui intéresse vraiment le réalisateur est la sexualité d’Alan Turing.  » Oui enfin bof : son homosexualité est évoqué plutôt vers la fin, et pendant tout le film il apparaît plus asexué qu’autre chose. A la limite le traitement de l’homosexualité aurait pu être plus intéressant en montrant comment on est passé d’une relative indifférence pendant la guerre (puisque que Turing était assez ouvertement homosexuel sans en subir de conséquence) à une intolérance plus forte après la guerre.

    « Mark Zuckerberg dans celui de David Fincher, The Social Network, véritables caricatures où l’on voit les scientifiques jusqu’à écrire leurs équations sur les fenêtres et les murs et refuser toute relation sociale normale. » Zuckerberg n’est pas un scientifique.

  • J’ai le souvenir que les producteurs prenaient la précaution de faire précéder un message tel que « Ceci est la version romancée etc… », pour un film portant sur un sujet historique.

    Est-ce le cas ? Si oui, je comprendrais les commentateurs affirmant s’être jetés sur wikipedia.
    Si non, à moins d’être cinéphile ou particulièrement intéressés par le contexte…

  • J’ai vu ce film en version originale et, même si la vérité historique n’est pas totale _je vous crois, mais je crois aussi que c’est le cas de la quasi totalité des films dits historiques_ et je ne partage pas du tout votre jugement sur sa soi-disant « lourdeur ».
    Il reste vrai que l’homosexualité est un délit en Angleterre à cette époque et il n’est pas difficile d’imaginer le mal de vivre des homos.
    C’est un très bon film, même si ce n’est pas un livre d’histoire et vous n’êtes pas un critique éclairé à mon sens.

    • Pareil, j’ai bien aimé le recadrage historique de l’auteur, notamment sur la personnalité de Turing.

      Pour le reste, c’est un avis respectable, mais pas forcément partagé.

  • Hé bé! Moi qui voulais aller voir le film! J’en suis définitivement dissuadé.
    Hollywood et la science c’est donc pareil qu’Hollywood et la Finance, apparemment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexander Hammond.

Voici le trente-quatrième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros de la semaine est Alan Turing, un mathématicien, informaticien et cryptologue anglais célèbre pour ses contributions au domaine de l’informatique et pour avoir développé une machine qui a cassé le code Enigma des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

La machine Enig... Poursuivre la lecture

Crypto-art
0
Sauvegarder cet article

Un entretien avec Benoit.c, fondateur du musée du crypto-art, réalisé par Nils Baudoin.

Qu'est-ce que le crypto-art et le MoCA, Museum of Crypto-Art que vous avez fondé ? 

Le crypto-art est un mouvement artistique qui est né dans la confidentialité entre 2017 et 2018 et qui est en train de révolutionner le marché de l’art.

Son émergence est liée à celle de la technologie Blockchain qui permet d’émettre sous forme digitale un certificat unique, impossible à dupliquer, appelé Non Fungible Token (NFT).

Si les premièr... Poursuivre la lecture

Par Constance Peruchot.

Tout commence avec les punks

Le mouvement punk est un courant musical né en réaction au rock mainstream des années 1970. Aux États-Unis, des groupes se posent en tête de file de ce nouveau courant hétérogène et anti-conformiste, notamment Suicide au début des seventies, Ramones, The Heartbreakers.

Le punk recherche le son primitif, utilise des paroles crues et traite de sujets politiques et sociaux qui résonnent comme des frustrations rageuses (le chômage, la rue, le sexe, la haine du politiquement correc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles