Diesel à Paris : les pauvres puent ?

hidalgo rené le honzec

Le regard de René Le Honzec.

hidalgo rené le honzec

Hidalgo, qui est le Maire de Paris n’est pas forcément connue en nos provinces (scandaleux, mais nous autres ploucs, bof…), alors je vous résume. Elle a battu aux élections la bobo de droite Nique Ta Mère. Non, zut, je confonds toujours les initiales : NKM, une rousse (parfois) qui va même jusqu’à tirer des clopes à des SDF (authentique, photos) et Hidalgo, c’est un peu la Môme Vert-de-gris (pas le poison, la couleur politique : vert et gris pot d’échappement) qui veut réduire la pollution à Paris. Rien à dire, tout le monde veut réduire la pollution (sauf moi, je résiste, je fume, fait du feu dans ma cheminée et je brûle mes feuilles dans mon champ arboré).

Alors, comme c’est les particules qui polluent (on ne m’ôtera pas de l’idée que cette fixation sur la particule remonte à la Révolution), elles ne viennent plus des cheminées (articles précédents), ce sont les moteurs diesel qui sont les nouveaux islamistes radicaux à pourchasser, politiquement et pratiquement. Alors tous les médias subventionnés crient aux bronches dévastées, aux bambins gémissant dans les bras de leurs maman voilées (Ah, non, ça, c’est en Syrie, mais eux, c’est les bombes), à l’avenir de nos spermatozoïdes, et hop, l’affaire est dans le sac. La Vertu verte est sauve, ne risque plus de se faire troncher par un conducteur de diesel réputé barbare, puisque conduisant un véhicule, que dis-je, un attelage derrière lequel l’herbe ne repousse plus. (D’accord, c’est du bitume, mais je m’autorise une licence littéraire).

C’est là qu’on retrouve les théories de Terra Nova, un des Think Tank dans les tons roses, qui avait fait du bruit en constatant que les pauvres tradi votaient FN, que ce n’était plus la peine de s’en préoccuper, qu’ils fallait se dégoter de nouveaux pauvres, suivez mon regard vers les banlieues. Les cartes ont été depuis redistribuées entre les histoires de cul-cul et autres mariage gay peu appréciés des nouvelles masses laborieuses.

Hidalgo en a gardé l’idée que les pauvres, ce n’était pas Paris, qui vaut bien une messe socialo-verte, et les a interdit de séjour.

Parce que, les véhicules visés par la ravageuse des gaz, ce sont les vieilles qui puent, et que les propriétaires gardent parce qu’ils n’ont pas/plus les moyens de les garder. (Ma voiture à essence est de 98).Les banlieues, repoussées une fois de plus par Paris qui rêve secrètement de cet apartheid avoué par Valls. Les bobos dedans, les pas-bobos dehors. On rétablit les barrières d’octroi de l’Ancien Régime pour le bon plaisir de la nouvelle Pompadour et de sa noblesse du sol : les Parisiens intra-muros. Et comme les Bonnets Rouges sont en Bretagne, je ne suis pas sûr que des bonnets diesel viendront démonter les portiques de l’égoïste-taxe de la socialiste Hidalgo.