Diesel à Paris : les pauvres puent ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hidalgo rené le honzec

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Diesel à Paris : les pauvres puent ?

Publié le 29 janvier 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

hidalgo rené le honzec

Hidalgo, qui est le Maire de Paris n’est pas forcément connue en nos provinces (scandaleux, mais nous autres ploucs, bof…), alors je vous résume. Elle a battu aux élections la bobo de droite Nique Ta Mère. Non, zut, je confonds toujours les initiales : NKM, une rousse (parfois) qui va même jusqu’à tirer des clopes à des SDF (authentique, photos) et Hidalgo, c’est un peu la Môme Vert-de-gris (pas le poison, la couleur politique : vert et gris pot d’échappement) qui veut réduire la pollution à Paris. Rien à dire, tout le monde veut réduire la pollution (sauf moi, je résiste, je fume, fait du feu dans ma cheminée et je brûle mes feuilles dans mon champ arboré).

Alors, comme c’est les particules qui polluent (on ne m’ôtera pas de l’idée que cette fixation sur la particule remonte à la Révolution), elles ne viennent plus des cheminées (articles précédents), ce sont les moteurs diesel qui sont les nouveaux islamistes radicaux à pourchasser, politiquement et pratiquement. Alors tous les médias subventionnés crient aux bronches dévastées, aux bambins gémissant dans les bras de leurs maman voilées (Ah, non, ça, c’est en Syrie, mais eux, c’est les bombes), à l’avenir de nos spermatozoïdes, et hop, l’affaire est dans le sac. La Vertu verte est sauve, ne risque plus de se faire troncher par un conducteur de diesel réputé barbare, puisque conduisant un véhicule, que dis-je, un attelage derrière lequel l’herbe ne repousse plus. (D’accord, c’est du bitume, mais je m’autorise une licence littéraire).

C’est là qu’on retrouve les théories de Terra Nova, un des Think Tank dans les tons roses, qui avait fait du bruit en constatant que les pauvres tradi votaient FN, que ce n’était plus la peine de s’en préoccuper, qu’ils fallait se dégoter de nouveaux pauvres, suivez mon regard vers les banlieues. Les cartes ont été depuis redistribuées entre les histoires de cul-cul et autres mariage gay peu appréciés des nouvelles masses laborieuses.

Hidalgo en a gardé l’idée que les pauvres, ce n’était pas Paris, qui vaut bien une messe socialo-verte, et les a interdit de séjour.

Parce que, les véhicules visés par la ravageuse des gaz, ce sont les vieilles qui puent, et que les propriétaires gardent parce qu’ils n’ont pas/plus les moyens de les garder. (Ma voiture à essence est de 98).Les banlieues, repoussées une fois de plus par Paris qui rêve secrètement de cet apartheid avoué par Valls. Les bobos dedans, les pas-bobos dehors. On rétablit les barrières d’octroi de l’Ancien Régime pour le bon plaisir de la nouvelle Pompadour et de sa noblesse du sol : les Parisiens intra-muros. Et comme les Bonnets Rouges sont en Bretagne, je ne suis pas sûr que des bonnets diesel viendront démonter les portiques de l’égoïste-taxe de la socialiste Hidalgo.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Déchainé aujourd’hui !…

  • « les pauvres puent »

    Normal : les « sans-dent » ont mauvaise haleine et ceux qui mouillent la chemise puent la sueur. On a tout à fait le droit de le dire (et d’en tirer des conclusions) tant qu’on ne fait pas référence à leur sexe, leur age, leur taille ou leur couleur : règle fondamentale du boboïsme. C’est étrange mais c’est comme ça.

  • Juste les diesels ou toutes les vieilles voitures ? Quand j’etais encore en France on parlait deja d’interdire les voitures de plus de 15 ans, qui polluent parce qu’elles produisent …. trop de CO2.

  • Il y a quelques temps j’ai lu, (sur internet, votre ami Google pourras vraisemblablement vous aider à retrouver le ou les articles) qu’afin de réduire la consommation de carburant les constructeurs automobile souhaitaient passer à « l’injection directe » sur les véhicules essence.
    Gros problème : dans ce cas s’il y a effectivement une importante réduction des émissions de CO2 il y a en contre partie augmentation des émissions de particules fines les amenant au niveau des diesels.

    Après avoir interdit la circulation des véhicules anciens on interdira les nouveaux véhicules ?

    Lutter contre la pollution en fermant la porte, elle revient par la fenêtre…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
eau
4
Sauvegarder cet article
La guerre des nitrates 

Depuis une trentaine d’années, elle alimente encore les chroniques malgré les preuves scientifiques de leur absence de toxicité. Les nutritionnistes ne proposent-ils pas de consommer des légumes, lesquels peuvent pour certains contenir cent fois plus de nitrates par kilo que le litre d’eau du robinet.

Même si des études sérieuses amènent à constater les effets bénéfiques des nitrates sur l’inflammation, leurs capacités immunitaires et leurs implications dans la protection cardiovasculaire, la volonté des pouvoir... Poursuivre la lecture

métro parisien avec pass navigo
3
Sauvegarder cet article

Navigo, un véritable tour de passe-passe !

En effet, il est ahurissant de voir la polémique qu’engendre l’augmentation du prix du passe Navigo qui devait passer de 75,20 euros mensuel à environ 90 euros en tenant compte partiellement de l’augmentation du coût de l’énergie mais également d’une baisse de la fréquentation en période covid.

 

À quoi donne accès le passe Navigo

Le passe Navigo donne un accès à l’ensemble du réseau transport en commun francilien soit :

13 lignes de train, 14 lignes de métro, 1500 lign... Poursuivre la lecture
10
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles