« Censure » et hystérie

L’hystérie médiatique est devenue la marque de fabrique d’une société devenue inculte. Des faits divers à la pseudo-censure de Zemmour, rien ne semble l’arrêter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cri credits Giedrius (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Censure » et hystérie

Publié le 27 décembre 2014
- A +

Par Michel Desgranges.

cri credits Giedrius (licence creative commons)

 

De dérisoires incidents qui, naguère, eussent été expédiés en quelques lignes par la presse locale, sont devenus la matrice de l’un de ces tapages politico-médiatiques (ouragan de force 9) marque d’une société profondément inculte qui élimine toute raison au profit de l’émotion hystérique.

Un rapide coup d’œil sur les journaux prouve que, de toute évidence, les auteurs de ces incidents sont pour partie cinglés et pour le reste de leur pauvre cervelle, atteints de crétinisme, c’est ce que montrent la nature de leurs actes, leur personnalité, et leur bribes de propos.

De tous temps et en tous lieux, de tels individus surgissent çà et là, parfois tuant des promeneurs, parfois s’engloutissant dans leur propre ridicule, et l’effet de leur action est, au hasard, tragique ou burlesque.

Ils sont aussi, aujourd’hui, le prétexte à un flot de discours qui, s’il ne surprend plus, nous fait un peu plus désespérer de l’avenir de l’intelligence.

Est-il utile de relever les glapissements de ces chroniqueurs qui voient se déchaîner une guerre civile menée par des hordes de mahométans brandissant leurs cimeterres face… face à qui ? Nous pouvons le regretter, mais nul émule de Charles Martel ne s’est encore levé, et s’il y a guerre, il n’y a en cette veille de Noël de combattants qu’en un seul camp.

Quant aux gens des partis de gouvernement, le socialiste-de-droite et le socialiste-de-gauche, ils ont sauté sur l’occasion afin d’apporter de l’eau au moulin de la Bête immonde, que chacun souhaite voir enfler dans l’espoir qu’elle éliminera leur adversaire naturel lors de la prochaine grande Élection.

Pour tous, ce fut, comme d’habitude, un bon moyen de se montrer à la télé pour prononcer d’un air pénétré ces phrases menaçantes qui révèlent le chef concerné et compétent, tandis que M. État se réjouissait à la perspective de pouvoir renforcer et multiplier les lois scélérates destructrices de nos dernières et minuscules libertés – la guerre contre le terrorisme achevant opportunément ce que la guerre contre la drogue avait commencé.

Ces mêmes jours (je fais ici une sorte de ménage de fin d’année) s’éleva une autre grande rumeur : un M. Zemmour a été l’innocente victime d’une abominable censure.

La censure (je crains qu’il soit besoin de le rappeler), c’est quand M. État utilise cette violence légitime dont il a le monopole (selon l’expression de Max Weber) pour interdire, lacérer, brûler une œuvre de l’esprit – le Mbala Mbala fut une authentique victime de la censure.

Je n’ai jamais lu une ligne de M. Zemmour, ni ne l’ai jamais vu ni entendu (je n’ai ni radio ni téléviseur), mais j’ai cru comprendre qu’à l’occasion de son dernier livre (de la mouvance socialiste-nationale, ai-je cru comprendre) il s’était montré dans d’innombrables émissions de radio et de télévision, que la presse écrite s’était enflammée à son sujet, et que ledit livre s’était déjà vendu à près de cinq cent mille exemplaires, ce qui, aujourd’hui, est un record.

Mais… M. Zemmour a été licencié par son employeur. Ce faisant, ce dernier (un gros capitaliste de connivence, ce qui est une autre histoire) n’a fait qu’exercer son droit, un droit qui mérite tout autant d’être défendu que la liberté d’expression et qui relève également de ce droit de propriété auquel je suis viscéralement attaché. Il se peut que cet employeur soit méprisable, répugnant et sente mauvais, mais il n’a commis aucun acte de censure.

En revanche, il a, volens nolens, fortement agi pour accroître la notoriété de M. Zemmour, et les ventes de son livre (qui se trouve dans toutes les librairies).

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Excellente analyse, que l’on vous approuve ou pas, vous dénoncez avec vigueur la médiatisation et l’inculture de notre société et, pire que tout, de ceux qui sont en charge de la diriger ou de la commenter.

    • l’inculture en logique, en épistémologie, en histoire n’est pas que le fait de gens peu édqués.

      c’est surprenant mais je me prend la tête tout les jours (c’est mon bénévolat d’intérête économique) avec notamment des physiciens qui violent les règles de la logique, ignorent jusqu’a l’histoire de leur science, avec autant de délire qu’un jihadiste de daesh.
      les ZADiste en font de même avec l’écologie.

      les économistes avec leur science pourtant bien peu établie…

      je soupconne que l’inculture soit un choix pour ne pas changer d’avis, ce qui coute cher, en monnaie de l’ego et du cerveau.

  • Effectivement, j’ai pas encore lu le livre, mais a force d’en parler partout, ma curiosité est attisée.

  • Pas tout à fait d’accord sur le « cas Zemmour ».

    Que son employeur le licencie c’est son droit le plus strict (même si l’indépendance de cette chaîne est plus que douteuse…)

    Mais qu’un Premier Ministre condamne publiquement son livre ou, pire encore, qu’un Ministre de l’Intérieur appelle à manifester contre lui, c’est autre chose. Et c’est inadmissible.
    Là est le vrai scandale.

  • En fait, Monsieur Desgranges n’est guère différent de ceux qu’il critique.

    Il sait qui parle et qui glapit, qui est inculte et qui peut se réclamer de « l’avenir de l’intelligence », il décide de ce qu’est un dérisoire incident du à des « cinglés » atteints de crétinisme comme s’il était expert psychiatrique auprès des tribunaux alors que par ailleurs il dit vivre comme un ermite à l’écart de la radio et de la télévision et ne jette que de rapides coups d’oeil sur les journaux…!

    Nous sommes cernés par les « sachant » qui sévissent partout pour déverser leur vérité et M.Desgranges ne déroge pas à la règle même si l’auditoire de Contrepoints est plus confidentiel que celui de i-Télé

    Quant à M.Zemmour, ce n’est pas qu’il ait été remercié par son employeur qui interpelle, c’est qu’il l’ait été pour ses idées et accessoirement pour des propos non tenus.
    Faire trois paragraphes pour démontrer qu’il n’y a pas censure mais juste confiscation de la parole, cela fait un peu jésuite…

    • La vérité …. depuis que les gauchistes ont décrété et prouvé scientifiquement qu’il n’y avait bien une vérité universelle unique et indivisible, et qu’ils en ont profité pour faire un holdup sur la chose, toute opinion est devenu moralisatrice, culpabilisante, donneuse de leçon, jésuite, que sais je encore.

      Cette censure morale, selon laquelle on aurait le droit de dire ce que l’on veut, mais uniquement à la condition que ce que l’on dit soit laïc, argumenté selon la dialectique, non réducteur ni généraliste … bref sous la condition impérieuse que cela soit politiquement correct et que cela respecte la forme… est exactement ce que dénonce l’auteur de l’article : une pseudo morale de bistrot qui censure et hystérise.

      Et dont votre commentaire est un exemple flagrant.

      • J’ai bien saisi que mon commentaire serait selon vous un exemple flagrant de pseudo morale de bistrot qui censure et hystérise ce qui me laisse perplexe, le reste est incompréhensible…

        • « Nous sommes cernés par les « sachant » qui sévissent partout pour déverser leur vérité  » sonne tellement comme un jugement de lèse majesté : comme si il était illégitime d’exposer sa vérité, comme si il n’y avait qu’une seule et unique vérité universelle et que la liberté d’expression pouvait éventuellement consister à parler, mais sans émettre d’opinion qui ne remette en question l’unicité de LA vérité.

  • Je ne crois pas à l’abêtissement actuel de l’humanité, surtout avec cette machine à devenir intelligent qu’est internet avec ses moteurs de recherche. Mais à notre époque, on ne partage pas que le travail, on partage aussi la richesse, l’information, la décision, le savoir et j’en passe ; alors il est normal que ça fasse du bruit…

    • On partage .. ou pas … ou mal ?

      Les media forment un clan, un système de pensée autonome qui a tendance à s’éloigner de celui de ses lecteurs. Les moteurs de recherche permettent surtout de localiser les sites qui pensent comme vous ou partagent les mêmes obsessions.

      J’ai aussi un gros doute sur le partage de l’information ou de la décision. Trop facile de manipuler les opinions quand la vérité qui dérange est ce qui est le plus difficile à faire entendre et qu’au contraire, la fausse vérité qui arrange fait toujours recette.

      • Bien d’accord… en surface : la bêtise est le symptôme. La maladie véritable, elle, est l’appauvrissement psychologique (momentané ?) des individus, leur atomisation dans la société. Rien ne fonctionne bien dans le stress, la frustration, la dispute, l’exclusion. Les imbéciles, les incompétents, les fautifs, c’est toujours les autres. Moi, « je ne veux rien savoir », « je veux les meilleures conditions pour travailler », « ils n’ont qu’à se débrouiller »… Notre spiritualité n’a pas encore eu le temps de s’habituer à tant de nouveautés, il y a une préoccupante et étonnante carence de bonheur alors que la planète déborde de richesses. Que devrons nous payer pour faire ce progrès ?
        « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance » (Dr Kawashima)
        Je continue à penser que le partage va dans le sens de l’histoire

        • Epicure (lettre à Ménécée) : « …qu’il n’y a pas moyen de vivre agréablement si l’on ne vit pas avec prudence, honnêteté et justice, et qu’il est impossible de vivre avec prudence, honnêteté et justice si l’on ne vit pas agréablement. Les vertus en effet, ne sont que des suites naturelles et nécessaires de la vie agréable et, à son tour, la vie agréable ne saurait se réaliser en elle-même et à part des vertus. »

  • Nous vivons une époque bénie dans laquelle nous pouvons mettre tous nos neurones au repos pour très longtemps.
    Nous avons des penseurs géniaux …. qui nous imposent la pensée unique. Plus nécessaire de vous poser des questions puisque tout, absolument tout a été pensé, réfléchi, organisé pour vous heureux mortels …
    Des philosophes que nos ancêtres n’ont pas eu l’heur de connaitre : BHL et consorts …
    Des économistes à la science infuse dotés de l’infaillibilité … there is no alternative …
    Des scientifiques doués et possédant la seule vérité vraie du genre GIEC qui vous prouvent preuve à l’appui que tout absolument tout est dangereux, polluant …. sauf quand une taxe ou des droits à polluer en bon argent viennent sauver la planète.
    Alors, amis humanoïdes sur la planète terre vivez heureux comme dans l’Eden puisque vous n’avez plus qu’à vous laisser bercer dans une douce béatitude ….
    Bémol:
    Léon Swartzenberg qui fut un de mes professeurs disait: définition de la vie
    « la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible »

  • A propos de Zemmour, il y a une chose qui m’a toujours gêné : il semble avoir une « idée fixe » sur la « féminisation de la société ». Je n’ai jamais bien compris où il voulait en venir, en quoi c’était un problème français à défaut d’être un problème tout court, et je me demande toujours dans quelle mesure cette idée fixe n’altère pas ses analyses d’une façon générale.

    • Je n’avais jamais écouté les sketchs de Dieudonné …
      J’écoutais avec un peu de critique les déclarations de Zemmour …
      Dame Anastasie (pour les plus jeunes: censure) est passée par là et pour ne pas mourir idiot j’ai écouté Dieudonné et lu Zemmour.
      Mis à part le fait de n’avoir qu’un seul neurone disponible les deux ne mettent pas le feu à la planète !!!
      Avec une toute petite once de sens critique il est aisé de faire la part des choses ….
      Mais voilà … la sacro sainte pensée unique la seule , la vraie, l’incontournable est passée par là et « ON » vous dit de vouer aux gémonies ces deux lascars … alors en citoyens dotés d’intelligence vous obtempérez ou non ?

  • Bonne analyse, qui remet les choses à leur place. S’il n’y a pas là véritable censure, il y a bel et bien volonté de censure, et cela suffit pour qu’on s’en fasse l’écho.

    • Est-ce une volonté de censure où, juste une pose montrant au bon peuple ce qu’il convient de faire quand sont prononcés quelques mots… même vide de sens pourvu qu’ils soient légalement répertoriés comme nocif ?

  • Ca se dispute arrivait de toute façon en bout de course avec un Zemmour et un Domenach qui s’auto-caricaturaient tous les deux. Je ne partage globalement les idées d’aucun de ces deux journalistes mais je leur reconnaissait une certaine intelligence qu’ils ont choisi de mettre de côté au profit d’un spectacle finalement sans intérêt du gentil progressiste qui se bat contre le méchant réac.

    Je ne suis pas non plus choqué par l’éviction de Zemmour, i Télé a le droit de s’en débarrasser s’il juge qu’il ne correspond plus à sa ligne éditoriale. Le seul point un peu ridicule est de se servir de propos, et plus particulièrement du mot « déporté », que le polémiste n’a pas tenu pour justifier sa décision. Le public a tout autant le droit de boycotter la chaîne ou de résilier son abonnement à Canal s’il le désire, le client est roi. A la limite, je trouve le renvoi de Zemmour de chez Ruquier plus discutable car France 2 est financé par le contribuable et se doit donc d’assurer la pluralité des opinions de celui-ci.

    Maintenant, dire que Zemmour est muselé est une vaste plaisanterie, il conserve son job sur Paris Première et RTL qui ont envoyé bouler SOS racisme ou le gouvernement. A cet égard, la comparaison avec Dieudonné, dont des spectacles ont été interdits pour des propos qu’il pourrait éventuellement tenir, est saugrenue…Et je précise n’avoir aucune sympathie pour l’humoriste et son délire anti-sioniste.

  • Assez bien distancié en brève des confiseurs…

    On pourrait quand même noter que « tragique ou burlesque » la cause de leur action relève d’un très spécifique coaching religieux actuel.

    D’autre part,si un employeur est libre de ses décisions,encore faut-il qu’elles soient cohérentes et non pas circonstancielles: piteusement réinviter un chroniqueur
    -abusivement banni-
    à réintégrer ses pénates, revient à admettre un assujettissement aux french cancans.

    P.S. « ni radio ni téléviseur »: nous sommes probablement nombreux à volontairement nous en passer,sans pour autant renoncer à hérodote.net, notamment celui du 19 mars 2012, consultable en ligne.

  • Michel, permettez-moi de vous éclairer; vous dites « Je n’ai jamais lu une ligne de M. Zemmour, […] que la presse écrite s’était enflammée [au] sujet [de son livre].
    Ce Mr Zemmour n’est pas Charles Martel ni Jeanne d’Arc; il est la voix du peuple (j’évite l’expression « socialiste-nationale »), et c’est le peuple (et non la presse écrite) qui s’est enflammé.
    Que Canal+ (à travers la directrice d’I-Télé) l’ait licencié est plutôt un épiphénomène.
    Ce qui est intéressant, c’est que la bien-pensance dans sa totalité se soit mobilisée afin que ce trublion ne puisse contaminer le peuple ! Mais c’est trop tard. Bref, un Procès de Moscou, apparemment en petit ! A ouvre !

  • Excellente analyse de quelqu’un qui ne sait pas de quoi il parle, ne l’a « jamais vu ni entendu » (ses propres termes), mais n’oublie surtout pas de nous le faire remarquer pour que nous comprenions à quel point il est génial. Une analyse typique d’un certain intellectualisme. Excellente démonstration par l’absurde même s’il me semble que son auteur n’en a pas conscience.

  • En fait la majeure partie de ces faits divers dérisoires ne sont que vus que comme des illustrations d’une vérité révélée…

    tiens l’histoire des flics blancs racistes aux états unis..il y a sans doute ou peut être du vrai…
    mais…qu’un policiers blancs tue une personne noire ne prouve ni que ce policier soit raciste ni que sont geste ait été motivé par la couleur de peau de la personne tuée…
    Mais c’est pas grave car il s’agit de participer à une noble cause qui est de lutter contre les violences policières racistes.

    Tiens toujours dans le registre du racisme, les médias nord coréens viennent de traiter Obama de singe…. en fait non d’après ce que j’ai lu ils ont déclaré « qu’ il était bavard et imprudent comme un singe dans la forêt tropicale »…
    donc ça n’a pas grand chose à voir c’est une comparaison insultante mais surtout incompréhensible…

    les bancs grillagés…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Pour contrer la disparition des lecteurs de journaux, les médias postent depuis longtemps leurs articles sur leur site internet et développent des applications pour les smartphones. C’est ce dernier phénomène qui est au cœur d’une nouvelle bataille économique et juridique entre Apple et les éditeurs français.

 

La concurrence des contenus gratuits et « One-Shot »

Canal de désintermédiation, Internet est accusé depuis longtemps de détruire de la valeur pour les médias.

Ces derniers sont contraints de repenser leurs mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles