Chômage de novembre : l’indéniable explosion

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chiffres chômage rené le honzec2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage de novembre : l’indéniable explosion

Publié le 26 décembre 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

chomage_bleu_nov2014

La pathétique équipe de Hollande ne règle rien et n’a plus la main sur rien : les dépenses augmentent, les déficits augmentent, la dette augmente, la violence augmente, les mécontentements augmentent… et évidemment le chômage augmente. Les chiffres sont tellement mauvais que François Rebsamen a même renoncé à les commenter. Un jour, pour réveiller les politiques et les sortir de leur torpeur, les chômeurs descendront dans la rue et se révolteront. Mais pour l’instant, contrairement aux taxis, aux notaires ou aux intermittents du spectacle, ils n’ont malheureusement pas encore compris que tant qu’ils ne feront pas sauter les agences de Pôle emploi, les politiques continueront à dormir et à nier la gravité du chômage, beaucoup trop occupés à déguster leurs petits fours dans les palais dorés de la république. En attendant, décortiquons les chiffres de novembre 2014 que le pouvoir prend, comme toujours, un malin plaisir à minorer car il ne faut surtout pas affoler l’opinion !

Qu’ils arrêtent de ne parler que des chômeurs de catégorie A

Pour réduire l’impact sur l’opinion publique des mauvais chiffres du chômage, le gouvernement ne communique habituellement que sur la seule catégorie A. Elle s’établissait en novembre 2014 à 3,48 millions en France métropolitaine, en progression de +5,8% sur un an. C’est déjà énorme, mais si on comptabilise l’ensemble des catégories (A, B, C, D, E) on arrive au chiffre beaucoup plus effrayant de 5,84 millions ! Mais le gouvernement le passe sous silence parce que ça pourrait troubler les Français qu’il cherche par ailleurs à anesthésier en leur répétant que tout va bien.

nilsen

Qu’ils arrêtent de comptabiliser à part les chômeurs des DOM

Le chiffre de 5,84 millions ne concerne que la France dite métropolitaine car le gouvernement continue à comptabiliser à part les chômeurs des DOM. Pour les catégories D et E, il ne donne en effet pas les chiffres avec les DOM… Pourquoi cette distinction ? Il s’agit bien de Français, non ? Le gouvernement est-il devenu raciste au point de distinguer les chômeurs selon qu’ils sont « DOM » ou « métropolitains » ? Quelle que soit la couleur de sa peau, un chômeur est un chômeur – et il faudrait évidemment ne donner qu’un seul chiffre : celui des Français demandeurs d’emploi. Et arrêter définitivement avec cette distinction ségrégationniste entre métropole et DOM. Est-ce qu’on comptabilise à part les « ministres métropolitains » ? Est-ce qu’ils oseraient compter Madame Taubira à part dans le gouvernement ? Quelle honte tout de même. Qu’ils arrêtent donc une fois pour toute de parler de chômeurs métropolitains et de chômeurs des DOM. Même si ça doit faire passer la barre des 6 millions…

Qu’ils arrêtent de penser que les radiations feront baisser le chômage

Chacun se rappelle l’époque où Hollande annonçait qu’il allait inverser la courbe du chômage. Le tour de passe-passe statistique consistait à multiplier les emplois dits d’avenir et à radier le maximum de chômeurs des listes de Pôle emploi pour lisser les statistiques du chômage et faire apparaître la magie présidentielle. Chacun se rappelle les déclarations de François Rebsamen à l’époque :

nilsen2

Comment diable les politiques font-ils pour ne pas comprendre que le vrai problème n’est pas de radier les demandeurs des statistiques mais de leur trouver un emploi ? Et donc de réformer de fond en comble Pôle emploi pour le remettre en ordre de marche ! Je suis toujours stupéfait de voir combien les ministres semblent habiter sur une autre planète : ils sont persuadés que, pour relancer la croissance, il leur suffit de faire des discours et de clamer qu’ils aiment les entreprises… ou que pour résoudre le problème du chômage il suffit de purger les statistiques et de radier les demandeurs d’emploi. Un demandeur d’emploi radié reste évidemment un chômeur sans emploi, avec cette différence aggravante qu’il sera dans la rue sans ressources au lieu d’être inscrit à Pôle emploi pour suivre une formation.

On voit en tout cas que les chiffres officiels du chômage sont très inférieurs à la réalité annoncée : car aux radiations administratives, il convient encore d’ajouter les personnes qui, bien que recherchant un emploi, ne s’inscrivent même plus à Pôle emploi, tellement elles sont découragées et pensent que la démarche est vaine et inutile. On est donc très proche des 6 millions de chômeurs mais le gouvernement ne veut pas que l’opinion s’en rende compte.

Arrêtons de ne pas voir la gravité de l’ancienneté au chômage

Il n’y a évidemment pas que le chiffre de 5,8 millions de chômeurs qui donne des frissons dans le dos. Il y a aussi l’ancienneté au chômage et la durée d’inscription sur les listes des demandeurs d’emploi. Là aussi, les chiffres sont terrifiants, mais les politiques n’en parlent jamais. Forcément ils sont bien au chaud dans leurs palais dorés.

  • Fin novembre 2014, l’ancienneté moyenne des demandeurs d’emploi était de presque 18 mois (538 jours). Vous avez entendu Rebsamen prendre des sanctions contre Pôle emploi et le blâmer pour cette contre-performance ahurissante ? Non. Mois après mois, on continue à comptabiliser les chômeurs inscrits à Pôle emploi sans que le système de formation professionnelle aient reçu le moindre coup de bâton pour ne pas avoir trouvé de job aux chômeurs.

nilsen3

  • Si on regarde maintenant non plus ceux qui sont inscrits sur les listes de Pôle emploi mais ceux qui sont sortis, on voit qu’ils étaient inscrits en moyenne depuis près de 10 mois (291 jours) avant de trouver un job ou d’être radiés.

nilsen4

Ces chiffres montrent qu’en moyenne, si un chômeur ne sort pas de Pôle emploi au bout de 9 mois, il a toutes les chances de rester encalminé dans le paquet de ceux qui vont y rester 1 an et demi ! (et même plus, puisque la durée ne cesse de s’allonger : 266 jours en juillet 2013, 272 jours en juin 2014, 275 jours en juillet 2014, 290 jours en octobre 2014, 291 jours en novembre 2014…

Dynamiter Pôle emploi qui a complètement failli à sa mission

Que fait donc Pôle emploi de ceux qu’il traîne ainsi depuis 18 mois sans se donner beaucoup de mal pour les placer ? Bonne question et je vous remercie de me l’avoir posée. Pôle emploi ne place pas, il radie progressivement pour améliorer les statistiques du chômage. C’est évidemment cela le triple désastre : un système de placement qui ne place pas, qui s’ajoute à un système de formation professionnelle qui ne forme pas et qui débouche sur un système industriel qui n’embauche pas !
Voilà ce que devrait faire Rebsamen en priorité :

  • D’abord, évidemment, remettre immédiatement Pôle emploi en état de marche. Le système de collecte d’offres d’emploi et de placements a en effet totalement failli à sa mission. Le ministre qui en a la charge également donc.
  • Ensuite, refonder d’urgence tout le système de formation professionnelle, ce monstre dilapidateur et totalement inefficace dont Alexandre Jardin avait dit justement qu’il était géré par des fous (« Les fous priés de réformer l’asile » !).

Réformer des citadelles bureaucratiques totalement inefficaces prendra des années, d’où l’urgence absolue de se bouger ! Pareil pour le redressement de l’appareil productif : rien avant des dizaines d’années. Pareil pour la réforme du placement des chômeurs. Il faudrait avoir le courage de s’y attaquer au canon – comme si on était en guerre – et avec une énergie farouche.

Mais ce qui intéresse aujourd’hui les médias et les hommes politiques, c’est uniquement de savoir comment ils vont continuer à nier l’évidence : nier que le chômage augmente, nier que l’immigration augmente, nier que les déficits augmentent, nier que la dette augmente, nier que la violence augmente, nier que les mécontentements augmentent… On croit évidemment rêver et je comprends que les Français soient démoralisés : leurs dirigeants politiques ne sont pas seulement désespérants et décourageants, ils sont totalement affligeants. Vivement que ce vieux système explose et que le bruit de l’explosion les réveille enfin.

Vous pensiez que c’était le chômage la grande cause nationale ?

En France, pendant que le chômage atteint des niveaux records et qu’il y a donc le feu au lac, Valls nous annonce tranquillement qu’il a décidé que c’est « la lutte contre de dérèglement climatique – pas l’emploi ! – qui serait déclarée grande cause nationale de l’année 2015 » ! On hallucine.

nilsen5

En fait nos dirigeants se moquent du monde et, pour vous dire la vérité, je pense qu’ils n’en ont plus pour très longtemps. Le système qu’ils ont été incapables de réformer à froid finira inévitablement par leur exploser à la figure à chaud. Car quand un État est en faillite et qu’il y a 6 millions de gens qui arrivent en fin de droits, ça risque de faire très mal.

Quand tous ces jeunes chômeurs se révolteront…

Ce qui est le plus inquiétant quand on regarde l’évolution du chômage, c’est qu’il s’accroît dans une Europe en crise, sans croissance et donc sans perspective d’emploi et d’embauche et qui, dans le même temps, doit faire face à un afflux grandissant d’immigration…

L’aveuglement des politiques est donc sidérant. Comment ne voient-ils pas les bombes à retardement placées au cœur même de leurs jeunesses. Supposées acheter la paix sociale, les politiques ruineuses dites « de la ville » n’empêcheront évidemment pas les émeutes urbaines à venir. Non seulement elles ne marchent pas mais elles sont financées par la dette, c’est-à-dire précisément par ces mêmes jeunes qui ne trouvent pas de job et sont à la dérive ! Comment les politiciens ne le comprennent-ils pas ?

nilsen6

Ces jeunes-là ne pourront évidemment pas payer la dette de 2000 milliards d’euros accumulée par les politiques et ils se révolteront ! Bientôt ils casseront tout ou deviendront fascistes : sans doute l’un puis l’autre – ou l’un et l’autre. Chemises noires, chemises brunes, chemises rouges, peu importe, ils s’en foutent : quand ils arriveront en fin de droits à Pôle emploi, ils n’auront plus rien à perdre et finiront n’importe comment par tout casser. C’est évidemment ce qui arrivera quand Valls leur annoncera, les larmes dans les yeux, que l’État-providence est ruiné et ne peut plus payer les allocations !

Ils ont perdu le sens même des mots !

Nos politiques en leurs palais dorés se sont tellement habitués aux formules creuses, aux euphémismes et aux périphrases, qu’ils ont vidé les expressions de leur sens : ils ne disent plus « courbe du chômage » mais… « courbe des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C, D et E en données corrigées des variations saisonnières et en milliers ». Ça fait tout de même plus élégant ! Et mettre en milliers ça évite d’afficher des millions. Comment ? Des millions de chômeurs ? En France ? Mais vous n’y songez pas mon cher. Nous, en nos palais, les chômeurs – pardon, les demandeurs d’emploi de catégorie A – nous ne les comptons que par milliers, et encore nous les divisons en cinq catégories pour donner l’illusion qu’il y en a moins… Et d’ailleurs c’est aussi pour cela que nous ne comptabilisons pas les chômeurs des DOM. Pensez-donc, cela ferait vraiment tache !

Quant à la lutte contre le chômage, ils passent moins de temps à mettre en place des actions efficaces que leur idéologie leur interdit qu’à imposer leur propagande inepte et à formuler leurs « éléments de langage » dérisoires. Comme celui qu’ils ont diffusé le jour même où étaient publiés les chiffres catastrophiques de novembre. Et ils pensent vraiment que ces « éléments de langage » vont changer le jugement des Français ?

La « courbe des prochaines violences urbaines » !

Vous avez l’impression d’avoir déjà vu cette courbe en haut de ce post ? Où elle s’intitulait « courbe des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi ». Alors pourquoi la remettre ici ? Eh bien pour réveiller les politiques ! Parce que je pense qu’il ne faut plus dire courbe du chômage mais dire carrément : courbe de l’explosion sociale ou courbe de la colère des laissés pour compte, ou courbe des jeunes abandonnés qui vont devenir violents ou – c’est d’ailleurs la formule que j’adopterai – courbes des prochaines émeutes urbaines…

Peut-être alors les ministres prendront peur et se réveilleront… Mais ils sont dans leurs palais dorés ou dissimulés derrière les vitres fumées de leurs limousines et donc ils ne voient rien, n’entendent rien, et ne comprennent rien. En organisant ce déni de réalité et en refusant d’appeler les choses par leur nom, ils s’interdisent de désamorcer les bombes à temps. Elles leur exploseront donc à la figure et ce sera tant pis pour eux. Des jours sombres sont devant nous… Comme disait Bob Dylan : « It’s a hard rain’s a gonna fall »


Sur le web

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • « Toute notre politique est dédiée à la lutte contre le chômage : la baisse des cotisations et de la fiscalité des entreprises pour qu’elles puissent embaucher, les dispositifs ciblés sur les jeunes et les séniors… »

    Ceci est l’argumentaire du « kit-repas-de-famille », le prêt-à-penser socialiste pour les fêtes. Joyeux Noël braves gens, il est minuit et tout va bien. Évidemment ça fait un peu discordant avec la « grande cause de l’année la poile à frire » de Valls. Mais quand on pense que le grand chantier de l’année 2014 a été de couler le secteur du bâtiment, on se dit qu’on n’est plus à ça près.

    Le moins que l’on pourrait faire quand on prétend que « toute notre politique est dédiée à la lutte contre le chômage », c’est de vérifier que dans chaque nouvelle loi ou chaque nouveau décret, il n’y a pas quelques milliers de licenciements en dommage collatéraux. Mais on n’est pas aussi bassement matériel quand on sort de l’ENA.

    • Tout notre politique est dèdiée à proteger notre Systeme social. Le chomage en est le prix à payer! On ne touche pas aux privilèges car ce serait un retour en arrière. Quand tout le monde sera au mème niveau, c’est à dire avec des revenus ègale aux prestations, le système se libèrera du socialisme. En effet lìEgalité vers le bas est la seul certitude avec une règime de gauche. En espèrant que la leçon sera compris. Il est temps de changer les fondamentales de notre Constitution: Le droit au Bonheur doit remplacer la Solidarité . Etre libre quand on vit sous la menace, la corruption, l’abus de pouvoir, le mèpris, l’insècurité, la peur, rend le citoyen malade. Un conseil: chercher à quitter le pays avant que l’on vous prend tout.

      • Je n’ai rien, étant étudiant modeste, mais émigrer j’en ai bien l’intention, le futur n’est pas en France.

        J’hallucine toujours de voir à quel point une partie du pays semble rejeter la modernité et souhaite un retour au passé et traduisant une peur de l’avenir..Hors un pays qui a peur de l’avenir n’a pas d’avenir ! S’ouvrir, se remettre en question et surfer sur la vague de la modernité pour en prendre le meilleur, c’est la seule solution. Malheureusement la France semble sur la voie inverse, et cette volonté de soutenir le FN le montre bien, la route vers la ruine s’ouvre.

        En attendant aux Etats-Unis l’ouverture, la remise en question et l’amour de l’innovation ont fait des miracles, avec une croissance annuelle de 4,6% au 2ème trimestre et 5% au 3ème, à l’inverse du reste du monde où la croissance chute.
        La révolution énergétique, les wearables, le Big Data, l’impression 3D, le commerce en ligne, l’Apple Pay, les voitures autonomes,la robotisation..tous ces domaines où ils sont loin devant les autres offrent des opportunités d’emploi incroyables pour la jeunesse et une productivité accrue aux entreprises ainsi qu’une baisse des coûts et la possibilité de faire revivre des régions (La révolution énergétique a ramené le Dakota du Nord et le Sud du Texas à la vie par exemple.

        Bref, le pouvoir de l’ouverture et de l’innovation est sans limite, la France n’arrivera à rien si elle s’y refuse et continue d’étouffer la jeunesse et les entreprises.

  • un député anglais a prévenu  » qu’un jour , les populations se révolteront , et qu’elles s’en prendrait aux politiques , qu’elles les pendraient et qu’elles auraient bien raison  » ; il y a quand même quelques personnes qui perçoivent le danger , mais ne comptons pas sur nos zélus dont l’intélligence et la clairvoyance font défaut ; ces gens là se croient à l’abris et sans doute le sont ils , mais nous vivons dans une époque de folie et et si ça pète , nul ne peut dire jusqu’ou cela ira ;

    • Nous ne vivons plus dans ce genre d’époque, nous sommes civilisés et développés, ce genre de révolte a peu de chance de se produire.
      Je suis jeune étudiant d’une famille modeste et je peux vous dire qu’il n’y a aucune envie de révolte parmi les jeunes que je connais et côtoie, plutôt un sentiment d’inévitabilité, l’acceptation d’un monde où l’on vivra moins bien que les générations précédentes à moins de vouloir émigrer.
      En fait ceux qui n’espèrent plus rien ici veulent tout simplement émigrer à la recherche d’opportunités, et j’en fais partie, tant qu’il y a de l’espoirs et des rêves de prospérité hors de France les jeunes ne se rebelleront pas, ils partiront et priveront le pays de talents et de ressources.

      Une révolte du monde ouvrier ou des gens des cités est bien plus probable.

      • ça m’étonne pas, que tu soit un jeune étudiant, depuis le temps que tu nous serinne avec ta défense inconditionnel des amerloques…

         » un sentiment d’inévitabilité  » … et si vous vous bougiez le cul, les étudiants ?

        thomas edwards lawrence :  » il n’y a jamais rien d’écris  »  » il faut se méfier des gens qui rêvent éveillé, car il finissent toujours par accomplir leur rêves …  »

        vous, vous ne faites que rêver, et attendaient que vos parents payent pour vous et voudriez en plus, qu’on gobe vos grand sermon. quand aux ouvriers,comme les agriculteurs, ils n’existent plus, m’étonnerais bien qu’ils se révoltent…

        • Et blablabla que de lieux communs, les « amerloques »..etc..etc..C’est d’un pitoyable un tel commentaire, que d’arguments bateaux montrant un manque flagrant de connaissances.
          De plus vous ne me connaissez pas, je travaille pour payer ces études et je bosse dur pour réaliser mes rêves et pouvoir m’en sortir dans la vie, je ne suis pas un mec dont la vie semble ratée comme vous, car pour être aussi amère et méprisable c’est que vous avez pas dû réussir grand chose 😉

          A bon entendeur 😉

          • un bon conseil, quand tu aura fait tes preuve dans la vie active, tu viendra nous donner des leçons…

            bonjour à tes parents !

        • Dans la même situation que SweepingWave. Je veux juste souligner qu il y a des jeunes qui se bougent le cul et qu ils ne vous attendrons pas. J ai quitté la France cette année car j ai réussi a être pris dans une école suisse avec une bourse qui me permet d étudier gratuitement. La France j en ai rien à ciré elle a suffisamment volée mes parents pour que je ne commette pas l erreur d y revenir.
          Les français ont mis leur pays dans la merde je vois pas pourquoi on devrait trinquer…

          Je n ai qu une envie partir travailler chez les « amerloques » comme vous dites.
          Alors vous pouvez continuer votre petit discours haineux envers les étudiants je m en fous… Mais votre dette compté pas sur moi pour la payer : PAS MEME UN CENTIME !

      • sweepingwave ,nous somme civilisés et développé…..certes , tant que nos assiettes ne sont pas vides….si cela vous arrive , vous allez rester planté sans rien faire ? moi non….et je gage que mon côté civilisé en prenne un coup sur la cafetière comme on dit chez moi ….ventre creux n’a pas d’oreille ….

        • Je serais parti bien avant d’en arriver là.
          De plus ce que vous dites est loin d’être certain, regardez l’Espagne qui a eu droit à 27% de chômage et des réformes du marché du travail et des allocations, beaucoup de gens sont arrivés en fin de droit des allocations chômage et se sont retrouvés sans aucun revenus, pourtant il n’y a pas eu de révolution massive grâce au soutien familiale et au bénévolat.

          Je le maintiens, les sociétés développées n’ont pas la fibre révolutionnaires et ne veulent pas d’instabilité et de violence, cela appartient à une autre époque ou aux pays du tiers-monde.

          C’est juste un constat.

  • Qui voit une « courbe » dans le graphique initial de cet excellent article ? Une courbe, c’est élégant, aérien : ça monte, puis ça plafonne, puis ça redescend, sorte de rotondité rassurante…
    Rien de tel dans cette « courbe » du chômage, acérée comme une flèche, droite comme une menace.

    • la courbe n’a pas toujours monté : elle a aussi descendu à la fin des années 90 et au début des années 2000.
      mais c’était pour de mauvaises raisons, boum de l’immobilier consécutivement au 35 heures de jospin et effet de partage provenant de cette trés mauvaise lois malthusienne. pendant ce temps, l’industrie, ainsi que l’agriculture en générale ( agriculture, foret, pèche ) continuaient à perdre des emplois, ce qui était une bombe à retardement, vu que l’immo, ça à fini par se coincé aussi, et que bientot, les emplois de buro que chérissent tant les exagonaux, il ne va plus y avoir de secteur primaire et secondaire pour les financer …

  • L’UE nous a confisqué tous les leviers pour lutter contre chômage de masse comme l’explique l’UPR dans l’article suivant :
    http://minilien.fr/a0ngir

    Sortons de l’UE et de l’euro par l’article 50.

    • Le chomage en Europe avec 6300 milliards dèpensés par an en Europe pour gèrer l’argent des Etats. Certes le chiffre ne fait pas la une, car c’est Bruxelles qui le fournit pour expliquer une raison d’une manque de croissance èconomique et donc la montée du chomage. La France c’est la catastrophe car les syndicats reigent dans les ministères. Les ministres n’ont aucun pouvoir, sinon il y aurait eu des rèformes depuis longtemps. Le problème n’est pas l’UE mais bien les pays qui veulent toujours dèvaluer au lieu de rèformer. La Corruption est la Raison numero 1 du chomage. La France est parmi les plus corrompus. Si l’EU n’existait pas il y aurait des conflits comme il y 100 ans

    • L’Europe c’est bien pratique pour faire ses responsabilités. L’état de la France est uniquement le résultat de la politique française.

      • Contrairement à ce que tu dis l’«union» européenne est grandement responsable de l’état désastreux de la France. Ce ne peut pas être le résultat de la politique française pour la simple raison qu’«il n’y a plus de politiques intérieures nationales» dixit Viviane Reding vice-présidente de la commission européenne reçue par nos députés dans une annexe de l’assemblée nationale.

        • Premièrement Madame Reding à laché son poste de Commissaire avant la fin de son mandat . A ce niveau de responsabilités elle a choisi la carrière avant sa mission. Ce qui en dit long sur sa personnalité. Donc elle n’a jamais parlé en tant que Vice Prèsidente de la Commission, et sonmanque de devoir de reserve pourrait lui valoir quelques soucis, ( la Curia pourrait ètre saisie). Pour ma part elle perd de la crèdibilité, car la Commission européenne ne fait que mettre en pratique le Traité européen. En effet contrairement à la lègend e urbaine, la CE est que l’outil administratif ( les ministères européens) des choix politiques votés par les Etats de manière dèmocratique. La France par ses prèsidents ont choisi de se passer de l’opinion de peuple sur les questions européenes. Et ce n’est pas le fait du hasard car il faut un responsable du chaos qui fut engendré par Mittèrand dont les concèquences dèsastreuses ont apparu vers 2005. Le problème en France c’est l’abus des mèdicaments pour trouver le someil. On efface de la mèmoire des gens, non seulement les èvènements et autres choix politiques populaires basés sur des courbes imaginaires, jamais en phase avec la rèalité, mais surtout lesprit critique quand une personne politique s’exprime. Franchement si la CE ètait en charge de la France, elle n’aurait pas fait les rèformes comme en Allemagne, en prèservant au passage notre industrie ? On va voir ce qui va se faire au printemps. Nos dirigeants sont de vrais irresponsables et cela depuis longtemps. Seul Sarkosy a voulu sauver le pays, et à cause de ces magouiles qui empèchent la mobilisatiion des français, les citoyens ont choisi de voter contre lui. Techniquement la CE à pouvoir d’agir et non seulement menacer. Le chomage de masse n’existe que dans les règimes socialistes traditionnels. Les rèformes vont se faire quand les taux d’interets vont augmenter.
          Il y a bien des politiques interieures nationales . C’est meme le Commissaire Moscovici qui le rappelle, et que la CE n’a pas son mot à dire, si ce n’est que la France doit tenir sa loyauté envers le Traité qui selon mème l’article 55 de notre Constitution est supèrieure au reste. Franchement à force de maintenir l’assistanat, les entreprises sont incapable de produire à des coup raisonable et en quantité afin de creer de l’emploi. Il faut retrouver le cercle vertueux de la croissance. Et pour commencer il faut tailler dans les millions de fonctionnaires, privatiser à la concurrence les services publics pour optimiser l’argent des citoyens et la qualité espèrèe pour un pays riche. Peut ètre que nore faiblesse c’est d’avoir en France de très mauvais politiques et une arrongance mal placée.

        • Les tombereaux de lois idiotes, de taxes et les déficits abysseaux sont bien franco français. La présence de l’Europe à certainement limité la casse en limitant les délires de nos gouvernants. D’ un autre côté sans l’europe la France aurait été obligé de faire des réformes depuis longtemps…

    • La stratégie du bouc-émissaire hein ? Nan c’est pas not’ fot m’sieur cè just l’Euhrope ki nous embête lè vil1s pa bô !

      Comme disent les autres commentaires il est temps de crever l’abcès : c’est la faute de la politique nationale française et nos dirigeants, rien de plus, il est temps de se remettre en question et d’aller de l’avant.

    • Vous mettez la charrue avant les boeufs 🙁

  • Honnêtement même les chiffres de catégorie A sont suffisamment effrayants, quasiment 54 000 de plus en 2 mois c’est hallucinant, et encore imaginez s’il n’y avait pas les emplois subventionnés et embauche d’enseignants en masse pour tenter d’atténuer la douleur…Le secteur privé en France est en pleine récession c’est très clair.

    • bonjour SweepingWave , le secteur privé est en effet en récession ; en partie parce que beaucoup de candidats cherchent un emploi , ce qui ne veut pas dire qu’ils cherchent un travail *! A l’heure actuelle je ne me risquerais pas de reprendre et de moderniser la petite entreprise léguée par mes ancêtres . Lors de ma cessation d’activité , mes enfants ; moins stupides que moi ; n’ont pas repris l’affaire : Trop de contraintes , de taxes, de paperasse administratives ….
      * Les derniers candidats que j’a reçus à l’embauche cherchaient visiblement une « place rémunérée  » pas autre chose .

      • chercher du travail ? il faut etre marteau ! il va falloir qu’ils payent pour tout les autres qui ne font rien … il vaut mieux faire du sport, c’est aussi fatiguant, mais au moins, on ne vous demande pas de nourrir les supporters .

  • Ces la fote a la bésse deux lè dépanse public !

    • Il faudrait plus de payer des taxes pour augmenter les dèpenses publiques. Ainsi fonctionnait l’URSS. On connait la suite. A force de faire des cadeaux à ceux qui ne pourraient pas se les payer, onaugmente le nombre car les fruits du travail sert à nourrir les enfants du voisin. 10 000 Euros /an dèpensès pour chaque citoyen en France sur le social. C’est le dèlire!

  • Dire la réalité des choses !!!!
    Mais c’est impensable pour un politique formaté à ENA.
    Ena, vous savez ce virus qui fait plus de ravages dans notre pays que le virus Ebola sur la planète.
    Nos politiques à la science infuse tentent encore de nous faire croire que ce sont eux qui ont les manettes du pouvoir alors que cela fait belle lurette que le pouvoir effectif est ailleurs: FMI, BCE, Fonds de pension U.S. etc …
    Si ces pilotes de l’économie mondiale disent chômage à 20% …. il sera à 20%
    Vous savez la « courbe qui s’inverse « …

  • « Comment ne voient-ils pas les bombes à retardement placées au cœur même de leurs jeunesses »

    Ils en sont conscients mais:
    1. L’élection qui était avant une chaise musicale est devenue la patate chaude, l’explosion tombera sur le camp adverse avec un peu chance
    2. Les solutions qui marchent passent inéluctablement par une réforme de l’avalanche de privilèges qui s’abattent sur la caste politicienne. Jamais ils n’y renonceront, quitte à faire couler le navire.
    3. Ils sont élus parce que des gens votent

    • Sans oublier que les jeunes votent de moins en moins et donc leur pouvoir électoral se réduit mécaniquement, donc politiquement ils ont moins d’intérêt.

  • La demande de travail concerne actuellement en France les seuls travailleurs qualifiés. Ceci est dû au niveau de ponction la fiscale sur les ventes et les bénéfices (ou la plus-value) ainsi qu’au niveau de » ponction de la Sécurité sociale.

    Pôle-emploi est moins bien outillée qu’une société d’intérim pour placer les chercheurs d’emploi (ceux qui sont prêt à se lever tôt). Primo le conseiller-type Pôle emploi est un généraliste RH. Il ne connaît pas spécialement le métier antérieur du chercheur d’emploi, et ne peut donc appréhender son niveau professionnel d’origine. Pôle emploi sous-traite cette fonction à des agences d’intérim ! Deuxio une administration comme Pôle emploi se doit de traiter également tous les candidats. Ses conseillers ne peuvent pas miser sur un candidat qui leur paraîtrait plus apte, ou plus motivé. Or c’est précisément ce type de risque que prend une agence d’intérim ou une société de service et que demande le client-employeur : une pré-sélection.

    Pour les candidats standards, aptes à travailler en entreprise, et même s’ils ne sont aujourd’hui * pas assez qualifié au regard du marché du travail, ce serait à mon avis accroître leur chances, que de transférer leur dossier à une agence d’intérim de leur choix (choix réciproque) avec si besoin un chèque reconversion calculé par l’agence d’intérim, et réglé par la région.

    Pour les publics éloignés de l’emploi, Pôle emploi n’est pas mieux outillé, s’agissant de profils particuliers, des associations caritatives seraient bien plus efficace, il faut du temps pour chaque individu, ce que l’Etat ne peut évidemment fournir.

    * à ce sujet quel était l’état de la main d’oeuvre en France en 1945 ? il a fallut en reconvertir beaucoup pour la reconstruction.

    • Allons au bout du raisonnement : au final, à quoi sert Pôle-Emploi ?

      Réponse : à RIEN.

      Il faut d’urgence fermer cette administration dépensière inutile, et faire confiance aux places de marché, sites internet, sociétés de placement et autres chasseurs de têtes pour pourvoir les emplois proposés.

      En New-Zealand, il n’existe tout simplement pas de « ministère du ‘travail' ».

    •  » la demande de travail concerne actuellement en france les seuls travailleurs qualifiés …  »

      faux : la demande de travail est partout, sauf que la plupart du temps, on ne peut pas payer une heure de travail aussi cher que le cours légal… alors le travail, on le laisse .

  • Quand les chômeurs se révoltent les politiques les feront flinguer par l armée pour conserver leur pouvoir et leurs prebendes. Des Rémi Fraisse, on va en voir des paquets. Il n y a pas plus réactionnaire qu un socialo communiste.

  • Pour qu’il y ait une révolte populaire de la jeunesse, il faut trois choses d’après moi :
    – une pauvreté en forte hausse (check)
    – une volonté de sauver son pays (euh…)
    – une idéologie porteuse d’espoir (lol)

    En occident on ne croit plus en rien et surement pas en sa patrie. Il n’y a donc aucune raison pour que le peuple se soulève, il continuera en encaisser sagement.

    • L’auteur de l’article parle d’émeutes urbaines plus ou moins spontanées (comme on en a déjà connues),

      plutôt que d’une révolte populaire organisée et pilotée par une idéologie ; ce qui a en effet peu de chance de se produire, je pense, vu le niveau de défaitisme ambiant.

      A moins d’un coup-d’état de l’armée …

  • Le plus grand acquis social de la gauche depuis l´élection de François Mitterrand en 1981 est le CHOMAGE DE MASSE. La pire des injustice sociale, celle qui gangrène la société n´est pas comme le martelle la propagande officielle l´écart entre les riches et les pauvres mais le chomage de masse. Et c´est bien la gauche et les syndicats de gauche qui sont responsables de ce fléau depuis 1981.

  • La bulle de l’endettement des états fera comme toutes les bulles.

    Ca fait longtemps qu’on a pas vu une bulle se dégonfler; en général : elle pète, a la surprise générale.

    Tout le monde sait qu’elle pète. Malin celui qui peut prédire quand.

    • Preuve que c’est une bulle : la seule réponse a l’endettement de nos TRES chers socialistes, c’est la relance de l’économie par la dépense.

  • Décidément, quand je lis ce genre d’article, ça me donne vraiment pas envie de rester en France… Je suis d’ailleurs bien heureuse de le quitter à la fin de l’année prochaine, mais cela m’attriste également de savoir que j’irai vivre ma vie ailleurs, tandis que mes parents resteront ici à trimer, regardant ce gouvernement d’incapables prendre ce qu’ils peinent à avoir sans pouvoir rien faire…

    La plupart des gens me disent qu’en tant que jeune, je devrais rester ici pour sauver mon pays, pourtant je n’en n’ai plus envie, je préfère penser à mon propre avenir, même si c’est égoïste.

    • « La plupart des gens me disent qu’en tant que jeune, je devrais rester ici pour sauver mon pays »

      Ne les écoute pas, c’est de la pure jalousie, les gens n’aiment pas voir les autres avoir le courage de partir et de vivre l’aventure pendant qu’eux restent coincés ici ou n’ont pas la volonté de partir.
      On a qu’une vie, autant qu’elle soit belle non ? Et que peux-tu faire tout seul pour changer les choses ? Il faudrait que le pays ait une volonté de réforme déjà, ce qui n’est pas le cas.
      J’ai l’intention de partir aussi et il n’y a aucun regret à avoir 😉

      • Oh pas d’inquiétude, depuis que je suis revenue d’Australie Occidentale, ça fait longtemps que je ne les écoute plus, ces gens ! Excellente croissance économique, mentalité chaleureuse et agréable, bonnes universités… Mon choix s’est rapidement fait, mais j’ai quand même ce petit pincement au cœur ! ^^

        En tout cas, bonne année (en avance), et bonne santé, futur expatrié ! 🙂

      • Le courage de partir ? Si j’avais votre âge, en effet, je partirais, mais je n’aurais pas l’arrogance d’appeler ça du courage. De l’optimisation, tout au plus, de la facilité plus probablement. Et pour ceux qui sont coincés ici, c’est vrai qu’il y a un petit parfum d’égoïsme déserteur qu’il faut une bonne confiance dans le libéralisme pour ravaler.

        • De l’arrogance ? Non c’est la vérité. Tout dépend du passé de chacun mais quand on a une famille qu’on adore et des amis à qui on tient ça n’est en aucun cas facile, et je parle même pas de l’adaptation à un pays à la langue et coutumes différentes car ces choses là prennent du temps.
          Et évidemment ce n’est pas non plus de la facilité, car après tout on pourrait rester en France, faire quelques petits boulots et se contenter du RSA, non au contraire ça revient à prendre une voie nécessitant du travail et de l’effort.

          Concernant ceux qui restent coincés ici leur avis ne compte pas finalement, en tout cas il ne devrait pas compter.

          • Moi j’ai quitté la France il y a 24 ans. Mes parents qui ont 75 ans, anciens fonctionaires ont travaillé 41 ans pour une retraite qui ne cesse de diminuer alors que leur prèlèvements à la pension aura duré 4 ans de plus. Mon dèsir de quitter la France , je l’ai pris quand j’ai rèalisé que mème au sein de l’administration, c’ètait aussi la magouille. Et pourtant quitter la Provence avec un emploi permanent, pour un emploi temporaire chez les anglais, cela m’a fait passé pour un FADA. Alors je comprends encore mieux aujourd’hui que des jeunes cherchent à donner un sens à leur vie, et ne pas subir le sort des jeunes en France. Après 4 pays en Europe, je suis sur la liste pour espèrer la GreenCard et vivre un nouveau rève encore plus ètoilé. L’Europe a èté une dèlivrance, et l’Union est une chance incroyable croyez moi. Aller rejoindre un autre continent à plus de 50 ans c’est aussi difficile. Et pourtant je pourrai retourner en France. Alors bonne chance sweepingwave .

  • Lutter contre le chiffre du chômage c’est pas pareil que lutter contre le chômage.
    Cela ne nécessite pas les mêmes personnes ni les mêmes compétences. 2 chose tout à fait différentes, même si pour les deux il y a le mot « chômage ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles